Dodge Challenger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dodge Challenger
Image illustrative de l’article Dodge Challenger
Badge SRT-8 à l'arrière d'une Dodge Challenger

Marque Drapeau : États-Unis Dodge (Chrysler)
Années de production 1970 - 1974
1978 - 1983
2008 - présent
Classe Pony car, Muscle car
Usine(s) d’assemblage Drapeau des États-Unis Hamtramck, Michigan
Drapeau des États-Unis Los Angeles, Californie
Drapeau du Japon Okazaki, Aichi
Drapeau du Canada Brampton, Ontario
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4-cylindres en ligne
6-cylindres en ligne
6-cylindres en V
8-cylindres en V
Position du moteur Longitudinale avant
Transmission Propulsion ou intégrale
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Cabriolet

Challenger est le nom de trois modèles de voitures du constructeur automobile américain Dodge.

La Dodge Silver Challenger est une version spéciale de la Dodge Coronet de 1959. Le premier modèle Challenger est un muscle car fabriqué de 1970 à 1974 qui est devenu une icône de la culture automobile américaine et un modèle classique de style qui sert toujours de référence aux ingénieurs de Dodge. L'appellation Challenger a ensuite été attribuée de 1978 à 1983 à la Mitsubishi Galant Lambda Coupé importée du Japon par Chrysler. Enfin, l'appellation est reprise en 2008 pour le tout nouveau modèle néo-rétro que Dodge lance en 2008 pour concurrencer la Ford Mustang ainsi que la Chevrolet Camaro. Les Challenger de la première, et troisième génération ont toujours été des Muscle Cars.

Première génération (1970 - 1974)[modifier | modifier le code]

Dodge Challenger
Dodge Challenger
Dodge Challenger de 1970

Marque Drapeau : États-Unis Dodge
Années de production 1970 - 1974
Production 165 437 exemplaire(s)
Classe Pony car
Muscle car
Usine(s) d’assemblage Hamtramck (Michigan)
Los Angeles (Californie)
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 225 (3,69 L) L6
318 (5,21 L) LA V8
340 (5,6 L) LA V8
360 (5,9 L) LA V8
383 (6,28 L) B V8
426 (6,98 L) Hemi V8
440 (7,2 L) RB V8
Position du moteur Longitudinale avant
Cylindrée 3 240 à 7 200 cm3
Puissance maximale (108 à 317 kW) 147 ch à 431 ch DIN
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses 3 à 4 vitesses manuelle
3 vitesses automatique
Dimensions
Longueur 4 860 mm
Largeur 1 930 mm
Hauteur 1 290 mm
Empattement 2 790 mm

Introduite à l'automne 1969 pour 1970[1], la Challenger était l'une des deux voitures E-body de Chrysler, l'autre étant la Plymouth Barracuda, légèrement plus petite. Positionnée pour concurrencer la Mercury Cougar et la Pontiac Firebird dans le segment supérieur du marché des pony-cars [2], ce fut "une réponse assez tardive" à la Ford Mustang, qui a fait ses débuts en avril 1964[3]. Malgré tout, Chrysler voulait que la nouvelle Challenger soit la voiture la plus puissante à ce jour[4] et, à l'instar de la moins chère Barracuda, elle était proposée dans un nombre impressionnant de versions et d'options et avec pratiquement tous les moteurs de l'inventaire de Chrysler[5].

L'empattement plus long de la Challenger, ses dimensions plus grandes et son habitacle plus luxueux ont été motivés par le lancement de la Mercury Cougar de 1967, également une pony-car plus grande, plus luxueuse et plus chère destinée aux jeunes acheteurs américains aisés[6]. L'empattement de 2 800 mm était plus long de 51 cm que celui de la Barracuda, et la Dodge présentait une tôle en métal très différente, tout comme la Cougar se distinguait de la Mustang à empattement plus court. La climatisation et le désembueur de lunette arrière étaient optionnels[7]. À l'exception de 1971, les extrémités avant des deux voitures se distinguaient par le fait que la Challenger avait quatre phares et que le Barracuda n'en avait que deux; Une tendance reproduite par les offres des rivaux de Chrysler.

Le design extérieur a été réalisé par Carl Cameron, également responsable des designs extérieurs de la Dodge Charger de 1966. Cameron a basé la calandre de la Challenger de 1970 sur un croquis d'un prototype mort-né plus ancien de Charger de 1966 qui devait avoir un moteur à turbine. Bien que la Challenger ait été bien accueillie par le public (avec 76 935 produites pour l’année modèle 1970), elle a été critiquée par la presse, et le segment des pony-cars était déjà en déclin au moment de son arrivée. Les ventes ont fortement chuté après 1970 et, bien que les ventes aient augmenté pour 1973 avec plus de 27 800 voitures vendues, la production de Challenger a cessé au milieu 1974. Au total, 165 437 Challengers ont été vendues pour cette génération.

Années modèles[modifier | modifier le code]

1970[modifier | modifier le code]

Pour son année modèle d'introduction, la Challenger était disponible en deux finitions, Challenger et Challenger R / T, et trois modèles, toit rigide à deux portes, toit rigide à deux portes Special Edition ou cabriolet[8]. Le modèle de base était la Challenger avec des moteurs six cylindres en ligne ou V8. Le toit rigide Special Edition, disponible sur la Challenger de base ou sur la R / T, ajoutait un certain nombre de fonctionnalités d'apparence, de commodité et de confort[9]. Produite uniquement pour l'année modèle 1970, cette finition SE (Special Edition) plus luxueuse incluait en standard un toit en vinyle avec des médaillons "SE" sur les piliers, une lunette arrière "formelle" plus petite, sièges baquets en cuir et en vinyle et une console intérieure au plafond qui contenait trois voyants (porte entrouverte, niveau de carburant bas et ceintures de sécurité)[10]. Le moteur standard sur le modèle de base était un six cylindres en ligne 225 de 3,7 L. Le moteur standard sur les modèles à finition supérieure était un V8 318 de 5,2 L avec un carburateur à 2 corps. Pour 1970, les moteurs en option comprenaient les 340 et 383 de respectivement 5,6 et 6,3 L, ainsi que les V8 440 et 426 de respectivement 7,2 et 7,0 L, tous avec une transmission manuelle à 3 vitesses standard, à l'exception du moteur 383 de 294 ch (216 kW), qui n'était disponible qu'avec la transmission automatique TorqueFlite. Une boîte manuelle à 4 vitesses était offerte en option sur tous les moteurs, à l'exception du six cylindres en ligne de 3,7 L à 2 corps et du V8 de 6,3 L.

Le modèle de performance était la Challenger R / T (Road / Track), avec un V8 "Magnum" de 6,3 L d'une puissance nominale de 340 ch (250 kW); 304 ch (224 kW) pour 1971, en raison d'une baisse de compression. La transmission standard était une manuelle à 3 vitesses. Les moteurs R / T en option étaient le Magnum 440 7,2 L de 380 ch (280 kW), le Six-Pack 440 7,2 L de 395 ch (291 kW) et le Hemi 426 7,0 L de 437 ch (317 kW) à 5 000 tr/min et 664 N m de couple à 4 000 tr/min. La R / T était disponible en version à toit rigide ou cabriolet. La Challenger R / T est livrée avec un groupe d'instrumentations Rallye qui comprenait un compteur de vitesse de 240 km/h, un compte-tours à 8 000 tr/min et un manomètre de pression d'huile[11]. Le mixeur de l'écope du capot n'était plus disponible après 1971.

Une introduction en milieu d'année était la Challenger Deputy à bas prix, un coupé avec des vitres arrière fixes et dépouillé de certaines garnitures de la voiture de base et avec des vitres latérales arrière fixes. La "Western Sport Special" était une version uniquement disponible pour les concessionnaires de la côte ouest. Elle était livrée avec un système d'échappement arrière et une identification Western Sport Special sur le couvercle du coffre arrière. Quelques exemplaires sont venus avec un déverrouillage du coffre actionné par dépression[réf. nécessaire].

La Dodge Challenger T/A de 1970[modifier | modifier le code]

Un modèle spécial uniquement disponible pour l'année modèle 1970 était la voiture d'homologation de course, la Challenger T / A (Trans Am). Afin de courir dans le Sports Car Club of America's Trans American Sedan Championship Trans Am, Dodge a construit une version de rue de sa voiture de course (tout comme Plymouth avec sa Plymouth 'Cuda AAR) qu'il a appelé la Dodge Challenger T / A (Trans Am ). Bien que les voitures de course aient utilisé une version détruite du moteur 340, les versions de rue ont pris le moteur 340 et ajouté un trio de carburateurs à deux corps au sommet d'un collecteur d'admission en aluminium, créant le moteur Six Pack 340. Dodge a évalué le Six Pack 340 à 294 ch (216 kW), seulement 15 ch (11 kW) de plus que le moteur 340 d'origine (qui avait également la même puissance que la Camaro Z / 28 et la Ford Mustang Boss 302). L'air entrait à travers une écope à air de la taille d'une valise moulée dans le capot à charnière en fibre de verre noir mat. Un échappement à double sortie et à faible restriction allait jusqu'à l'emplacement du silencieux d'origine, puis avec une direction inversé pour sortir dans les sorties "mégaphone" chromées à l'avant des roues arrière. Les options comprenaient une transmission automatique à quatre vitesses TorqueFlite à poignée pistolet ou Hurst, des rapports de 3,55:1 ou 3,90:1, ainsi qu'une direction manuelle ou assistée. Les freins à disque avant étaient standard. La suspension spéciale Rallye utilisait des pièces robustes et augmentait le taux des ressorts arrière. La T / A a été l'une des premières muscle cars américaines à monter des pneus de tailles différentes à l'avant et à l'arrière: Goodyear Polyglas E60x15 à l'avant et G60x15 sur l'essieu arrière[12],[13]. La chambre modifiée élevait suffisamment l'arrière pour dégager les pneus arrière et les sorties d'échappement latérales. Des doubles bandes latérales épaisses, graphiques d'identification en gras, un becquet arrière en fibre de verre et un aileron avant en fibre de verre était également inclus. L'intérieur était identique aux autres Challenger.

Dodge a retenu les services d'Autodynamics de Ray Caldwell à Marblehead, dans le Massachusetts, pour diriger l'équipe Trans-Am de l'usine. Sam Posey conduisait la voiture peinte à la chaux n ° 77 que l'équipe de Caldwell a construite à partir d'une voiture enlevée de la salle d'exposition d'un concessionnaire local. Lorsque la No.76 a été achevée à la mi-saison à partir d'un châssis fourni par les All American Racers de Dan Gurney, Posey a alterné entre les deux. Les deux voitures ont couru les deux dernières courses, avec Posey dans la # 77. Ronnie Bucknum a conduit la No.76 à Seattle Washington et Tony Adamowicz l'a conduit à Riverside, en Californie.

Les Challenger T / A ont obtenue quelques arrivées parmi les trois meilleures, mais le manque de budget de développement et les moteurs de 5,0 L de courte durée construits par Keith Black ont conduit Dodge à quitter la série à la fin de la saison. La version de rue souffrait d'un sous-virage sévère dans les virages rapides, principalement en raison des pneus avant plus petits. Seulement 2 399 T / A ont été fabriquées. Un modèle de 1971 utilisant le moteur 340 avec un carburateur à 4 corps était prévu et apparu dans la publicité, mais n'a pas été produit depuis que Dodge s'était retiré de la série de course.

1971[modifier | modifier le code]

Pour l'année modèle 1971, la Challenger Coupe est devenue le modèle d'entrée de gamme, avec un moteur six cylindres en ligne ou un moteur V8. Comme la Challenger Deputy qu'elle a remplacée, elle avait des vitres arrière fixes et un volant de base noir avec bouton de klaxon[14].

1972[modifier | modifier le code]

Pour l'année modèle 1972, les listes d'options (à la fois pour les éléments de performance et d'apparence / commodité) avaient été considérablement réduites. La version cabriolet (bien qu'un toit ouvrant ait été mis à disposition), la plupart des options de mise à niveau intérieure (en particulier les sièges en cuir), les articles de confort / de commodité (en particulier les vitres électriques et les sièges électriques), et toutes les options de moteur à gros bloc ont disparu. La finition R / T a été remplacée par la finition Challenger Rallye. Le modèle Rallye comportait quatre évents simulés sur les ailes avant, d'où sortaient des bandes stroboscopique noir mat. Les choix de moteurs étaient réduits à trois: le slant-6 225 de 3,7 L, le V8 318 de 5,2 L et un V8 340 de 5,6 L qui était équipé d'un carburateur à 4 corps, de doubles échappements , ainsi qu'un arbre à cames et des têtes axés sur les performances. Les trois moteurs ont été désaccordés pour réduire les taux de compression afin de fonctionner avec de l'essence sans plomb, et les puissances en chevaux ont été abaissées pour refléter les calculs plus précis de la puissance nette de la Society of Automotive Engineers (SAE). Chaque moteur pouvait être accouplé à une transmission manuelle ou automatique à 3 vitesses, tandis que le 340 pouvait également être équipé d'une transmission manuelle à 4 vitesses sur demande. Les rapports des essieux de performance ont également disparu, sauf pour une adhérence sûre de 3,55 qui ne pouvait être obtenue qu'avec le moteur 340 et la suspension robuste[15]. Les modèles de 1972 ont également reçu une nouvelle calandre qui s'étendait sous le pare-chocs avant, ainsi que de nouveaux feux arrière. Vers la fin de l'année modèle 1971, quelques cabriolets ont été fabriqués avec l'avant (calandre, feux, etc.) et l'arrière de 1972 (feux arrière et leur panneau). La seule façon de déterminer ces cabriolets Challenger de 1972 est de regarder son étiquette sur l'aile. Sur la ligne de code qui donne le numéro de commande du concessionnaire, ce numéro commencera par un «R», qui désigne «Special Meaning» (dans ce cas, une voiture de «promotions spéciales» de télévision).

1973-1974[modifier | modifier le code]

La calandre et les feux arrière de 1972 ont été conservés pour les années modèles 1973 (et 1974) et les pare-chocs résistant à 8 km/h obligatoires ont été ajoutés. Bien que le moteur à six cylindres 225 de 3,7 L ait été abandonné (ne laissant que les deux V8), toutes les listes d'options étaient sinon des reports de 1972.

Pour 1974, le moteur 340 de 5,6 L a été remplacé par une version 360 de 5,9 L offrant 248 ch (183 kW), mais le marché des pony cars était tombé et la production des Challenger a cessé fin avril 1974.

Variations cosmétiques[modifier | modifier le code]

Bien que le style de carrosserie soit resté le même tout au long des cinq ans de la Challenger, il y a eu deux changements notables à la calandre avant. Les modèles de 1971 avaient une calandre "fendue", tandis que 1972 introduisait un design qui étendait la calandre (surnommée la "bouche triste") sous le pare-choc avant. Avec ce changement à l'avant, les modèles de 1972 à 1974 ont peu ou pas de variation. La seule façon de les distinguer correctement est que les modèles de l'année 1972 avaient des pare-chocs encastrés sans protections de pare-chocs (les petits pare-chocs étaient en option), tandis que les modèles de 1973 et 1974 avaient les pare-chocs saillants résistant à 8 km/h (avec une garniture en caoutchouc derrière eux) en conjonction avec de grandes protections de pare-chocs. Les voitures de 1974 étaient dotées de protections de pare-chocs arrière plus grandes pour répondre à la loi sur les chocs arrière résistant à 8 km/h (nouvelle pour 1974 et plus). Ces modifications ont été apportées pour respecter la réglementation américaine en matière de sécurité lors des essais de collision.

Les feux arrière des modèles de 1970 traversaient l'arrière de la voiture, avec le feu de recul au milieu. En 1971, les feux de recul étaient à gauche et à droite au lieu du milieu. L'assemblage des feux arrière a également changé pour 1972 et la Challenger a maintenant quatre lampes rectangulaires individuelles.

Collectibilité[modifier | modifier le code]

Bien que peu aient pleuré la fin des modèles a plate-forme E, le passage du temps a créé des légendes et mis en évidence les personnalités uniques de la Challenger et de la Barracuda[5]. Avec une production totale faible et une faible capacité de survie au fil des ans, toute Challenger vaut une somme d'argent substantielle. Dans une revue historique, les éditeurs d'Edmunds Inside Line ont classé ces modèles comme suit: 1970 a été une «grande» année, 1971 a été une «bonne» année, puis «trois progressivement plus moche» (1972-1974)[5]. Avec des ventes et une production totales réduites de 2/3 par rapport à 1970, les Challenger avec moteur de performance sont les plus rare. Les ventes et la production des voitures de 1973 (avec seulement deux V8 disponibles) ont en fait dépassé 1971 d'environ 1 700 voitures.

Marchés d'exportation[modifier | modifier le code]

Les Dodge Challenger ont principalement était produites pour les marchés américain et canadien. Chrysler a officiellement vendu des Challenger en Suisse par le biais d'AMAG Automobil- und Motoren AG à Schinznach-Bad, près de Zurich. Seules quelques voitures étaient expédiées à l'étranger chaque année vers AMAG. Ils faisaient l'assemblage final des Challenger et les convertissaient selon les spécifications suisses. Il existe encore peu de voitures AMAG. Du point de vue d'un collectionneur, ces voitures sont très souhaitables. Aujourd'hui, moins de cinq Challenger suisse existent en Amérique du Nord[16].

Chrysler exportait également officiellement des Dodge Challenger en France par le biais de son opération Chrysler France Simca, puisque Ford vendait avec succès en petit nombre la Mustang en France. Cependant, seuls quelques Challenger étaient exportées et Chrysler a finalement renoncé à les vendre en France.

Motorisations[modifier | modifier le code]

Les puissances nominales brutes étaient déterminées en testant le moteur sans accessoires, sans filtre à air ou en-têtes de dyno ouverts. En 1971, les taux de compression ont été réduits dans les moteurs haute performance, à l'exception du 426 de 7,0 L et du moteur haute performance 440 de 7,2 L, pour accueillir de l'essence ordinaire. 1971 a été la dernière année pour le Hemi 426 de 7,0 L.

Les moteurs disponibles étaient répartis en deux catégories, selon leurs cylindrées.

Small blocks
  • 6 cylindres en ligne « Slant Six » 225 (3,7 L) : 1970-1972
  • V8 318 (5,2 L) : 1970-1974
  • V8 340 (5,6 L) : 1970-1973
  • V8 360 (5,9 L) : 1974
Big blocks
  • V8 « Magnum » 383 (6,3 L) : 1970-1971
  • V8 « Magnum » 440 (7,2 L) : 1970-1971, à carburateur quadruple corps (développant 380 ch (280 kW))
  • V8 « Six Pack » 440 (7,2 L) : 1970-1971, à trois carburateurs double corps développant 395 ch (291 kW) et 664 N m.
  • V8 Hemi 426 (7,0 L) : 1970-1971. 431 ch (317 kW) et 664 N m, une option coûteuse de 1 228 dollars, ce qui explique le peu d'exemplaires construits avec ce moteur.

Les Challenger équipées de big blocks étaient disponibles en deux versions spécifiques, la mythique version « R/T » (pour « Road/Track », soit « route et circuit »), version la plus sportive, et la version « SE » (pour « Standard Edition »), version plus confortable.

Performances[modifier | modifier le code]

402 mètres (1/4 de mile) départ arrêté en secondes et vitesse de passage :

  • 340 : 14,8 s et 124,5 km/h
  • 340 T/A : 14,4 s et 126,1 km/h
  • 383 : 14,1 s et 139,6 km/h
  • 440 Magnum R/T : 13,9 s et 142,5 km/h
  • 440 Six-Pack : 13,8 s et 147,3 km/h
  • 426 Hemi : 13,6 s et 148,9 km/h

Cabriolet[modifier | modifier le code]

Les Challenger ont été disponibles en cabriolet en 1970 et en 1971 seulement. La version la plus performante était le modèle « R/T », disponible en cabriolet ou coupé. Les coupés étaient également disponibles en finition SE plus luxueuse, avec une sellerie cuir, un toit vinyle et une lunette arrière plus petite. Pour le millésime 1972, Dodge a abandonné la dénomination « R/T » pour sa version performante au profit de la dénomination « Rallye ».

Ventes[modifier | modifier le code]

Année Variante Modèle Production Total
1970 L6 Hardtop 1 76 935
Sports Hardtop 350
Cabriolet 370
V8 Hardtop 36 811
Hardtop T/A 2 539
Sports Hardtop 5 873
Cabriolet 2 543
Hardtop R/T 13 796
Hardtop R/T Special Edition 3 753
Cabriolet R/T 963
1971 L6 Hardtop 1 672 26 299
Cabriolet 83
V8 Hardtop 18 956
Cabriolet 1 774
Hardtop R/T 3 814
1972 L6 Hardtop 842 22 919
V8 15 175
Hardtop Rallye 8 123
1973 Hardtop 27 930 27 930
1974 11 354 11 354

Deuxième génération (1978-1984)[modifier | modifier le code]

Dodge Challenger
Dodge Challenger
Dodge Challenger de 1981

Appelé aussi Mitsubishi Galant Lambda
Marque Drapeau : États-Unis Dodge
Années de production 1978 - 1984
Classe Coupé compact 2 portes
Usine(s) d’assemblage Okazaki, Japon
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 98, 1.6 L L4
160, 2.6 L L4
Position du moteur Avant
Cylindrée De 1 600 à 2 600 cm3
Puissance maximale Jusqu'à (78 kW) 106 ch
Boîte de vitesses 5 vitesses manuelle
3 vitesses automatique
Dimensions
Longueur 4 525 mm
Largeur 1 675 mm
Hauteur 1 600 mm
Empattement 1 355 mm
Chronologie des modèles

Voir Mitsubishi Galant Lambda

À partir de l'année modèle 1978, Dodge a commercialisé une variante rebadgée des premiers coupé Mitsubishi Galant Lambda, sous le nom de Dodge Challenger - par l'intermédiaire des concessionnaires Dodge en tant qu'importation captive, à l'origine sous le nom de "Dodge Colt Challenger"[17]. La marque Plymouth de Chrysler a commercialisé sa propre variante rebadgée sous le nom de Plymouth Sapporo, et une variante rebadgée a été commercialisée et vendue à l'étranger sous le nom de Mitsubishi Sapporo / Scorpion. La Challenger était identique à la Plymouth Sapporo sur le plan de la couleur et des détails mineurs, la version Dodge mettant l’accent sur la sportivité et des couleurs vives, tandis que le modèle Plymouth mettait l’accent sur le luxe (contrairement à l'idée d'entrée de gamme de Plymouth) et une finition plus discrète. Les voitures ont été légèrement redessinées en 1981 avec une carrosserie révisée, plus d'espace pour les pieds, la tête, dans la capacité du coffre et une meilleure insonorisation, des phares révisés et d’autres modifications esthétiques mineures. Les deux voitures ont été vendues jusqu'en 1983, jusqu'à ce qu'elles soient remplacées par la Conquest utilisant la même plateforme à propulsion arrière jusqu'en 1989 et en 1984 par la Daytona à traction avant.

La voiture a conservé le style de toit rigide sans cadre de l’ancienne Challenger, mais ses moteurs étaient plus petits, un quatre cylindres en ligne de 1,6 L et un quatre cylindres en ligne de 2,6 L au lieu des moteurs à six et huit cylindres de l’ancienne Challenger et les performances étaient bien loin de son homonyme. Néanmoins, elle a acquis la réputation d'être une voiture assez vive dans sa catégorie, notamment grâce à son moteur "Hemi" de 2,6 L disponible, d'une capacité de 106 ch (78 kW)[17]. Les moteurs à quatre cylindres de cette taille n'avaient généralement pas été construits à cause des vibrations inhérentes, mais Mitsubishi a été le premier à utiliser des arbres d'équilibrage pour atténuer cet effet. La Challenger a été l'un des premiers véhicules à intégrer cette technologie sur le marché américain; depuis, elle a été concédée sous licence à de nombreux autres fabricants.

Troisième génération (2008)[modifier | modifier le code]

Dodge Challenger
Dodge Challenger
Dodge Challenger 2015

Marque Drapeau : États-Unis Dodge
Années de production 2008 -
Phase 1 : 2008 - 2015
Phase 2 : 2015 -
Classe Pony car, Muscle car
Usine(s) d’assemblage Brampton (Ontario), Canada
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Voir la section détaillée
Position du moteur Longitudinale avant
Cylindrée 3 500 à 6 400 cm3
Puissance maximale (186 à 626 kW) 253 à 852 ch DIN
Couple maximal 540 à 1 044 Nm
Transmission Propulsion ou intégrale
Boîte de vitesses Automatique à 4/5/8 rapports
Manuelle à 6 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1 739 à 2 029 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 portes
Châssis Mercedes-Benz Classe E (Type 210)[18]
Dimensions
Longueur 5 020 mm
Largeur 1 920 mm
Hauteur 1 450 mm
Empattement 2 950 mm

À la fin 2005, Dodge a diffusé des photos d'espionnage du prototype de la Dodge Challenger sur Internet et a été annoncé le 21 novembre 2005, montrant un dessin officiel du véhicule[19]. La Dodge Challenger Concept a été dévoilée au Salon de l’Auto de l’Amérique du Nord 2006 et représentait un aperçu de la Dodge Challenger de 3e génération, dont la production a débuté en 2008. De nombreux éléments de conception de la Dodge Challenger Concept ont été adaptés à partir de la Dodge Challenger R/T de 1970. C'était la deuxième voiture poney à réutiliser un design précédent dans les années 2000, après la Ford Mustang de 2005 mais avant la Chevrolet Camaro de 2010 (qui a été ravivée après sept ans d'absence de production).

SRT Hellcat[modifier | modifier le code]

La Dodge Challenger SRT Hellcat est une variante haute performance de la Challenger équipée d'un moteur HEMI suralimenté 6,2 L de 717 ch (527 kW) et 881 N m de couple. Ce moteur est également disponible dans la berline full-size Dodge Charger SRT Hellcat, le SUV Jeep Grand Cherokee Trackhawk et en tant que kit d'échange du moteur Hellcrate.

La Challenger SRT Hellcat peut accélérer de 0 à 97 km/h en 3,6 secondes et peut freiner de 60 à 0 en 33 m. La vitesse maximale est de 320 km/h. La Challenger Hellcat a une accélération latérale de 0,94 g[20]. {clr}

SRT Demon[modifier | modifier le code]

La Demon est une variante de performance extrême (niveau course de piste) de production limitée avec une large carrosserie de la Challenger SRT Hellcat déjà très performante. Elle a fait ses débuts lors du Salon de l'auto de New York en avril 2017[21].

La Demon utilise un tout nouveau moteur V8 de 6,2 L équipé d'un compresseur de 2,7 L, qui est évalué à 819 ch (603 kW) avec de l'essence d'octane 91 et 852 ch (626 kW) avec du carburant d'octane 100 ou plus (les deux sorties sont avec le porte-clés rouge fourni avec la voiture).

Courses[modifier | modifier le code]

La Challenger a été présentée à la série SCCA Trans Am en 1970. Deux voitures soutenues par l'usine ont été préparées par Ray Caldwell's Autodynamics et conduites par Sam Posey et Tony Adamowicz. La voiture n ° 77 a été construite chez Autodynamics à partir d'une Challenger T / A de rue qui a été prise dans une salle d'exposition d'un concessionnaire local. Le châssis n ° 76 est arrivé à la mi-saison des All-American Racers de Dan Gurney et a été complété par Autodynamics.

  • Du début au milieu des années 1970, le programme "Kit Car" de Dodge pour les courses de stock car des modèles récents sur courte piste offrait un choix de Challenger, et quelques-unes (moins de 12) ont été fabriqués, mais en 1974, Dodge a mis fin à la gamme Challenger et ils sont allés avec des carrosseries de Dodge Dart Sports et Dodge Aspen sur un châssis en tube d'acier[22].
  • Blackforest Motorsports a actuellement engagé une Challenger dans le Continental Challenge[23].
  • La Challenger R / T a été utilisé comme modèle Chrysler pour commencer en 2010 la compétition NASCAR Nationwide Series[24].

