Saint-Projet (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Projet.
Saint-Projet
Vue générale du bourg.
Vue générale du bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton Canton de Gourdon
Intercommunalité Communauté de communes Quercy-Bouriane
Maire
Mandat
Léon-Bernard Claesen
2014-2020
Code postal 46300
Code commune 46290
Démographie
Population
municipale
373 hab. (2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 45″ N 1° 29′ 29″ E / 44.7458333333, 1.4913888888944° 44′ 45″ Nord 1° 29′ 29″ Est / 44.7458333333, 1.49138888889
Altitude 351 m (min. : 184 m) (max. : 407 m)
Superficie 15,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Projet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Projet

Saint-Projet est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Projet est basé sur l'hagiotoponyme chrétien Priest (Projectus en latin) évêque d'Arverne (Clermont)[1].

Pendant la Révolution, le toponyme Saint-Projet et modifié en Mont-Libre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un monastère de religieuses augustiniennes a été implanté sur le territoire. Il ne semble pas en rester traces. C'est au XIIIe siècle que Bertrande de Valorn, veuve de Hugues comte de Rodez, vicomte de Carlat implante un couvent.

Au XVIIIe siècle, alors que ce couvent avait été affecté par la Réforme, il fut le théâtre de compétitions très vives à l'occasion d'une élection d'une abbesse. Il y eut entre les gens du couvent et les habitants de Saint-Projet une bataille qui coûta la mort à deux personnes et provoqua la suppression du monastère en 1749.

Seules les archives manuscrites des religieuses de Salers ont font rapidement état en ces termes en 1649: "Les desein de mr de la motte luy avoit expose par requeste de transferer pour six mois Nre mere de la motte et mere de joncoux au Monastere de st projet de lordre de st augustin pour y mettre la reforme et parce que le dict monastere daurillac ce trouvet notablement interesse en cette sortie".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Léon-Bernard Claesen    
mars 2001 2008 Roland Baillagou    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 373 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
789 790 1 083 676 759 793 796 852 902
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
881 892 852 761 789 809 818 765 738
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
647 606 569 517 509 460 422 364 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
319 323 305 302 316 354 384 399 373
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy,‎ , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 52-53.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :