Sieuras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sieuras
Sieuras
L'église Saint-Sulpice.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Arize Lèze
Maire
Mandat
Jean-Louis Cauhapé
2020-2026
Code postal 09130
Code commune 09294
Démographie
Gentilé Sieurassois, Sieurassoises
Population
municipale
96 hab. (2017 en augmentation de 41,18 % par rapport à 2012)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 06″ nord, 1° 20′ 23″ est
Altitude Min. 229 m
Max. 408 m
Superficie 7,63 km2
Élections
Départementales Canton d'Arize-Lèze
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Sieuras
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Sieuras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sieuras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sieuras

Sieuras est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Sieurassois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le massif du Plantaurel. C'est une commune limitrophe avec le département de la Haute-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sieuras[1]
Lapeyrère
(Haute-Garonne)
Sainte-Suzanne
Méras Sieuras[1]
Castex Carla-Bayle

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sur les terres de la commune, l'Aunat et le Camedon y prennent leur source.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est dévasté par les Huguenots en 1568..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Jean-Louis Cauhape SE  
mars 2008 2014 Alain Coyard EELV  
mars 2001 2008 Laurent Lacoste    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2017, la commune comptait 96 habitants[Note 1], en augmentation de 41,18 % par rapport à 2012 (Ariège : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212228199232273279358278383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
387378392345333317319316296
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
256264240189194176166175157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1068963745772787093
2017 - - - - - - - -
96--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Une partie de l'économie du village est liée à l'agriculture. Il est difficile de recenser les exploitations agricoles car elles sont souvent sur plusieurs communes.

Cependant, Le fournil de la poule roussea la particularité d'intégrer la chaine entière sur la même exploitation : semis du blé, production de la farine, fabrication et cuisson du pain[6], et aussi La ferme de Soulère, qui produit un fromage bio[7].

Les autres activités sont principalement liées au tourisme. Il y a une maison d’hôtes[8], deux gites ruraux[9],[10] et une auberge réputée[11].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Nogarède[modifier | modifier le code]

A l'écart du village en direction de la vallée de la Lèze, l'imposant château de Nogarède se dresse au sommet d’une colline et donne sur la vallée de la Lèze. L’édifice a été construit au XVIe et certains éléments le constituant sont protégés dans le cadre des Monuments historiques [12].

Panorama.

À l'extérieur du château, trois édifices qui ont tous (à l'inverse du château) la particularité d'être en pierres avec encadrements en briques. Il s'agit de la chapelle Saint-Laurent, en mauvais état, possède un mur-clocher à trois arcades. À l'intérieur, une chaire en bois peint et deux statues de sainte Germaine et saint Joseph.

La porcherie est un édifice équilibré. Une venturie (séchoir par ventilation naturelle) destinée au maïs, laquelle par sa taille imposante (15 × 36 m) témoigne d'une importante activité agricole dans le passé[13],[14],[15].

  • Chapelle Saint-Laurent du château de Nogarède datant du XVIIe siècle[16].
Autel de l'église Saint Sulpice
Maître autel de l'église

L'église Saint Sulpice[modifier | modifier le code]

La petite église Saint-Sulpice, du XVIIIe siècle, est située en haut de l'unique rue du village. L'intérieur, très coloré, a été rénové en 2012[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. « Fournil de la poule rousse, à Sieuras »
  7. « La ferme de Soulère »
  8. « La maison d'hôtes de l'Oustal »
  9. « Le gîte de Figarède »
  10. « Le gîte du Courtal »
  11. « L'auberge de Fountescut »
  12. « Base Mérimée du Ministère de la Culture » (consulté le 13 novembre 2016)
  13. 15 × 36 × 5 m = 2 700 m3 soit environ 2 100 t de maïs (21 000 q). Selon la Fao : Maïs : 1,2–1,3 m3/t
  14. Maïs : La moyenne - actuelle - de rendement des pays les plus avancés techniquement (États-Unis, France, Italie, Canada) est de 90 à 100 quintaux de grains par hectare (10 000 m2). (25 q pour des pays moins avancés)
  15. Surface exploitée correspondante estimée de 210 à 450 hectares (pour 100 à 25 q/ha) (Sachant aussi que le rendement a augmenté au cours des siècles).
  16. « Le Château de Nogarède », sur www.sieuras-village.fr (consulté le 17 juin 2020)
  17. « L'église Saint Sulpice », sur www.sieuras-village.fr (consulté le 17 juin 2020)