Effet placebo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Placebo (pharmacologie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Placebo (homonymie).
L'effet placebo peut être produit par des substances inertes, par une intervention chirurgicale fictive et par de fausses informations, comme lors de la stimulation cérébrale profonde produite par des électrodes implantées dans le cerveau d'un malade de Parkinson.

Un placebo (du latin placebō : « je plairai », de placeō : « je plais »[N 1]) est un procédé thérapeutique n'ayant pas d'efficacité spécifique mais agissant sur le patient par des mécanismes psychologique et physiologiques. Il existe diverses formes de placebo (médicamenteuses, physiques, chirurgicales, etc.). Dans le domaine du médicament, un placebo pur est un traitement sans aucune substance active ; un placebo impur est un produit actif sur le plan pharmacologique mais dépourvu d’effet sur la pathologie traitée, ou bien dont l’efficacité a été insuffisamment démontrée.

Les placebos sont utilisés en recherche médicale dans les groupes contrôles pour l'évaluation de traitements médicaux. Un médicament efficace est défini par son efficacité supérieure à celle d'un placebo ou par son efficacité supérieure au médicament de référence. Tout traitement peut cependant à la fois avoir un effet spécifique et un effet placebo (voire nocebo)[1].

L’effet placebo correspond au résultat psycho-physiologique positif (bénéfique) constaté après l'administration d'une substance ou la réalisation d'un acte thérapeutique, indépendamment de l'efficacité intrinsèque attendue du traitement. Il a été observé chez des patients ou sujets d'expérience pour un groupe varié de symptômes et maladies[2]. Cet effet serait de l’ordre de 30 % et pourrait atteindre 60-70 % dans les migraines ou les dépressions.

La réponse placebo varie en fonction de plusieurs facteurs : contexte thérapeutique, personnalité du médecin, attentes du patient, nature de la relation médecin-patient, forme, coût et complexité du traitement, etc. Cette réponse n'est pas uniquement psychologique mais a des réalités biochimiques[3].

L'effet psychologique ou physiologique lié à la prise d'une substance inerte n'est pas toujours bénéfique, il peut être dommageable pour l'individu : c'est l'effet nocebo (du latin : « je nuirai »), terme introduit en 1961 par Walter Kennedy.

Aspects historiques[modifier | modifier le code]

Le placebo[modifier | modifier le code]

Placebo pur et impur[modifier | modifier le code]

On peut faire la différence entre deux types de placebos[4] :

  • Placebo pur : il s’agit d’un traitement dénué de toute substance ou effet actif. Par exemple, des comprimés d’amidon, de sucre, de lactose ; des injections de sérum physiologique.
  • Placebo impur : il s’agit d’un traitement ayant des principes actifs démontrés mais qui est inefficace dans le cadre de la pathologie pour laquelle il a été administré ; ou bien un produit qui contient des molécules plus ou moins actives mais dont l'efficacité n'a pas été scientifiquement démontrée.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Le placebo a une efficacité prouvée chez le sujet sain[5], avec une moyenne de patients ressentant un effet quelconque de 15 à 30 % selon les études. Selon Jean-Marie Besson, directeur de l'unité de neurobiologie de la douleur de l'Inserm, « l'effet placebo représente en moyenne 30 % des réactions observées dans les études sur la douleur, et parfois plus de 50 %[6] ». Il pourrait atteindre 60-70 % dans les migraines ou les dépressions. L'état de certains patients souffrant d'affections réputées « incurables » se trouve parfois objectivement amélioré[7].

Le placebo agit non seulement sur des signes subjectifs (douleur, anxiété, dépression, etc.), mais également sur des signes mesurables cliniques (fréquence cardiaque, pression artérielle) et biologique (ionogramme sanguin, cortisolémie, numération leucocytaire).

L’effet d’un médicament actif comporte pour une part un effet placebo, par exemple si le patient ressent une baisse de douleur alors que la substance ingérée n'est pas encore active.

Utilisations[modifier | modifier le code]

L’utilisation d’un placebo est indispensable dans les essais cliniques pour obtenir un groupe contrôle avec une analyse en simple aveugle (le patient ne sait pas ce qu'il reçoit) ou en double aveugle (ni le médecin, ni le patient ne connaissent ce qui est donné). Le premier essai de ce style date du début des années 1950.

Le placebo peut être également utilisé à titre d’aide au diagnostic dans les troubles fonctionnels, quoique l’efficacité symptomatique du placebo ne soit pas un argument suffisant pour conclure à l’absence de pathologie organique.

Le placebo peut aussi être utilisé pour sevrer progressivement un patient de façon explicite : "Voici des placebos d'apparence identique à vos médicaments habituels. Vous prendrez au hasard un placebo la première semaine par mélange préalable, puis deux la semaine suivante, et ainsi de suite, jusqu'à n'avoir plus de traitement, et arrêterez tout traitement ainsi, progressivement".

Des techniques médicales non efficaces (simulacres d’interventions chirurgicales, de traitement par radiations, ionisantes ou non, de prise en charge psychologique) sont également appelées placebos. Ils peuvent être utiles en évaluation d'une chirurgie : dans une « chirurgie placebo » (sham surgery (en)), on fait croire au patient qu'on l'a opéré en ouvrant simplement le site opératoire pour laisser les cicatrices de la chirurgie testée. Après l'anesthésie, il ne doit pas pouvoir savoir s'il a été opéré ou pas. Des placebos existent dans l'évaluation de « mesures physiques ». Par exemple, un placebo d'acupuncture fait en piquant des points non utilisés en acupuncture traditionnelle.

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

Dépendance : certains cas de toxicomanie au placebo ont été décrits, comparables à ceux de la morphine, avec des signes de manque, bien que d’intensité nettement plus légère.

Effets indésirables : les placebos amènent des effets latéraux, voire des effets négatifs. Ce phénomène a été regroupé sous le nom d’effet nocebo.

Profil du placebo-répondeur[modifier | modifier le code]

Il n’a pas été mis en évidence de profil type de patient répondeur au placebo, que ce soient des critères intellectuels, culturels, ethniques ou psychopathologiques. Les pathologies répondant au placebo sont celles dont la charge émotionnelle et la part psychosomatique sont les plus grandes, telles que dépression, douleur chronique, asthme, troubles digestifs, etc.

Des différences entre individus sont observées[8],[9], déterminées en partie par le gène COMT, et qui ont mis en évidence un mécanisme neurologique impliquant le système dopaminergique du cerveau chez l'ensemble des patients qui répondent à l'effet placebo[10],[11],[12].

L'effet placebo existe chez l'animal par le biais du conditionnement[13]. Il existe également chez l'enfant et même le nourrisson[14],[15]. Il semble avoir un rôle plus important chez l'enfant que chez l'adulte[16].

Déterminants de l'effet placebo[modifier | modifier le code]

Contexte thérapeutique[modifier | modifier le code]

Les attentes et les convictions du patient, le contexte thérapeutique, et la nature de la relation médecin-patient influencent l'effet placebo[15],[17].

La réponse placebo peut être liée à l'environnement médical (exemple : effet « blouse blanche », prise en charge dans le cadre du care, comme le montre le fait que l'effet placebo existe même quand le médecin avertit son patient qu'il lui donne un placebo[18] ou qu'aucun médicament placebo n'est administré[19]).

Le charisme et l’écoute du médecin prescripteur renforcent l’effet placebo. La durée de la consultation, son prix et la difficulté d’obtenir une consultation jouent également un rôle. Jean-François Bergmann, spécialiste de thérapeutique à l'hôpital Lariboisière, à Paris avance que « la façon dont un médicament est donné participe pleinement à l'effet pharmacologique. Il doit l'être avec conviction »[20].

Formes et voie d'administration[modifier | modifier le code]

L'effet placebo est plus important pour les actes techniques, en particuliers chirurgicaux. Le placebo a, comme tout médicament, une pharmacocinétique et une pharmacodynamie. Notamment, la voie d’administration influe sur l’intensité de l’effet et la rapidité d’action. Les injections ont un effet placebo plus fort que les pilules. Pour les pilules, l'effet placebo sera proportionnel à la taille, la quantité ou le prix[21]. L’administration sous forme de gouttes ou de granules augmenterait également l’efficacité du placebo, probablement en nécessitant une participation et une attention soutenue (compter les gouttes, avaler les granules un par un). L’aspect et la couleur sont également déterminants, une solution rouge étant plus active qu’une solution incolore, un comprimé bleu ayant un effet tranquillisant.

Coût[modifier | modifier le code]

Une étude de 2006 sur 82 patients montre l'influence du coût du placebo sur l'efficacité. Dans cette expérience, la moitié du groupe reçoit un comprimé présenté comme similaire à la codéine et d'une valeur de 2,50 dollars, la seconde moitié se voit informé que le prix du comprimé fait l'objet d'une remise et a une valeur de 0,10 dollars. Chaque participant reçoit une décharge électrique dosée en fonction de son seuil de tolérance à la douleur, prend ensuite le comprimé et reçoit à nouveau après un moment une décharge. 85 % des participants du premier groupe contre 61 % du second notent une réduction de la douleur[22]. Le docteur en économie Dan Ariely explique à la suite de cette étude qu'il a dirigée que « le prix n'est qu'une des variables du marché, au même titre que l'emballage ou la marque, qui peuvent accentuer l'effet placebo. »

Une étude de la revue Neurology de 2015 sur 12 patients atteints de la maladie de Parkinson montre que l'effet placebo est plus efficace si les patients croient que le produit administré est cher : « L'injection du placebo présenté comme une substance active chère a entrainé une amélioration deux fois plus importante qu'avec la substance présentée comme la moins chère. Comparée à l'efficacité d'un véritable agoniste de la dopamine, ici la levodopa, l’efficacité du placebo cher se trouve à mi-chemin entre cette dernière et celle du placebo bon marché[23]. »

Déterminants génétiques[modifier | modifier le code]

Au moins un gène est déterminant dans la réponse aux placebos[9]. Le gène en cause est le gène COMT (pour Catéchol-O-méthyltransférase). Il avait déjà été repéré dans le traitement de la douleur et de nombreuses affections (maladie de Parkinson) ainsi que dans le « comportement de confirmation de nouvelles informations selon nos croyances »[9]. L'activation de ce gène modifie la production de dopamine (un neurotransmetteur qui est aussi une neurohormone, impliqué dans les circuits neuronaux de la récompense et de la douleur), semble-t-il via le contrôle d'un enzyme (Catéchol-O-méthyltransferase[24]). La dopamine participe aux voies neuronales impliquées dans l'anticipation (qui est en jeu dans l'effet placebo[9]). Ce gène COMT conditionne ainsi l'ampleur de la réponse au placebo pour chaque individu ; certaines variantes de ce gène comprennent 2 copies de l'allèle «méthionine» (Met), 2 copies de l'allèle « valine » (Val) ou 1 copie de chaque. Le cortex préfrontal des personnes disposant de ces formes de ce gène semble produire 3 à 4 fois plus de dopamine que chez les porteurs de la forme simple du gène[25]. Or, le cortex préfrontal est la zone du cerveau associée à la cognition, à l'expression de la personnalité, à la prise de décision et au comportement social[9]. Cette découverte renforce l'importance du rôle de la dopamine dans le cerveau. Elle confirme aussi l’influence de l'environnement médical et clinique (incluant la relation médecin-patient) dans les soins pour les patients sensibles à l’effet placebo[9] (lesquels pourraient à l'avenir être repérés par un marqueur génétique, présenté comme utile pour mieux adapter les stratégies thérapeutiques aux patients, de même que la distribution des soins et la conception des essais cliniques[9]).
Par exemple, chez des patients atteints du syndrome du côlon irritable expérimentalement soumis à des médicaments habituels ou à un placebo, ce dernier était d’autant plus efficace (fonction linéaire de type effet-dose) que la disponibilité de dopamine était élevée chez les patients, en lien avec leur profil génétique. « En particulier, les patients « à double Met » (Met/Met) montrent une amélioration de leurs symptômes avec placebo par rapport aux patients « à double Val » (Val/Val)[9]. »

Mécanismes de l'effet placebo[modifier | modifier le code]

L'effet placebo est complexe et le résultat de multiples phénomènes psychologiques et physiologiques qui interfèrent entre eux[9]. Cet effet illustre et implique l'influence du mental sur l'organisme (psychosomatique).

Mécanismes psycho-physiologiques[modifier | modifier le code]

Deux mécanismes psycho-physiologiques peuvent expliquer l’effet placebo : la suggestion et le conditionnement[26].

En 1987, le Dr K. B. Thomas, médecin généraliste à Southampton, fit une expérience sur 200 de ses patients qui se plaignaient de céphalées, mal de dos ou fatigue sans que des examens eussent pu les expliquer. À une première moitié, il fit un diagnostic précis et affirma que leur état s'améliorerait rapidement (et il donna un placebo à la moitié d'entre eux) ; à l'autre moitié, son diagnostic resta vague et il proposa à chacun de revenir si la situation perdurait (et il donna un placebo à la moitié) : l'état des malades s'améliora pour 64 % patients ayant reçu un diagnostic positif et seulement 39 % pour ceux ayant reçu un diagnostic négatif. Mais on ne constate aucune différence significative selon qu’ils recevaient ou non un placebo. L’amélioration constatée serait donc due à la suggestion créée par le médecin et n’est pas liée à la prise ou non d’un placebo[27]. Ce pouvoir de suggestion est tel que dans certains cas on peut obtenir un effet de soulagement de la douleur comparable entre un placebo et une substance active ; ceci en présentant au patient la substance active comme étant peu efficace et le placebo comme étant un puissant analgésique[28].

Le mécanisme du conditionnement est connu depuis Pavlov, et il s'applique aussi lors de la prise d’un placebo. Le chercheur Peter C. Gøtzsche a écrit dans The Lancet en 1994: « Une pilule de lactose a une action plus marquée chez des personnes ayant déjà réagi favorablement à la prise d’une benzodiazépine que chez celles qui n’en ont jamais pris »[27].

De façon étonnante, les placebos peuvent avoir un effet positif chez des patients qui sont informés qu'ils prennent un placebo comparés à un groupe contrôle qui ne prend pas de placebo et qui le savent[29].

Mécanismes neurobiologiques[modifier | modifier le code]

Il existe des facteurs génétiques[9] d'activation plus ou moins importante du système dopaminergique. Une libération de dopamine dans le noyau accumbens a pu être montrée par PET-scan chez des personnes ayant reçu un placebo supposé avoir un effet antalgique. L'attente d’un soulagement pourrait être similaire à l’anticipation d’une récompense[30].

Une attente produite par l'annonce d'un effet positif à venir grâce au produit placebo entraîne une libération d'endorphines chez le sujet placebo-répondeur. Une expérience menée en 1978 par John Levine, neuroscientifique, a montré qu'on peut bloquer l'effet placebo d'une injection de sérum physiologique annoncé comme antalgique en administrant de la naloxone qui empêche la liaison entre les endorphines et leurs récepteurs spécifiques morphiniques[31]. Une autre étude a montré que le seul fait d’annoncer à des volontaires qu’ils allaient absorber un analgésique puissant active la libération d’endorphines lors d’une stimulation douloureuse[32]. L’effet semble également corrélé au prix du comprimé[33]

L'effet placebo entraîne « des modifications de l'activité électrique de certaines aires du cortex cérébral et des effets neurobiologiques touchant l'enzyme nécessaire à sa production de sérotonine dans les neurones, ce qui explique que certaines migraines puissent être traitées par un placebo[15] ».

Distinction entre effet placebo et efficacité réelle[modifier | modifier le code]

Recherche biomédicale : le test en double aveugle[modifier | modifier le code]

Elle nécessite une évaluation de l'efficacité de nouveaux produits pharmaceutiques rigoureuse. C'est la raison pour laquelle les tests sont effectués par la méthode dite en double aveugle. Celle-ci consiste à composer plusieurs groupes identiques (tirés au hasard) dans lesquels ni le patient, ni le médecin, ne savent si le produit administré est un médicament ou un placebo, permettant ainsi d'avoir un avis objectif sur l'efficacité réelle de la molécule étudiée par comparaison statistique des deux échantillons. Les patients savent qu'ils peuvent recevoir un placebo ou un médicament actif mais ils ne savent pas dans quel groupe ils sont. Pour être mis sur le marché, un médicament doit prouver qu'il est significativement plus efficace qu'un placebo.

Homéopathie : une efficacité équivalente au placebo[modifier | modifier le code]

Article principal : homéopathie.

Toutes les études cliniques en double aveugles ont montré que l'effet obtenu de l'homéopathie n'étaient pas meilleur que le placebo ; le consensus scientifique est que la plupart des médecines parallèles, comme l'homéopathie, relèvent uniquement de l'effet placebo.

Une étude menée par un groupe de huit chercheurs de nationalités suisse et britannique dirigés par le docteur Aijing Shang (département de médecine sociale et préventive, université de Berne) a effectué une analyse des publications médicales de 19 banques électroniques, comparant l'effet placebo à l'homéopathie et l'effet placebo à la médecine conventionnelle ; les études portaient en moyenne sur 65 patients (10–1 573). Les résultats de cette étude, publiés dans The Lancet () n'ont mis en évidence aucune supériorité de l'homéopathie sur l'effet placebo, contrairement à la médecine conventionnelle[34].

