Canne de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canne.

Canne de combat
Assaut de canne de combat au championnat d'Europe de Schiltigheim en 2006.
Assaut de canne de combat au championnat d'Europe de Schiltigheim en 2006.

Domaine armé
Pays d’origine France
Fédération mondiale Fédération internationale de savate[1]

La canne de combat est un sport de combat français de percussion. Il se pratique à l'aide d'un objet contondant, la canne, un bâton de châtaignier de 95 cm de long avec lequel le « tireur » doit toucher son adversaire sans être lui-même touché.

Les premières traces écrites de théorie concernant la manipulation de cannes et bâtons en Occident remontent à la fin du Moyen Âge. La canne de combat ne commence toutefois à être perfectionnée qu'au milieu du XIXe siècle : plusieurs maîtres d'armes élaborent des méthodes, et la canne connaît son apogée à cette période, au point qu'elle figure aux programmes des concours d'exercices physiques et de sports de l'Exposition universelle de 1900 puis comme sport de démonstration aux Jeux olympiques d'été de 1924. Avec l'amélioration de la sécurité de Paris, sa pratique décline. Dans les années 1950, une pratique de la canne de combat destinée au sport et à la compétition est développée par Maurice Sarry sous l'égide de la Fédération de savate boxe française, et c'est sous cette forme qu'elle est pratiquée de nos jours.

Le répertoire technique de la canne de combat comprend six attaques codifiées, qui ciblent le flanc, la tête ou les jambes de l'adversaire. Chaque attaque doit être précédée d'un « armé », mouvement qui amène la main tenant la canne derrière l'axe de la colonne vertébrale ; cet armé, qui était historiquement destiné à augmenter la puissance des coups, donne une information à l'adversaire, et, par la dimension tactique qu'il donne aux assauts, constitue toute la richesse de la discipline dans sa pratique actuelle. Le combat se déroule dans une aire circulaire de 9 mètres de diamètre, et est divisé en plusieurs périodes (« reprises ») d'une à deux minutes durant lesquelles chaque tireur doit porter le plus de touches possible. Les assauts ont lieu sous la supervision d'un arbitre et sont notés par trois juges.

Ce sport compte son plus grand nombre d'adeptes en France, mais il est aussi pratiqué ailleurs dans le monde. Sa pratique compétitive est organisée en France par le Comité national de canne de combat et bâton depuis 1979. Des compétitions internationales sont organisées depuis 2004 telles que le championnat du monde et le championnat d'Europe.

Historique et évolution[modifier | modifier le code]

L'utilisation de la canne ou du bâton comme objet de défense est très ancienne ; toutefois, en Occident, les premiers écrits évoquant une forme d'escrime propre au bâton remontent à la fin du XIVe siècle et au XVe siècle[2]. Il faut attendre le XVIe siècle pour voir émerger des traités théorisant la manipulation du bâton, notamment avec Der Altenn Fechter anfengliche Kunst (1531)[3] et La noble science des joueurs d'épée (1538)[4],[2]. Le bâton est pratiqué et enseigné par les maîtres d'armes de Paris jusqu'en 1644, où sa pratique devient facultative[5], entraînant son déclin[2]. L'art de manier la canne a été maintenu par les compagnons, pour lesquels la canne constitue non seulement un symbole, mais joue également un rôle défensif, notamment au cours de batailles entre sociétés concurrentes, au point que de nombreux compagnons ont recours à des maîtres d'armes pour s'exercer au maniement de leur canne[6],[2].

Dessin d'un homme effectuant un moulinet avec une canne à crosse
Le traité Self-defense for gentlemen and ladies de Thomas Hoyer Monstery (en) (1878) présente un chapitre de défense à l'aide de bâtons et de cannes.

Au début du XIXe siècle, la canne a mauvaise réputation. Elle est en effet pratiquée, à l'instar de la savate, par des bandes criminelles ; cependant, avec l'interdiction de porter l'épée à Paris sans permis de port d'arme[7], le milieu du XIXe siècle voit progressivement l'apparition de salles d'armes dédiées à la savate et à la canne, attirant petit à petit la bonne société[8],[2]. La canne de combat est alors codifiée par des maîtres de savate et de sabre afin que de l'enseigner comme arme de défense[2]. Plusieurs traités voient le jour, tout d'abord celui de Louis Leboucher (1843)[9], puis celui d'un élève de Michel dit « Pisseux » (vers 1848)[10],[2]. Une méthode plus aboutie, faisant appel à des mannequins, est élaborée par Larribeau en 1856[11]. C'est la grande époque pour la canne de combat française ; des combats sont montrés dans les salons[8]. En parallèle, l'armée française introduit l'enseignement collectif du bâton et de la canne et publie un nombre important de manuels intégrant leur usage, souvent associé à la boxe française, comme le traité de Bouffémont en 1871[12], celui du Ministère de la marine et des colonies en 1875[13],[14], puis celui de P. Le Guénec en 1886[15] et celui de Bonnefont en 1890[16]. De même, à partir de 1880[17], l'enseignement de la canne de combat est dispensé dans le milieu scolaire, avec notamment un manuel publié en 1892 qui prévoit des exercices de canne[18]. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, la pratique de la canne de combat se développe dans d'autres pays d'Europe : Pierre Vigny crée sa méthode et en répand l'enseignement au Royaume-Uni, contribuant au perfectionnement du bartitsu[19], l'exil de Joseph Charlemont à Bruxelles est à l'origine de l'essor de la canne en Belgique[20].

Enfin, Charlemont publie en 1899 un traité[21] qui codifie une pratique de la canne plus sportive ; les démonstrations de canne aux Jeux olympiques de 1900[22] (bien que la première codification de la pratique compétitive de la canne de combat ne soit élaborée qu'en 1903[23]) et aux Jeux olympiques de Paris en 1924 (voir Savate aux Jeux olympiques d'été de 1924) sont basées sur sa méthode[2]. La canne est beaucoup pratiquée au début du XXe siècle : elle fait notamment partie de techniques enseignées aux Brigades du Tigre (entre 1907 et 1921)[24], et elle reste un moyen de défense pour se protéger dans la rue, dans un contexte de grande insécurité (notamment face à des bandes de criminels, comme les Apaches)[2]. Cependant, la sécurité des rues de Paris s'améliore vers 1920, et la canne devient davantage un article d'apparat ; la pratique de la canne de combat est délaissée[2]. D'autres sources évoquent également le manque d'instructeurs à la suite de la Première Guerre mondiale et l'abandon du sabre dans l'armée[25].

La pratique de la canne sportive réapparait dans les années 1950 avec la méthode de Roger Lafond, discipline enseignée au sein de la Méthode R.&J. Lafond, qui propose une approche axée vers la self-défense, dont les armés sont plus courts, partant du poignet et de l'avant-bras[2]. C'est cependant dans les années 1960 que la pratique sportive contemporaine de la canne de combat est mise en place, d'abord par la création du Comité national de boxe française en 1965 par Pierre Baruzy, puis par les ouvrages de Bernard Plasait en 1971[26] et de Maurice Sarry en 1978[27],[28] ; la méthode de ce dernier, plus orientée vers une pratique compétitive et éliminant les coups dangereux, prévoit des règles d'arbitrage et codifie les mouvements[2],[29]. La première compétition de canne de combat selon la méthode de Maurice Sarry se tient en 1979[29]. Sarry crée le Comité national de canne de combat et bâton (CNCCB) en 1983 ; cette organisation, sous l'égide de la Fédération française de savate boxe française et disciplines associées, règlemente la pratique sportive actuelle de la canne de combat[29].

Présentation[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La canne de combat est un sport de combat qui oppose deux adversaires, dénommés « tireurs », dans un espace défini, « l'aire de combat », et dans un temps défini, « la reprise »[30]. La confrontation se fait à l'aide d'une canne et d'un répertoire donné d'attaques[30]. Cette discipline amène le tireur à manier la canne à travers des mouvements physiques, techniques et tactiques : enchaînements, esquives, feintes, sauts, touches et acrobaties[31].

Le pratiquant de la canne de combat est parfois appelé « canniste »[32].

On distingue deux types de confrontations : les assauts compétitifs, où les tireurs cherchent à se toucher sans l'être en retour, et les assauts démonstratifs, où la recherche de la coopération prime[30].

Présentation de l'arme[modifier | modifier le code]

Telle qu'elle a été codifiée dans les années 1970, par Maurice Sarry, pour être pratiquée en compétition sportive, la canne de combat est légère, en châtaignier et de forme légèrement tronconique[33].

Elle a une longueur de 95 cm pour un poids de 90 à 130 g[32] et est composée de trois parties qui sont de la base au sommet : la manchette (premiers 15 cm), la surface de parade et la surface autorisée de touche (20 derniers centimètres)[34].

Il est possible d'ajouter un adhésif antidérapant sur la manchette[33]. Des adaptations de l'arme sont prévues pour les mineurs selon leur tranche d'âge, que ce soit par la longueur de l'arme (85 ou 90 cm) ou par l'usage de cannes en mousse[33].

Organisation de la discipline[modifier | modifier le code]

En France, le développement de la canne de combat est organisé par le Comité national de canne de combat et bâton (CNCCB)[35], au sein de la Fédération française de savate boxe française et disciplines associées[36]. Au niveau international, les différentes compétitions ont lieu sous l'égide de la Fédération internationale de savate[1].

Répertoire technique[modifier | modifier le code]

La richesse de ce sport vient de la diversité des coups, des multiples façons de les réaliser et de la liberté de l'expression de ces techniques, que ce soit dans les déplacements ou les enchaînements. Décalages, esquives, sauts, voltes (mouvements tournants), feintes, font partie intégrante des assauts de canne avec pour finalité la touche[31]. La liberté de mouvement autorisée permet à chaque canniste d'acquérir son propre style.

Attaques codifiées[modifier | modifier le code]

Mannequin colorisé sur les flancs, la tête et les jambes entre le genou et le pied
  •      Surfaces de touche valides en canne de combat[37]

Il existe six attaques codifiées en canne de combat. Deux coups latéraux, le « latéral extérieur »[38],[39] et le « latéral croisé »[38],[40], peuvent être portés sur trois surfaces de frappe : la figure (ou ligne haute), qui comprend l’ensemble du visage, le côté et le dessus du crâne ; le flanc (ou ligne médiane), situé entre le nombril et les pectoraux ; et les jambes (attaque en ligne basse), entre la cheville et le genou[38]. Deux coups verticaux peuvent être portés en tête : le « brisé »[41],[40] et le « croisé tête »[42],[43]. Enfin, deux coups verticaux ont pour cible les jambes : l'« enlevé »[42],[43] et le « croisé bas » (ou croisé jambe)[42],[44].

Ces six techniques peuvent se faire de l'une ou l'autre main, ou en changeant la canne de main dans le cadre de l'assaut, constituant ainsi un élément de surprise, de diversité tactique et technique[45]. Seules ces techniques sont autorisées en compétition, à l’exclusion de toute autre[46].

Les surfaces de frappes décrites ci-dessus sont les seules autorisées[37]. Les attaques ciblant la jambe doivent être accompagnées par l'attaquant d'une fente avant ou arrière, d'une flexion ou d'un grand écart[47].

Les touches doivent se faire avec le quart supérieur de l'arme, de taille, les coups d'estoc n'étant pas autorisés[48].

