Philippe Djian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Djian.
Philippe Djian
Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Djian en 2009

Naissance (67 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman, théâtre, nouvelles

Œuvres principales

  • 37°2 le matin (1985)
  • Maudit manège (1986)
  • « Oh... » (2012)

Philippe Djian est un romancier et nouvelliste français né le à Paris. Il est notamment l'auteur de 37°2 le matin, publié en 1985.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Djian, aîné de trois garçons, passe une enfance paisible dans une famille de la petite bourgeoisie du 10e arrondissement parisien. Un camarade rencontré au collège, Jérôme Equer[1], lui fait découvrir la littérature, puis le pousse à l'écriture[1], d'abord sous forme de carnets, lors de leurs divers voyages. Le premier les mène aux États-Unis, à 18 ans[2], sur les traces du héros de L'Attrape-cœurs de J.D. Salinger[1]. Il partent ensuite pour la Colombie, réaliser un reportage pour Paris Match[1].

Ses premières lectures lui forgent une certaine idée de l'importance du style : Mort à crédit de Louis-Ferdinand Céline, Tandis que j'agonise de William Faulkner, L'Attrape-cœurs de J.D. Salinger[3]. Sa préférence va à la littérature américaine. « Écrire, c'est mettre de l'harmonie, c'est donner de la cadence au temps, du mouvement à l'espace, du swing à l'ennui. Voilà ce que j'ai appris de Kerouac, une leçon primordiale, essentielle, vitale qui lui a pourtant valu d'être banni de l'intelligentsia[4]. » Son ouvrage Ardoise, publié en 2002, est consacré aux « dix premiers [écrivains] qui ont bouleversé ma vie et m'ont amené à la littérature[4]. » : J. D. Salinger, Louis-Ferdinand Céline, Blaise Cendrars, Jack Kerouac, Herman Melville, Henry Miller, William Faulkner, Ernest Hemingway, Raymond Carver et Richard Brautigan. Il découvre ce dernier à la fin des années 1970, « J'ai commencé par Un privé à Babylone et j'ai reçu un choc. [...] C'était une découverte incroyable, je ne pensais pas que l'on pouvait à la fois s'amuser et être sérieux, c'était une poésie qui me touchait beaucoup, une poésie du quotidien[5]. » C'est aussi l'auteur qu'il choisit pour l'épigraphe de son roman 37°2 le matin[6], en 1985.

Denis Johnson ou Martin Amis sont aussi des auteurs qu'il apprécie, « mais comme je les trouve meilleurs que moi, je préfère les laisser de côté quand je travaille[7] », déclare-il en 2003 au magazine Lire. Plus récemment, en 2010, il indique au journal L'Express : « Aujourd'hui, j'aime beaucoup Jay McInerney [...] ou Bret Easton Ellis. American Psycho, c'est quand même très fort. Mais je considère que le plus grand est Philip Roth, celui de Pastorale américaine. [1] » En littérature française, il cite dans ce même entretien les auteurs Patrick Modiano, Jean Echenoz ou Christian Gailly comme auteurs « meilleurs »[1] que lui.

Concernant ses propres ouvrages, « ils ne sont jamais les livres que j’avais envie d’écrire au départ. J’essaye d’écrire le livre que j’ai envie de lire. Mais on change, une fois qu’il est fini. Alors, il ne me contente plus : je suis obligé d’en faire un autre.[8] » Ses livres partent d'une première phrase : « La seule part d'inspiration — et encore — , c'est la première phrase. Cette fameuse première phrase d'où tout découle.[1] » Il n'a jamais écrit à la main, toujours sur une machine à écrire, puis sur ordinateur[1].

Il rencontre sa future femme à 25 ans[7], au milieu des années 1970, surnommée Année[9], qui a alors 16 ans[9]. Elle devient artiste peintre[7],[9], et ils ont ensemble plusieurs enfants[7],[9].

Il a suivi une école de journalisme, et a travaillé plus d'un an à la relecture d'articles du journal Détective[2]. Il sera également docker au Havre, magasinier chez Gallimard, vendeur, interviewer de Lucette Destouches, la veuve de Céline, pour Le Magazine littéraire en 1969, à l'occasion de la publication posthume de Rigodon[10]. C'est la nuit, dans une petite guérite d'autoroute de la Ferté-Bernard, qu'il rédige ses premières nouvelles[11], qui paraîtront dans le recueil 50 contre 1 en 1981[1]. « Je crois n'avoir commencé à écrire, n'avoir pris ma vitesse de croisière qu'à partir de Zone érogène (1984). Le grand pas en avant, c'est peut-être lorsque j'ai commencé à écrire à la première personne.[11] » En 1985, il publie 37°2 le matin, « ce qui m'intéressait était de raconter une histoire con, mais de l'écrire bien.[11] » Le roman est adapté l'année suivante au cinéma par Jean-Jacques Beineix. Le succès du film engendre une forte vente de la réédition de l'ouvrage en livre de poche[11], et lui apporte la popularité.

