Gommerville (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gommerville.
Gommerville
Mairie de Gommerville
Mairie de Gommerville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Voves
Intercommunalité Communauté de communes de la Beauce de Janville
Maire
Mandat
Xavier Doret
2014-2020
Code postal 28310
Code commune 28183
Démographie
Population
municipale
624 hab. (2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 46″ N 1° 56′ 44″ E / 48.3461, 1.945648° 20′ 46″ Nord 1° 56′ 44″ Est / 48.3461, 1.9456
Altitude 135 m (min. : 123 m) (max. : 151 m)
Superficie 27,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Gommerville

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Gommerville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gommerville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gommerville

Gommerville est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gommerville est un village de 624 habitants (2012) au cœur de la Beauce, situé à 39 km de Chartres, 57 km d'Orléans et 76 km de Paris. Le territoire communal est limitrophe du département de l'Essonne.

Anciennes communes, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Arnouville : hameau situé au sud de la commune.
  • Bierville : hameau situé au sud-ouest de la commune.
  • Gaudreville : hameau situé au nord-est de la commune, ancienne commune.
  • Grandville : hameau situé au nord-est de la commune, ancienne commune.
  • Jodainville : lieu-dit situé au sud-est de la commune.

Carte et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Gommerville et des communes limitrophes

Histoire[modifier | modifier le code]

  • en 1833, Grandville absorbe Gaudreville pour former la commune de Grandville-Gaudreville[1] ;
  • en 1972, Gommerville absorbe Grandville-Gaudreville[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Xavier Doret    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 624 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
539 486 477 473 550 572 515 607 583
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600 555 547 505 502 434 421 422 418
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
421 416 395 348 364 345 337 370 388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
397 350 445 417 459 473 570 607 624
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Herse à Gommerville en avril 2015.

17 agriculteurs cultivent les terres de Gommerville, soit 2500 ha, dans un système de grandes cultures sans animaux et sans prairies. Y sont produits :

Les principaux collecteurs sont les coopératives d'Étampes, la SCAEL (Société coopérative agricole d'Eure-et-Loir), et Boisseaux pour les céréales, oléagineux, protéagineux.

Les sucreries de Toury et d'Artenay pour les betteraves sucrières, les Établissements Maingourd pour les légumes de plein champ et les établissements Denis pour les pommes de terre.

Parc éolien[modifier | modifier le code]

En 2006, une plateforme d'essais, avec une turbine Vergnet d'une puissance de 275 kW, a été implantée sur le territoire de la commune[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, XIIIe et XVIe siècles, église paroissiale de Gommerville.
  • Église Saint-Germain, XIIIe et XVIe siècles, église paroissiale de Grandville-Gaudreville.
  • Chapelle Notre-Dame de la Sainte-Trinité, 1859 : cette chapelle a été construite à l'emplacement de l'ancienne église paroissiale de Gaudreville[6].
Article détaillé : Château d'Arnouville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Choppin d'Arnouville : le château et la seigneurie passent en 1564, par mariage, à René Choppin[7], échevin de la ville d'Angers et membre du Parlement de Paris, qui est anobli en 1578 ; il est à l'origine de la famille des Choppin d'Arnouville, qui fournit un plusieurs parlementaires et hauts fonctionnaires du XVIe au XIXe siècle.
  • Émile Bordier (1855-1902), député d'Eure-et-Loir, notaire à Gommerville où il est mort le 24 mai 1902.
  • Pierre Pallut (1918-1999), artiste peintre né à Gommerville.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice communale Ldh/EHESS/Cassini
  2. Notice communale Ldh/EHESS/Cassini
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  5. The Wind Power, base de données sur les parcs éoliens et les éoliennes, zone 28, France.
  6. Bulletin n° 102 (ancienne série) de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir, 2e trimestre 1984, p. 13 et 14.
  7. Cf. le Dictionnaire de la noblesse, p. 516 et suivantes, disponible en ligne


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :