Debunker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un démystificateur ou debunker (anglicisme) est une personne ou une organisation qui tente d'exposer ou de discréditer des revendications supposées fausses, exagérées ou prétentieuses[1]. Le terme est souvent associé à des enquêtes sceptiques de sujets controversés tels que les OVNIS, prétendus phénomènes paranormaux, cryptides, théorie du complot, médecines alternatives, religions, ou l'étude de science marginale ou de pseudo-science.

Selon le dictionnaire en ligne Merriam-Webster, « debunk » est défini comme « exposer l'imposture ou la fausseté de »[2].

Si les debunkers ne font pas attention, leurs communications peuvent se retourner contre eux, renforçant la croyance à long terme du public dans les mythes. Un effet de retour de flamme peut se produire si un message passe trop de temps sur le côté négatif, s'il est trop complexe ou s'il est menaçant[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'American Heritage Dictionary (en) retrace le passage des mots bunk (nom), debunk (verbe) et debunker (nom) en anglais américain en 1923 sous la forme d’une excroissance tardive de bunkum, dont la premier utilisation enregistrée était en 1828, apparemment liée à un « discours pour le comté de Buncombe, Caroline du Nord » mal reçu par le représentant de Caroline du Nord Felix Walker au cours du 16ème Congrès des États-Unis (en) (1819-1821)[4].

Le terme « debunk » est originaire d'un roman de 1923 Bunk, écrit par le journaliste Américain et historien populaire William Woodward (1874–1950) qui l'a utilisé pour signifier « extraire le non-sens (bunk (en)) des choses »[5].

Le terme « démystification » ne se limite pas aux arguments concernant la validité scientifique; il est également utilisé dans un sens plus général pour tenter de discréditer tout point de vue opposé, tel que celui d'un opposant politique.

Debunkers notable[modifier | modifier le code]

Organisations notable[modifier | modifier le code]

Effet de retour de flamme[modifier | modifier le code]

Les auteurs du manuel Debunking Handbook avertissent qu’un échec de la démystification peut aggraver les idées fausses. Ils recommandent une éducation simple, positive et sensible sur le plan émotionnel (par exemple, renforcer l'ego de l'apprenant ou éviter les mots menaçants).

Les professeurs australiens Stephan Lewandowsky[30] et John Cook, chercheurs en communication sur le climat au Global Change Institute de l'Université du Queensland (et auteur sur SkepticalScience.com)[31] ont co-écrit le livre Debunking Handbook[3], dans lequel ils avertissent que les efforts de démystification peuvent se retourner contre nous. Les effets de retour de flamme se produisent lorsque des communicateurs scientifiques renforcent accidentellement de fausses croyances en essayant de les corriger[32], un phénomène connu sous le nom de persévérance de croyance (en)[33],[34].

Cook et Lewandowsky proposent des solutions possibles aux effets de retour de flammes comme décrits dans différentes études psychologiques. Ils recommandent de passer peu ou pas de temps à décrire les idées fausses car les gens ne peuvent s’empêcher de se rappeler des idées qu’ils ont entendues auparavant. Ils écrivent : « Votre objectif est d'augmenter la familiarité qu'on les gens avec les faits »[3],[35],[36]. Ils recommandent de fournir des arguments peu nombreux mais plus clairs, postulant que les gens retiennent plus facilement un message quand il est plus simple et plus facile à lire. Less is more (Moins, c'est plus) est particulièrement important, car les vérités scientifiques peuvent être extrêmement détaillées ; des images, des graphiques et des slogans mémorables aident à garder les choses simples[3],[37].