Pour être valide, chacun de ces coups doit être précédé d'un « armé », geste qui consiste à passer la main tenant la canne derrière l'axe de la colonne vertébrale[37],[49],[50]. Si historiquement, l'armé consistait à donner de la puissance aux coups, ce n'est plus l'objectif de nos jours[51]. L'armé présente l'inconvénient de donner une indication à l'adversaire, tout en exposant le corps du tireur, mais c'est justement cet inconvénient qui fait la richesse de la discipline, car il amène le tireur à rechercher des enchaînements plus poussés dans le but de surprendre son adversaire[51].

Ceci fait partie de ce qu'on appelle le « premier degré », il s'agit d'exécution simple des techniques[52].

Le salut et la garde[modifier | modifier le code]

Au début et à la fin de chaque assaut, chaque tireur effectue un salut, qui consiste en la réalisation successive d'un « enlevé » et d'un « croisé-bas »[38],[53].

La garde est la position dans laquelle le tireur débute l'assaut. En garde conventionnelle, le pied du côté de la main armée se situe en avant, et est dirigé vers l'adversaire. L'autre pied est orienté à 45° par rapport au premier et situé à une distance d'environ un pied en arrière. Les jambes sont légèrement fléchies, assurant dynamisme et équilibre[54],[32].

La garde opposée s'effectue en mettant en avant le pied opposé à la main armée[32].

Défenses[modifier | modifier le code]

Il est obligatoire de se défendre contre une attaque portée par son adversaire avant de pouvoir riposter[32]. Il existe deux modes de défense codifiés : la parade et l'esquive.

La parade consiste à interposer sa canne pour interrompre l'attaque adverse[55]. Les parades chassées et les désarmements sont interdits[56],[57]. La parade totale, qui couvre trois zones de touche en même temps, n'est pas autorisée en compétition[58].

Les esquives consistent à soustraire à l'attaque la cible de celle-ci[56]. L'esquive peut se faire sur place en effectuant un mouvement de retrait de la zone ciblée, ou peut amener le tireur à déplacer un appui ou à se déplacer complètement (on parle alors d'esquive totale)[56].

Ces modes de défense sont généralement plus performants lorsqu'ils permettent d'engager une riposte en préparant l'armé du coup suivant pendant le mouvement de défense[55],[59].

Déplacements[modifier | modifier le code]

L'assaut se déroulant traditionnellement dans un cercle de 9 mètres de diamètre (ou 6 mètres pour les enfants[60]), le mouvement est un élément central de la tactique. Les déplacements peuvent se faire au cours d'esquives, ou pour contourner l'adversaire (« décalages » et « débordements »)[59]. En plus de ces déplacements simples, deux mouvements particuliers sont possibles : la volte et la traversée[59].

La volte est un mouvement de rotation sur soi qui a l'avantage de troubler les repères et les cibles et de rendre l'attaque qui la finit plus imprévisible[61]. L'attaque, en plus d'être moins prévisible, peut être également accélérée par la volte[61].

La traversée est un mouvement qui amène à passer très près de son adversaire pour se retrouver derrière lui ; elle doit obligatoirement se terminer par une attaque[59].

Le second degré[modifier | modifier le code]

La simple exécution des attaques codifiées (premier degré) est inefficace car l'information donnée par l'armé permet à l'adversaire de préparer sa défense[52]. Le but du second degré est de perturber l'adversaire afin de lui faire modifier sa garde pour toucher la zone voulue[52]. Diverses tactiques peuvent être utilisées pour cela, et constituent des mouvements du second degré ; elles comprennent entre autres les moulinets, les feintes[53] comme les changements d'armés, les changements de main[62], les changements de vitesse ou de plan, les déplacements modifiant l'axe de combat, etc.

La tenue[modifier | modifier le code]

Différentes tenues sont possibles en fonction du contexte. Dans le cadre d'une pratique de loisir, la tenue se compose simplement de chaussures de sport et de survêtements[63]. Lors d'échanges en club ou pour les compétitions de juniors jusqu'à 12 ans, les tireurs utilisent tenue simplifiée, composée d'un masque d'escrime matelassé, d'une paire de gants matelassés et d'une paire de protège-tibias[64]. La tenue de compétition comporte plus de protections : en plus de la tenue simplifiée, elle comprend une veste et un pantalon tous deux matelassés ainsi qu'une coquille pour les hommes et un plastron pour les femmes[65].

Le port de protections supplémentaires est autorisé : genouillères, coudières, protège-malléoles, protection du cou, ou encore protection pelvienne pour les femmes[66].

Homme en short et T-shirt portant un masque d'escrime, des gants et des protège-tibias.
Tenue allégée de canne de combat. 
Homme habillé d'une combinaison matelassée, et portant un masque d'escrime et des gants.
Tenue complète de canne de combat. 

Les grades[modifier | modifier le code]

Le Comité national de canne de combat et bâton (CNCCB) a mis en place un système de grades permettant d'évaluer la progression technique des sportifs en canne de combat[67]. Le premier niveau, pour les débutants, est le pommeau bleu, qui atteste de la connaissance du répertoire technique[68]. Le deuxième niveau, ou pommeau vert, évalue la mise en œuvre des techniques en situation de coopération[69], tandis que le pommeau rouge (troisième niveau) démontre l'acquisition des techniques dans un contexte tendu d'opposition[70]. L'accès à la compétition n'est autorisé qu'aux détenteurs du pommeau rouge[70]. L'évaluation de chacun de ces trois pommeaux dure une vingtaine de minutes et peut s'effectuer en club[67]. Deux niveaux supérieurs peuvent être passés ensuite sous la supervision d'un représentant du CNCCB[67] : le pommeau blanc, qui évalue la gestion de l'opposition et des premières tactiques (second degré) de perturbation de l'adversaire[71], et le pommeau jaune pour lequel le canniste doit être capable de mettre en œuvre un bagage technique et tactique complet pour prendre l'avantage lors d'une opposition[72]. L'épreuve d'évaluation de chacun de ces pommeaux dure une quarantaine de minutes[67].

Réglementation des assauts[modifier | modifier le code]

Les assauts en compétitions sont composés de 2 à 4 reprises en fonction des compétitions et des différentes phases[73]. La durée varie en fonction des catégories, entre une minute et demie et deux minutes[73]. Chaque touche réussie sur l'adversaire fait gagner des points[74].

Les combats se déroulent dans un cercle de 9 mètres de diamètre[75]. Si un des tireurs sort de ce cercle, le combat est interrompu[76] et un point est accordé à son adversaire[77].

L'assaut n'est pas interrompu après une touche (on peut donc les enchaîner)[78]. Le principe de parade riposte empêche les tireurs de se sacrifier pour accumuler les touches en reposant uniquement sur la vitesse d'exécution[79].

Celui qui a le plus de points à l'issue de la dernière reprise est déclaré vainqueur[74].

Déroulement d'un assaut[modifier | modifier le code]

L'assaut est découpé en reprises[73]. Le nombre et la durée de ces reprises varient selon les rencontres[73]. Les valeurs de références sont au maximum de 4 reprises d'une durée allant d'une minute et trente secondes à deux minutes[73].

Avant les reprises et à la fin de l'assaut, au commandement de l'arbitre, les tireurs se saluent[80].

Au début de chaque reprise, au commandement de l'arbitre, les tireurs se positionnent en position de garde au centre de l'aire. Au commandement « En garde, Allez ! », la reprise commence[81]. En dehors des interruptions pour irrégularité, l'assaut durera jusqu'au commandement « Stop ! Fin de la reprise » de l'arbitre[81].

Les juges et l'arbitre[modifier | modifier le code]

Trois juges assurent le décompte des points[82]. Chaque juge comptabilise indépendamment des autres les touches qu'il estime valides[82]. Les points comptabilisés par chaque juge sont ensuite additionnés ; chaque touche va ainsi rapporter de 0 à 3 points, en fonction de sa qualité et de la perception des juges[78]. Les juges interviennent également pour valider ou non les demandes d'avertissements, prendre des décisions en cas d'égalité ou se prononcer en cas de demande d'avertissement[82].

Pour encadrer l'assaut, un arbitre intervient en cas de faute technique ou tactique[83]. Il délivre selon la situation une observation[77], une pénalité[77] ou une demande d'avertissement[84]. Cette dernière doit alors être validée par vote par les juges[84]. C'est également lui qui encadre le temps de l'assaut, en indiquant le début et la fin des reprises[83].

Validité d'une touche[modifier | modifier le code]

Au cours de l'assaut, les juges doivent évaluer si une touche portée par un tireur est valide. Pour cela, la touche doit répondre à plusieurs critères.

Tout d'abord, le tireur doit avoir respecté le principe parade/esquive - riposte, c'est-à-dire qu'il doit avoir évité ou paré le coup de son adversaire pour pouvoir le toucher[48]. Un autre principe à respecter est le principe de priorité[39], la priorité allant au tireur ayant atteint la position d'armé en premier[60].

Sur la forme de la touche, il faut que le coup ait été armé (le pommeau de la canne doit être passé derrière l'axe de la colonne vertébrale)[48] et corresponde à l'une des six techniques codifiées[46], et que le tireur ait déployé sa technique de façon franche, avec un alignement de l'épaule, de la main et de l'extrémité de la canne au moment de la touche[39] ; de plus, la canne doit avoir suivi une trajectoire dans un plan horizontal ou vertical en fonction du coup[39]. D'autre part, la touche doit avoir été donnée sur une surface autorisée en compétition[39] : les côtés et le dessus du masque ainsi que la grille (si le coup est clairement dirigé vers le visage, et ne fait pas que frôler la grille) pour un coup en tête[48], au-dessus de la ceinture et en dessous des pectoraux pour un coup en flanc[48], et au-dessus de la cheville et en dessous du genou pour un coup en jambe[48]. Une touche ne sera comptabilisée que si elle est donnée avec la surface de touche de la canne (quart supérieur)[39]. Enfin, les coups en ligne basses doivent être accompagnés d'une fente ou d'une flexion[48].

Les coups d'estoc sont proscrits et sanctionnés[46].

Comptage des points[modifier | modifier le code]

Les juges sont responsables de comptabiliser les points. Un tireur se voit attribuer un point pour chaque touche valide[78]. Par contre, chaque pénalité rapporte un point à son adversaire, qu'elle soit prononcée pour un lâcher de canne, une sortie d'aire, un retard à l'appel ou un constat d'équipement incomplet[77] ; de plus, chaque avertissement demandé par l'arbitre et validé par vote par les juges rapporte deux points à l'adversaire[84].

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Carte du monde indiquant certains pays en orange.
  •      Pays ayant participé à au moins une compétition internationale de canne de combat depuis 2004.

La canne de combat est bien développée en France, même si elle y reste un sport relativement confidentiel (environ 4 000 licenciés[85], mais jusqu'à 10 000 cannistes[86]). Sa pratique est fortement implantée à La Réunion depuis 1989[85].

Ce sport est également pratiqué en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et aux États-Unis[86]. Par ailleurs, les premiers championnats du monde de canne de combat attirent des tireurs du Canada, du Royaume-Uni, d'Allemagne, de Slovénie, de Madagascar, de Maurice[87], des Comores et de Serbie[88]. La Corée du Sud, la Hongrie et la Suède sont également intéressées[89].

Les compétitions[modifier | modifier le code]

La codification de la canne de combat datant des années 1970, l'historique des compétitions est relativement récent. La première compétition sous sa forme contemporaine a été organisée en 1979, à Paris[29]. Il faut attendre 2004 pour voir apparaître la première compétition internationale, le championnat du monde de canne de combat[87]. La première édition des championnats d'Europe est organisée en 2006[90],[91].

Le CNCCB a élaboré des règles spécifiques pour pouvoir faire de la canne un handisport[92],[93].

Compétitions en France[modifier | modifier le code]

En France, le CNCCB organise quatre compétitions nationales[94] :

  • le championnat de France, réservé aux licenciés français ayant réussi à se qualifier lors des tournois régionaux. On y distingue différentes catégories de tireurs en fonction de l'âge, du sexe et du classement (selon deux « séries », classement tenant compte des résultats aux compétitions précédentes)[94] ;
  • les internationaux de France, qui sont ouverts à toute personne voulant participer (français ou étrangers)[94] ;
  • le challenge national jeunes et le challenge national vétérans[94].

En dehors des compétitions organisées par le CNCCB, des compétitions officielles locales ont lieu de manière régulière. Parmi ces compétitions officielles, certaines sont dédiées aux assauts en équipe, comme le Miladiou, à Figeac, depuis 2003[95], les TiTis Parisien, à Paris, depuis 2005[96], et le Bazhataeg, à Quimper, depuis 2005[97].

Les compétitions par équipes peuvent se dérouler en assauts individuels ou en relais[98]. Dans le cas d'assauts individuels, les résultats des membres de l'équipe sont additionnés[98]. Au cours des compétitions en équipe en relais, toutes les minutes, un arrêt de jeu permet de permuter le tireur présent dans l'aire avec un autre membre de l'équipe[98].

D'autres compétitions locales et inter-clubs sont aussi régulièrement organisées.

Palmarès des championnats de France
Année Lieu Vainqueur 1re série masc. Vainqueur 1re série fem.
2018[99] Pont-Sainte-Maxence Benjamin Latt Margaux Fournier
2017[100] Saint-Herblain Benjamin Latt Margaux Fournier
2016[101] Outreau Benjamin Latt Aurélie Schneider
2015[102] Schiltigheim Benjamin Latt Aurélie Schneider
2014[103] Villefranche-de-Rouergue Benjamin Latt Sélénia Claudin-Mabire
2013[104] Ambérieu-en-Bugey Benjamin Latt Sélénia Claudin-Mabire
2012 Clermont-Ferrand Benjamin Latt[105] Charlotte Payet[106]
2011[107] Châtellerault Benjamin Latt Cécile Serris
2010 Bordeaux Florian Adami[108] Marine Gaudin[109]
2009 Rodez Frodo Van de Geuchte[110] Marine Gaudin[111]
2008[112] Paris Florian Adami Nicole Chane Foc
2007 Clermont-Ferrand Benjamin Latt[105] Nicole Chane-Foc[113]
2006[114] Paris Jonathan Dudreuil Nicole Chane-Foc
2005[115] Figeac Jonathan Dudreuil Nicole Chane-Foc

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Il existe deux compétitions internationales régulières de canne de combat : le championnat du monde, depuis 2004[87], et le championnat d'Europe, depuis 2006[116].

L'objectif du CNCCB est de promouvoir une rotation de ces championnats pour assurer une compétition internationale tous les deux ans[89]. Les compétitions internationales sont organisées par la Fédération internationale de savate[1].

Mis à part ces championnats dédiés à la canne, la discipline a été représentée aux Jeux mondiaux des sports de combat 2013 (prix remporté par Benjamin Latt en canne de combat)[117]. Enfin, si la canne a effectivement été présente aux Jeux olympiques de 1900 et aux Jeux olympiques de Paris en 1924 en tant que sport de démonstration[2], cette situation ne semble pas devoir se renouveler[118].

Palmarès et résultats des championnats du Monde
Année Lieu Vainqueur masculin Vainqueur féminin
2018[119] (octobre) Plovdiv
2016[120] Varaždin Benjamin Latt Nicole Holzmann
2014[121] Budapest Benjamin Latt Sélénia Claudin-Mabire
2012[122] Saint-Herblain Benjamin Latt Sélénia Claudin-Mabire
2008[123] Frankenberg Frodo Van de Geuchte Nicole Chane Foc
2004[87] La Réunion Charly Joly Cloé Amara
Palmarès et résultats des championnats d'Europe
Année Lieu Vainqueur masculin Vainqueur féminin
2013[124] Plovdiv Benjamin Latt Nicole Holzmann
2010[125] Cambridge Florian Adami Sélénia Claudin Mabire
2006[116] Schiltigheim Florian Adami Nicole Chane FOC

Disciplines associées[modifier | modifier le code]

La canne de combat est naturellement associée au bâton fédéral : long de 140 cm, pesant environ 400 g, il se tient à deux mains. Les règles et techniques des coups et les surfaces autorisées respectent la méthodologie des techniques et le règlement d’arbitrage de la canne de combat, et il est également développé par le CNCCB, qui organise sa pratique compétitive[126].

D'autres disciplines liées à la canne de combat sont parfois enseignées en club, comme la canne-chausson, qui mêle les techniques de canne de combat et les techniques de pieds de la boxe française[127],[128], ou la double canne, qui repose sur les mêmes fondements que la canne, mais avec une canne dans chaque main[30]. Le CNCCB met également en avant la canne de défense[129], dont les techniques sont reprises, empruntées et adaptées de diverses disciplines anciennes ou modernes, et où l'objectif n’est pas sportif mais plutôt une recherche d’efficacité pour se défendre ou défendre autrui lors d'une éventuelle altercation[130]. Enfin, la méthode R.&J. Lafond comprend une forme particulière de canne nommée le panache[30].

Il existe de nombreuses autres disciplines utilisant des cannes ou des bâtons, dans la plupart des cultures, sans pour autant qu'elles soient issues de la canne de combat. On peut cependant en rapprocher certaines de la canne de combat, comme le système Bartitsu d'Edward William Barton-Wright, ou le lathi (en) codifié par H. G. Lang en 1923, car elles ont été influencées par les travaux de Pierre Vigny au début du XXe siècle[131].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Gravure représentant un homme élégant portant canne et haut-de-forme, donnant le bras à une jeune femme en robe. Une femme en arrière-plan les regarde.
Dans Les Mystères de Paris, Rodolphe excelle dans toutes sortes de disciplines de combat, dont la canne.

La littérature du XIXe siècle reflète l'usage de la canne comme moyen de défense. C'est le cas notamment dans Les Mohicans de Paris d'Alexandre Dumas ou dans Les Mystères de Paris d'Eugène Sue[2]. En effet, ces deux auteurs étaient férus de canne de combat[14].

Au-delà de la fiction, de nombreux auteurs ont été témoins de l'âge d'or de la canne au XIXe siècle. Simone de Beauvoir évoque son grand-père pratiquant la canne en tant que sport dans Mémoires d'une jeune fille rangée[132]. Théophile Gautier décrit l'ambiance des salles d'armes[8] et fait même référence au moulinet de canne nommé « la rose couverte »[133] ; Ernest Feydeau y fait également allusion[134].

La canne de combat apparaît dans la littérature contemporaine, comme par exemple dans Canne de fer et Lucifer de Léon Maret[135].

Cinéma et séries télévisées[modifier | modifier le code]

Les œuvres cinématographiques mettant en lumière la canne de combat ont souvent pour cadre l'âge d'or de la canne (entre le XIXe siècle et le début du XXe siècle). Les exemples ci-après reflètent bien cela :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Savate (FISav) », sur Alliance of Independent Recognised Members of Sport (consulté le 13 août 2018).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Michaël Attali et Jean Saint-Martin 2010.
  3. Hans Lecküchner 1531.
  4. La noble science des joueurs d'épée 1538.
  5. Henry Daressy 1888, p. 46.
  6. François Icher 1992, Canne.
  7. Par l'ordonnance de police du 29 octobre 1800. Voir Collection officielle des ordonnances de police de 1800 à 1844, vol. 1, 672 p. (lire en ligne), p. 51.
  8. a, b et c Théophile Gautier, « Le maître de chausson », dans Les Français peints par eux-mêmes : Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle, t. V, Paris, L. Curmer, , 376 p. (lire en ligne).
  9. Louis Leboucher 1843.
  10. Un amateur, élève de Michel, dit Pisseux 1845-1850.
  11. M. Larribeau 1856.
  12. Henry de Jarry de Bouffémont 1871.
  13. Ministère de la Marine et des Colonies 1875.
  14. a et b Aimé Prouzet 2008, p. 24.
  15. P. Le Guénec 1886.
  16. Gaston Bonnefont 1890.
  17. L'enseignement de la gymnastique devient obligatoire dans les écoles à partir du . Voir Thierry TERRET, « L'identité de l'éducation physique à l'école primaire (1880-1998) », Spirales, Lyon, nos 13-14,‎ (lire en ligne).
  18. Ministère de l'instruction publique et des beaux-arts 1892.
  19. Aimé Prouzet 2008, p. 16.
  20. FFSBF&DA - Cahier n°2, p. 20.
  21. Joseph Charlemont 1899.
  22. Daniel Mérillon, Concours internationaux d'exercices physiques et de sports, Imprimerie Nationale de Paris, 1901-1902 (lire en ligne), p. 58.
  23. Aimé Prouzet 2008, p. 31.
  24. a et b Christophe Soulard, Clemenceau au fil des jours, Éditions Sud-Ouest, (ISBN 978-2-81770-393-0, lire en ligne).
  25. Aimé Prouzet 2008, p. 29.
  26. Bernard Plasait 1971.
  27. Maurice Sarry 1978.
  28. Aimé Prouzet 2008, p. 31-32.
  29. a, b, c et d FFSBF&DA - Cahier n°2, p. 25.
  30. a, b, c, d et e FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 4.
  31. a et b FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 12.
  32. a, b, c, d et e CNCCB 2017, p. 6.
  33. a, b et c FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 58.
  34. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 30.
  35. « Site officiel du Comité national de canne de combat et bâton » (consulté le 4 juillet 2018).
  36. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 3.
  37. a, b et c CNCCB 2017, p. 5.
  38. a, b, c et d FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 16.
  39. a, b, c, d, e et f CNCCB 2017, p. 11.
  40. a et b CNCCB 2017, p. 12.
  41. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 16-17.
  42. a, b et c FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 17.
  43. a et b CNCCB 2017, p. 13.
  44. CNCCB 2017, p. 14.
  45. CNCCB 2017, p. 17-18.
  46. a, b et c Règlement d'arbitrage, p. 20.
  47. CNCCB 2017, p. 7-8.
  48. a, b, c, d, e, f et g FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 15.
  49. CNCCB 2017, p. 7.
  50. CNCCB 2017, p. 9-10.
  51. a et b FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 7.
  52. a, b et c FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 20.
  53. a et b CNCCB 2017, p. 19.
  54. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 4-5.
  55. a et b CNCCB 2017, p. 15-16.
  56. a, b et c FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 14.
  57. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 21.
  58. CNCCB 2017, p. 16.
  59. a, b, c et d CNCCB 2017, p. 18.
  60. a et b CNCCB 2017, p. 20.
  61. a et b FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 18.
  62. CNCCB 2017, p. 17.
  63. Mouna El-Mokhtari, « Yes, we canne ! », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  64. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 59.
  65. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 62.
  66. Règlement d'arbitrage, p. 15.
  67. a, b, c et d FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 29.
  68. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 30-34.
  69. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 35-39.
  70. a et b FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 40-44.
  71. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 45-49.
  72. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 50-54.
  73. a, b, c, d et e Règlement d'arbitrage, p. 12.
  74. a et b Règlement d'arbitrage, p. 30.
  75. Règlement d'arbitrage, p. 13.
  76. Règlement d'arbitrage, p. 29.
  77. a, b, c et d Règlement d'arbitrage, p. 21.
  78. a, b et c Règlement d'arbitrage, p. 25.
  79. FFSBF&DA - Cahier n°10, p. 84.
  80. Règlement d'arbitrage, p. 17.
  81. a et b Règlement d'arbitrage, p. 19.
  82. a, b et c Règlement d'arbitrage, p. 7.
  83. a et b Règlement d'arbitrage, p. 6.
  84. a, b et c Règlement d'arbitrage, p. 22.
  85. a et b Loïc Victor, « La canne a ri (et rira encore) », Buz Buz Magazine, no 5,‎ , p. 38 (lire en ligne).
  86. a et b (en) David Levinson et Karen Christensen, Encyclopedia of World Sport : From Ancient Times to the Present, Oxford University Press, , 498 p. (ISBN 0-19-513195-9, lire en ligne), p. 95.
  87. a, b, c et d Philippe JOLY, « Les 1ers Championnats du Monde de Canne de Combat », La lettre de la Savate, Fédération Française de SAVATE boxe française et Disciplines Associées, no 69,‎ (lire en ligne).
  88. « Canne de combat : le mondial se poursuit au Vigneau », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  89. a et b Ministère des Sports, LIVRET RÉFÉRENTIEL de la spécialité « perfectionnement sportif », mention « canne de combat et bâton» du diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, , 48 p. (lire en ligne), p. 10.
  90. Edith Poulbassia, « Trois Réunionnais en équipe de France : Championnat d’Europe de canne de combat le 21 octobre à Strasbourg », Témoignages.re,‎ (lire en ligne).
  91. « CHAMPIONNATS D'EUROPE À STRASBOURG Chantal Lucas : l'argent presque le bonheur », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  92. « Canne de Combat : 2016-2017 », CNCCB (consulté le 20 juillet 2018), p. 7-8.
  93. « Handicanne », sur CNBCC (consulté le 6 août 2018).
  94. a, b, c et d « Compétition », sur CNCCB (consulté le 20 juillet 2018).
  95. « Miladiou, compétition de canne de combat », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  96. « Les Hérissons chez les « TiTis » », Le Journal des Flandres,‎ (lire en ligne).
  97. Sébastien Joncquez, « 8e bazhataeg de canne de combat à Quimper les 7 et 8 avril », actu.fr,‎ (lire en ligne).
  98. a, b et c Règlement des compétitions, p. 4.
  99. « Résultat Championnat de France 2018 », sur CNCCB (consulté le 11 juillet 2018).
  100. « Résultat Championnat de France 2017 (Résultats) », sur CNCCB (consulté le 11 juillet 2018).
  101. « Championnat de France 2016 - Résultats » (consulté le 11 juillet 2018).
  102. Simon Giovannini, « Les chercheurs d'or », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne).
  103. Xavier - Président, « Championnat de France – compte-rendu et résultats », sur Les Apaches de Paname, (consulté le 11 juillet 2018).
  104. « Championnat de France : Ambérieu-en-Bugey » (consulté le 11 juillet 2018).
  105. a et b « Palmarès », sur Club de canne de combat et de bâton de Schiltigheim (consulté le 11 juillet 2018).
  106. « Résultats Championnats de France 2012 », sur Canne de Combat Réunion (consulté le 11 juillet 2018).
  107. Vincent Chaigneau, « Résultats du championnat de France 2011 de Canne de Combat », sur CRCCB Tourraine (consulté le 11 juillet 2018).
  108. « Les résultats sportifs 2009-2010 », sur Nice-boxing (consulté le 12 juillet 2018).
  109. Gaël Arquier, « Marine GAUDIN remporte le titre pour la deuxième année consécutive et s'installe au sommet de la canne de combat Française », sur SUAPS La Réunion, (consulté le 12 juillet 2018).
  110. « La canne accueille des Jedis », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  111. Jean Marc Techer, « Canne de combat : Les Réunionnais s’illustrent », Clicanoo.re,‎ (lire en ligne).
  112. CNCCB, « Canne de Combat : Championnat de France 2008 » (consulté le 11 juillet 2018).
  113. Jean François Roux Fouillet, « Chane Foc et Rechichou titrés », Le Quotidien de La réunion,‎ .
  114. Philippe Joly, « Canne de combat à Paris (Gymnase Biancotto) les 3 et 4 juin 2006 », La lettre de la Savate, Fédération Française de Savate Boxe Française et DA, no 76,‎ (lire en ligne).
  115. Jean Marc Techer, « Canne de combat : Alain Décorsier dresse le bilan des championnats de France », Clicanoo.re,‎ (lire en ligne).
  116. a et b Céline Méchouard, « Canne de Combat à Schiltigheim les 21 et 22 octobre 2006 », La lettre de la Savate, no 77,‎ (lire en ligne).
  117. « La France, 2ème Nation au SportAccord World Combat Games », Esprit Bleu,‎ (lire en ligne).
  118. Jean-Baptiste Caillet, « Les sports qui pourraient apparaître au programme des Jeux Olympiques 2024 », L'équipe,‎ (lire en ligne).
  119. Céline Daul-Méchouar et Laëtitia Mallard, « Compte-Rendu de la réunion du Comité Directeur du 3.05.2018 », sur CNCCB, (consulté le 20 juillet 2018).
  120. « Trois Alsaciens médaillés au Championnat du Monde 8 au 11 septembre 2016 – Varazdin/Croatie », sur CCBS, (consulté le 12 juillet 2018).
  121. Quirin Bena, « Championnat du monde 2014 », sur CCBS, (consulté le 18 juillet 2018).
  122. CNCCB, « Championnat du Monde de Canne », La Lettre de la Savate, Fédération Française de SAVATE boxe française et Disciplines Associées, no 93,‎ 2012-2013 (lire en ligne).
  123. Bertrand Dubreuil, « Championnat du Monde de Canne », La Lettre de la Savate, Fédération Française de SAVATE boxe française et Disciplines Associées, no 87,‎ (lire en ligne).
  124. « Championnat d’Europe de Canne de Combat : Plovdiv, Bulgaria, 23rd August 2013 » (consulté le 14 juillet 2018).
  125. « Championnat d'Europe : Cambridge – Grande Bretagne » (consulté le 14 juillet 2018).
  126. « Bâton », sur CNCCB (consulté le 20 juillet 2018).
  127. « La canne-chausson : discipline à découvrir », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  128. Éric Boclet, Pratique de la Canne-Chausson, (lire en ligne).
  129. « Les spécialités », sur CNCCB (consulté le 20 août 2018).
  130. Aimé Prouzet 2008.
  131. Aimé Prouzet 2008, p. 15-19.
  132. Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée (lire en ligne).
  133. Théophile Gautier, Italia, (lire en ligne).
  134. Ernest Feydeau, Théophile Gautier : Souvenirs intimes, Paris, Plon et Cie, (lire en ligne).
  135. Sammy Stein, « Le verbe et le style : Entretien avec Léon Maret », Carbone,‎ (lire en ligne).
  136. Christophe Carrière, « Sur le tournage d'Arsène Lupin », L'Express,‎ (lire en ligne).
  137. Florent Bouteiller, « La canne et le bâton dans l’ombre de l’escrime », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  138. (en) Benjamin Poore, Sherlock Holmes from Screen to Stage : Post-Millennial Adaptations in British Theatre, Macmillan, 257 p. (ISBN 978-1-137-46962-5, DOI 10.1057/978-1-137-46963-2, lire en ligne), p. 28.
  139. Arthur Conan Doyle, « Où l’on voit que la déduction peut devenir une vraie science », dans Un crime étrange, Hachette, (lire sur Wikisource), p. 24.
  140. (en) Arthur Conan Doyle, « The science of deduction », dans A Study in Scarlet, (lire sur Wikisource), p. 21.
  141. « Comme dans « Chapeau melon et bottes de cuir » », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Traités antérieurs au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • (de) Hans Lecküchner, Der Altenn Fechter anfengliche Kunst, (lire en ligne)
  • La noble science des joueurs d'épée, Anvers, Vorsterman, (lire en ligne)

Traités du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Gaston Bonnefont, Les exercices du corps, Louvet et Cie, (lire en ligne)
  • Joseph Charlemont (préf. Fernand Lagrange), L'art de la boxe française et de la canne : nouveau traité pratique et théorique, Paris, à l'Académie de boxe, , 313 p. (notice BnF no FRBNF31930594)
  • Henry de Jarry de Bouffémont, Manuel de gymnastique éclectique pour tous les âges, Paris, Librairie militaire de Dumaine, (notice BnF no FRBNF30647386)
  • M. Larribeau, Nouvelle théorie du jeu de la canne, Paris, (lire en ligne)
  • P. Le Guénec, Manuel de gymnastique, Paris, Maison Jules DELALAIN, (lire en ligne [[PDF]])
  • Louis Leboucher, Théorie pour tirer la canne en 25 leçons, Paris, (lire en ligne)
  • Ministère de l'instruction publique et des beaux-arts, Manuel d'exercices gymnastiques et de jeux scolaires, Paris, Imprimerie nationale, , 294 p. (notice BnF no FRBNF33469669)
  • Ministère de la Marine et des Colonies, Manuel pour l'enseignement de la gymnastique et de l'escrime, Paris, Librairie Militaire de Dumaine, (lire en ligne)
  • Un amateur, élève de Michel, dit Pisseux, Théorie pratique sur l'Art de la Savate et de la Canne, Paris, 1845-1850 (lire en ligne)
  • Eugène Humé et J. Renkin, Traité et théorie de canne royale, Bruxelles, (notice BnF no FRBNF31198489)
  • (en) Donald Walker, « The Shilelah », dans Defensive exercices, Londres, , 193 p. (lire en ligne), p. 62-65

Ouvrages liés à la pratique contemporaine[modifier | modifier le code]

  • CNCCB, Cahier A : Technique de Canne de Combat, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • CNCCB, Cahier I : Règlement d'arbitrage, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • CNCCB, Cahier J : Règlement des compétitions, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fédération Française de SAVATE boxe française et Disciplines Associées, Cahier N°10 : Canne de combat et bâton, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Fédération Française de SAVATE boxe française et Disciplines Associées, Historique : Cahier N°2, , 27 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bernard Plasait, Défense et illustration de la boxe française : savate, canne, chausson, Sédirep, , 173 p.
  • Maurice Sarry, La Canne : Arme de défense, sport de combat,

Autres[modifier | modifier le code]

  • Michaël Attali et Jean Saint-Martin, Dictionnaire culturel du sport, Armand Colin, , 584 p. (ISBN 978-2200355470, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henry Daressy, Archives des Maitres d'Armes de Paris, Paris, (lire en ligne)
  • (en) Thomas A. Green et Joseph R. Svinth, Martial Arts of the World : An Encyclopedia of History and Innovation, vol. 1, Santa Barba - Denver - Oxford, ABC-CLIO, (ISBN 978-1-59884-243-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Icher, Dictionnaire du compagnonnage, Le Mans, Éditions du Borrego, , 320 p. (lire en ligne)
  • Aimé Prouzet, La canne de défense : Art martial français d'autodéfense en 12 leçons, Paris, Édition Lanore, (ISBN 978-2-85157-366-7, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 septembre 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 3 septembre 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.