Aéroport international de Phnom Penh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport international de Phnom Penh
អាកាសយានដ្ឋានអន្តរជាតិភ្នំពេញ
Pochentong
Image illustrative de l'article Aéroport international de Phnom Penh
Localisation
Pays Drapeau du Cambodge Cambodge
Ville Phnom Penh
Coordonnées 11° 32′ 47″ N 104° 50′ 38″ E / 11.546389, 104.84388911° 32′ 47″ Nord 104° 50′ 38″ Est / 11.546389, 104.843889
Altitude 12 m (40 ft)

Géolocalisation sur la carte : Cambodge

(Voir situation sur carte : Cambodge)
Aéroport international de Phnom Penh
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 3 000 m (9 843 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA PNH
Code OACI VDPP
Type d'aéroport Civil et militaire
Gestionnaire Cambodia Airport Management Services
Site web gestionnaire Consulter

L'aéroport international de Phnom Penh (code AITA : PNH • code OACI : VDPP) est le plus grand aéroport du Cambodge. Il est situé à sept kilomètres de Phnom Penh, la capitale du royaume.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un terrain d’aviation fut construit dans les années 1920[1], mais l’aéroport proprement dit, dont l’ancien nom est Aéroport international de Pochentong, date de 1964[2]. Ce nom lui serait venu d’un figuier des pagodes (PO en Khmer) planté par une Chinois (TCHEN) du nom de TONG[3].

Dès 1970, il devient une cible pour la guérilla qui lutte contre le régime de la république khmère[4],[5], et l’aérogare devient au début de 1975 la seule possibilité de ravitaillement de la capitale encerclée. Ce pont aérien acheminera chaque mois entre 30 000 et 40 000 tonnes de marchandises. Aussi, la prise de Pochentong le par les khmers rouges précèdera de peu la chute de Phnom Penh. À cette occasion, plusieurs centaines d’avions et d’hélicoptères seront récupérés, qui constitueront le gros des forces aériennes du régime de Pol Pot[3].

De 1975 au début des années 1990, par suite de la fermeture du pays par les khmers rouges puis de l'embargo de la communauté internationale sur le Cambodge, l'aéroport aura une activité réduite.

Le , le gouvernement royal du Cambodge a signé un accord avec le consortium franco-Malaisien Société Concessionnaire d’Aéroport (SCA) – détenu à 70 % par le groupe Grands travaux de Marseille et à 30 % par Muhibbah Masterron – pour gérer l’aérogare. En échange de cette licence courant sur 20 ans, SCA s’est engagée dans un programme d’amélioration de 110 millions de dollars US comprenant la construction d’une nouvelle piste, d’un terminal, de hangars à cargo, l’installation d’un système ILS et l’éclairage associé[6]. Le groupe Louis Berger a été choisi par le gouvernement pour fournir des prestations indépendantes d’ingénierie pendant la concession, auditer la conception et donner des conseils sur la faisabilité et le coût des améliorations proposées. Ce cabinet a également dû superviser le travail initial visant à permettre à l’aéroport d’accueillir de gros avions de ligne tels les Boeing 747. Ces travaux incluaient la remise en état des pistes, l’installation du nouveau système ILS, des équipements météorologiques, l’électrification et l’éclairage des accès ainsi que la construction d’une nouvelle caserne de pompiers. Après cela et pour répondre à l’accroissement du trafic lié au tourisme, un nouveau terminal de 18 000 m² est sorti de terre. Sa construction, d’un montant de 22 million de dollars US comprenait aussi trois passerelles, 700 places de stationnement et des équipements pour les voyageurs des classes supérieures. Il s’agit là d’une des premières concessions internationales accordées dans le pays après le retour de la royauté[7].

En , les services de gestion de l’aéroport obtiennent leur certification ISO 9001:2000[8].

En 2008, la barre symbolique du million et demi de passagers est dépassée (exactement 1 691 870 voyageurs)[8].

Dessertes[modifier | modifier le code]

En 2011, 17 compagnies aériennes proposaient 16 destinations.

Une liaison avec Stockholm avait aussi été ouverte à la fin de 2007 par la compagnie Finnair[9], mais la desserte a depuis été abandonnée.

Entre le et février 2013, la compagnie Air France reliait Paris à Phnom Penh avec 3 vols hebdomadaires permettant pour la première fois à ses voyageurs de joindre la capitale du Cambodge, avec une escale d'une heure et demie à Bangkok, sans changer d’avion. Les vols ont été assurés en Airbus A340-300 lors du lancement puis en Boeing 777-200ER depuis l'été 2011[10].

Compagnie aérienne Destinations Route
AirAsia Kuala Lumpur International
Apsara International Air Siem Reap Domestic
Asia Atlantic Airlines Tokyo–Narita International
Asiana Airlines Seoul–Incheon International
Bangkok Airways Bangkok–Suvarnabhumi International
Bassaka Air Macao[11]
Charter: Rangoun
International
Bassaka Air Siem Reap Domestic
Cambodia Angkor Air Siem Reap, Sihanoukville (fin au 1er Juillet 2015) Domestic
Cambodia Angkor Air Bangkok–Suvarnabhumi, Changsha, Canton, Hanoi, Ho Chi Minh Ville, Shanghai–Pudong
Charter:Fuzhou
International
Cambodia Bayon Airlines Siem Reap, Sihanoukville Domestic
China Airlines Taipei–Taoyuan International
China Eastern Airlines Nanning, Shanghai–Pudong
Charter saisonnier:Nankin, Wuhan
International
China Southern Airlines Beijing–Capital, Canton
Charter saisonnier: Shantou, Shenzhen
International
Dragonair Hong Kong International
EVA Air Taipei–Taoyuan International
Jetstar Asia Airways Singapore International
Korean Air Seoul–Incheon International
Malaysia Airlines Kuala Lumpur International
Myanmar Airways International Osaka–Kansai[12], Rangoun International
Qatar Airways Doha, Ho Chi Minh Ville International
Shandong Airlines Chongqing, Jinan International
SilkAir Singapore International
Thai AirAsia Bangkok–Don Mueang International
Thai Airways International
opéré par Thai Smile
Bangkok–Suvarnabhumi International
Vietnam Airlines Hanoi, Ho Chi Minh Ville, Vientiane, Vinh International

Note : au 3 mai 2015

Cargo[modifier | modifier le code]

Compagnie aérienne Destinations
Cathay Pacific Cargo Hong Kong, Penang, Singapore[13]
Tri-MG Intra Asia Airlines Bangkok–Suvarnabhumi, Ho Chi Minh Ville

Liaisons avec le centre-ville[modifier | modifier le code]

Même si des projets de tramway[14] ou de SkyTrain[15] similaire à celui de Bangkok sont en projet, ceux-ci en sont encore au stade de l’étude et pour le moment, Phnom Penh ne dispose pas d’un réseau de transport en commun[16].

De la même manière, il n’y a pas à ce jour de transport public reliant l’aéroport au centre-ville. Il faut donc se replier sur les moyens de déplacement traditionnels dans la capitale tels que les taxis, les tuk-tuk ou les Moto taxi (les fameux motodop) pour faire les quelque 7 kilomètres qui séparent le centre de l’aérogare[17].

Accidents[modifier | modifier le code]

Depuis le rétablissement de la royauté en 1993, l’Aviation Safety Network a recensé 4 incidents concernant des avions en provenance ou à destination de Phnom Penh[18].