Les auteurs écrivent que les debunkers devraient essayer de développer l'ego des personnes d'une manière ou d'une autre avant d'affronter de fausses croyances, car il est difficile de considérer des idées qui menacent la vision du monde d'une personne[3],[38] (en effet, les idées menaçantes causent une dissonance cognitive). Il est également conseillé d'éviter les mots à connotation négative[3],[39]. Les auteurs décrivent des études qui ont montré que les gens détestent les explications incomplètes. Ils écrivent ceci : « En l'absence d'une meilleure explication, [les gens] optent pour une explication erronée ». Il est important de combler les lacunes conceptuelles et d'expliquer la cause de l'idée fausse en premier lieu[3],[40]. Les auteurs pensent que ces techniques peuvent réduire les risques de « retour de flamme » - qu'une tentative de démystification d'une mauvaise science augmentera la croyance du public dans les idées fausses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « the definition of debunker », sur www.dictionary.com (consulté le 4 mai 2019) : « "to expose or excoriate (a claim, assertion, sentiment, etc.) as being pretentious, false, or exaggerated: to debunk advertising slogans." »
  2. (en) « Definition of DEBUNK », sur www.merriam-webster.com (consulté le 4 mai 2019)
  3. a b c d e f et g (en) John Cook et S. Lewandowsky, The debunking handbook, St. Lucie, Australie, Université de Queensland, (ISBN 9780646568126 et 0646568124, OCLC 768864362, lire en ligne)
  4. (en) « debunk. The American Heritage® Dictionary of the English Language: Fourth Edition. 2000. », sur web.archive.org, (consulté le 4 mai 2019)
  5. (en) Woodward, William E., 1874-1950., Bunk, Da Capo Press, 1976, ©1923 (ISBN 0306708469 et 9780306708466, OCLC 2331679, lire en ligne)
  6. "Area parents seek answer for Autism", Times Leader, April 1, 2002, "That is coincidence, said Dr. Stephen Barrett of Allentown, a veteran debunker and operator of Quackwatch.com."
  7. (en-US) Eric Weiss, « 10 To Start: Skeptoid », sur skepticsonthe.net, (consulté le 4 mai 2019)
  8. (en) Terence Dickinson, « The Zeta Reticuli Incident », sur www.nicap.org (consulté le 4 mai 2019)
  9. a b c d e f g et h (en) « Skeptical Inquirer Magazine Names the Ten Outstanding Skeptics of the Century », sur web.archive.org, (consulté le 4 mai 2019)
  10. « Susan Gerbic | SKEPTICAL CONNECTIONS », sur web.archive.org, (consulté le 4 mai 2019)
  11. (en-US) Susan Gerbic, « Wikapediatrician Susan Gerbic discusses her Guerrilla Skepticism on Wikipedia project », sur skepticalinquirer.org, (consulté le 4 mai 2019)
  12. (en) Jerry Coyne, « E! about to debut new show starring a psychic “grief vampire” », sur Why Evolution Is True, (consulté le 4 mai 2019)
  13. (en-US) Susan Gerbic, « Grief Vampires Don’t Come Out Only at Night », sur Skeptical Inquirer, (consulté le 4 mai 2019)
  14. (en-US) « Houdini and the spiritualists », sur summitdaily.com, (consulté le 4 mai 2019) : « Houdini himself wouldn’t have believed in his second coming anyway, because he didn’t believe in spirit manifestations. In fact, he spent much of his life and career debunking spiritualists and mediums ” an admirable mission that history and forensic specialists now tell us probably led to his untimely death at the age of 52. »
  15. (en) Bill Dietrich, « Local News | Pseudoscience, Skepticism To Make A Close Encounter », Seattle Times Newspaper, (consulté le 4 mai 2019)
  16. (en-US) Joe Blevins, « Beakman and Captain Disillusion debunk those “free energy” machines », sur A.V. Club (consulté le 4 mai 2019)
  17. (en-US) Mel Gussow, « Review/Theater; Penn and Teller Offer Several Variations On a Magic Theme », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  18. (en) « Houdini Museum », Blue Ridge Gazette, (consulté le 4 mai 2019)
  19. (en-US) Reuters, « Moon Hoax Spurs Crusade Against Bad Astronomy », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  20. (en) équipe de JREF, « James Randi Educational Foundation Names New President », sur archive.randi.org, (consulté le 4 mai 2019)
  21. (en) « Phil Plait - The Final Epsilon », sur youtube, NECSS, (consulté le 4 mai 2019)
  22. (en) Quack, Johannes., Disenchanting India : organized rationalism and criticism of religion in India, Oxford University Press, (ISBN 9780199812615, 0199812616 et 1283427400, OCLC 773827980, lire en ligne), p. 98, 99, 101
  23. a et b (en-GB) Tanya Datta, « Sai Baba: God-man or con man? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  24. (en) Sushil Rao, « His harshest critics died with a wish unfulfilled », sur The Times of India, (consulté le 4 mai 2019)
  25. (en) Suzanne Seixas, « THE WIZARD GETS A WINDFALL EVEN THE AMAZING RANDI NEEDS ADVICE ON HOW TO KEEP HIS $272,000 PRIZE FROM VANISHING. », sur money.cnn.com, (consulté le 4 mai 2019) : « Randi began his campaign against fakes in earnest in 1964, during a stint as the host of a radio talk show in Manhattan. He had become disturbed by the number of listeners phoning in with such flummery as tales of self-styled clairvoyants' uncannily correct forecasts. Gradually, his work as a debunker began to rival his show-business career, gathering momentum in the early 1970s, when Uri Geller caught Randi's attention. »
  26. (en-US) « Betty Hill, 85; Claim of Abduction by Aliens Led to Fame », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, Carl Sagan, the Pulitzer Prize-winning astronomer, was among the Hills' debunkers, yet he considered their story noteworthy., lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  27. (en) Sharon Kirkey, « Should naturopaths be restricted from treating children after tragic death of Alberta toddler? », National Post,‎ (lire en ligne)
  28. (en) Benjamin Radford, Mysterious New Mexico : miracles, magic, and monsters in the land of enchantment, Albuquerque : University of New Mexico Press, (ISBN 9780826354501 et 0826354505, OCLC 879552737, lire en ligne)
  29. (en) Benjamin Radford, « Santa Fe 'Courthouse Ghost' Mystery Solved », Skeptical Inquirer, Committee for Skeptical Inquiry,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « Stephan Lewandowsky », sur web.archive.org, Cognitive Science Laboratories, University of Western Australia, (consulté le 4 mai 2019).
  31. (en) « About Skeptical Science », sur Skeptical Science (consulté le 4 mai 2019) : « About John Cook: Skeptical Science was created and maintained by John Cook, a research assistant professor at the Center for Climate Change Communication at George Mason University. ».
  32. (en) Craig Silverman, « The Backfire Effect », sur Columbia Journalism Review, (consulté le 4 mai 2019).
  33. (en) Baumeister, Roy F., Vohs, Kathleen D. et Sage Publications., Encyclopedia of social psychology, Sage Publications, (ISBN 9781452265681, 1452265682 et 9781412953955, OCLC 192175326, lire en ligne), p. 109, 110.
  34. W. I. B. Beveridge, The art of scientific investigation., Norton, (lire en ligne), p. 106.
  35. (en) Ian Skurnik, Carolyn Yoon, Denise C. Park et Norbert Schwarz, « How Warnings about False Claims Become Recommendations », Journal of Consumer Research, vol. 31, no 4,‎ , p. 713–724 (ISSN 0093-5301 et 1537-5277, DOI 10.1086/426605, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  36. (en) Kimberlee Weaver, Stephen M. Garcia, Norbert Schwarz et Dale T. Miller, « Inferring the popularity of an opinion from its familiarity: A repetitive voice can sound like a chorus. », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 92, no 5,‎ , p. 821–833 (ISSN 1939-1315 et 0022-3514, DOI 10.1037/0022-3514.92.5.821, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  37. (en) Norbert Schwarz, Lawrence J. Sanna, Ian Skurnik et Carolyn Yoon, « Metacognitive Experiences and the Intricacies of Setting People Straight: Implications for Debiasing and Public Information Campaigns », dans Advances in Experimental Social Psychology, vol. 39, Elsevier, (ISBN 9780120152391, DOI 10.1016/s0065-2601(06)39003-x, lire en ligne), p. 127–161.
  38. (en) Brendan Nyhan et Jason Reifler, « When Corrections Fail: The Persistence of Political Misperceptions », Political Behavior, vol. 32, no 2,‎ , p. 303–330 (ISSN 0190-9320 et 1573-6687, DOI 10.1007/s11109-010-9112-2, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019).
  39. (en) David J. Hardisty, Eric J. Johnson et Elke U. Weber, « A Dirty Word or a Dirty World?: Attribute Framing, Political Affiliation, and Query Theory », Psychological Science, vol. 21, no 1,‎ , p. 86–92 (ISSN 0956-7976 et 1467-9280, DOI 10.1177/0956797609355572, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019).
  40. (en) Ullrich K. H. Ecker, Stephan Lewandowsky et David T. W. Tang, « Explicit warnings reduce but do not eliminate the continued influence of misinformation », Memory & Cognition, vol. 38, no 8,‎ , p. 1087–1100 (ISSN 0090-502X et 1532-5946, DOI 10.3758/MC.38.8.1087, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019).