Élisabeth-Thérèse de Lorraine (1664-1748)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élisabeth-Thérèse de Lorraine.
Élisabeth-Thérèse de Lorraine
Élisabeth Thérèse de Lorraine, princesse d'Epinoy Demahis Etienne-Achille.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Dame de compagnie, aristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Anne de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfants

Élisabeth-Thérèse de Lorraine née le et décédée le ), « Mademoiselle de Commercy », baronne de Belvoir, dame de Cusance, de St-Julien en Montagne, de Villemareuil, de Vaucourtois et de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux,

Descendant des Guise, elle est fille de François Marie de Lorraine, prince de Lillebonne et cousin germain de Louis XIV par sa mère, et d'Anne de Lorraine, fille légitimée du duc Charles IV de Lorraine et de Béatrix de Cusance, baronne de Belvoir, comtesse de Champlitte, princesse de Cantecroix.

Sa haute naissance et sa fortune lui permettent de tenir à la cour un rôle actif. Amie du Grand Dauphin, elle devint Dame d'honneur de la princesse de Conti, fille légitimée de Louis XIV (et de la duchesse de La Vallière),

Elle devient princesse d’Épinoy (dans l’Artois) par mariage[1] avec Louis Ier de Melun, prince d'Épinoy.

De cette union sont issus :

  • Louis II de Melun, vicomte puis duc de Joyeuse (1694-1724) mort d'un accident de chasse, épouse en 1716 Armande de La Tour d'Auvergne (1697-1717 morte en couches) union sans descendance.

Après la mort de son époux, (24 septembre 1704), elle acquit de Marie de Nemours le titre de comtesse de Saint-Pol. Toutefois cette vente occasionna un long débat entre les fermiers des domaines du Boulonnais et ceux de l'Artois pour les droits de relief ; les uns soutenant que le comté de Saint-Pol relevait de Boulogne, les autres prétendant qu'il était mouvant de l'Artois, comme étant dans la gouvernance d'Arras. Le procès fut à la fin terminé, par arrêt du conseil du mois de , en faveur des derniers[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]