Canens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canens
Canens
Entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Intercommunalité Communauté de communes du Volvestre
Maire
Mandat
Pierre Israel
2020-2026
Code postal 31310
Code commune 31103
Démographie
Gentilé Canenois
Population
municipale
60 hab. (2017 en augmentation de 11,11 % par rapport à 2012)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 12′ 59″ nord, 1° 19′ 55″ est
Altitude Min. 240 m
Max. 361 m
Superficie 4,84 km2
Élections
Départementales Canton d'Auterive
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Canens
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Canens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Canens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Canens

Canens est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Canenois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse limitrophe du département de l'Ariège, situé dans le Volvestre à 36 km au sud de Muret et 54 km au sud de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Canens est limitrophe de cinq autres communes dont une dans le département de l'l'Ariège.

Carte de la commune de Canens et de ses proches communes.


Communes limitrophes de Canens[1]
Latrape Castagnac
Bax Canens[1] Massabrac
Lapeyrère Sainte-Suzanne
(Ariège)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de est de 484 hectares ; son altitude varie de 240 à 361 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la route départementale D 25.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution française, Canens faisait partie du diocèse de Rieux. Ce fut également un fief templier dépendant de la commanderie de Montsaunès avant d'être dévolu aux Hospitaliers au début du XIVe siècle, devenant membre de la commanderie de Caignac[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 0 et 99, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de sept[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes du Volvestre et du canton d'Auterive (avant le redécoupage départemental de 2014, Canens faisait partie de l'ex-canton de Montesquieu-Volvestre).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Pierre Israel UDI Commerçant
2014 Yann Le Chevalier SE  
1976 2001 Pierre Malherbe DVD  
1971 1976 René Soula SE  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Pour les élections présidentielles, les habitants de Canens se reportent sur les candidats de droite.

À l'élection présidentielle de 2012, les résultats de la commune furent les suivants :

Au premier tour :

Au second tour :

À l'élection présidentielle de 2007, les résultats de la commune furent les suivants :

Au premier tour :

Au second tour :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2017, la commune comptait 60 habitants[Note 1], en augmentation de 11,11 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
387312285209294276204238213
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
229240239207199197185192182
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
169164150139133136135122119
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
926543434869626154
2017 - - - - - - - -
60--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 503 489 550 542 513 534 540 551
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est basée sur l'agriculture (ferme Paoulou, Contié...). Plusieurs entreprises de petite taille sont également présentes : In extenso (presse, édition, communication).

Service public[modifier | modifier le code]

Le secrétariat de mairie s'occupe des trois communes voisines de Castagnac, Massabrac et Canens. Il se situe à Castagnac sur la place de l'église.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Canens fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse,

Association[modifier | modifier le code]

Association pour la restauration de l'église de Canens[14].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Volvestre[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Victor, église à clocher mur. Fermée depuis 1995, elle est toujours en cours de rénovation. Une visite pastorale du XVIIIe siècle est disponible sur le site de AREC[16].

Le , monseigneur Robert Le Gall, évêque de Toulouse, a béni le clocher de l'église dont l'extérieur a été dernièrement rénové[17].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Antoine du Bourg, Ordre de Malte : Histoire du grand prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le sud-ouest de la France..., Toulouse, L. Sistac et J. Boubée, , p. 123, disponible sur Gallica
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 8 août 2020).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. [1]
  15. « Accueil », sur Communauté de communes du Volvestre (consulté le 8 août 2020).
  16. Visite pastorale commentée par René Soula
  17. Un album photos ainsi que deux vidéos sont disponibles sur le site de l'association AREC