Baigneaux (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baigneaux.

Baigneaux
Baigneaux (Eure-et-Loir)
Entrée en provenance de Bazoches-les-Hautes par la route départementale 10.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Voves
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Beauce
Maire
Mandat
Claude Pierre
2014-2020
Code postal 28140
Code commune 28019
Démographie
Population
municipale
238 hab. (2016 en augmentation de 3,48 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 45″ nord, 1° 49′ 01″ est
Altitude Min. 119 m
Max. 136 m
Superficie 11,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Baigneaux

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Baigneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baigneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baigneaux

Baigneaux est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. Elle est connue pour ses gisements de fossiles de l'Orléanien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Territoire de la commune de Baigneaux

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Baigneaux
Tillay-le-Péneux Bazoches-les-Hautes Santilly
Loigny-la-Bataille Baigneaux
Lumeau Poupry Dambron

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Relief du bassin versant amont de la Conie, avec Baigneaux sur le bord nord-ouest de la cuvette de Poupry.

D'un point de vue hydrographique, Baigneaux se trouve entre les deux bras de la rivière Conie et son réseau hydrographique fossile, dont la cuvette marnière de Poupry constitue un point amont.

Géologie[modifier | modifier le code]

La cuvette de Poupry forme une lentille de 29 km2 dont le pourtour est occupé par le bourg de Lumeau, Poupry, Artenay, Dambron et Baigneaux.

S'y trouve une formation géologique de sables et marnes de l'Orléanais (étage stratigraphique du Burdigalien, datant de 20,44 Ma à 15,97 Ma), horizon fossilifère d'une épaisseur de plusieurs mètres formés d'alluvions d'un ancien cours d'eau transportant les produits de l'érosion du Massif central[1] au dessus d'une dépression du calcaire de l'Orléanais (étage stratigraphique de l'Aquitanien datant de 23,03 Ma à 20,44 Ma).

Des découvertes paléontologiques[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9] y ont été faites en nombre depuis 1850, avec des gisements comprenant d'une part des fossiles de reptiles aquatiques, poissons et mollusques et d'autre part des ossements et dents de vertébrés terrestres, essentiellement des mammifères[10] de l'étage de biostratigraphie Orléanien ou biozones MN3 et MN4 de la chronologie de l'apparition des mammifères (ELMMZ = "European Land Mammal Mega-Zones").

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Baina villa
  • Balinolus (charte de l'abbaye de Bonneval en 861), signifiant petit bain.
  • Balneolis, Baignolae, Baignaux, Baigneaux

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Baigneaux est annexe de celle de Lumeau, du Concordat (1801) jusqu'en 1838, date à laquelle elle est érigée à nouveau en paroisse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Claude Popot    
mars 2014 En cours Claude Pierre SE Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2016, la commune comptait 238 habitants[Note 1], en augmentation de 3,48 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
254275287329362388392420451
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
470484481469461429435403404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412404360346336334327337312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
329268240198204196215218221
2013 2016 - - - - - - -
248238-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte Croix ;
  • Le monument aux morts ;
  • La mare.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Macaire, Étude sédimentologique des formations superficielles sur le tracé de l'autoroute A 10 entre Artenay et Meung-sur-Loire (Loiret)., Orléans, Université d'Orléans, coll. « Thèse 3e cycle », .
  2. Léonard Ginsburg, « Histoire paléontologique du Bassin de la Loire au Miocène », Bulletin de l’Association des Naturalistes orléanais, no 21,‎ , p. 3-14 (ISSN 0291-8447, notice BnF no FRBNF34369666).
  3. H.G. Stehlin, « Notices paléomammalogiques sur quelques dépôts miocènes des bassins de la Loire et d’Allier », Bulletin de la Société géologique de France, vol. 4, no 7,‎ , p. 525-550 (ISSN 0037-9409, notice BnF no FRBNF34349296).
  4. Léonard Ginsburg, Artenay et autour mon pays, son sol, Artenay, GAHRA, coll. « Groupement archéologique et historique de la région d'Artenay », , 5 p. (notice BnF no FRBNF34860654, lire en ligne).
  5. Léonard Ginsburg, Une échelle stratigraphique continentale pour l'Europe occidentale et un nouvel étage: l'Orléanien., Orléans, Les Naturalistes Orléanais (no 18) (notice BnF no FRBNF34378646), p. 1-11.
  6. Léonard Ginsburg, « Les faunes de mammifères burdigaliens et vindoboniens des bassins de la Loire et de la Garonne », Congrès du Néogène méditerranéen. Mémoires du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)e, vol. 78, no 1,‎ , p. 153-167.
  7. Léonard Ginsburg, « Les carnivores fossiles des sables de l’Orléanais. », Annales de paléontologie, vol. 88, no 2,‎ , p. 115-146 (ISSN 0753-3969, notice BnF no FRBNF34385719).
  8. María Teresa Alberdi, Léonard Ginsburg et Jesús Rodríguez, « Anchitherium aurelianense (Mammalia, Equidae)(Cuvier, 1825) dans l’Orléanien (Miocène) de France », Geodiversitas, vol. 26, no 1,‎ , p. 115-155 (lire en ligne).
  9. (en) C. Privé-Gill, L. Ginsburg et G. A. Gill, « A leguminous fossil wood among vertebrate fauna in the Early Miocene Orléanais sands, Beauce, France », Review of palaeobotany and palynology, vol. 72, nos 3-4,‎ , p. 317-323 (DOI 10.1016/0034-6667(92)90034-E).
  10. Lucien Mayet, Étude des mammifères miocènes des sables de l'Orléanais et des faluns de la Touraine, vol. Nouvelle série. I. Sciences, médecine, t. fasc. 24, Lyon, A. Rey, coll. « Annales de l'Université de Lyon », (notice BnF no FRBNF30915327, lire en ligne), p. 52-54.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.