Claudio Mutti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mutti.
Claudio Mutti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Pseudonyme
Omar AmineVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Claudio Mutti, dit aussi Omar Amin, est un éditeur, philologue et essayiste italien, de tendance nationale-révolutionnaire, converti à l'islam, né en 1946 à Parme[1]. Il dirige la revue de géopolitique Eurasia.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claudio Mutti a enseigné pendant plus de trente ans le grec ancien et le latin dans le lycée classique de sa ville natale[2]. Polyglotte (français, allemand, latin, grec, arabe classique, hongrois)[3], il est aussi connaisseur de la langue et de la culture roumaines. Il a encore travaillé sur la philologie finno-ougrienne. Il est l'auteur d'une trentaine d'articles et d'essais sur le folklore magyar et sur la littérature hongroise.

En 1970, il obtient son doctorat avec une thèse sur l'influence de la langue roumaine sur la langue hongroise. Entre 1970 et 1974, il est chercheur à l'institut de philologie finno-ougrienne de l'université de Bologne. En 1979, il obtient une chaire à l'Istituto italiano di Cultura de Bucarest[4]. Mais la même année, le député communiste Antonello Trombadori, membre du Comité Central du PCI, demande, lors d'une motion parlementaire, que la chaire de Claudio Mutti lui soit retirée, sous le motif qu'il aurait contribué à l'évasion de Franco Freda. Mutti perd son emploi[5].

Il commence à militer politiquement au début des années 1960, alors qu'il n'a que quatorze ans. Il adhère à l'organisation de jeunesse du MSI, Giovane Italia, mais en est exclu pour "extrémisme"[2].

Il devient ensuite un des premiers militants de la branche italienne de Jeune Europe, organisation dirigée par le Belge Jean Thiriart. Mutti, qui a rencontré Thiriart à Parme en 1964, est rédacteur en chef, de 1966 à 1970, de La Nazione Europea, la revue mensuelle de la branche italienne de Jeune Europe[3].

Dès la dissolution de Jeune Europe, en 1969, il rejoint l'Organizazzione Lotta di Popolo, fondée la même année[3]. Il crée, au début des années 1970, les Amitiés italo-libyennes avec Claudio Orsi. Celui-ci est, lui aussi, un ancien membre de Jeune Europe, neveu de Italo Balbo[2], et devenu maoïste : il est le fondateur des Centres d'études et d'application de la pensée Mao Zedong, ainsi que de l'association Italie-Chine[6],[7].

En , Mutti est arrêté et accusé d'être impliqué dans l'affaire de l'Ordine Nero, une organisation national-révolutionnaire souterraine. Au moment de son arrestation, il est en possession de la carte du Parti socialiste, de celle du groupe Potere Operaio, et de celle du syndicat CGIL (la CGT italienne)[8]. Au bout de cinq mois de prison, il est blanchi et relâché mais accusé d'avoir aidé Franco Freda à quitter l'Italie alors qu'il était assigné à résidence[2].

Il traduit et publie en 1976 une réédition commentée des Protocoles des Sages de Sion, dans laquelle il intègre des textes de Julius Evola sur la « question juive » et la « guerre occulte »[9].

En 1978, il commence à collaborer à la revue francophone d'orientation "évolienne" Totalité. Il signe certains de ses articles sous les pseudonymes de Feirefiz et d' Occhiali[3].

Le , le procureur de Bologne émet des mandats d'arrêt contre vingt-huit militants des Noyaux armés révolutionnaires, parmi lesquels Claudio Mutti[10] qui, soupçonné d'avoir participé à l'attentat de la gare de Bologne, est emprisonné[11],[12],[13]. Tous sont libérés de prison en 1981[10].

Le politologue français Stéphane François affirme, sans donner ni date ni source, que Claudio Mutti aurait été député[14]. Cette affirmation se révèle totalement erronée[15].

Claudio Mutti et l'Islam[modifier | modifier le code]

Dans les années 70, l'attitude politique consistant à se chercher des alliés dans le monde arabe et musulman est assez courante dans les milieux nationaux-révolutionnaires. Mais Claudio Mutti attire l'attention, dans son milieu politique, par l'intérêt soutenu qu'il manifeste pour l'Islam, pour le mysticisme et les cultures moyennes-orientales[3]. En 1975, il publie deux livres qui en témoignent: La Rivoluzione Culturale Libica et Gheddafi Templare di Allah. Le premier est une apologie de la révolution libyenne de Mouammar Khadafi. Le deuxième est un recueil de discours du chef de la Jamahiriya arabe libyenne, auquel Mutti décerne le titre de « templier d'Allah »[2].

