42 (écoles)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 42 (école))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 42 (nombre).
Écoles 42
Image illustrative de l'article 42 (écoles)
Devise Born2code
Informations
Fondation
Fondateur Xavier Niel, président
Nicolas Sadirac, directeur général
Kwame Yamgnane, directeur général adjoint
Florian Bucher, directeur général adjoint
Type École supérieure d'informatique privée non reconnue par l'État Français
Localisation
Coordonnées 48° 53′ 47″ Nord 2° 19′ 07″ Est / 48.8963, 2.31855
Ville Paris (17e) / Fremont
Pays Drapeau de la France France / Drapeau des États-Unis États-Unis
Région Paris
Direction
Président Xavier Niel
Directeur Nicolas Sadirac
Chiffres clés
Étudiants Trois promotions d’environ 850 étudiants pour Paris[1]
Divers
Particularités École gratuite
Admission sans condition de diplôme
Ouverte 24/7
Pas de professeurs
Pas de cours
Pédagogie « peer-to-peer »
Diplôme délivré non reconnu par le système éducatif français
Association
Internationale
Site web 42.fr et www.42.us.org

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Écoles 42

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Écoles 42

42 sont deux écoles privées d’informatique en France et aux États-Unis. Elles ont été créées et sont financées par Xavier Niel (fondateur d'Iliad-Free) avec plusieurs associés, dont Nicolas Sadirac (ancien directeur général d'Epitech)[2], Kwame Yamgnane et Florian Bucher (anciens cadres d'Epitech)[3].

Annoncée le [3], l'École de Paris a ouvert ses portes le pour la dernière phase des admissions[4]. Elle a accueilli les étudiants retenus pour la première rentrée en .

Le 17 mai 2016, Xavier Niel annonce l’ouverture de 42 US dans la Silicon Valley à Fremont en Californie[5].

La formation dispensée se veut inspirée des changements apportés par Internet avec une pédagogie qualifiée de « pair à pair ». Elle délivre un diplôme non reconnu par l’État français, mais mise sur des compétences poussées en programmation et la capacité à innover, à voir et penser différemment. Le nom de l'école est une référence au roman Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams : 42 est la réponse à la grande question de la vie, de l'univers et de tout le reste.

La formation dure entre 2 et 5 ans selon la rapidité de l'étudiant à finir les « projets », et couvre les différents métiers de l'informatique liés au développement. Il est également possible de rester deux années supplémentaires pour y réaliser un projet et apprendre à créer son entreprise.

Constat et motivations à la création de 42[modifier | modifier le code]

Dans un éditorial[6], Xavier Niel présente 42 en rapport à la situation de l'enseignement en France :

« Aujourd’hui, le système français ne marche pas. Il est coincé entre d’une part l’Université, qui propose une formation pas toujours adaptée aux besoins des entreprises mais qui est gratuite et accessible au plus grand nombre, des écoles publiques très sélectives qui n'admettent que ceux ayant suivi une formation scientifique ou technologique (parfois avec mention au bac) et d’autre part les écoles privées, chères, dont la formation est assez qualitative mais laisse sur le côté de la route le plus grand nombre de talents, voire de génies, que nous pourrions trouver en France. […] Modifier le système, c’est d’abord apporter une formation différente qui ne repose plus sur les choses classiques que l’on voit depuis toujours, c’est à dire un professeur et des élèves, qui s’ennuient, qui en ont marre. Le système éducatif ne marche pas. On peut être en échec scolaire et pourtant correspondre à ce qui est un génie en informatique. On peut ne pas avoir le bac et pourtant devenir le développeur le plus brillant de sa génération. »

L'école[modifier | modifier le code]

L'école est une association à but non lucratif dont Xavier Niel est le président, Nicolas Sadirac le directeur général. L'école est constituée de l'administration, du Bocal dans laquelle se trouve l'équipe pédagogique et le service informatique et des clusters où les étudiants travaillent.

Les frais de fonctionnement des dix premières années, estimé entre 20 et 50 millions d'euros, sont pris en charge personnellement par Xavier Niel[7].

L’école n'étant pas agréée par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, les étudiants ne peuvent prétendre à des bourses d’État.

Admission et inscription[modifier | modifier le code]

Le candidat doit avoir entre 18 et 30 ans ou être en dernière année de lycée. Aucun diplôme n'est requis (pas même le bac).

La première sélection se fait sur la base d'une série de tests sur le site web de l'école destinés à évaluer la capacités des étudiants à apprendre l'informatique[8]. La seconde sélection s'appelle la « Piscine ». Elle s'étend sur un mois d'évaluations sur ordinateur et de travaux pratiques intensifs en langage C.

L'inscription à l'école est gratuite et concerne chaque année environ 850 étudiants sur Paris[1].

Particularités de la formation[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de cours magistraux ni de travaux pratiques encadrés par des professeurs. Les étudiants sont libres d'organiser leurs journées à la réalisation de projets proposés par l'équipe pédagogique. L'école est ouverte 24h/24 et 7j/7. Les étudiants s'entraident et utilisent Internet pour la réalisation de leurs projets. L'étudiant n'a pas de limite de temps pour rendre ses projets. Il doit faire corriger ses projets par cinq étudiants pour pouvoir valider son projet. Lors de la validation d'un projet par l'étudiant, sa jauge de niveau augmente, ce qui lui permet de déverrouiller de nouveaux projets de difficultés plus élevée.

Des examens sur machine d'une durée de quatre heures sont organisés.

Un stage en entreprise est organisé. Les conditions pour aller en stage sont d’avoir validé des projets de base ainsi que cinq exams.

Des personnes extérieures donnent des conférences sur des sujets liées à l'entreprenariat, à l'informatique et à ses enjeux.

Programme[modifier | modifier le code]

Les premiers projets sont essentiellement axés sur le développement en langage C en environnement plateforme UNIX. L’école propose aussi de nombreux projets graphiques : réalisation d’un moteur basique de FPS (jeu de tir à la première personne) ou encore un moteur de rendu 3D (rasterizer) par lancer de rayon (raytracer). En fonction de son niveau, l’étudiant peut s’inscrire à des piscines pédagogiques de deux semaines pour découvrir de nouveaux paradigmes de programmation : web en PHP, orientée objet en C++. fonctionnelle en OCaml et Unity. D’autres projets initient les étudiants à la sécurité informatique, au développement mobile ainsi qu’au réseau.

Les élèves peuvent contribuer à la pédagogie de l’école en proposant des sujets à l’équipe pédagogique.

Évolution de la pédagogie[modifier | modifier le code]

La première année, de 2013 à 2014, les étudiants réalisaient les mêmes projets dans un temps imparti. Ils allaient ensuite en stage durant la même période. Suivant le rythme classique d’une promotion par année.

La seconde année, de 2014 à 2015, a été mis en place une jauge indiquant le niveau de l’étudiant, ainsi qu’un système de point de correction, permettant de s’échanger un point contre une correction. La réalisation des projets n’est plus contrainte par le temps. La réalisation et le rendu d’un projet demande des prérequis, dont un niveau minimum et/ou la réalisation du premier stage.

Il n’y a plus de distinction entre les promotions. C’est le niveau et l’année d’entrée dans l’école qui permet de distinguer un étudiant.

Critiques[modifier | modifier le code]

La création de l'école 42 et sa pédagogie ne sont pas exemptes de critiques de la part de certains formateurs et professionnels du secteur.

Le président de l'association MUNCI, par exemple, dans un chat de janvier 2015[9] explique : « Nous sommes évidemment très favorables de façon générale aux écoles de la seconde chance (...) Néanmoins, nous sommes très partagés sur l'école 42 (...) nous sommes très mitigés sur cette "pédagogie de la débrouillardise" sans formations et sans formateurs. De plus, nous contestons l'idée d'une pénurie globale de développeurs en France, sur laquelle communique régulièrement cette école, qui nous fait un peu penser à une "usine à développeurs". L'engouement médiatique autour de l'école 42 nous paraît totalement disproportionné. Certains vont un peu vite en besogne, et on a parfois l'impression que nos meilleurs ingénieurs n'ont qu'à bien se tenir face aux futurs "diplômés" de 42... Pour finir, on jugera l'arbre à ses fruits... ».

Localisations et bâtiments[modifier | modifier le code]

Paris[modifier | modifier le code]

L'école est située au 96 boulevard Bessières[10],[11], dans le 17e arrondissement de Paris.

Le bâtiment a été racheté à l'État Français en 2011 pour 12,6 millions d'euros[12]. Il fut réalisé par l'agence In&Edit Architecture[13].

Le bâtiment s’étend sur une surface de 4 242 mètres carrés[14]. Des photos de l'architecture sont visibles sur le site officiel. Le bâtiment se répartit sur trois grandes salles nommées “Clusters”. Des œuvres à tendance de street art sont exposées sur les murs de l'école[15].

Fremont[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, qui était une université, a été racheté. L’architecture a également été réalisée par l’agence AR archi.

Personnalités à 42 Paris[modifier | modifier le code]

Thierry Mandon visite 42 le 23 novembre 2013.

Personnalités ayant visité 42 :

Personnalités ayant donné une conférence :

Influence dans la culture[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 42, born to code, documentaire de Emmanuel Réau, 55 min, 2015[18]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pourquoi l'école 42 reste l'extraterrestre du sup' »,‎ (consulté le 10 avril 2016)
  2. Camille Gévaudan, « "42", v’là les geeks ! », sur http://www.ecrans.fr/,‎ .
  3. a et b Damien Leloup, « "42", l'étrange école d'informatique de Xavier Niel », sur http://lemonde.fr/,‎ .
  4. Elsa Fachinetti, « La "piscine" de l'école 42 ouvre ses portes », sur http://www.digischool.fr/,‎ .
  5. « Xavier Niel exporte l'école 42 aux États-Unis », sur MacGeneration,‎ (consulté le 18 mai 2016)
  6. « L'édito de Xavier Niel », sur http://www.42.fr/,‎ .
  7. Jacques Cheminat et Serge Leblal, « Free ouvre l'école 42 pour former au numérique », sur http://www.lemondeinformatique.fr/,‎ .
  8. J'ai testé les casse-têtes de 42, l'école d'informatique de Xavier Niel. Francetvinfo.fr, septembre 2013
  9. Régis Granarolo (Munci), « Les métiers du numérique », sur http://www.lesmetiers.net/orientation/p1_443251/les-metiers-du-numerique,‎ .
  10. Olivier Viaggi, « Les locaux ultra design de l'école 42 de Xavier Niel », sur http://www.universfreebox.com/,‎ .
  11. « L'école 42 », sur http://www.parisetudiant.com/,‎ .
  12. « Les 10 immeubles les plus chers vendus par l'État en 2011 », sur http://www.challenges.fr/,‎ , p. 7
  13. http://www.ineditarchitecture.com
  14. « L’équipe et les moyens », sur http://www.42.fr/ : « […] un bâtiment de 4.242 m2, le Heart of Code, situé dans Paris intra-muros et ouvert aux étudiants et étudiantes 7j/7, 24h/24 ».
  15. http://fr.canoe.ca/techno/internet/archives/2014/12/20141201-150451.html#1
  16. « François Hollande rend une visite (vraiment) surprise à l'école 42 de Xavier Niel », sur Huffington Post,‎ (consulté le 2 août 2015).
  17. « François Hollande s'offre une visite surprise à l'École 42 de Xavier Niel », sur Le Figaro,‎ (consulté le 2 août 2015).
  18. http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/ecole-42-born-to-code,89213267.php

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]