Liste des accidents
Date Provenance Destination Vol Compagnie Avion Victimes Notes
Phnom Penh - Pochentong Kampong Chhnang N9825F TransNorthern Aviation Cessna 208 Caravan I 2 L'avion s'est écrasé dans une zone montagneuse près de Kampong Chhnang alors qu'il rentrait d'une mission de prospection aérienne pour une compagnie pétrolière japonaise[19].
Hô Chi Minh Ville - Tân Sơn Nhất Phnom Penh - Pochentong VN815 (en) Vietnam Airlines Tupolev Tu-134B-3 65 Le commandant a ignoré les instructions de la tour de contrôle de Phnom Penh lui conseillant de changer d'aéroport et de son copilote d'annuler l'approche à cause du manque de visibilité et des fortes pluies. L'appareil a accroché la cime d'arbres à 300 mètres de la piste et s'est écrasé dans un champ de riz alors qu'il était en phase d'attente[20].
Phnom Penh - Pochentong Rotanah Kiri - Banlung XU-072 Royal Phnom Penh Airways
& PMT Air
Xian Yunshuji Y-7-100C 0 L'Y-7 a heurté le bord de la piste d'atterrissage de Banlung et s'est affaissé, provoquant la perte de son moteur principal droit. L'appareil fut démonté dans le Rotanah Kiri et transporté à Phnom Penh[21].
Phnom Penh - Pochentong Singapour - Changi XU-365 Imtrec Aviation Antonov An-12BP 0 L'avion-cargo s'est écrasé dans un champ de riz inondé, à environ 25 kilomètres à l'ouest de l'aéroport de Phnom Penh. Un membre d'équipage souffrait de fractures à une jambe et à une main alors que les 4 autres occupants s’en sont sortis indemnes. L'appareil avait amorcé un retour à la suite d'un incident, probablement une fuite de carburant[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Phnom Penh International Airport » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) « History of Phnom Penh », Travel guide, sur AsiaRooms (consulté le 18 avril 2010)
  2. (en) « Phnom Penh History », About Phnom Penh, sur Phnom Penh Administration (consulté le 18 avril 2010)
  3. a et b (fr) Solomon Kane (trad. François Gerles, préf. David Chandler), Dictionnaire des Khmers rouges, IRASEC,‎ , 460 p. (ISBN 9782916063270)
  4. (en) « The eyes of the pineapple », Resource on a disaster,‎ (consulté le 18 avril 2010)
  5. (en) Albert Grandolini, Tom Cooper, & Troung, « Cambodia, 1954 – 1999, Part 2 », Indochina Database, sur Air Combat Information Group,‎ (consulté le 18 avril 2010)
  6. (fr) « L'aéroport de Pochentong désormais en service la nuit », Cambodge Soir Info,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « BergerWorld 2nd Quarter 2001 », sur The Louis Berger Group, Inc,‎ (consulté le 18 avril 2010)
  8. a et b (en) « Phnom Penh International Airport », sur Cambodia International Airports Website (consulté le 18 avril 2010)
  9. (fr) « Premier vol direct entre l'Europe et le Cambodge », sur Apsara TV (consulté le 26 avril 2010)
  10. (fr) « Air France s'envole vers le Cambodge », sur Air France (consulté le 2 novembre 2010)
  11. « Bassaka Air Launches Phnom Penh - Macau from late-Mar 2015 », Airlineroute.net,‎ (consulté le 1 mai 2015)
  12. http://www.bangkokpost.com/most-recent/428486/myanma-airways-to-fly-to-osaka
  13. « Cathay to open air freight Cambodia », Phnom Penh Post,‎ (consulté le 5 novembre 2014)
  14. (fr) « Transport – Un tramway pour Phnom Penh et Siem Reap ? », Le petit journal,‎ (lire en ligne)
  15. (fr) « Transport – Le Sky Train bientôt à Phnom Penh ? », Le petit journal,‎ (lire en ligne)
  16. (fr) « Schéma directeur d’urbanisme de Phnom Penh 2020 », sur Phnom Penh Municipality,‎ (consulté le 19 avril 2010)
  17. (fr) « Aéroport International de Phnom Penh Information », sur Airport Desk (consulté le 19 avril 2010)
  18. (en) « PNH profile », sur Aviation Safety Network (consulté le 19 avril 2010)
  19. (en) « Aircraft accident Cessna 208 CaravanI N9825F Kâmpóng Chhnang », sur Aviation Safety Network (consulté le 19 avril 2010)
  20. (en) « Aircraft accident Tupolev 134B-3 VN-A120 Phnom Penh- Pochentong Airport (PNH) », sur Aviation Safety Network (consulté le 19 avril 2010)
  21. (en) « Aircraft accident Xian Yunshuji Y-7-100C XU-072 Ratanakiri-[[Banlung]] Airport (RBE) », sur Aviation Safety Network (consulté le 19 avril 2010)
  22. (en) « Aircraft accident Antonov An-12BP XU-365 Phnom Penh – Pochentong Airport (PNH) », sur Aviation Safety Network (consulté le 19 avril 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :