Chemin de fer Yverdon-Sainte-Croix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chemin de fer Yverdon-Sainte-Croix
YSC
Ligne de Yverdon-les-Bains à Sainte-Croix
Image illustrative de l’article Chemin de fer Yverdon-Sainte-Croix
Be 4/4 TRAVYS stationnant en gare d'Yverdon-les-Bains.
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Yverdon-les-Bains, Valeyres-sous-Montagny, Essert-sous-Champvent, Vuitebœuf, Baulmes, Sainte-Croix
Historique
Mise en service 1893
Électrification 1945
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 212
Longueur 24 km
Écartement métrique (1,000 m)
Électrification 15 kV – 16,7 Hz
Pente maximale 44 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Trafic Voyageurs, marchandises
Schéma de la ligne
CONTg
CFF vers Cossonnay
CONTgq ABZg+r
CFF vers Payerne
XBHF-L XPLTq uKXBHFa-R
km 0.00 Yverdon-les-Bains alt. 433 m
ABZgl STR+r uSTR
STR ÜST uSTR
fosse à rollbocks
CONTf uSTRl uABZg+r
CFF vers Neuchâtel
uWBRÜCKE1
La Thielle 79 m
uHST
km 1.10 William Barbey alt. 436 m
uHST
km 2.20 La Brinaz alt. 440 m
uHST
km 3.00 Valeyres-sous-Montagny alt. 450 m
uHST
km 5.50 Essert-sous-Champvent alt. 507 m
uHST
km 8.50 Vuitebœuf alt. 589 m
uBHF
km 11.50 Baulmes alt. 634 m
uHST
km 14.40 Six-Fontaines alt. 705 m
uTUNNEL1
Murets 145 m
uHST
km 19.30 Trois-Villes alt. 906 m
uTUNNEL2
Cochâble 59 m
uTUNNEL2
Arrêtaz 73 m
uTUNNEL1
Covatannaz 153 m
uTUNNEL2
Onglettaz 29 m
uKBHFe
km 24.20 Sainte-Croix alt. 1 066 m
Gare de Sainte-Croix avec une rame construite par Stadler.

La ligne Yverdon – Sainte-Croix (YSC) est une ligne de chemin de fer longue de 24 km, à voie unique et à écartement métrique, reliant la gare d'Yverdon-les-Bains à Sainte-Croix et une ancienne entreprise ferroviaire.

Sa direction fusionne en 2001 avec d'autres compagnies de transport de la région pour devenir les Transports Vallée de Joux, Yverdon-les-Bains, Sainte Croix (Travys).

Ligne Caractéristiques
212
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Ligne de Yverdon-les-Bains à Sainte-Croix
Yverdon-les-Bains Sainte-Croix
Ouverture / Fermeture
1893 / —
Longueur
24 km
Durée
36 min
Nb. d’arrêts
9
Matériel
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
Exploitant
TRAVYS
Desserte :
Autre :
  • Zones traversées : 40, 46, 47, 114, 120 et 121
  • Amplitudes horaires : de 05:00 à 00:00 / 31 par jour en semaine (2 par heure), 23 le samedi et dimanche (env. 1 par heure)
  • Particularités : Halte de Trois-villes supprimée dès le changement d'horaire 2021
  • Date de dernière mise à jour : .

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1887 : La confédération accorde la concession
  • 1892 : Début des travaux[1]
  • 1893 : le , début du trafic, financement par le député et homme d'affaires de Valeyres-sous-Rances, William Barbey.
  • 1918 : le train circule le dimanche, ce que son fondateur, fervent croyant, avait interdit jusqu'à son décès
  • 1945 : électrification.
  • 1950 : utilisation d'un système de truks porteurs, permettant de transporter des wagons de marchandise à voie normale.
  • Le , deux convois se percutent sur la ligne entre les gares d'Essert-sous-Champvent et Valeyres-sous-Montagny. La collision qui s'est produite vers 10 h 35, a fait sept morts et quarante-trois blessés[2]
  • En 1981, dans le cadre de la modernisation de son matériel roulant, la compagnie abandonne la 1re classe. Cette dernière est réintroduite avec la commande de nouveau matériel roulant qui sera mis en service en .
  • Au changement d'horaire de , la gare de Trois-Villes ne sera plus desservie. Ne disposant pas de quai pour les passagers, elle ne répond plus aux normes. En 2020 toujours, la gare de Sainte-Croix connaît d'importants travaux : démolition du dépôt construit en même temps que la ligne, reconstruction d'un dépôt moderne permettant des petites réparations, nouveau quai, et nouveaux passages a niveaux. Les travaux seront terminés en 2021[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 24 km
  • Voie métrique
  • Alimentation électrique 15 kV, 16 2/3 Hz, comme les CFF.
  • Déclivité maximum : 4,4 %
  • Voyageurs : 350 000 en 2004
  • Taux de couverture : 16 % par les billets
  • Le dépôt de Yverdon-les-Bains en 1963. En sortie de Yverdon-les-bains, la ligne pour Sainte-Croix longe la line CFF pour Neuchâtel
    Subvention : 5,7 millions de francs suisses en 2005

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

À l'ouverture de la ligne, la compagnie disposait de trois machines à vapeur de type Mallet à quatre essieux et de vingt-huit voitures et trois fourgons à deux essieux[1].

Le , la compagnie Travys annonce avoir signé un contrat de 30 millions de francs pour l'achat trois nouvelles rames auprès de Stadler, ce qui permet d'assurer un horaire cadencé à la demi-heure depuis l'automne 2015[4].

Véhicules circulant sur voie métrique (ligne Yverdon – Sainte-Croix)
Véhicules moteurs
Désignation Numéro UIC Mise en service Retrait Nom de baptême Remarque(s) Photo
Be 2/6 90 85 827 2000-3 2001 Mouvement

Anciennement L'Arnon

Anciennement Be 2/6I n°2000 - 69 129 km parcourus en 2020 YSteC Be 2-6 2000 Yverdon-les-Bains 190809.jpg
Be 2/6 90 85 827 2001-1 2001 Énergie

Anciennement La Thièle

Anciennement Be 2/6I n°2001 - 134 327 km parcourus en 2020 YSteC Be 2001.JPG
Be 4/4 90 85 827 0001-3 1981 Yverdon-les-Bains Anciennement Be 4/4II n°1 - 173 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Be 4/4 90 85 827 3001-0 2016 Inspiration Anciennement Be 4/4III n°3001 - 121 785 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Be 4/4 90 85 827 3002-8 2016 Inspiration Anciennement Be 4/4III n°3002 - 131 006 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Be 4/4 90 85 827 3003-6 2016 Découverte anciennement Be 4/4III n°3003 - 137 829 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Be 4/4 90 85 827 3004-4 2016 Découverte Anciennement Be 4/4III n°3004 - 81 405 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Be 4/4 90 85 827 3005-1 2016 Complicité Anciennement Be 4/4III n°3005 - 118 294 km parcourus en 2020 Stadler Be 4-4 YSC (3005 A W).jpg
Be 4/4 90 85 827 3006-9 2016 Complicité Anciennement Be 4/4III n°3006121 563 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Ge 4/4 90 85 827 0021-1 1950 Yverdon-les-Bains / Sainte-Croix À l'origine Te 4/4 n°21 et renumérotée en 1977 en Ge 4/4 n°21 - 12 km parcourus en 2020 The Yverdon Crocodile.jpg
Tm 2/2 90 85 827 0022-9 1971 - Anciennement Tm 2/2 n°22 - 197 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Tm 2/2 90 85 827 0023-7 1989 - Anciennement Tm 2/2 n°23 - 4 228 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Voitures
AB 90 85 827 3031-1 2016 - Anciennement AB n°3031 - 121 395 km parcourus en 2020 Defaut.svg
AB 90 85 827 3032-9 2016 - Anciennement AB n°3031 - 109 609 km parcourus en 2020 Defaut.svg
AB 90 85 827 3033-7 2016 - Anciennement AB n°3031 - 119 794 km parcourus en 2020 Defaut.svg
Bt 90 85 827 0051-2 1983 - Anciennement Bt n°51 - 14 923 km parcourus en 2020 YSteC Bt 51 Be 4-4 1 Bt 55 Vuiteboeuf 011009.jpg
Bt 90 85 827 0055-3 2007 - Anciennement Bt n°55 - 16 523 km parcourus en 2020 YSteC Bt 51 Be 4-4 1 Bt 55 Vuiteboeuf 011009.jpg
Détail des anciens véhicules disponible dans l'article Transports Vallée de Joux, Yverdon-les-Bains, Sainte-Croix

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin des CFF,
  2. 24 Heures le
  3. . Frédéric Ravussin, « La 1re classe fait son retour sur la ligne Yverdon - Sainte-Croix », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Céline Duruz, « Des trains toutes les 30 minutes entre Yverdon et Sainte-Croix dès 2015 », 24 heures,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]