Dofus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dofus (homonymie).

Dofus
Image illustrative de l'article Dofus
Logo du jeu vidéo.

Éditeur Ankama Games
Développeur Ankama Games
Concepteur Anthony Roux
Camille Chafer
Emmanuel Darras

Date de sortie
Version 2.47.12:1
Genre MMORPG
Mode de jeu Multijoueur
Plate-forme Linux, Mac OS, Windows, iOS, Android
Média Téléchargement
Langue Français
Contrôle Clavier, souris

Évaluation PEGI : 12+ ?

Site web dofus.com

Dofus[1] (prononcé dofʊss ou dof.ouss[2]) est un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG) français développé et édité par Ankama puis par sa filiale Ankama Games dès sa création en 2004.

Projet débuté par Emmanuel Darras, Camille Chafer et Anthony Roux, sa toute première version — qui proposait uniquement du joueur contre joueur — s'intitulait Arty Slot : Duel et était le quatrième opus de la série Arty Slot[3]. De fil en aiguille les développeurs améliorent le jeu, pour en arriver à une phase de bêta-test et changent le nom du jeu en Dofus. Après quelques mois, Dofus sort le en France. Une version 2.0 sort en 2009, avec de nouveaux graphismes.

Après son succès durable dans les années 2000, Dofus perd de l'ampleur durant la décennie suivante et fusionne certains de ses serveurs francophones. Un projet de jeu vidéo inspiré de l'univers et de l'époque de Dofus, et au graphisme différent, est dévoilé fin 2016[4],[5],[6],[7].

Trame[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Dofus Émeraude, un des six Dofus primordiaux.

Dans le Monde des Douze, les six Dofus primordiaux, des œufs de dragons conférant une grande puissance à leur porteur, ont été volés. Vous êtes un valeureux aventurier, prêt à explorer le vaste monde à la recherche des œufs égarés. Combattre des monstres, triompher des donjons, amasser des richesses et augmenter votre puissance, voilà quels défis vous attendent dans Dofus.

Univers[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Krosmoz, Ankama Animations et Ankama Games.

Dofus est le premier produit d'Ankama prenant place dans l'univers du Krosmoz. De ce premier succès[8] vont apparaître beaucoup de produits dérivés, dont notamment deux autres jeux vidéo, Arena en 2011 puis Wakfu l'année suivante, et des animations télévisuelles (Wakfu, Dofus : Aux trésors de Kerubim) et cinématographiques (Dofus, livre 1 : Julith).

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Dofus est un jeu vidéo RPG, les joueurs incarnent un ou plusieurs personnages.En tant que joueur, vous y retrouverez une multitude d'armes et d'équipements en tous genres, une vingtaine de métiers différents et plusieurs centaines de monstres répartis en différentes zones sur les 10 000 cartes de jeu (portions de carte, sur lesquelles l'on se déplace d'ailleurs comme sur une carte) formant l'univers de Dofus, dont 95 % ne sont accessibles qu'aux abonnés.

Les échanges commerciaux dans le jeu sont réglés avec la monnaie de Dofus, le Kama. Il est possible d'acheter ressources et items via les HDV (Hôtels De Vente), mais aussi en procédant à des échanges entre joueurs. Ces échanges peuvent être de plusieurs natures : « objets contre objets » ou « objets contre Kamas ».

Il existe aussi diverses fonctionnalités :

  • Créer de l'équipement, amélioration de ces objets ou récolte de ressources par la réalisation de métiers ;
  • battre des boss de donjons avec des mécaniques de jeu variées et des niveaux de difficultés différents ;
  • réaliser des quêtes afin de découvrir l'univers du jeu, mais aussi pour acquérir des objets inédits ou des ressources spéciales ;
  • faire des chasse aux trésors pour l'obtention de ressources spécifiques.

Personnages et ennemis[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Dans Dofus, il existe deux types de personnages : les Personnages Joueurs (PJ) et les Personnages Non Joueurs (PNJ). Les Personnages Non Joueurs sont de deux types : les PNJ amicaux, et les PNJ hostiles.

Les compagnons sont des personnages non-joueurs qui disposent d'un emplacement spécial dans l'inventaire et peuvent être équipés en combat. Ils sont apparus le 10 décembre 2013 avec la bêta 2.17.

Classes[modifier | modifier le code]

Lors de la création de son personnage, le joueur aura le choix entre 18 classes :

  • Le Cœur d'Iop, les guerriers au corps à corps connus pour leur tempérament fonceur et leur stupidité ;
  • L'étendue de Crâ, la classe d'archer infligeant de gros dégâts à distance ;
  • Les Mains d'Eniripsa, des guérisseurs usant du pouvoir des mots pour aider leurs alliés ou entraver leurs adversaires ;
  • Le Fouet d'Osamodas, les plus grands invocateurs du Monde des Douze, utilisant la puissance de leurs bêtes pour terrasser leurs ennemis ;
  • L'ombre de Sram, des assassins capables de se rendre invisible, de poser des pièges mortels et de créer des doubles;
  • Les Doigts d'Enutrof, des chasseurs de trésor par excellence, experts dans l'art de l'entrave ;
  • La Pièce d'Ecaflip, des félins jouant toujours avec la chance, utilisant toutes sortes de jeux de hasard pour infliger des dégâts ;
  • Le Soulier de Sadida, la classe d'invocateur utilisant la puissance de la nature et des poupées pour vaincre ses ennemis ;
  • Le Sablier de Xélor, des mages du temps capables de se téléporter et utilisant des outils liés au temps lors des combats ;
  • Le Bouclier de Féca, la classe de protecteurs spécialistes dans la création de boucliers magiques et de glyphes ;
  • Le Sang de Sacrieur, des berserkers utilisant la douleur qu'ils reçoivent comme une force de frappe en première ligne ;
  • La Chopine de Pandawa, des guerriers ivres capables de porter et lancer leurs alliés comme leurs ennemis ;
  • La Ruse du Roublard, des stratèges poseurs de bombes et maniant la poudre à leur avantage ;
  • Le Masque du Zobal, des guerriers protecteurs ou destructeurs, capables de s'adapter à la situation en s'équipant de masques ;
  • La Vapeur du Steamer, des guerriers issus de la mer, disciples du kralamoure geant utilisant leur technologie pour invoquer des tourelles en combat ;
  • Le Portail Eliotrope, des mages utilisant le Wakfu pour créer des portails leur permettant de se déplacer ou d'infliger des dégâts ;
  • La Rune de l'Huppermage, des maîtres des éléments utilisant la puissance des runes pour lancer leurs sortilèges ;
  • La Rage de l'Ouginak, la classe de chasseurs traquant leurs proies en les entravant avant de leur infliger le coup fatal.

À noter que la plupart des noms de classes sont des jeux de mots liés à l'univers du personnage : par exemple, Eniripsa à l'envers donne Aspirine, Xélor donne Rolex, etc.

Combats[modifier | modifier le code]

Le mode de jeu est un tour par tour , le joueur peut réaliser plusieurs mode de combats différents :

  • Le PvM (soit Personnage Vs Monstre)
  • Le PvP (soit Personnage Vs Personnage, divisé en 5 catégories) :
  • Le 1 vs 1 étant une beta de nouveau système de kolizeum ( Joueur contre joueur )
  • le 3 vs 3 étant la catégorie de combat du Kolizeum
  • Le 4 vs 4 étant jusqu’à présent le mode de jeu des tournois officiels
  • Le 5 vs 5 étant représenté par l'attaque de percepteurs ou de prismes
  • Défis de 1 à 8 joueurs

Le Kolizéum[modifier | modifier le code]

Le Kolizéum est un système de combat (JcJ) apparu dans l'univers de Dofus depuis le 18 octobre 2011, à la mise à jour 2.4. Pour pouvoir faire des combats de Kolizéum, il faut que le personnage soit niveau 20 minimum et abonné. Le Kolizéum permet de faire des combats à 3 contre 3 équilibrés en fonction d'un système de cote. La cote d'un personnage est calculée de la manière suivante : Puissance - 3 x Incertitude. La puissance est calculée en fonction de ses résultats (si vous gagnez, votre puissance augmente) et l'incertitude (si vous gagnez un combat que vous étiez censé gagner, votre incertitude baisse ; si c'est l'inverse, elle augmente).

Les Kolizétons, objets obtenus lorsqu'un combat de Kolizéum est gagné, peuvent être échangés contre diverses récompenses.

Système de déplacement[modifier | modifier le code]

La Carte du monde se divise en une multitude de tableaux, des "Map", repérés chacun par des coordonnées qui permettent au joueur de pouvoir s'orienter intuitivement à force de jouer. Pour passer d'une map à l'autre, il suffit de déplacer son curseur vers une extrémité de l'écran de jeu et une flèche verte apparaîtra s'il est possible de se diriger dans cette direction.

Dans certaines zones il y a des repères sur lesquels il suffit de cliquer pour changer de map, les flèches vertes n'étant pas disponibles.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il existe en jeu deux types de caractéristiques : les caractéristiques primaires (points d'action, points de mouvement, initiative, points de vie, portée, etc.), et les caractéristiques secondaires. Chacune agit de manière plus ou moins significative sur le personnage, en ou hors combat.

Combats[modifier | modifier le code]

Le combat se joue au tour par tour, sur des cartes à la superficie variée. Dans le principe, chaque joueur peut se déplacer sur toutes les cases selon le nombre de points de mouvement (PM) qu'il possède et utiliser ses points d'action (PA) pour effectuer des actions spécifiques à chaque classe de personnage. Par la suite, ces points d'action et points de mouvement (PM) pourront être augmentés ou diminués lors de l'évolution des niveaux du personnage ou grâce à certains équipements ou sorts. En dehors des combats, les déplacements se font librement. Les combats sont remplis de stratégies diverses et variées selon le mode de combat (soit Personnage contre Personnage, soit Personnage contre Monstre). Récemment un univers e-Sport a été mis en place par Ankama.

Expérience, vie et sauvegarde[modifier | modifier le code]

Chaque personnage est doté d'une barre d'énergie fixe (10 000 points). La perte d'un combat est de facto accompagnée par une perte d'énergie. Lorsqu'un personnage perd la totalité de son énergie, il perd son statut d'être vivant et change d'avatar pour devenir un spectre. Il doit alors accomplir une sorte de pèlerinage pour atteindre une « Statue de Phénix » où il pourra ressusciter et regagner une partie de son énergie vitale (1 000 points). L'énergie peut être également regagnée grâce à des potions fabriquées en jeu ou lorsque le personnage est déconnecté. Se déconnecter dans une maison, un temple ou une taverne permet d'en regagner le double.

Modes de jeu[modifier | modifier le code]

Depuis juin 2015 et l'ajout du mode de jeu épique, il existe trois modes de jeux :

  • Classique, le mode de jeu principal, sans malus ni bonus ;
  • Héroïque, accessible seulement par les abonnés, mort définitive contre les monstres et les joueurs, l'expérience et le drop y sont multipliés par 3. Après la mort d'un personnage, celui-ci peut être rejoué à partir du niveau 1, et gagne alors un bonus d'expérience supplémentaire (x6) jusqu'au plus haut niveau où ce personnage est mort.

Avec cette mise à jour un nouveau mode de jeu fait son apparition :

  • Épique, mort définitive contre les monstres, l'expérience et le drop y sont multipliés par 3. Après la mort d'un personnage, celui-ci peut être rejoué à partir du niveau 1, et gagne alors un bonus d'expérience supplémentaire (x6) jusqu'au plus haut niveau où ce personnage est mort..

Métiers[modifier | modifier le code]

Le système de métiers a été totalement refait à partir de la mise à jour 2.29[9] sortie le mardi 23 juin 2015.

Le personnage exerce dès son arrivée en jeu tous les métiers disponibles au niveau 1 pour chaque métier. Un métier va du niveau 1 à 200, avec une limitation à 60 pour les non-abonnés. Différentes récoltes et réalisations sont disponibles. Il y a quatre métiers d'artisanat chacun spécialisés dans la modification d'équipements, c'est la « forgemagie ». Ces métiers sont le costumage, le joaillomage, le cordomage, le forgemage (d'arme), le facomage (bouclier) et le sculptemage. La forgemagie permet, grâce à des runes, de modifier les équipements des personnages en y augmentant les bonus, ou en ajoutant des bonus qui ne sont pas présents à la base sur l'objet (c'est appelé « forgemagie Exotique »).

Il y a 19 métiers en tout, on distinguera les métiers de récolte et d'artisanat :

  • métiers de récolte : alchimiste, bûcheron, mineur, paysan, pêcheur
  • métiers d'artisanat : chasseur (création de viande comestible), bijoutier (création d'amulette et d'anneau), bricoleur (création de clefs et d'objets d'élevage), cordonnier (création de bottes et ceintures), forgeron (création de marteaux, épées, dagues, pelles, faux et haches), façonneur (fabrication de Trophées, de Boucliers, et d'Idoles), sculpteur (création de baguettes, arcs, et batons), tailleur (création de chapeaux, capes et costumes), joaillomage, cordomage, costumage, facomage, forgemage, sculptemage.

Guildes et alliances[modifier | modifier le code]

Pour l'aspect collaboratif, tous les personnages peuvent s'associer pour former des guildes. Celles-ci permettent aux membres de communiquer, de se coordonner et s'entraider, de s'organiser pour de petites ou de grandes aventures, de mettre en place des percepteurs pour prélever des taxes sur les drop effectuées par les joueurs dans la sous-zone de pose du percepteur.

Les membres de la guilde peuvent décider de sacrifier une partie de leurs points d'expérience gagnés pendant un combat pour permettre à leur guilde de progresser dans ses niveaux, et ainsi devenir une guilde plus réputée. Le taux d'expérience sacrifiée s'exprime en pourcentage (de 0 à 90 %).

La création d'une guilde est intégrée à l'univers du jeu. Elle nécessite une pierre nommée Guildalogemme.

Depuis la mise à jour 2.13 du 25 juin 2013, une nouvelle fonctionnalité est sortie, nommée « La Guerre Des Guildes »[10]. Depuis cette date des alliances peuvent être créées par les meneurs de guildes afin de les unir. Un meneur a besoin d'une pierre, l'Alliogemme, et d'aller créer l'alliance dans le Temple des Alliances. Il doit choisir un nom d'Alliance, une abréviation du nom d'Alliance, et un blason. Une fois l'alliance créée, le canal alliance (/a) est accessible pour les membres autorisés à communiquer sur celui-ci.

Les percepteurs peuvent être plusieurs dans une même zone géographique. Lors d'une attaque d'un percepteur, les membres des guildes d'une alliance peuvent défendre le percepteur attaqué.

Afin de contrôler le Monde des Douze, les alliances peuvent contrôler une ou plusieurs zones par le biais d'un prisme ; les membres de l'alliance devront l'affaiblir en battant les défenseurs de l'alliance adverse, mais surtout être capables de se tenir en supériorité numérique dans la zone désirée. Les membres de l'alliance contrôlant une zone bénéficient d'un bonus de butin et d'expérience dans cette dernière.

Toutes les guildes pénétrant dans une zone de conflit peuvent s'agresser les unes aux autres, pour faire sortir tous les personnages adverses de la zone afin de s'en assurer le contrôle. Un personnage peut désactiver son mode « AvA » pour ne pas se faire agresser, mais cela l'empêche d'apporter des points à son alliance (il ne compte pas pour faire partie de la supériorité numérique lors d'une attaque).

Les alliances peuvent également contrôler différents villages. Seuls les membres de l'alliance peuvent y pénétrer afin de profiter des ressources exclusives et des monstres qui s'y trouvent.

Donjons[modifier | modifier le code]

Les donjons sont des lieux instanciés où les aventuriers peuvent accéder avec des clefs (ressource), ou avec le trousseau de clef (objet de quête). Les Donjons fonctionnent par un système dans lequel le ou les personnages avancent de salle en salle. En règle générale, chaque salle contient un groupe de monstres qu'il faut vaincre pour passer à la salle suivante. La difficulté est croissante jusqu'à la dernière salle où se trouve le gardien du donjon (ou « Boss »), un monstre plus fort que les autres.

La quasi-totalité des donjons sont réservés aux joueurs abonnés, à l'exception du donjon d'Incarnam, de la grange du Tournesol Affamé, du château Ensablé, de la cour du Bouftou Royal et de la cache de Kankrebalth.

Quêtes[modifier | modifier le code]

Les quêtes servent à gagner des points d'expérience (pour augmenter de niveaux) et parfois des objets. Elles servent aussi à gagner des points de succès (qui servent parfois à gagner des points d'expérience et des objets comme le succès Vert émeraude ou l'on gagne le Dofus Émeraude).

Elles consistent à aider des personnes en se combattant, en parlant, en construisant, etc.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Stand Dofus à la Japan Expo 2013

Abonnement[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, le jeu a vu se créer plus de 10 millions de comptes, dont un peu plus de 10 % d'abonnés depuis sa sortie[11][réf. insuffisante], répartis entre 31 serveurs (dont 25 francophones, 3 internationaux (dont un Épique et un Héroïque), 2 espagnols et 1 portugais) depuis la fusion des serveurs[12][réf. insuffisante].

Le jeu comporte une zone gratuite depuis fin 2005, et en 2007, une nouvelle zone non abonnée, Incarnam, a été rendue accessible. Ces zones pour non-abonnés permettent aux nouveaux joueurs de tester le jeu sans limite de temps. Astrub aussi est une ville pour les non-abonnés[réf. souhaitée].

L'accès à la totalité du monde persistant de Dofus nécessite un abonnement, sauf à jouer sur la version Bêta-test.

Depuis 2011, l'abonnement peut passé par un « système d'Ogrine », système qui consiste en points à acheter, puis à dépenser non seulement pour l'abonnement, mais pour divers services[réf. souhaitée] : changement de sexe, de pseudo, de couleurs, nouveau slot de personnages et depuis 2012 changement de nom de guilde et du blason avec un système de vente d'ogrine en jeu contre une monnaie virtuelle (le kama) sur le P2M (Place de Marché), pour mettre fin aux très courantes et interdites ventes.

Le , l'abonnement par le système d'Ogrine passe de 700 à 1 100 Ogrines pour une semaine[pertinence contestée].

Début , Anthony Roux écrit sur Twitter qu'un arrêt définitif de l'abonnement pour Dofus est discuté[13]. Ils annoncent peu après la création d'un nouveau mode de jeu, intitulé Dofus Donjons, accessible via l'interface du choix des serveurs de jeu. Accessible en free-to-play, il permet de profiter gratuitement des donjons de Dofus. Le drop sur les monstres est également réintégré, et des interactions narratives créées. Avec une nouvelle direction artistique, une animation avec des accélérations 3D est mise en place[14].

Serveurs[modifier | modifier le code]

Dofus s'est implanté au fil des années dans différentes régions du globe, avec parfois des versions différentes pour certains pays, afin de s'adapter à la vision d'un MMORPG qu'ont les habitants du dit pays, le tout en leur faisant découvrir l'univers Dofus. L'état des serveurs de Dofus est consultable directement sur le site internet du jeu.

Divers émulateurs permettent également de créer un serveur privé indépendant de l'éditeur, autorisant la connexion avec un client[réf. souhaitée].

Le premier serveur nord-américain, intitulé « Solar », et mis en service le 24 juin 2008[15].

L'année 2017 est un renouveau pour les serveurs de jeu. En effet, bon nombre d'entres eux sont fusionnés par groupe d'au moins quatre serveurs. Cela donne une solution provisoire et une l'illusion d'avoir plus de monde sur les serveurs alors qu'ils se vident de plus en plus chaque année.

Deux serveurs officiels tournent encore sur la version 1 de Dofus (1.29) : Eratz et Henual. Ils étaient auparavant réservé à la communauté hispanique, mais depuis le 25 octobre 2016 la version 1.29 est totalement délaissée par Ankama et est disponible pour les francophones abonnés[16],[17].

Musique[modifier | modifier le code]

Dofus 1.0[modifier | modifier le code]

Un premier album de la bande originale de Dofus, composée par Guillaume Pladys, sort en [18]. Il est réédité, avec trois nouvelles pistes, en 2007[19].

Dofus 2.0[modifier | modifier le code]

Ankama sort un nouvel album le après la mise en ligne de la version 2.0 de Dofus. Du nom de L'Âme des Douze, il contient une partie de la nouvelle bande originale du jeu, toujours composée par Guillaume Pladys[20].

À partir de l'année suivante quatre coffrets (originellement six[21]) contenant des CDs inédits sont mis en vente par Ankama. L'Âme des Douze est alors réédité sous le numéro 0, avec le sous-titre Origines[22],[23], suivi par Lux Æterna la même année[24]. Les tomes deux et trois, intitulés Ignem inferni et Deus Iræ, sont édités en 2011[25],[26]. Un quatrième tome du nom de Requiem Sempiternam, prévu pour 2012, ne sera pas édité[27].

Développement[modifier | modifier le code]

Lors des bêta tests du jeu, dont la première est lancée en , Dofus était exclusivement basé sur le concept de joueur contre joueur[28] : les joueurs ne pouvaient gagner de l'expérience qu'en combattant d'autres joueurs. Peu de temps après sont apparus les monstres, pour ajouter la dimension joueur contre environnement au jeu. Dans le même temps sont apparus les métiers qui offraient aux joueurs une nouvelle possibilité de jeu. Dofus se jouait alors en deux temps. D'une part le combat contre les monstres pour augmenter l'expérience du personnage, pour ensuite se livrer au JcJ, c'est-à-dire participer à la guerre entre les forces du bien et du mal : d'un côté les joueurs vandales, pilleurs et tueurs, de l'autre les joueurs s'y opposant, et incarcérant les premiers.

Apparurent alors des équipements plus puissants pour contenter les gros joueurs. Et comme l'écart entre les joueurs se creusa, afin de protéger les petits joueurs, le vol d'équipement fut supprimé, et le système de JcJ fut entièrement modifié. L'aspect JcJ fut détaché du reste du jeu et remplacé par une guerre entre deux cités rivales (Bonta et Brakmar), à laquelle le joueur peut décider de prendre part.

Pour fêter ses 5 ans d'existence et le passage de Dofus en version 2.0, Ankama Games proposa aux puristes du jeu un coffret collector en quantité limitée, 10 000 exemplaires plus exactement. À noter que ledit coffret contient en outre du jeu en format DVD, la bande originale de Dofus 2.0, une carte du monde de Dofus sous la forme d'un parchemin, un abonnement de 30 jours à Dofus et à DofusPocket, une carte de collection brillante du jeu de cartes Wakfu TCG, une figurine exclusive d'œuf de dragon, une carte Dofus Premium offrant des avantages permanents en jeu et hors jeu, et une carte permettant d'obtenir une panoplie utilisable en jeu et son familier.

Il n'a fallu que trois heures pour que tous les coffrets soient vendus par l'intermédiaire du site de vente en ligne d'Ankama[29]. Soit 55 coffrets vendus à la minute[30].

La version 2.0 de Dofus connaît un franc succès.[réf. nécessaire] En effet, le cap des 200 000 joueurs connectés simultanément sur les serveurs du jeu a été franchi pour la première fois - à la suite de l'ouverture d'un cinquième serveur pour la version en question. Le précédent record était de 190 000 connexions simultanées[31]. Un nouveau record est établi le 2 mars 2011 avec 216 000 connexions simultanées.La version Dofus 2.0 est sortie le 2 décembre 2009. L’engouement pour Dofus 2.0 est tel que les deux premiers serveurs francophones créés pour la sortie officielle étaient déjà complets quelques heures après leur ouverture. Un troisième serveur fut mis en place dans l'après-midi, suivi d'un quatrième, clôturant ainsi cette journée. Un cinquième serveur 2.0 a été ouvert le vendredi 4 décembre au soir, permettant ainsi à Dofus de dépasser la barre des 200 000 connexions simultanées. Le 18 juin 2010, les serveurs francophones passent de la version 1.29 à la version 2.0 de Dofus, ce qui permet à tous les joueurs francophones d'accéder à la version 2.0 avec leurs personnages de la version 1.29. Cependant le nombre d'utilisateurs actifs décline depuis 2013 et certains serveurs se retrouvent presque vides, provoquant la fusion des serveurs 2.0.

En 2016, les studios Ankamas ont décidé de se lancer dans le secteur concurrentiel des jeux mobiles. La firme roubaisienne a ainsi dévoilé Dofus Touch, une copie conforme de son homologue sur PC en version 2.14.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Lors de l'Independent Games Festival 2006, Dofus a obtenu le Prix du public et a été nommé pour le Grand prix Seumas McNally et pour le Prix de l'innovation en Arts visuels[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom du jeu s'écrit en lettres capitales, mais on le rencontre couramment écrit Dofus, y compris dans un contexte officiel.
  2. Le nom d'origine du jeu a vu naître une autre façon de le prononcer (« dofusse ») à la suite d'un manque de support audio à ses débuts. Ainsi de nombreuses personnes — y compris au sein de l'équipe d'Ankama — ont véhiculé à leur bon gré l'une ou l'autre des façons, et aujourd'hui les deux prononciations s'utilisent aussi souvent l'une que l'autre.
    La prononciation officielle actuelle (« dofousse ») est utilisée par exemple ici par Sylfaen, un animateur de communauté : [1] (ou dans tout épisode de la série animée Wakfu lorsque les protagonistes parlent des œufs de dragon) ; tandis que l'autre, « dofusse », est utilisée ici par Konala, présentatrice de la plupart des vidéos Dofus.
  3. BillFR, « Une vraie énigme », sur Forum-JeuxOnLine, (consulté le 12 juillet 2017).
  4. Asheryth, « Un Dofus 3 annoncé par Ankama ! », sur Millenium, (consulté le 23 novembre 2016).
  5. Kugbi, « Ankama annonce le projet Dofus 3 au TGS 2016 », sur Zone Actu, (consulté le 23 novembre 2016).
  6. Le Salty Gamer, « Dofus 3.0 : une conférence durant le TGS », sur Rom Game, (consulté le 23 novembre 2016).
  7. Sylvain Pinel, « Dofus 3 annoncé sur PC mobiles et tablettes= », sur IGN, (consulté en 2 décemebre 2016).
  8. Le jeu a rassemblé plus de 40 millions d'inscriptions, et a gagné plusieurs récompenses internationales.
  9. http://www.dofus.com/fr/mmorpg/actualites/devblog/billets/435067-amelioration-metiers
  10. Mise à jour 2.13.
  11. DOFUS franchit le cap des 10 millions de joueurs, communiqué de presse officiel, 7 octobre 2008.
  12. « Statut des serveurs - Communauté DOFUS », sur Dofus, (consulté le 26 juillet 2017)
  13. Antar, Imso et Tayler, « Dofus pourrait finalement passer en free-to-play », sur Millenium, (consulté le 13 mars 2018).
  14. Mathys, « Dofus Donjons : Le nouveau projet free to play d'Ankama ! », sur Millenium, (consulté le 13 mars 2018).
  15. (en) Samuel Axon, « First North American Dofus server opens Tuesday », sur Engadget, (consulté le 24 octobre 2017).
  16. Odey, « Le retour de la 1.29 sur Dofus ! », sur Millenium, (consulté le 26 octobre 2016).
  17. Quentin, « Ankama ressuscite Dofus 1.29 pour tous ! », sur ActuGaming.net, (consulté le 26 octobre 2016).
  18. (en) « Dofus OST », sur Game-OST (consulté le 24 juin 2018).
  19. (en) « Dofus OST », sur Game-OST (consulté le 24 juin 2018).
  20. (en) « Dofus : L'Âme des Douze », sur Game-OST (consulté le 24 juin 2018).
  21. David Quiquempoix, « Rencontre avec... Guillaume Pladys (Dofus OST) ! », sur SciFi-Universe.com, (consulté le 24 juin 2018).
  22. (en) « Dofus OST 2.0 — tome 0, L'Âme des Douze : Origines », sur Game-OST (consulté le 24 juin 2018).
  23. « Coffret Dofus OST : disponible ! », sur Dofus, (consulté le 24 juin 2018).
  24. « Lumière sur l'OST Dofus tome 1 ! », sur Dofus, (consulté le 24 juin 2018).
  25. « OST Dofus Tome 2 : Ignem Inferni », sur Dofus, (consulté le 24 juin 2018).
  26. « Sortie du coffret Dofus OST 2.0 tome 3 ! », sur Dofus, (consulté le 24 juin 2018).
  27. (en) « Dofus OST » (version du 14 novembre 2016 sur l'Internet Archive).
  28. Erwan Cario, « Un Dofus de fous », sur Libération, (consulté le 17 décembre 2017).
  29. Dofus 2.0 Les pré-commandes font un carton
  30. Dofus 2.0 : le coffret collector dévalisé
  31. [2]
  32. (en) Dofus, Metacritic. Consulté le 17 février 2018.
  33. Killy, Test du jeu Dofus, 14 septembre 2004, Jeuxvideo.com.
  34. (en) Dofus Review, PC Gamer, avril 2006, p. 78.
  35. (en) Andrew Fretz, Dofus Touch Review - A Great MMO, Now on Mobile, 7 octobre 2016, TouchArcade.
  36. (en) The 8th Independent Games Festival Finalists, site de l'Independent Games Festival.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]