Canne-épée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dessin d'une canne-épée (épée et fourreau)

La canne-épée (ou canne à épée, ou encore canne fourrée) est une canne creuse armée d'une lame intérieure fixée à la poignée.

Sur ce principe existent d'autres cannes armées comme la canne-sabre et la canne à dard.

La canne par elle-même est souvent en bois de noisetier qui est percé pour faire place à la lame.

Historique[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire, le port des armes blanches étant interdit, l'usage de la canne-épée, en raison de la dissimulation de la lame dans un objet courant, se répand dans la société.

Au XIXe siècle, elle bénéficie de l'engouement pour la canne en tant que complément vestimentaire et fait fureur à la Belle Époque.

Réglementation des armes[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En France, la canne-épée, qui est une arme camouflée, est considérée comme une arme de catégorie A (art. R311-1 du Code de la Sécurité Intérieure), dont la possession est interdite, sauf exceptions[1].

Anecdote historique[modifier | modifier le code]

Canne-épée du XIXe siècle.

Le , lors d'un dîner des Vilains Bonshommes, Arthur Rimbaud, mis à la porte par le photographe Étienne Carjat pour avoir scandé « merde » pendant qu'on récitait des vers, l'attend dans la rue et le blesse avec une canne-épée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arme de catégorie A (Possession Interdite, sauf exception) », sur www.service-public.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :