Anglars-Nozac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anglars (homonymie).

Anglars-Nozac
Anglars-Nozac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Canton Gourdon
Intercommunalité Communauté de communes Quercy-Bouriane
Maire
Mandat
Pascal Salanie
2014-2020
Code postal 46300
Code commune 46006
Démographie
Population
municipale
365 hab. (2017 en augmentation de 10,61 % par rapport à 2012)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 07″ nord, 1° 24′ 23″ est
Altitude 147 m
Min. 117 m
Max. 303 m
Superficie 9,83 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Anglars-Nozac
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Anglars-Nozac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anglars-Nozac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anglars-Nozac

Anglars-Nozac est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de la haute Bouriane, elle est traversée en son milieu par la route touristique de Gourdon à Souillac au lieu-dit Auniac. Auniac est le principal bourg de la commune où se situe la nouvelle mairie aménagée en 2004. Ce bourg s'est considérablement peuplé après la construction de la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon et sa gare attenante au bourg.

Le nom de la commune est composé de l'assemblage du bourg de Nozac avec son église et du lieu-dit Anglars où se trouvait la mairie et où se trouve l’école. La commune est située entre les bassins de vie de Gourdon, Souillac et Sarlat.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Anglars-Nozac[1]
Fajoles Rouffilhac
Milhac Anglars-Nozac[1] Payrac
Payrignac Gourdon Le Vigan

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les extrémités Est et Ouest sont tangentées par deux ruisseaux, la Melve et le Tournefeuille, qui sont également les limites de la commune. La Relinquière prend naissance en amont de Nozac. Notre ruisseau nous fournit de l’eau potable via la station de pompage.

La commune s’est ralliée à la communauté de communes Haute Bouriane.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Anglars pourrait sembler être basé sur une forme du type Castrum anglarense qui indiquerait une appartenance aux Anglais. Cependant, Castrum anglarense est mentionné en 926, bien avant les invasions anglaises de la guerre de Cent Ans qui ont débuté en 1337. Anglars est issu de angulus avec le suffixe -arem. Il s'agit d'un lieu en relation avec une pierre de taille angulaire qui faisait partie d'une construction importante[2].

Le toponyme Anglars provient très exactement d'une ancienne forme angularis avec un suffixe collectif -aris, « les terres de l'angle »[3].

Le toponyme Nozac (en occitan Nosac) est basé sur l'anthroponyme gallo-romain Notius avec la terminaison -acum. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes. C'est le nom du domaine de Notius[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Anglars-Nozac a été créée en 1903, le chef-lieu a été fixé à Anglars[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1801 Florentin    
1801 1817 Pierre Valran    
1817 1819 Jean Auzié    
1819 1823 Antoine Ayrac    
1823 1825 Pierre Valran    
1825 1830 Martin Ayzac    
1830 1848 François Capty    
1848 1849 Pierre Soulacroup    
1849 1861 Louis Rey    
1861 1870 Pierre Baleste    
1870 1876 Louis François Ayzac    
1876 1876 Michel Véry    
1876 1886 Léon Tocaven    
1886 1888 Pierre Baleste    
1888 1925 Antoine Soulacroup    
1925 1935 Jean Félix Lafage    
1935 1944 Noël Lavadou    
1944 1971 Noël Lacombe    
1971 1977 Marcel Pramil    
1977 1989 Robert Laval    
1989 1995 Madeleine Groussat    
1995 2001 Yves Cosse    
2001 2008 Robert Laval    
2008 2014 Pascal Pavan    
2014 En cours Pascal Salanie sans étiquette Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2017, la commune comptait 365 habitants[Note 1], en augmentation de 10,61 % par rapport à 2012 (Lot : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5406001 1611 0661 0521 1311 0831 1011 289
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1691 1451 0951 077588599696582541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
545518462408393354344376350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
303283222243276260288292296
2013 2017 - - - - - - -
339365-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Cette commune rurale et agricole appartient à l’entité paysagère de la petite Bouriane aux contours imprécis à cause du caractère composite qui mêle causses et plaines. Sa vocation agricole se transforme de par la diminution du nombre d’agriculteurs vers des produits de qualité tels que fraises, asperges et production artisanale de foie gras. Le Haras d’Anglars perpétue la tradition de l'élevage équin avec ses parcs à chevaux.

Commerce[modifier | modifier le code]

L'hôtel-restaurant Le Relais d'Auniac, qui porte le label Bistrot de pays[9], adhère à une charte qui a pour but de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Nozac, placée sous l'invocation de Saint-Pantaléon est connue sous le nom Nuzatio par une donation de saint Didier au monastère de Saint-Amand. La paroisse fut unie au chapitre du Vigan en 1309 et le demeure jusqu'à la Révolution. L'édifice semble dater de la fin du XIIe siècle voire du début du XIIIe siècle. Il est composé d’une nef principale, d’un seuil d’entrée surmonté du clocher, d’un escalier extérieur bâti en tourelle, de deux chapelles latérales et d’une sacristie. Les derniers travaux ont consisté à la réfection complète du beffroi en 1995.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Loiseleur des Longchamps, Les fortifications médiévales dans le canton de Gourdon, Mémoire de Maîtrise. Université de Toulouse - Le Mirail, 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a b et c Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 978-2-910540-16-6, notice BnF no FRBNF40220401), p. 100,105.
  3. Jean-Maire Cassagne, Villes et Villages en pays lotois, Tertium éditions, 15 avr. 2013 - 304 pages, (ISBN 2368481060).
  4. « Les maires de Anglars-Nozac », sur Site francegenweb, (consulté le 10 janvier 2016).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. La charte Bistrot de Pays
  10. L'implantation des Bistrots de pays en France métropolitaine en 2010

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :