Shangri-La (bande dessinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shangri-La (homonymie).

Shangri-La
One shot
Auteur Mathieu Bablet
Genre(s) science-fiction

Thèmes dictature consumériste, environnement, politique, économie, mouvements sociaux, racisme, expérimentations scientifiques incontrôlées
Lieu de l’action Station spatiale (principalement)
Époque de l’action Futur éloigné

Éditeur Ankama Éditions
Collection Label 619
Première publication septembre 2016
ISBN 978-2-359-10969-6
Format 24 cm x 32 cm
Nb. de pages 220

Shangri-La est une bande dessinée de science-fiction, écrite, dessinée et mise en couleur par Mathieu Bablet. Le récit se développe autour de plusieurs thèmes : dystopie, voyage dans le temps, consumérisme, espace, manipulation génétique et horreur. Le volume, édité par Ankama Éditions dans la collection Label 619, est paru en septembre 2016. Il comporte 220 planches.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le récit se déroule dans un futur éloigné. La Terre étant devenue inhabitable, les humains se sont réfugiés dans une station spatiale, où ils mènent une vie confinée et coupée de la lumière solaire. La corporation Tianzhu Entreprise dirige indirectement la vie des humains et des animoïdes, espèces anthropomorphes mi-humaines, mi-animales et douées de parole. L'intrigue suit l'histoire de plusieurs personnages, selon leurs motivations : connaître la vérité, créer un homme génétiquement nouveau, renverser le pouvoir... En particulier, le personnage de Scott est chargé d'enquêter sur des explosions dans des stations-laboratoires[1]. Dans « une région inhospitalière de la planète Titan », Tianzhu Enterprises prévoit de « créer à partir de rien une nouvelle espèce d'êtres humains particulièrement résistants »[2].

Thèmes[modifier | modifier le code]

L'album interroge le spécisme par la présentation des Animoïdes, êtres mi-humains mi-animaux, qui renvoie « au racisme ordinaire sur les communautés minoritaires, le travail dans les usines délocalisées qui nous permettent d’avoir un confort technologique et la question du spécisme »[3].

Dans Sud Ouest, l'auteur estime que les thèmes de « l'environnement, la politique, l'économie, les mouvements sociaux, le racisme, les expérimentations scientifiques incontrôlées… sont en intrication totale »[4].

D'après Tout en BD, les thèmes dans Shangri-La puisent dans les classiques de la science fiction : « consumérisme à outrance, absence de libertés individuelles, manipulation génétique, animoïdes et désir de rébellion de certains ». Concernant les libertés individuelles, le récit rappelle certains classiques comme Le Meilleur des mondes, 1984 et Soleil vert[1].

Genèse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Mathieu Bablet est originaire de Grenoble et il a reçu une formation en Arts appliqués[4].

Le titre Shangri-La fait référence au roman Les Horizons perdus (Lost Horizons, traduit en français : Les Horizons Perdus), écrit par James Hilton en 1933 puis adapté au cinéma par Frank Capra en 1937 (Les Horizons perdus)[1].

Style[modifier | modifier le code]

Les illustrations de la Terre dans l'espace se fondent sur des clichés de la NASA. L'auteur utilise des outils numériques pour les couleurs, cherchant « un aspect presque photographique »[3]. D'après Charente Libre[2], « Le trait est minutieux, la station décrite sous tous les angles à grands renforts de détails architecturaux ».

D'après 9e Art, le dessin de Bablet s'inspire des jeux vidéo, en particulier les RPG[5]. Tout en BD décrit le dessin comme « minutieux » en particulier pour les détails à l'intérieur de la station spatiale : « Tous ces espaces confinés tranchent avec les illustrations pleine page dans l’espace qui en mettent plein les yeux[1] ».

Analyse[modifier | modifier le code]

Mathieu Bablet dit illustrer « le rapport de l'Homme à l'univers, la petitesse de son existence par rapport à l'infini et la vacuité potentielle — et avérée dans l'histoire — de ses actions par rapport à la création »[3].

Influences[modifier | modifier le code]

L'auteur se dit influencé par le Japonais Katsuhiro Otomo (Akira, Dômu) et les Américains Mike Mignola (Hellboy) et John Carpenter (réalisateur du film The Thing) - et, plus globalement, par les films d'horreur. Dans Sud-Ouest, Bablet dit se référer à Universal War One et au manga Planetes[4].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Cette œuvre fait partie de la sélection officielle en 2017 au festival international de la BD d'Angoulême[6].

Shangri-La fait partie des finalistes dans le prix 2017 de la BD Fnac[7].

L'album a fait partie des finalistes au Grand Prix de la critique 2017[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Shangri-La », sur Tout en BD,
  2. a b et c Estelle Desnoes, « «Shangri-la», l'odyssée finale », Charente Libre,‎
  3. a b et c Bfmtv.com : Interview de Mathieu Bablet La BD de la semaine: Mathieu Bablet commente Shangri-La (consulté le 21 janvier 2018)
  4. a b et c Philippe Belhache, « Festival de la BD d’Angoulême : Mathieu Bablet, l’outsider de la sélection », Sud-Ouest,
  5. Sullivan, « Shangri-La, la critique », sur 9e art
  6. Site du Festival International de la bande dessinée d'Angoulême : Sélection officielle 2017
  7. La rédaction, « Mathieu Bablet », Huffington Post,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]