Saint-Projet (Lot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Projet.
Saint-Projet
Saint-Projet (Lot)
Vue générale du bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton Canton de Gourdon
Intercommunalité Communauté de communes Quercy-Bouriane
Maire
Mandat
Léon-Bernard Claesen
2014-2020
Code postal 46300
Code commune 46290
Démographie
Population
municipale
349 hab. (2015 en diminution de 12,09 % par rapport à 2010)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 45″ nord, 1° 29′ 29″ est
Altitude 351 m
Min. 184 m
Max. 407 m
Superficie 15,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Projet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Projet

Saint-Projet est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Projet[1]
Reilhaguet Calès
Le Vigan Saint-Projet[1] Carlucet
Soucirac Ginouillac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Projet est basé sur l'hagiotoponyme chrétien Priest (Projectus en latin) évêque d'Arverne (Clermont)[2].

Pendant la Révolution, le toponyme Saint-Projet et modifié en Mont-Libre[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un monastère de religieuses augustiniennes a été implanté sur le territoire. Il ne semble pas en rester traces. C'est au XIIIe siècle que Bertrande de Valorn, veuve de Hugues comte de Rodez, vicomte de Carlat implante un couvent.

Au XVIIIe siècle, alors que ce couvent avait été affecté par la Réforme, il fut le théâtre de compétitions très vives à l'occasion d'une élection d'une abbesse. Il y eut entre les gens du couvent et les habitants de Saint-Projet une bataille qui coûta la mort à deux personnes et provoqua la suppression du monastère en 1749.

Seules les archives manuscrites des religieuses de Salers ont font rapidement état en ces termes en 1649: "Les desein de mr de la motte luy avoit expose par requeste de transferer pour six mois Nre mere de la motte et mere de joncoux au Monastere de st projet de lordre de st augustin pour y mettre la reforme et parce que le dict monastere daurillac ce trouvet notablement interesse en cette sortie".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Léon-Bernard Claesen    
mars 2001 2008 Roland Baillagou    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 349 habitants[Note 1], en diminution de 12,09 % par rapport à 2010 (Lot : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
789 790 1 083 676 759 793 796 852 902
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
881 892 852 761 789 809 818 765 738
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
647 606 569 517 509 460 422 364 319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
319 323 305 302 316 354 384 392 399
2013 2015 - - - - - - -
361 349 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Dolmen de Rigou : dolmen simple construit avec des dalles de grès ferrugineux recouvert d'une table monumentale (0,90 mètre d'épaisseur pour 2,80 mètres de long et 2,10 mètres de large), la dalle de chevet est elle-même très massive (0,40 mètre d'épaisseur), la chambre sépulcrale est longue de 2 mètres pour 1,30 mètre de large.
  • Cromlech de Peyrebrune : 44° 43′ 54″ N, 1° 29′ 54″ E

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Loiseleur des Longchamps, Les fortifications médiévales dans le canton de Gourdon, Mémoire de Maîtrise. Université de Toulouse - Le Mirail, 1994.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 52-53.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :