Rouvray-Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouvray et Saint-Denis.
Rouvray-Saint-Denis
Église Saint-Denis.
Église Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Voves
Intercommunalité Communauté de communes de la Beauce de Janville
Maire
Mandat
Victor Pichot
2014-2020
Code postal 28310
Code commune 28319
Démographie
Population
municipale
452 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 44″ nord, 1° 56′ 43″ est
Altitude Min. 129 m – Max. 147 m
Superficie 19,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Rouvray-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Rouvray-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouvray-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouvray-Saint-Denis

Rouvray-Saint-Denis est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'est du département d'Eure-et-Loir, à la limite du département du Loiret, qui appartient également à la région Centre-Val de Loire, et du département de l'Essonne, région Île-de-France, sur la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Seine et de la Loire.

Le territoire de la commune est traversé à l'est par l'ancienne route nationale 20 (aujourd'hui D 2020) et la ligne de chemin de fer Paris - Orléans.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Rouvray-Saint-Denis : bourg principal qui a donné son nom à la commune, situé au centre de celle-ci ;
  • Arbouville : hameau situé à l'est de la commune ;
  • Cérès : ferme isolée construite en 1944, située au nord-est de la commune et à 50 mètres au sud de l'ancienne ferme de Gondainville disparue au XIXe siècle ;
  • Le Chemin des Postes : ferme isolée construite en 1970, située à l'est et limitrophe de la commune d'Andonville.
  • Le Moulin : ferme isolée située à l'ouest de la commune ;
  • Villaine : ferme isolée située à l'ouest de la commune ;
  • Le Luxembourg : ferme isolée située au nord-est de la commune ;
  • Les Fontenelles : ferme isolée a l'ouest de la commune sur la route de Mérouville.

Communes, départements et région limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rouvray-Saint-Denis
Mérouville Intréville Angerville (Essonne, Île-de-France)
Neuvy-en-Beauce Rouvray-Saint-Denis Andonville (Loiret, Centre-Val de Loire)
Oinville-Saint-Liphard Barmainville Boisseaux (Loiret, Centre-Val de Loire)

Carte[modifier | modifier le code]

Carte de Rouvray-Saint-Denis et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Journée des Harengs (Enluminure, XVe s., B.N.)

Le eut lieu la bataille militaire dite « Journée des Harengs » qui vit la défaite des Français alliés aux Écossais face aux Anglais qui assiégeaient la ville d'Orléans.

Le château d'Arbouville qui avait été reconstruit en 1715, fut rasé en 1871.

La commune fut la plus sinistrée du département d'Eure-et-Loir, lors des combats de la Campagne de France qui eurent lieu le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1912 1929 Léon Sevestre SE agriculteur
1929   André Legrand SE agriculteur
  mai 1953 André Pomereau SE employé
mai 1953 mars 1983 René Pichot SE agriculteur
mars 1983 mars 1989 Henri Sevestre SE agriculteur
mars 1989 mars 2001 Benoît Pichot SE agriculteur
mars 2001 mars 2014 Jean-Jacques Germain SE ingénieur
mars 2014 en cours Victor Pichot SE agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 452 habitants, en augmentation de 0,44 % par rapport à 2009 (Eure-et-Loir : 1,9 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
616 664 656 675 693 682 663 701 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
719 688 721 640 655 638 597 601 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
527 505 480 425 431 447 421 415 433
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
385 358 308 309 326 360 406 465 452
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : céréales, betteraves, pommes de terre, colza ;
  • Industrie des matières plastiques : société RAIGI à Arbouville.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Datée des XIIe et XIIIe siècles, elle réunit les mobiliers suivants :

  • La Descente de Croix, XVIe siècle. Haut-relief. Bois taillé. Hauteur : 89 cm. Largeur : 47 cm. La Descente de Croix est classée au titre des Monuments historiques : [6].
  • 1re cloche (1741), bronze. Cloche refondue en 1963. L'ancienne cloche, bien qu'endommagée par les bombardements de 1940, avait été classée au titre des Monuments historiques : [7].
  • 2e cloche (1871), bronze. Elle remplace une cloche précédente remontant à 1571 qui avait déjà été refondue en 1789, puis cassée à la Révolution en 1793.
  • Ensemble de trois retables en bois sculpté et peint (XVIIIe siècle).
  • Ensemble de quatre tableaux : Martyre de Saint Denis, Résurrection, Nativité, Assomption. Un 5e tableau représentant l'Annonciation fut détruit en 1940 par les bombardements.
  • Baptistère, situé du côté nord au niveau de la nef (1943).

Cimetière[modifier | modifier le code]

(1851). L'ancien cimetière était situé juste derrière le chevet de l'église.

Chapelle Notre-Dame de Lorette[modifier | modifier le code]

Chapelle ND de Lorette d'Arbouville

À Arbouville se trouve l'ancienne chapelle seigneuriale (XVIe siècle).

  • Souterrain annulaire, dont l'accès se fait par un caveau funéraire.
  • Quatre pierres tombales, dressées dans la nef contre le mur sud (XVIe et XVIIIe siècles).

Vestiges des communs de l'ancien château d'Arbouville[modifier | modifier le code]

Maison du garde, écuries et traces des anciens fossés, toujours visibles rue Saint-Denis (XVIIIe siècle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires depuis 2001 sur la base en ligne mairesgenweb.org Consulté le 10/04/2012.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Haut-relief : la Descente de Croix », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 14/11/2011.
  7. « Cloche de clocher », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 14/11/2011.
  8. Histoire et antiquitez de la ville et duché d'Orléans par François Lemaire, 2e éd., 1648, 1er vol., p. 227.
  9. Les antiquitez de la ville et duché d'Estampes par Basile Fleureau, 1683 p. 204 à 207.
  10. Le Tribunal révolutionnaire par Henri Wallon, Plon, 1899, t. II p. 347.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]