Effet nocebo[modifier | modifier le code]

L'effet psychologique ou physiologique lié à la prise d'une substance inerte n'est pas toujours bénéfique, il peut être dommageable pour l'individu : c'est l'effet nocebo (du latin : « je nuirai »), terme introduit en 1961 par Walter Kennedy[35].

  • Ont ainsi été observés des troubles apparus chez certains riverains d'une antenne-relais de téléphonie mobile, alors même que l'installation n'avait pas encore été mise en service[36].
  • Lors d'une étude sur l'influence de la prière sur la guérison d'un malade, certains d'entre eux présentaient plus de risque de complications médicales s'ils étaient informés que des prières étaient dites en leur faveur[37].
  • Une hypothèse est que le stress supplémentaire induirait un effet nocebo ou serait source de risques accrus de complications[37]. Des études plus récentes montrent l'implication du système dopaminergique du cerveau, comme pour l'effet placebo[38].

Cet effet nocebo peut aussi prendre la forme des effets indésirables d'un vrai médicament. Il est présent car le patient, sachant qu'il prend un médicament, recrée inconsciemment les effets indésirables dont il a pu entendre parler auprès de ses amis, dans les médias, ou simplement lus sur la notice. Ces effets, distincts des effets secondaires réels d'un médicament, sont de nature purement psychologique, même si la distinction entre les deux n'est pas toujours aisée. 20 à 30 % des sujets en parfaite santé observent des effets secondaires tels que maux de tête, somnolence et nausées[39].

Selon un article de Courrier international, les femmes se croyant sujettes au risque d'arrêt cardiaque présenteraient quatre fois plus de risques de mourir de maladie cardiovasculaire que celles ayant les mêmes facteurs de risque[40].

En février 2011, le Science Translational Medicine (en) publie une étude réalisée sur 22 volontaires s'étant fait injecter du rémifentanil. Appelés à se prononcer sur une sensation de douleur dans une jambe, l'étude démontre, notamment, l'influence de l'effet nocebo[41],[42].

Des anesthésistes ont comparé la sensation de douleur ressentie lors de l'injection d'un anesthésiant chez des femmes enceintes. Le groupe nocebo était préparé à la piqûre par un avertissement couramment donné par les anesthésistes : « vous allez ressentir comme une intense piqûre d'abeille. C'est la partie la plus désagréable de l'opération. » Le groupe placebo était informé de ce qui allait se passer en ces termes : « Nous allons vous donner un anesthésique local qui vous engourdira, pour que vous vous sentiez bien pendant l'opération ». L'étude a montré que l'usage de mots plus apaisants avait un impact sur la sensation de douleur et le degré d'inconfort lors des interventions chirurgicales invasives[43].

La réputation ou le prix d'un produit peuvent aussi renforcer l'effet nocébo : une expérience récente[44] a consisté à faire essayer à des sujets une fausse crème de soin dermatologique, présentée comme efficace, mais pouvant avoir comme effet secondaire d'exacerber la douleur. Un premier groupe a essayé une crème apparemment très couteuses présentée dans un emballage de luxe. L'autre a reçu la même crème, mais dans un emballage simple évoquant un médicament générique. Tous les sujets ont ensuite évalué une brève douleur procurée par un dispositif posé sur leur peau. La douleur a été ressentie (en moyenne) comme deux fois plus intense par le premier groupe et lors de l'essai, le groupe « crème chère » a signalé une douleur s'exacerbant (de plus en plus intense) quand les membres de l'autre groupe (crème bon marché) ressentait une légère diminution de la douleur. Des électroencéphalogrammes ont montré une activité du cortex préfrontal plus intense dans le premier groupe (d'autres études ont montré ce type de changement dans cette partie du cerveau quand des gens éprouvent l'effet placebo, ayant par exemple l'impression que le vin est bien meilleur si on leur a dit qu'il était couteux).
Ce travail a apporté une information nouvelle : les chercheurs ont aussi testé les réactions des zones de la moelle épinière impliquées dans la réponse à la douleur, et ils ont découvert que cette partie du système nerveux répondait à la douleur plus vivement chez les membres du premier groupe ; comme si elle était bien réelle (cette douleur n'était donc pas « imaginaire »). Ceci confirme les études montrant que nos attentes influencent beaucoup la perception d'effets secondaires annoncés d'un médicament. Per Aslaksen (psychologue norvégien de l'université de Tromsø) commente l'étude en suggérant aux médecins de mieux tenir compte des effets placebo et nocebo quand ils décrivent des médicaments aux patients. Avec leurs patients ils ont souvent le choix entre plusieurs médicaments en réalité uniquement différents par leur prix et leur nom de marque. Si un malade attend ou craint les effets secondaires négatifs d'un médicament, lui prescrire l'option la moins coûteuse pourrait améliorer son expérience[45].

Dans une étude portant sur la claudication intermittente, 37 % des sujets traités par placebo ont éprouvé des effets indésirables. Dans un grand nombre d’études concernant les benzodiazépines, effectuées en double aveugle contre placebo, les effets négatifs sont aussi fréquents dans le groupe placebo que dans le groupe traitement actif[réf. nécessaire]. À partir du regroupement de différentes expérimentations (groupes contrôles), les effets nocebo ont pu être énumérés.[réf. nécessaire] Sont retrouvés dans l’ordre de fréquence décroissante : somnolence, 24,7 % ; fatigue, 17,2 % ; troubles gastriques et intestinaux, 16 %; difficultés de concentration, 13,2 % ; céphalées, 11,6 % ; bouffées de chaleur, 11,4 % ; tremblements, 11 %. Il s’agit ici d’un tableau général et il est bien probable que les effets dépendent du type de placebo administré, de la personnalité du patient et des symptômes cibles : s’il s’agit d’un placebo d’antidépresseur, les effets indésirables seront certainement différents de ceux d’un placebo d’antalgique ; du fait de l’effet attendu et de la contamination par le médicament de référence ou déjà reçu. Ainsi, un patient déprimé sous placebo mais qui s’attend à recevoir un antidépresseur, à partir du moment où il l’a déjà reçu ou connaît quelqu’un qui a reçu un imipraminique, présentera plus volontiers, une somnolence, une constipation et une bouche sèche. Dans une étude de la méphénésine prescrite contre placebo[46], chez des anxieux, 10 à 20 % des sujets ont été aggravés, qu’ils aient reçu la méphénésine ou le placebo. Trois sujets sous placebo subirent un effet indésirable grave : érythème maculo-papuleux diffus qui disparut à l’arrêt du traitement, intolérance vagale (nausée, hypotension, sueurs) et un œdème angio-neurotique. Des cas encore plus sérieux d’effets indésirables ont été signalés : pertes de connaissance, nausées, dermatose, urticaire, perte auditive ou visuelle, diarrhée, vomissements, hallucinations, crampes, etc. Un patient, immédiatement après avoir pris un placebo, devint aveugle, vertigineux, nauséeux et se sentit « engourdi autour de la bouche ». Un patient est décédé suite à la prise d'un placebo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme apparaît dès le Moyen Âge dans l'expression « Placebo Domino» (du latin, je plairai au Seigneur), tirée d'une traduction biblique du Ve siècle apr. J.-C. Cfr Past and present of what will please the lord : an updated history of the concept of placebo, Minerva Med, avril 2005, 96(2), 121-124.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'effet placebo. Un voyage à la frontière du corps et de l'esprit. Ivan O. Godfroid, Charleroi, Socrate Éditions Promarex, 2003.
  2. Finniss DG, Kaptchuk TJ, Miller F, Benedetti F, « Biological, clinical, and ethical advances of placebo effects », Lancet, vol. 375,‎ , p. 686–695 (DOI 10.1016/S0140-6736(09)61706-2).
  3. (en) R. de la Fuente-Fernandez, « Expectation and Dopamine Release : Mechanism of the Placebo Effect in Parkinson's Disease », Science, vol. 293, no 5532,‎ , p. 1164-1166 (DOI 10.1126/science.1060937)
  4. Lemoine 2011, p. 125
  5. (en) Rosenweig G, Brohier S, Zipfel A. « The placebo effect in healthy volunteers : influence of experimental conditions on physiological parameters during phase I studies » Br J Clin Pharmacol. 1995;39(6):657-64. PMID 7654484
  6. Olivier Blond, « Les miracles de l'effet placebo défient la science », sur lesechos.fr, (consulté le 29 avril 2018)
  7. [PDF] Mémoire universitaire consacré au placebo dans les essais cliniques (2002).
  8. Scott DJ, Stohler CS, Egnatuk CM, Wang H, Koeppe RA. et al., « Individual differences in reward responding explain placebo-induced expectations and effects », Neuron, vol. 55,‎ , p. 325–336 (DOI 10.1016/j.neuron.2007.06.028)
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Kathryn T. Hall, Anthony J. Lembo, Irving Kirsch, Dimitrios C. Ziogas, Jeffrey Douaiher, Karin B. Jensen, Lisa A. Conboy, John M. Kelley, Efi Kokkotou, Ted J. Kaptchuk, « Catechol-O-Methyltransferase val158met Polymorphism Predicts Placebo Effect in Irritable Bowel Syndrome », PLoS ONE,‎ 2012[doi=10.1371/journal.pone.0048135 (lire en ligne).
  10. Zubieta JK, Stohler CS (2009), Neurobiological mechanisms of placebo responses. Annals of the New York Academy of Sciences 1156: 198–210. doi: 10.1111/j.1749-6632.2009.04424.x.
  11. Scott DJ, Stohler CS, Egnatuk CM, Wang H, Koeppe RA. et al. (2008) « Placebo and nocebo effects are defined by opposite opioid and dopaminergic responses » Archives of general psychiatry 65: 220–231. DOI:10.1001/archgenpsychiatry.2007.34
  12. (en) Zubieta JK, Bueller JA, Jackson LR, Scott DJ, Xu Y. et al. (2005) « Placebo effects mediated by endogenous opioid activity on mu-opioid receptors » The Journal of neuroscience, the official journal of the Society for Neuroscience 25: 7754–7762.
  13. Autret 2013, p. 36
  14. Pharmacologie du placebo. Cours de P. Lemoine mis à jour le 2 décembre 1998, en ligne sur www.med.univ-rennes1.fr.
  15. a, b et c François Chast, « Le placebo peut-il vraiment soigner ? », sur sante.lefigaro.fr, (consulté le 20 avril 2018)
  16. (en) Rheims S, Cucherat M, Arzimanoglou A, Ryvlin P, « Greater Response to Placebo in Children Than in Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis in Drug-Resistant Partial Epilepsy » PLoS Med. 2008;5(8):e166.
  17. Bruxelle, J., Marquez, C. & Valade, D. Doul. et Analg. (1988) 1: 19. [lire en ligne]
  18. (en) Ted Kaptchuk (en) et al., « Components of placebo effect: randomised controlled trial in patients with irritable bowel syndrome », BMJ, vol. 336, no 7651,‎ , p. 999-1003 (DOI 10.1136/bmj.39524.439618.25)
  19. (en) Fabrizio Benedetti, Placebo Effects: Understanding the mechanisms in health and disease, Oxford University Press, , 310 p. (ISBN 0199559120)
  20. Alexandre Roos, « Vous souffrez ? Prenez donc un placebo… cher », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  21. Vanherweghem 2015, p. 37
  22. Waber RL, Shiv B, Carmon Z, Ariely D, « Commercial features of placebo and therapeutic efficacy », JAMA, vol. 299,‎ , p. 1016-7 (lire en ligne).
  23. Roman Ikonicoff, « Effet placebo: plus un traitement est cher, plus il est efficace », sur Science-et-vie.com (consulté le 29 avril 2018)
  24. (en) Yavich L, Forsberg MM, Karayiorgou M, Gogos JA, Mannisto PT. « Site-specific role of catechol-O-methyltransferase in dopamine overflow within prefrontal cortex and dorsal striatum » The Journal of neuroscience: the official journal of the Society for Neuroscience 2007;27:10196–209. DOI:10.1523/JNEUROSCI.0665-07.2007.
  25. (en) Meyer-Lindenberg A, Kohn PD, Kolachana B, Kippenhan S, McInerney-Leo A. et al. « Midbrain dopamine and prefrontal function in humans: interaction and modulation by COMT genotype » Nature neuroscience 2005;8:594–6. DOI:10.1038/nn1438
  26. (en) W Rief, U Bingel, M Schedlowski et P Enck, « Mechanisms Involved in Placebo and Nocebo Responses and Implications for Drug Trials », Clinical Pharmacology & Therapeutics, vol. 90, no 5,‎ , p. 722-726 (DOI 10.1038/clpt.2011.204)
  27. a et b Brissonnet 2011
  28. Goslin 2016
  29. (en) Kaptchuk TJ, Friedlander E, Kelley JM. et al., « Placebos without Deception: A Randomized Controlled Trial in Irritable Bowel Syndrome », PLoS ONE, vol. 5, no 12,‎ , e15591 (PMID 21203519, PMCID 3008733, DOI 10.1371/journal.pone.0015591, Bibcode 2010PLoSO...515591K, résumé).
  30. Berna et al. 2011
  31. Autret 2013, p. 30
  32. (en) Wager TD, Rilling JK, Smith EE, Sokolik A, Casey KL, Davidson RJ, Kosslyn SM, Rose RM, Cohen JD. « Placebo-induced changes in FMRI in the anticipation and experience of pain » Science 2004;303(5661):1162-7. PMID 14976306
  33. (en) Waber RL, Shiv B, Carmon Z, Ariely D. « Commercial features of placebo and therapeutic efficacy » JAMA 2008;299(9):1016-1017 DOI:10.1001/jama.299.9.1016
  34. Jean-Yves Nau, « L'homéopathie ne serait qu'un placebo », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  35. (en) Kennedy WP, « The nocebo reaction », Med World, t. 95,‎ , p. 203-205.
  36. Différents journaux relatent ce fait : Silicon.fr du , Challenges.fr du 21 avril 2009, Journal télévisé de 13 h de France 2 du , 20e minute.
  37. a et b (en) Herbert Benson et al. « Study of the Therapeutic Effects of Intercessory Prayer (STEP) in cardiac bypass patients: A multicenter randomized trial of uncertainty and certainty of receiving intercessory prayer », American Heart Journal, vol. 151, no 4, 934-42, 2006.
  38. (en) David J. Scott, Christian S. Stohler, Christine M. Egnatuk et al., « Placebo and nocebo effects are defined by opposite opioid and dopaminergic responses », Archives of general psychiatry, 65: 220–231, 2008, DOI:10.1001/archgenpsychiatry.2007.34.
  39. « Un placebo peut être nocif », Science et Vie, août 2010, p. 55.
  40. Helen Pilcher, « Attention : se croire malade peut rendre malade », Courrier International, , source : New Scientist.
  41. Associated Press, « Effet « nocebo » », Le Devoir, .
  42. (en) Ulrike Bingel, Vishvarani Wanigasekera, Katja Wiech, Roisin Ni Mhuircheartaigh, Michael C. Lee, Markus Ploner et Irene Tracey, « Drug Efficacy - The Effect of Treatment Expectation on Drug Efficacy: Imaging the Analgesic Benefit of the Opioid Remifentanil », Science Translational Medicine, vol. 3, no 70,‎ , p. 70ra14 (résumé).
  43. D. Varelmann, C. Pancaro, EC. Cappiello et WR. Camann, « Nocebo-induced hyperalgesia during local anesthetic injection. », Anesth Analg, vol. 110, no 3,‎ , p. 868-70 (PMID 20042440, DOI 10.1213/ANE.0b013e3181cc5727).
  44. A. Tinnermann1, S. Geuter, C. Sprenger, J. Finsterbusch1, C. Büchel1, « Interactions between brain and spinal cord mediate value effects in nocebo hyperalgesia », Science, 6 octobre 2017, vol. 358, no 6359, p. 105-108 (résumé).
  45. Michael Price, « Pricier meds mean worse side effects, thanks to ‘nocebo’ effect », posté dans Brain & Behavior Health, 5 octobre 2017.
  46. (en) Hampson JL, Rosenthal D, Frank JD, « A comparative study of the effect of mephenesin and placebo on the symptomatolog of a mixed group of psychiatric outpatients », Bull Johns Hopkins Hosp, vol. 95, no 4,‎ , p. 170–7 (PMID 13199445)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Martens F., « Effet placebo et transfert », Psychoanalyse, no 1,‎ , p. 38-62.
  • (en) Hrobjartsson A et Peter C. Gøtzsche., « Is the placebo powerless ? An analysis of clinical trials comparing placebo with no treatment », N Engl J Med, vol. 344,‎ , p. 1594-602.
  • Xavier Durando, « L'effet placebo », Bulletin du cancer, vol. 88, no 11,‎ (lire en ligne).
  • (en) Linde, Klaus, Margrit Fässler, and Karin Meissner. « Placebo Interventions, Placebo Effects and Clinical Practice. », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences 366.1572 (2011): 1905–1912. [lire en ligne]
  • Jean Brissonnet, « Placebo, es-tu là ? », Science et pseudo-sciences,‎ (lire en ligne)
  • Berna et al., « Effet placebo analgésique : apport des neurosciences », Revue médicale suisse,‎ (lire en ligne)

Thèse[modifier | modifier le code]

  • David Goslin, « L’effet placebo : les travaux de F. Benedetti, implications pour la relation patient-acteur de santé », Sciences pharmaceutiques,‎ (lire en ligne)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]