Chemin de fer Pont-Brassus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chemin de fer Pont-Brassus
PV/PBr
Ligne de Vallorbe à Le Brassus
Gare Sentier-Orient sur la ligne du PBr
Gare Sentier-Orient sur la ligne du PBr
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Vallorbe, Le Pont, Le Sentier, Le Brassus
Historique
Mise en service 1899
Électrification 1938
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 201
Longueur 13,26 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

15 kV - 16 ⅔ Hz

Pente ou rampe maximale 23 ‰
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Trafic voyageurs, marchandises

La ligne Vallorbe - Pont - Brassus (PBr) est une ligne de chemin de fer longue de 13,2 km, à voie unique à écartement normal électrifiée en 15 kV monophasé à 16,67 Hz, reliant Vallorbe, Le Pont et Le Brassus.

Elle fait partie du groupe Transports Vallée de Joux, Yverdon-les-Bains, Sainte Croix (TRAVYS).

Parcours[modifier | modifier le code]

La ligne part de la gare de Vallorbe, de laquelle partent aussi dans la direction opposée, la ligne de Pontarlier à Vallorbe (frontière) et dans la même direction, la Ligne de Cossonay – Vallorbe. La ligne franchit alors le viaduc de l'Orbe d'une longueur de 152 m pour arriver à la gare du Day. De là, les deux lignes parallèles divergent et la ligne continue sur une voie unique en direction du Brassus. La ligne rentre alors dans la forêt et longe la côte de la Dent où elle passe au nord de la Dent de Vaulion. La ligne franchit le ruisseau des Epoisats avant d'emprunter le tunnel du Mont-d'Orzeires, d'une longueur de 431 m et qui débouche dans la Vallée de Joux. La ligne arrive alors à la gare du Pont située à 1 008 m d'altitude. À cette gare se trouve les halles de la Compagnie du Train à vapeur de la Vallée de Joux, une association faisant circuler des trains anciens sur cette ligne. Celle-ci continue et franchit le petit canal qui relie le lac Brenet au lac de Joux avant de desservir le village des Charbonnières par une petite halte. Il en est de même un peu plus d'un kilomètre plus loin pour le hameau du Séchey. La ligne arrive alors à la gare du Lieu qui, comme la gare du Pont, dispose de deux voies pour permettre aux trains de se croiser. Elle continue en traversant successivement deux courts tunnels proche du lieu-dit du Pré-Lionnet. Elle dessert ensuite par des haltes les hameaux des Esserts-de-Rive, du Rocheray et du Solliat et de la Golisse pour finalement rejoindre la gare du Sentier-Orient qui dispose de plusieurs voies pour permettre aux trains de se croiser, mais aussi d'un quai de chargement pour le fret. De là, la ligne dessert le hameau Chez-le-Maître par deux haltes, dont celle de Chez-le-Maître-Écoles qui dessert l'École Technique de la Vallée de Joux. Plus loin, la ligne passe à nouveau sur l'Orbe, bien que cette fois-ci la ligne se trouve plus en amont de la rivière avant d'atteindre la gare terminus du gare du Brassus à une altitude de 1 020 m[1],[2],[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1886 : La ligne CFF Vallorbe - Le Pont a été construite par la compagnie du Jura-Simplon pour transporter plus rapidement les blocs de glace prélevés dans le lac de Joux vers Genève, Lyon et Paris.
  • 17 février 1891 : Demande de concession adressée au Conseil fédéral pour la prolongation de la ligne Vallorbe-Le Pont jusqu'au Brassus avec une ligne à voie étroite[5]. Le projet, déposé par les Lausannois Guisan, Auberjonois et Leuba-Joliat, prévoyait alors un tracé le long de la rive sud du lac de Joux avec trois stations (L'Abbaye, Les Bioux et L'Orient-de-l'Orbe), et non le long de la rive nord comme cela s'est fait finalement[6]. Un tronçon de ligne supplémentaire devait relier Le Sentier à L'Orient[6]. Le projet prévoit des coûts totaux de 450'000 francs, des trains composés uniquement de voitures de troisième classe et des billets facturés aux voyageurs à un tarif de sept centimes par kilomètre[7]. Les concessionnaires mentionnent toutefois que la ligne pourrait être exploitée comme un tramway et le nombre de haltes multiplié[7].
  • Avril 1891 : Le Conseil Fédéral propose aux chambres fédérales d'approuver cette demande de concession, ce qu'elles feront[6].
  • Fin 1891 : Une étude réalisée par l'entreprise Chappuis et Stockalper de Viège chiffre les coûts totaux de la construction de la ligne à 1.5 millions de francs pour une ligne à voie normale et 1.33 millions pour une ligne à voie étroite, recommandant la réalisation de la première option[8].
  • Avril 1893 : La concession accordée pour la ligne Pont-Brassus est prolongée jusqu'au 16 avril 1895[9].
  • Juin 1895 : La concession est à nouveau prolongée, cette fois-ci jusqu'au 16 avril 1897[10].
  • Octobre 1895: Le Conseil communal du Lieu vote une subvention de 80'000 francs pour la ligne, à condition qu'elle suive la rive orientale et non la rive sud[11].
  • Mars 1896: Les ingénieurs Rochat et d'Allèves déposent une demande de concession pour une ligne Pont-Brassus passant par la rive orientale et notamment par les villages du Lieu et du Sentier[12]. Les coûts sont évalués à 1.295 millions de francs[12]. Cette demande est soutenue par les communes du Chenit et du Lieu, tandis que la commune de L'Abbaye soutient le tracé prévu initialement par la rive sud[12]. Le Conseil fédéral recommande de soutenir le projet passant par la rive orientale, recommandation suivie ensuite par les chambres[12].
  • 02.05.1896: Le Conseil communal du Brassus vote un crédit de 320'000 francs pour la construction de la ligne[13].
  • Juillet 1896 : La Municipalité du Chenit se prononce en faveur du tracé par la rive orientale, mais le conseil communal ne prend pas position sur un tracé ou un autre. Une demande de subvention générale est soumise au Grand Conseil en octobre[14].
  • Été 1897: Début des travaux de construction de la ligne Pont-Brassus par la rive occidentale[15].
  • 08.09.1897: Constitution de la Compagnie du chemin de fer Pont-Brassus par les actionnaires de la société (communes du Chenit et du Lieu, canton de Vaud, mais également autres collectivités et privés qui ont soutenu financièrement la ligne)[16]. William Capt, receveur au Sentier, en devient le premier président[16].
  • Juin 1899: Accords entre la Compagnie Jura-Simplon et la Compagnie du chemin de fer Pont-Brassus pour le raccordement des lignes Le Day-Le Pont et Pont-Brassus et pour l'usage en commun de la gare du Pont[17].
  • 19 août 1899 : La ligne Pont - Brassus est inaugurée en présence des Conseillers d'État Jordan-Martin et Thélin[18]. 6080 voyageurs ont été transportés pendant les dix premiers jours d'exploitation de la ligne. Cette ligne est exploitée par la Compagnie Jura-Simplon[19].
  • 1902 : Un projet de prolongation jusqu'à Bois-d'Amont en France existe et obtient un soutien de principe du Grand Conseil vaudois en mai 1902[20].
  • 1904: Des wagons de deuxième classe sont introduits sur l'ensemble du tronçon Vallorbe-Le Brassus[21]. Jusque là, les trains des lignes Vallorbe-Le Pont et Pont-Brassus ne comptaient que des wagons de troisième classe[21].
  • 1938 : Électrification de la ligne Le Day-Le Brassus[22]. Les travaux durent quatre mois et sont notamment effectués par des chômeurs[22].
  • Mai 1989: La cadence horaire est introduite sur la ligne Vallorbe-Le Brassus[23]. Pour y faire face, la Compagnie du Pont-Brassus, qui louait jusque-là son matériel roulant aux CFF, acquiert deux rames de type Colibri pour un coût de 11'650'000 francs[23].
  • 2001 : Entrée dans le groupe TRAVYS

Liste des présidents du conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Liste des présidents du conseil d'administration de la compagnie du Pont-Brassus:

  • 1897-1927: William Capt (18.08.1857-23.07.1927).
  • Marc Golay.
  • Paul-Eugène Rochat.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 13,2 km
  • Voie normale (1435 mm)
  • Alimentation électrique 15 kV, 16 2/3 Hz, comme les CFF.
  • Pente maximum : 2,3 %
  • Passagers : 280 000 en 2004
  • Matériel : 2 rames et réserve assurée par les CFF
  • Taux de couverture : 15 % par les billets
  • Subvention : 2,4 millions de francs suisses en 2005

Matériel roulant ferroviaire[modifier | modifier le code]

Matériel roulant Type et numéros Nbre Année de
construction
Constructeur(s) Places assises
1re/2e classe
Remarque(s) Photo
Automotrices ABDe 538 316 1 1966 SIG / SWS / BBC
MFO / SAAS
12 / 31 Ex MThB ABDe 638 616-6 ABDe 538 316-1 Sentier-Orient 050708.jpg
RBDe 560 384-385
DOMINO
2 2009 SWA / SIG / ABB
CFF
56 RBDe 4-4 568384-2 Sentier-Orient 050708.jpg
Locomotives Re 420 503-6 1 SLM / BBC / MFO
SAAS
N/A Ex CFF Re 4/4II 11119 (jusqu'en 2004) ; Ex BLS Re 420 503-5 (2004-2013) Re420 503-6 Sentier-Orient 3.jpg

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (de) Christian Barmettler, « 201 Vallorbe - Le Brassus » [html], sur chriguseisenbahnseiten.ch (consulté le 5 juin 2015)
  2. Carte nationale : Orbe, Wabern, Swisstopo, coll. « 1:25 000 » (no 1202),‎ (ISBN 978-3-302-01202-5, lire en ligne)
  3. Carte nationale : Le Sentier, Wabern, Swisstopo, coll. « 1:25 000 » (no 1221),‎ (ISBN 978-3-302-01221-6, lire en ligne)
  4. Carte nationale : Cossonay, Wabern, Swisstopo, coll. « 1:25 000 » (no 1222),‎ (ISBN 978-3-302-01222-3, lire en ligne)
  5. « Canton de Vaud », La Revue, no 41,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  6. a, b et c « Ligne du Pont au Brassus », Feuille d'Avis de Lausanne, no 80,‎ , p. 7
  7. a et b « Chemin de fer du Pont au Brassus », Nouvelliste Vaudois, no 81,‎ , p. 2-3 (lire en ligne)
  8. « La Vallée », La Revue, no 1,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  9. « Dépêches du Soir », L'Estafette, no 94,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  10. « La Vallée », La Tribune de Lausanne, no 128,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  11. « La Vallée », La Tribune de Lausanne, no 235,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  12. a, b, c et d « Chemin de fer Pont-Brassus », Feuille d'Avis de Lausanne, no 67,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  13. « Canton de Vaud », Feuille d'Avis de Lausanne, no 101,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  14. « Chemin de fer Pont-Brassus », Feuille d'Avis de Lausanne, no 167,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  15. « Le Sentier », La Revue,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  16. a et b « Canton de Vaud », La Revue,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  17. « Jura-Simplon », La Revue, no 136,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  18. « Inauguration du Pont-Brassus », Feuille d'Avis de Lausanne, no 194,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  19. « Sentier », La Revue, no 229,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  20. « Chemins de fer vaudois », Feuille d'Avis de Lausanne, no 106,‎ , p. 11-12 (lire en ligne)
  21. a et b « Chemin de fer Pont-Vallorbe », Feuille d'Avis de Lausanne,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  22. a et b « La Vallée de Joux en fête », La Gazette de Lausanne,‎ , p. 4
  23. a et b « Trains "Colibri" à la Vallée », La Gazette de Lausanne,‎ , p. 19

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]