Style étrusque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Planche de croquis de Robert Adam.
Fauteuil curule (1787) dit de genre étrusque, par Georges Jacob, exposé au Petit Trianon.

Le style étrusque est un style néo-classique, inspiré librement de l'art étrusque, théorisé, entre autres, par les frères Robert et James Adam, décorateurs britanniques du XVIIIe siècle, dans la mode romantique du temps pour les ruines et vestiges antiques née principalement de la découverte des ruines de Pompéi vers 1750[1].

Il toucha la décoration des pièces (peintures murales), le mobilier, la joaillerie à la fin du XVIIIe et pendant le XIXe siècle, sans réalisme historique.

La mode des objets étrusques se renforça pendant le XIXe siècle par les nombreuses découvertes des vestiges étrusques des tombes, leur spoliation par les tombaroli, leurs pastiches et copies avouées « à l'étrusque », voire les faux, mis sur le marché de l'art (historique et aussi décoratif). L'atelier Castellani de Londres exposa ses créations en 1862 conjointement à l'exposition de la partie de la collection Campana à Paris, acheté par Napoléon III.

Elle perdure aujourd'hui dans la poterie, la céramique, la bijouterie fantaisie.

Œuvres « à l'étrusque »[modifier | modifier le code]

  • Décoration à l'étrusque de l'atelier du peintre Isabey par « Les Étrusques » surnom de Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine (1796)
  • Services dit « à l'étrusque » de la manufacture de porcelaine de Capodimonte à Naples ,
  • La « Salle étrusque » (1775-1777) des frères Adam pour l'Osterley Park, édifice de l'ère élisabéthaine.
  • Vases à l'étrusque d'Antonio Cioci, Opificio delle pietre dure, Florence (1783)
  • Deux pièces de style étrusque de l'appartement chinois de Charlottenburg de Berlin (1788).
  • Gobelets à anses étrusques et soucoupes du service de Marie-Antoinette, pour la Laiterie de Versailles, de Jean-Jacques Lagrenée (1788 - Musée national de Céramique à Sèvres)[2],[3].
  • Cabinet étrusque du château de la ville de Potsdam par Johann Gottfried Schadow (1804).
  • le Cabinet étrusque de Racconigi (1827).
  • Bougeoir style étrusque Empire bronze (vers 1830).
  • Plateau en scagliola à décor d'inspiration étrusque du Florentin Carlo Paoletti (Corsham Court).
  • Table ayant appartenu à la reine Caroline, conservée à la Résidence de Munich (Die Möbel der Residenz, München, vol III. Munich, 1997, p. 255-257, no 130).
  • Œuvres du Viennois Wolfgang Koepp, spécialiste de ce type de décor très en vogue à la cour de Munich.
  • Artes Etruriae renascuntur, fabrication en série de vases « étrusques » de la manufacture de Josiah Wedgwood, décor inspiré de la collection Hamilton.
  • Chaise de style étrusque de Georges Jacob (1739-1814), Château de Versailles.
  • Fausse tombe étrusque du musée de la Villa Tornolia.
  • Projet de Fantaisie de style étrusque de l'architecte Félix Duban.

Références plus récentes à l'art étrusque[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Recueil de motifs pour Diverse maniere d'adornare i cammini (diverses façons d'orner les cheminées) du Piranèse[5]
  • Works in Architecture of Robert and James Adam, publié en trois volumes en 1773, 1779 et 1822.
  • Bibliothèque Nationale : croquis cotés et peints d’un mobilier étrusque, imaginé par l’architecte Le Queu en 1786 pour l’hôtel Montholon.
  • Sir William Hamilton, Collection of Etruscan, Greek and Roman Antiquities, publié à Naples en 1766-1767 et gravé par Francesco Morelli.
  • Dominique Briquel, La Civilisation étrusque, p. 288-289, 1999

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un renouveau de l'intérêt qui donnera lieu à la décoration dite « pompéienne ».
  2. Notice
  3. Catherine Seux Trouvet, Les vases à la manufacture de Vincennes Sèvres des origines à l’Empire
  4. Notice
  5. Dominique Briquel, La Civilisation étrusque, p. 288

Liens externes[modifier | modifier le code]