Flashforward

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le cinéma
Cet article est une ébauche concernant le cinéma.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flashforward (homonymie).

Dans une narration, un flashforward ou saut en avant intervient lorsque le spectateur est informé d'un élément du récit qui est censé se dérouler dans un temps futur par rapport au temps principal du récit, figure que l'on peut opposer au flashback. Il s'agit d'une inversion, en quelque sorte d'un anachronisme, le flashforward étant l'équivalent de la prolepse en littérature.

Les flashforwards sont souvent très courts, réduits à une séquence, elle-même le plus souvent réduite à un seul plan. Ils peuvent apporter de l'information nécessaire aux spectateurs pour comprendre l'histoire ou alimenter le suspense.

Un flashforward doit être suivi d'un retour au temps initial ; dans le cas contraire il s'agit simplement d'une ellipse narrative, c'est-à-dire un saut temporel sans modification de la chronologie. Les flashforwards sont souvent présentés sous la forme d'une prémonition, ou plutôt d'une précognition d'un personnage.

Les flashforwards présentent un futur pouvant soit être modifié soit amener les spectateurs à se concentrer sur les tenants et aboutissants menant à celui-ci.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans La Jetée (Chris Marker, 1962), la scène initiale, dans laquelle le narrateur énonce « Ceci est l'histoire d'un homme marqué par une image d'enfance », est, en réalité, un flashforward.
  • Dans Easy Rider (Dennis Hopper, 1969), on voit furtivement la scène finale (les motos en feu) au milieu du film.
  • Dans Minority Report de Steven Spielberg
  • Dans Pulp Fiction de Quentin Tarantino, deux des trois principaux chapitres peuvent être considérés comme des flashforwards.
  • Dans Fight Club de David Fincher, la toute première scène est un aperçu très furtif de la scène finale.
  • Dans Jeux d'enfants de Yann Samuell, on assiste successivement à deux flashforwards dès le début du film (la scène finale et la scène du bus dans l'enfance).
  • Dans L'Armée des douze singes de Terry Gilliam.
  • Dans 99 francs de Jan Kounen, on retrouve un flashforward et un flashback un à la suite de l'autre en début de film.
  • Dans Next, le héros, interprété par Nicolas Cage, est capable de voir son futur proche, rendant les flashforwards innombrables tout au long du film.
  • Dans la série de films Destination finale, les flashforwards sont utilisés pour prévenir les spectateurs d'une mort imminente.
  • Le film Mission impossible 3 débute par un flashforward.
  • Dans Mister Nobody (de Jaco Van Dormael) le héros se projette dans le futur et raconte les différentes existences qu'il aurait pu vivre, s'il avait fait tout au long de sa vie des choix différents. Le film repose sur des flashback et flashforward.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • Les séries Lost, Damages et How I Met Your Mother recourent souvent à ce procédé. La série Revenge, par exemple, commence chacune de ses saisons par un flashforward montrant une séquence importante sans sa finalité. La saison reprend ensuite son cours en ayant de ce fait ajouté un suspense important et difficilement compréhensible sans les éléments nécessaires.
  • Un des héroïnes de la série Charmed, Phoebe, a des prémonitions lui permettant de voir un futur proche.
  • Dans la série Dead Zone, le héros a fréquemment des visions au contact de certains objets et personnes, dont des visions du futur.
  • Les épisodes de la série NCIS : Enquêtes spéciales sont régulièrement entrecoupés par de courtes scènes en noir et blanc montrant un extrait d'un futur proche faisant office de chapitrage ou de moments clé de l'épisode.
  • La série télévisée Flashforward raconte le chaos déclenché par un « black-out » planétaire de 2 minutes 17 secondes où chaque humain a eu une vision de son futur.
  • Dans la saison 5 de Breaking Bad, à deux reprises, on assiste à une séquence présentant Walter White à l'âge de 52 ans, barbu et avec ses cheveux, fêtant seul son anniversaire à un restaurant avant de retrouver un véhicule contenant une mitrailleuse M60 (épisode 1), puis se rendant à son ancienne maison, abandonnée et grillagée, pour y récupérer son tube de ricine encore intact (épisode 9). Ces prolepses interviennent à chaque reprise de la série, en 2012 et 2013, la saison 5 ayant été partagée en deux parties de 8 épisodes.
  • Dans la saison 7 de la série télévisée The Vampire Diaries, chaque début d'épisodes montrent un saut dans le temps de 3 ans, nous montrant comment sera fait la vie des personnages à ce moment avant de finalement revenir au présent.
  • La série Murder (série télévisée) utilise une double temporalité et recourt fréquemment aux flashforward pour jongler entre le présent et un futur proche (qui devoilent des scènes importantes qu'on ne comprend qu'au fur et à mesure des épisodes).

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Prolepse, procédé littéraire dont est adapté le flashforward.