Salima Souakri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salima Souakri
Image illustrative de l'article Salima Souakri
Salima Souakri en novembre 2016 à Tunis.
Contexte général
Sport Judo
Période active 1990-2008
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Algérie Algérienne
Naissance (42 ans)
Lieu de naissance Bordj El Kiffan (Algérie)
Poids de forme Moins de 58 kg
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Championnats d'Afrique 12 0 0

Salima Souakri est une judoka algérienne et entraineure née le 6 décembre 1974 à Bordj El Kiffan dans la Wilaya d'Alger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est originaire de N'Gaous[1]. Salima Souakri a cinq frères, dans sa famille plusieurs pratiquaient le judo dont sa mère[2], elle a perdu deux frères policiers dans la Guerre civile algérienne[3]. Elle est l'épouse du fameux joueur de l'usmiste et ancien international algérien Billel Dziri[4]. En 1993, un de ses frères policiers est enlevé puis tué par des terroristes[3]. Cet événement marquera de façon importante sa vie et sa carrière sportive.

Début sportif[modifier | modifier le code]

Salima Souakri a commencé le judo dans son quartier de Bordj El Kiffan, ensuite, elle opte pour l’Union sportive de la médina d'Alger pendant deux années avant de se retrouver au Mouloudia Club d'Alger, où elle ouvre la section féminine de judo. Sa première sélection avec l’Équipe d'Algérie date de 1990 lors d'un tournoi international à Béjaia où elle remporte la médaille d'argent[3].

Entraineuse[modifier | modifier le code]

Elle décide, en 2008, de mettre fin à sa carrière de sportive de haut niveau. Grâce à son expérience et son diplôme de technicien supérieur en sports, elle devient entraineur de l'équipe nationale féminine algérienne de judo d'abord. Puis, entraineur au Mouloudia d'Alger[3].

Engagement à l’UNICEF[modifier | modifier le code]

En parallèle à son parcours de championne, Salima Souakri est depuis 2011 ambassadrice de l’UNICEF Algérie[3]. Elle s’implique grandement dans les actions de promotion des droits de l’enfant en Algérie[4] et s’implique aux mouvement associatif et préside l’ association Wafa qui aide les handicapés depuis 2007[3].

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Salima Souakri a été quinze fois championne d'Algérie et a totalisé douze titres de championne d'Afrique[3].

Parcours national[modifier | modifier le code]

Elle obtient quinze fois le titre de championne d’Algérie[4].

Jeux Méditerranéens et tournoi international de Bercy[modifier | modifier le code]

En 2001, elle est sacrée championne des jeux méditerranéens se tenant à Tunis quelques jours seulement après l’assassinat de son deuxième frère policier[3]. En 2002, elle devient la première africaine à remporter la médaille d’or au Tournoi international de la ville de Paris. Sa victoire est sifflé par le public. Elle obtient la médaille de bronze de ce même tournoi en 2003 et 2004. En 2005, elle subi une opération des ligaments croisés et doit observer un repos d'une année[2]. Elle reprend la compétition, en 2006, en récupérant son titre de championne d’Algérie et celui de championne d’Afrique.

Parcours africain[modifier | modifier le code]

Salima Souakri remporte douze fois le titre de championne d’Afrique[3].

Olympiades[modifier | modifier le code]

Elle est médaillée en Argentine au début[5]. Elle participe quatre fois[3]. À seulement 16 ans[3], elle a pris part, la première fois, aux Jeux olympiques 1992 à Barcelone[3]où elle termine à la cinquième place. Elle participera également aux éditions de 1996, 2000, et 2004. Elle est qualifiée aux Jeux d’Athènes en 2004[3].

Classement[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Année[6] Compétition Descipline Lieu Rang
2004 Jeux olympiques -52 kg (F) Athènes 5
2001 Championnats du monde -52 kg (F) Munich 5
2000 Jeux olympiques -52 kg (F) Sydney 7
1999 Championnats du monde -52 kg (F) Birmingham 5
1996 Jeux olympiques -48 kg (F) Atlanta 5
1992 Jeux olympiques -48 kg (F) Barcelone 5

Concours[modifier | modifier le code]

Salima Soaukri a été sacrée cinq fois meilleure personnalité sportive en Algérie[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hassina Amrouni, « Souakri, une digne ambassadrice », sur memoria.dz, (consulté le 8 mai 2016).
  2. a et b Press dz,, «Je rêve de faire du cinéma», Salah-Eddine B, 4 janvier 2007, en ligne
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Nassima Djaout, « Salima Souakri : « Je suis très fière de ma longue carrière ! » », La gazette du Fennec,‎ (lire en ligne)
  4. a, b et c Rachid Abbad, « La femme aux trois JO et aux dix titres africains », Liberté (Algérie),‎ (lire en ligne)
  5. Le soir d’Algérie, Rendez-vous à Pékin, par Z. M. K., 13 janvier 2008 article en ligne
  6. Lequipe fr en ligne
  7. El Moudjahid, Sondage APS, 18 janvier 2011 en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]