Slack (plateforme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Slack.
image illustrant un logiciel
Cet article est une ébauche concernant un logiciel.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Slack Icon.png

Adresse https://slack.com/
Slogan Be less busy
Siège social San Francisco
Drapeau des États-Unis États-Unis
Propriétaire Slack Technologies
Lancement Août 2013

Slack est une plate-forme de communication collaborative propriétaire (SaaS) ainsi qu'un logiciel de gestion de projets créé par Stewart Butterfield (en) en août 2013 et officiellement lancée en février 2014. En octobre 2014, la startup est valorisée à plus d'un milliard de dollars[1],[2].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Slack fonctionne à la manière d'un chat IRC organisé en canaux correspondant à autant de sujets de discussion. La plateforme permet également de conserver une trace de tous les échanges (« Slack » est l'acronyme de « Searchable Log of All Conversation and Knowledge »[3]), permet le partage de fichiers au sein des conversations et intègre en leur sein des services externes comme GitHub, Dropbox, Google Drive ou encore Heroku pour centraliser le suivi et la gestion d'un projet[4]. Un robot peut également répondre automatiquement à certaines requêtes de l'utilisateur[5] et s'améliore au fil du temps grâce à des algorithmes d'apprentissage[6].

Slack dispose de clients natifs sur la plupart des plateformes mobiles (iOS, Android, Windows Phone) ainsi que sur macOS, Windows, Linux, et via un navigateur internet.

Historique[modifier | modifier le code]

La société a initialement levé près de 43 millions de dollars en avril 2014. En octobre 2014, la société a levé 120 millions de dollars en capital risque sur la base d'une valorisation de 1,2 milliard de dollars menée par Kleiner Perkins Caufield & Byers et Google Ventures.

En mars 2015, l'entreprise signe un nouvel accord avec des investisseurs afin de lever jusqu'à 160 millions de dollars dans un tour de financement qui valorise la société à 2,76 milliards de dollars. Les nouveaux investisseurs sont Institutional Venture Partners, Horizons Ventures, Index Ventures et DST Global. En avril, la société lève 160 millions de dollars et annonce qu'elle a levé un montant supplémentaire de 200 millions de dollars en financement[réf. nécessaire].

Concurrents[modifier | modifier le code]

Facebook a lancé début 2015 « Workplace by Facebook » une version bêta de son site dédiée au travail en équipe. L'offre est sortie de sa version test en octobre 2016[7].

Microsoft a lancé « Microsoft Teams » en novembre 2016[8].

Il existe aussi des alternatives libres comme Rocket.Chat ou Mattermost.

Financements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géraldine Russell, « Slack révolutionne la communication en entreprise », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  2. (en) Douglas MacMillan, « Slack’s One-Year-Old Software Business Valued at $1.12 Billion », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  3. « Big Bother Is Watching - The Baffler », sur thebaffler.com (consulté le 12 décembre 2016)
  4. Nicolas Furno, « Slack, le nouveau service de messagerie qui fait fureur », MacG.co,‎ (lire en ligne).
  5. « Slackbot: your assistant, notepad & programmable bot », sur Slack Help Center (consulté le 18 août 2015).
  6. « Scarlett Johansson, Facebook MoneyPenny and Corporate Productivity »,‎ (consulté le 18 août 2015).
  7. « Facebook at Work se lance, et devient Workplace by Facebook », Journal du Net,‎ (lire en ligne)
  8. Tom Warren, « Microsoft Teams launches to take on Slack in the workplace », sur The Verge,‎ (consulté le 12 décembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]