Enthousiasmé par la Révolution islamique d'Iran, il crée en l'association Europa-Islam, dans le but d'apporter un soutien actif au nouveau régime iranien. L'association organise des conférences et des campagnes d'affichages dans plusieurs villes italiennes[3].

Il se convertit à l'Islam en 1978[3]. Pour lui, deux voies traditionnelles seulement seraient accessibles à l'homme occidental: le Christianisme et l'Islam. Mais, selon lui, le Christianisme aurait perdu son caractère ésotérique et ne pourrait donc plus conférer une véritable initiation. La seule voie restante, convenant à "l'homme de la Tradition", serait donc l'Islam[16]. En 1985, il publie l'article « Pourquoi j'ai choisi l'Islam» dans la revue Eléments, en exergue d'un dossier consacré aux peuples arabes[17]. Lors de sa conversion, il a pris le nom d'Omar Amin, en l'honneur de Johann von Leers, officier allemand devenu conseiller politique de Gamal Abdel Nasser[2].

Il collabore depuis sa fondation à la revue Jihad, soutenue par l'ambassade d'Iran en Italie[18].

Alexandre del Valle qualifie Claudio Mutti de leader de la mouvance « brun-vert » en Italie. Il serait membre du groupe ultra-radical des Mourabitoun[19].

En 2008, il rédige la préface du livre Les Croisés de l'oncle Sam : une réponse européenne à Guillaume Faye et aux islamophobes, publié par Jean-Louis Duvigneau sous le pseudonyme de Tahir de La Nive. L'auteur est un militant nationaliste-révolutionnaire français qui, comme Mutti, s'est converti à l'Islam[20].

Les éditions All'insegna del Veltro[modifier | modifier le code]

Claudio Mutti a fondé en 1978 une maison d'étition, All'insegna del Veltro[3], dont le siège est à Parme.

Il y a publié les études qu'il a consacrées lui-même à Mircea Eliade, Emil Cioran, Friedrich Nietzsche, René Guénon, Julius Evola, Werner Sombart et des auteurs français traduits par lui-même, comme Jean de la Fontaine ou Drieu la Rochelle[21].

Il y a aussi publié de nombreux ouvrages traitant d'ésotérisme, du symbolisme traditionnel, de science des religions, des traductions des philosophes de la Grèce antique, des travaux d'histoire médiévale et contemporaine. Dans son catalogue, on trouve aussi des rééditions d'auteurs comme Julius Evola, Corneliu Codreanu, Johann von Leers, René Guénon, Frithjof Schuon, Henry Corbin, Béla Hamvas, Werner Sombart, Drieu La Rochelle, Robert Brasillach, Karl Haushofer, Savitri Devi, Robert Faurisson[22].

Il y a publié aussi des œuvres de nationalistes arabes, comme Gamal Abdel Nasser, Muhammar El Kadhafi et Michel Aflaq[23], des auteurs islamiques, comme l’ayatollah Rouhollah Khomeini et le philosophe Gejdar Djemal, et des marxistes dissidents, comme Costanzo Preve et Guennadi Ziouganov.

Il est devenu en 2011 le rédacteur en chef et l'éditeur de la revue de géopolitque Eurasia,

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Titres en italien[modifier | modifier le code]

  • Gheddafi, templare di Allah. La Rivoluzione libica nei discorsi di Mo'ammar El-Gheddafi, Ar, Padoue, 1975.
  • Ebraicità ed ebraismo, Edizioni di Ar, 1976, 218 p.
  • Pittura e alchimia: il linguaggio ermetico del Parmigianino, All'insegna del Veltro, 1978, 50 p.
  • Simbolismo e arte sacra : il linguaggio segreto dell'Antelami, Edizioni All'insegna del Veltro, 1978, 67 p.
  • [sous pseud. Feirefiz] La Via del cuore. Testi dell'esoterismo islamico, Arktos, Carmagnole, 1979.
  • Il nazismo e l'islam, Barbarossa, 1986, 19 p.
  • Mircea Eliade e la Guardia di Ferro, Roma, All'insegna del Veltro, 1989

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Le symbolisme dans la fable. Les racines métahistoriques des contes de fées, Paris, Guy Trédaniel, 1979.
  • Symbolisme et art sacré en Italie. Du Baptistère de Parme aux peintres hermétistes de la Renaissance, Milan, Arché, 1980.
  • Introduction à l'œuvre de Werner Sombart, Chalon-sur-Saône, Hérode, 1993, 47 p. (traduit par Philippe Baillet)
  • Les plumes de l'Archange. Quatre intellectuels roumains face à la Garde de fer : Nae Ionescu, Mircea Eliade, Emil Cioran, Constantin Noica, Chalon-sur-Saône, Hérode, 1993, 143 p. (traduit par Philippe Baillet)
  • Nietzsche et l'Islam, Chalon-sur-Saône, Hérode, 1994, 47 p. (traduit par Philippe Baillet, préf. Christophe Levalois)
  • Art totalitaire, art national-socialiste, Nantes, Ars Magna, 1998, 20 p.
  • La Grande Influence de René Guénon en Roumanie, suivi de Julius Evola en Europe de l'Est, Akribeia, Saint-Genis-Laval, 2002.
  • Julius Evola et l'Islam, Nantes, Ars Magna, 2004.
  • Le nazisme et l'Islam, Nantes, Ars Magna, 2004.
  • Mircea Eliade et la Garde de Fer, Paris, Avatar, 2005, 94 p.

Articles[modifier | modifier le code]

  • La théocratie impériale de Frédéric II Hohenstaufen, in: Totalité, 6, 1978, p. 16-33.
  • Rome et La Mecque, in: Totalité, 7, , p. 14-18.
  • La renaissance islamique et le danger moderniste, in: Totalité, 8, 1979, p. 40-49, Les communautés musulmanes d'Europe,, p. 59-61, Bibliographie islamique, ibidem, p. 63-73.
  • Monothéisme et paganisme, in: Totalité, 10, 1979, p. 12-19.
  • Pourquoi j'ai choisi l'Islam, in: Éléments, 53, printemps 1985, p. 37-39.
  • Evola et Nasser, pp. 121-126 de Evola - Envers et contre tous ! (ss la dir. de Thierry Jolif), Avatar Éditions, 2010, 195 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Baillet, « Les métamorphoses du "traditionalisme-révolutionnaire": le cas Claudio Mutti et la revue Totalité », in: Philippe Baillet, L'Autre Tiers-mondisme: des origines à l’islamisme radical - Fascistes, nationaux-socialistes, nationalistes-révolutionnaires entre « défense de la race » et « solidarité anti-impérialiste »Akribeia, Saint-Genis-Laval, 2016. 475 p., p. 195-231. (ISBN 978-2913612617)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Giovanni Savino, From Evola to Dugin: The Neo-Eurasianist Connection in Italy, pp. 97-124, en particulier le chapitre « Claudio Mutti, The Prophet », in Eurasianism and the European Far Right: Reshaping the Europe–Russia Relationship, ss la dir. de Marlene Laruelle, Lexington Books, 2015, 292 p., p. 13 : « the figure of fascist thinker Claudio Mutti ».
  2. a b c d e et f (en) Giovanni Savino, From Evola to Dugin: The Neo-Eurasianist Connection in Italy, pp. 97-124, en particulier le chapitre « Claudio Mutti, The Prophet », in Eurasianism and the European Far Right: Reshaping the Europe–Russia Relationship, ss la dir. de Marlene Laruelle, Lexington Books, 2015, 292 p.
  3. a b c d e f g et h Philippe Baillet, « Les métamorphoses du "traditionalisme-révolutionnaire": le cas Claudio Mutti et la revue Totalité », in: Philippe Baillet, L'Autre Tiers-mondisme: des origines à l’islamisme radical - Fascistes, nationaux-socialistes, nationalistes-révolutionnaires entre « défense de la race » et « solidarité anti-impérialiste »,Akribeia, Saint-Genis-Laval, 2016. 475 p., p. 195-231. (ISBN 978-2913612617)
  4. Antonio Grego, Figlie della stessa lupa. Storia dei rapporti tra Italia e Romania alla viglia della seconda guerra mondiale, Fuoco Edizioni, , 96 p., p. 9-10
  5. http://dati.camera.it/ocd/aic.rdf/aic5_00217_8
  6. Edouard Rix, « Jean Thiriart, Le Machiavel de la Nation européenne », Réfléchir & Agir , no 21,‎ , p. 44-47
  7. José Cuadrado Costa, De Jeune Europe aux Brigades rouges, Charleroi [rééd. Nantes], Conscience européenne [rééd. ARS], 1985 [rééd. 1990], 33 p., p. 19
  8. Frédéric Laurent, L'Orchestre noir : enquête sur les réseaux néo-fascistes, Nouveau Monde éditions, 416 p.
  9. Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes : des Lumières au Jihad, Odile Jacob, , 686 p. (ISBN 978-2-73811-736-6, présentation en ligne), p. 637.
  10. a et b (it) Bologna 1980-2011, Unione Sindacale Italiana : « Già il 26 agosto dello stesso anno la Procura della Repubblica di Bologna emise ventotto ordini di cattura nei confronti di militanti di estrema destra dei Nuclei Armati Rivoluzionari: Roberto Fiore eMassimo Morsello (futuri fondatori di Forza Nuova), Gabriele Adinolfi, Francesca Mambro, Elio Giallombardo, Amedeo De Francisci, Massimiliano Fachini, Roberto Rinani, Giuseppe Valerio Fioravanti, Claudio Mutti, Mario Corsi, Paolo Pizzonia, Ulderico Sica, Francesco Bianco, Alessanro Pucci, Marcello Iannilli, Paolo Signorelli, PierLuigi Scarano, Francesco Furlotti, Aldo Semerari,Guido Zappavigna, GianLuigi Napoli, Fabio De Felice, Maurizio Neri. Vengono subito interrogati a Ferrara, Roma, Padova e Parma. Tutti saranno scarcerati nel 1981. »
  11. L'Express : Numéros 1812 à 1824, 1986, p. 48 : « Par exemple, dans l'affaire Claudio Mutti, Italien nazi-maoïste, incarcéré, en 1980, pour sa participation à l'attentat de la gare de Bologne, qui a prétendu avoir été inspiré par le « socialisme islamique » de Kadhafi. »
  12. Le Spectacle du monde : Numéros 274 à 279, 1985, p. 53 : « Claire Sterling [...] Elle écrit : « Le chef de la première association italo-libyenne, nageant dans un fleuve d'argent libyen et finalement mise hors-la-loi comme association terroriste noire, était Claudio Mutti, un terroriste nazi-maoïste, incarcéré en 1980 pour sa participation à l'attentat commis à la gare de Bologne. ».
  13. Claire Sterling (en), The terror network: the secret war of international terrorism, 1981, p. 259 : « The head of his early Italy-Libya Association, afloat on Libyan money —and eventually outlawed as a Black terrorist front— was Claudio Mutti, one of Italy's star Nazi-Maoist terrorists, jailed in 1980 for his alleged role in the Bologna railroad station bombing. 2 Mutti's close associate Mario Tuti, now serving a life sentence for terrorist killings, had picked up a hundred-thousand-lire payoff from the Libyan embassy in Rome just before gunning down two policemen in 1975.3 »
  14. Stéphane François, La nouvelle droite et la "tradition", Milan, Archè, 2011, 125 p., p. 77.
  15. « senato.it - Elenco storico dei Parlamentari della Repubblica », sur www.senato.it (consulté le 28 juin 2019)
  16. Boutin, Christophe, Politique et tradition : Julius Evola dans le siècle, Paris, Éd. Kimé, 1992, 513 p. (ISBN 2908212153 et 9782908212150), p. 419-455
  17. Claudio Mutti, « Pourquoi j'ai choisi l'Islam », Elements, no 53,‎ , p. 37-39
  18. Carlo Palermo, Il quarto livello. 11 settembre 2001 ultimo atto? Dalla rete nera del crimine alla guerra santa di Osama bin Laden, Editori Riuniti, , 343 p. (ISBN 9788835951759, lire en ligne)
  19. Alexandre del Valle, Islamophobie ou reductio ad Hitlerum ?, site d'Alexandre del Valle, 15 juin 2001 (source : Le Figaro) : « les liens tissés par la nouvelle droite avec la nébuleuse islamiste, notamment en Italie, où le leader de la mouvance « brun-vert », Claudio Mutti, alias Omar Amine, membre du groupe ultra-radical des Mourabitoun (qui a mis à prix la tête d’Oriana Fllaci), édite les Protocoles des Sages de Sion. »
  20. Tahir de la Nive [Jean-Louis Duvigneau], Les Croisés de l'oncle Sam : une réponse européenne à Guillaume Faye et aux islamophobes, Lucan-Étampes, Maynooth-Avatar, , 218 p. (ISBN 0-9544652-0-2)
  21. (it) « Edizioni all\'insegna del Veltro », sur Edizioni all'insegna del Veltro (consulté le 19 juin 2019)
  22. (it) « Sophia », sur Edizioni all'insegna del Veltro (consulté le 19 juin 2019)
  23. (it) « Gladio e Martello », sur Edizioni all'insegna del Veltro (consulté le 19 juin 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]