Dodge étant officiellement sorti de la NASCAR à la fin de la saison 2012, les voitures et les pièces de course restantes ont été achetées par des équipes de course "privées" et continuent d'apparaître dans la série Nationwide pendant les saisons 2013 et 2014. J. J. Yeley a indiqué que son équipe et ses deux voitures continuerait à aligner une Challenger de série aussi longtemps qu'il pourrait trouver des pièces pour maintenir les voitures en marche. L'équipe s'est arrêtée après la saison 2014 après que sa n ° 93 (plus tard n ° 28) était régulièrement dans le top 20 pendant les courses, bien que la n ° 74 appartenant à Mike Harmon et la n ° 40 opérée par Derek White se soient qualifiés et aient couru des Dodge en 2015. Mike Harmon Racing a piloté une Dodge toute la saison 2015 et l'a également fait en 2016, et a déjà participé à plus de la moitié de la saison 2017. De même, l'équipe MBM Motorsports de White a aligné les n ° 13 et 40 en tant que Dodge dans certaines courses[25]. MBM continue à aligner des Dodge en 2018 avec Timmy Hill dans la 66 (était la 13).

Fin 2014, deux Challenger alignés par Miller Racing, avec le soutien de SRT et Mopar, conduites par Cameron Lawrence et Joe Stevens ont commencée à courir dans la catégorie TA2 de la Trans-Am Series. Les deux voitures utilisaient un châssis de tube de course sur route Spec Howe avec des carrosseries en fibre de verre. Propulsées par un moteur Hemi 392 légèrement modifié pour les extrêmes de la course sur route et limité par les règles de la catégorie, les voitures développaient environ 500 ch (375 kW). À l'exception des ailes légèrement bombées et du grand aileron arrière, les voitures ressemblent beaucoup à la version de série / rue, bien qu'elles soient à peu près 7/8 de la taille de la voiture de route. Lawrence a remporté quatre des 12 courses de la saison 2015, terminant troisième au classement général du championnat Trans Am TA2. Joe Stevens dans la «Green Car» n ° 11 a terminé sixième au classement général après une quatrième place lors de la finale de la saison au Daytona International Speedway. Joe Stevens a également reçu le prix Cool Shirt Hard Charger pour son excellente performance en tant que nouvelle recrue de la saison. Pour la saison 2016, l'équipe Stevens-Miller a aligné trois Challenger dans la série TA2 et a participé à 16 épreuves, marquant quelques victoires. La voiture n ° 77 a été peinte dans un schéma de peinture très similaire à la voiture n ° 77 de 1970 conduite par Sam Posey. La voiture n ° 12 utilisait parfois un schéma bleu rendant hommage à la voiture Plymouth Cuda Trans-Am conduite par Swede Savage.

En mars 2017, la Challenger est revenue dans la catégorie TA en Trans-Am à Sebring après une absence de près de 40 ans de la catégorie de course la plus rapide de la Trans-Am. Elle était conduite par Jeff Hinkle sous l'équipe American V8 Road Racing avec John Debenedictis comme chef d'équipe. La voiture était orange et violette avec des rayures de nombreuses autres couleurs de la Challenger pour célébrer l'écurie actuelle des voitures de rue. Elle est propulsée par un moteur Penske Engines R5 / P7 carburé par Mopar produisant 867 ch (638 kW). À ses débuts, elle s'est qualifiée 16e et a terminé 9e sur 24.

À toutes les courses du Championnat du monde Superbike organisées aux États-Unis, la voiture de sécurité Alfa Romeo de Fiat est remplacée par la Dodge Challenger de Chrysler.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Mannix (1973) : 1973 Dodge Challenger Rallye
  • Magnum (1980) : (Pilote - Saison 1 Épisode 1) 1970 Dodge Challenger (verte et marron en raison de la rouille). Utilisée par des tueurs durant une course-poursuite avec la Ferrari 308 GTB de Thomas Magnum (interprété par Tom Selleck), elle réussit à éviter une voiture venant en sens contraire, mais tombe dans un ravin au bord de la mer et explose en une gerbe de flammes.
  • NCIS : Enquêtes spéciales (2008) (Saison 6 Épisode 4) : 1970 Dodge Challenger R/T (Jaune et bandes noires) Moteur 426 Hemi
  • NCIS : Los Angeles : 2009 Dodge Challenger R/T noire
  • Breaking Bad (2011-2012) (saison 4 : épisodes 6 et 7, et saison 5 : épisode 4) : Dodge challenger (Orange)
  • The Walking Dead (saison 1 Épisode 2 et 3) : Dodge Challenger Rouge
  • Animal Kingdom (2016-2017) : Dodge Challenger Grise
  • Archer : Dodge Challenger noire

Vidéoclips[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Need for Speed: Carbon (2006) : 2008 Challenger et 1970 Challenger R/T
  • Need for Speed: ProStreet (2007) : Challenger R/T 2008 et 1970
  • Need for Speed: Undercover
  • Need for Speed: Hot Pursuit (2010) : Challenger SRT8 2008
  • Need for Speed: The Run (2011) : Challenger SRT8 2008 et Challenger R/T Hemi 1971
  • Midnight Club: Los Angeles: Dodge Challenger R/T 1970 et 2008
  • Gran Turismo 5 : Dodge Challenger R/T '70
  • Gran Turismo Sport : Dodge Challenger R/T '70
  • Driver: San Francisco : Dodge Challenger R/T 1970 440 Six-Pack (Conduite par le héros principal John Tanner et son collègue Tobias Jones qui est temporairement détruite suite à une collision avec un semi remorque et apparemment réparée par la suite) et Challenger SRT8 2008
  • Forza Motorsport 3 : Dodge Challenger R/T 1970
  • Forza Motorsport 4 : Dodge Challenger '08, Dodge Challenger '70
  • Forza Horizon : Dodge Challenger '12
  • The Crew : Dodge Challenger SRT-8 392 '12
  • Real Racing 3 : R/T / SRT-8
  • Forza Motorsport 5 : Dodge Challenger 2008 / Challenger R/T 1970
  • Forza Motorsport 6 : Dodge Challenger SRT Hellcat 2016 / Challenger R/T 1970
  • Forza Horizon 2 : Dodge Challenger R/T 1970 / Challenger 2012
  • Forza Horizon 3 : Dodge Challenger R/T 1970 / Challenger SRT Hellcat 2016.
  • Forza Horizon 4 : Dodge Challenger SRT Hellcat 2016/ Dodge Challenger SRT Demon 2018
  • The Crew 2 : Dodge challenger SRT Demon 2018

Publicité[modifier | modifier le code]

  • Parfum Dior Homme Eau sauvage (2015) : Dodge Challenger RT/SE 440 full black

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Gunnell, American Cars of the 1960s : A Decade of Diversity, Krause Publications, , 976 p. (ISBN 978-0-89689-131-9, lire en ligne), p. 69
  2. David Newhardt, Dodge Challenger & Plymouth Barracuda, MotorBooks, , 96 p. (ISBN 978-0-7603-0772-4, lire en ligne), p. 42
  3. Steve Statham, Dodge Dart and Plymouth Duster, Motorbooks, , 128 p. (ISBN 978-0-7603-0760-1, lire en ligne), p. 21
  4. Robert Genat, Hemi Muscle Cars, MotorBooks, , 61, 63 p. (ISBN 978-0-7603-0635-2, lire en ligne)
  5. a b et c « Dodge Challenger and Plymouth Barracuda » [archive du ], Edmunds Inside Line, (consulté le 13 juillet 2014)
  6. Auto editors of Consumer Guide, « 1970–1974 Dodge Challenger », auto.howstuffworks.com, (consulté le 13 juillet 2014)
  7. « 1970 Dodge Challenger Lineup », Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014)
  8. « 1970 Dodge Challenger Lineup » [archive du ], Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014), p. 96–97
  9. « 1970 Dodge Challenger Lineup » [archive du ], Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014), p. 117
  10. « 1970 Dodge Challenger Lineup », Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014)
  11. « 1970 Dodge Challenger Brochure », Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014)
  12. Auto Editors of Consumer Guide, « 1970 Dodge Challenger T/A », HowStuffWorks.com, (consulté le 24 février 2015)
  13. Kelly Doke, « 1970 Dodge Challenger R/T and Challenger T/A », Allpar (consulté le 24 février 2015)
  14. « 1971 Dodge Challenger Brochure » [archive du ], Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014), p. 6
  15. « 1972 Dodge Challenger Brochure », Oldcarbrochures.com (consulté le 13 juillet 2014)
  16. « Dodge Challenger – The Car That The World Prefers » [archive du ], car-lots.net (consulté le 13 juillet 2014)
  17. a et b Four Sports Coupes, Greenwich, CT, CBS Publications, january–february 1979, p. 31
  18. Bert Troubleyn, « FCA nous titille avec la future Challenger ! », Vroom,
  19. « 2006 Dodge Challenger concept car », sur allpar.com
  20. Jared Gall, « 2015 Dodge Challenger SRT Hellcat », Car and Driver, (consulté le 15 octobre 2019)
  21. « FCA US Media - Dodge Resurrects the Demon : Teaser Video No. 6 – ‘Multiplication’ », sur https://media.fcanorthamerica.com (consulté le 29 septembre 2020).
  22. « Dale Earnhardt Tests the Chrysler Kit Car », superbirdclub.com (consulté le 13 juillet 2014)
  23. « Event Information – Entry List » [archive du ], Grand-am.com, (consulté le 13 juillet 2014)
  24. « Dodge, Ford hope new cars mark return to NASCAR roots » [archive du ], Nascar.com, (consulté le 13 juillet 2014)
  25. « 2016 NASCAR XFINITY Series Team Chart » [archive du ], sur Jayski's Silly Season Site (consulté le 22 mars 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]