La même année, 1986, une seconde adaptation d'un de ses romans sort sur les écrans, d'après son premier roman, Bleu comme l'enfer, réalisé par Yves Boisset. Philippe Djian déclare quelques années plus tard, en 1993, dans un entretien, que c'est « un film abominable.[5] » À la même époque, il indique dans un autre entretien au journal Le Figaro : « J’avais envie que John Cassavetes adapte un de mes livres, mais il est mort. J’aime bien Gus Van Sant. S’il en a envie, je lui donne les droits, je ne les lui vends pas.[8] »

Antoine de Caunes, avec qui il est ami depuis alors plusieurs années[12], lui présente Stephan Eicher à la fin des années 1980. Une profonde amitié se noue entre les deux hommes. Philippe Djian devient son parolier en 1989, pour de nombreuses chansons en français de huit de ses albums, sur une musique composée par Stephan Eicher, dont les succès Déjeuner en paix, Pas d'ami comme toi ou Tu ne me dois rien. « J'essaie d'écrire pour le chanteur tout en tirant un peu la couverture à moi. Je ne me dis jamais : "Qu'est-ce qui convient à Eicher ?" La preuve, il n'arrive pas à prononcer les "r" et il faut souvent que je change mes phrases.[13] » En 2007, il demande à Stephan Eicher de l'accompagner sur scène pour un festival littéraire à Toulouse[14], ils réitèrent l'expérience en 2009 lors du festival littéraire « Paris en toutes lettres », puis, en septembre 2010, ils commencent tous deux une série de concerts littéraires, jusqu'en 2011. Depuis, ils montent régulièrement sur scène durant divers festivals littéraires. Philippe Djian a également écrit les paroles de Ne reviens pas pour Johnny Hallyday en 2002, sur la musique de Stephan Eicher.

Il déménage souvent[7], a habité à Boston, à Florence, à Bordeaux ou encore à Lausanne, sur un conseil de Stephan Eicher[7],[2], ville où il a habité avec sa famille près de cinq années[2], à la fin des années 1990[9].

Doggy Bag, dont le premier opus Saison 1 est sorti en 2005, entame une série littéraire en 6 saisons (6 livres) inspirée des séries télévisées américaines, qui s'achève en 2008. La Saison 4 reçoit le Prix La Coupole 2007. En 2009, il obtient le Prix Jean-Freustié pour Impardonnables.

Au début des années 2000, il se lance dans la traduction de pièces de théâtre depuis l'anglais vers le français, et re-traduit pour Gallimard deux pièces de Harold Pinter, Le Retour et Le Gardien ; pour cette dernière, il est nommé pour le Molière de l'adaptateur aux Molières 2007. Entre 2002 et 2013, il traduit également six pièces de théâtre anglaises du dramaturge britannique Martin Crimp aux éditions de l'Arche, et est à nouveau nommé pour le Molière de l'adaptateur aux Molières 2009 pour la pièce La Ville. C'est à cette même époque qu'il s'essaie alors à la dramaturgie, en publiant en 2008 son unique pièce Lui.

Au début des années 2010, il échoue à monter un label de production à son nom, réunissant des artistes de divers domaines[15].

Il obtient le prix Interallié 2012 pour son livre « Oh... ».

En 2014 et 2015, le Musée du Louvre lui donne carte blanche[16] pour l'exposition « Voyages - Philippe Djian »[17].

Philippe Djian aura attendu 25 ans pour qu'un de ses romans soit à nouveau adapté au cinéma, depuis les deux adaptations de 1986. Trois de ses ouvrages connaissent une adaptation, entre 2011 et 2016 : le film Impardonnables, adapté de son roman éponyme par André Téchiné en 2011, le film L'amour est un crime parfait, adapté d'Incidences par Arnaud et Jean-Marie Larrieu en 2013, et le film germano-français Elle de Paul Verhoeven, adapté de « Oh... », avec Isabelle Huppert, sorti en mai 2016.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Bleu comme l'enfer, Bernard Barrault, 1983 (adapté au cinéma en 1986 par Yves Boisset).
  • Zone érogène, Bernard Barrault, 1984
  • 37°2 le matin, Bernard Barrault, 1985 (adapté au cinéma en 1986 par Jean-Jacques Beineix). Rebaptisé Betty Blue par les traducteurs anglais et allemand.
  • Maudit Manège, Bernard Barrault, 1986
  • Échine, Bernard Barrault, 1988
  • Lent dehors, Bernard Barrault, 1991
  • Sotos, Gallimard, 1993
  • Assassins, Gallimard, 1994 - premier volet d'une trilogie[18]
  • Criminels, Gallimard, 1997 - deuxième volet de la trilogie[18]
  • Sainte-Bob, Gallimard, 1998 - dernier volet de la trilogie[18]
  • Vers chez les blancs, Gallimard, 2000
  • Ça, c'est un baiser, Gallimard, 2002
  • Frictions, Gallimard, 2003
  • Impuretés, Gallimard, 2005
  • Doggy Bag
    • saison 1, Julliard, octobre 2005
    • saison 2, Julliard, mars 2006
    • saison 3, Julliard, octobre 2006
    • saison 4, Julliard, avril 2007 – prix La Coupole 2007
    • saison 5, Julliard, novembre 2007
    • saison 6, Julliard, mai 2008
      • Disponibles chacun en réédition Pocket ; disponibles en 2 tomes (Saisons 1, 2, 3 et Saisons 4, 5, 6) chez Pocket
      • Doggy Bag, Intégrale, Julliard, 2010 - les 6 Saisons en un volume de 888 p.  (ISBN 9782260018834)
  • Impardonnables, Gallimard, 2009 – Prix Jean-Freustié[19] (adapté au cinéma en 2011 par André Téchiné).
  • Incidences, Gallimard, 2010 (adapté au cinéma en 2013 par les frères Larrieu sous le titre L'amour est un crime parfait)
  • Vengeances Gallimard, juin 2011
  • « Oh... », Gallimard, 2012 – Prix Interallié (adapté au cinéma en 2016 par Paul Verhoeven sous le titre Elle)
  • Love Song, Gallimard, 2013
  • Chéri-Chéri, Gallimard, 2014
  • Dispersez-vous, ralliez-vous !, Gallimard, 2016 (ISBN 978-2-07-014320-7)

Récit[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Lui, L'Arche/Scène ouverte, 2008
  • Lui, Gallimard/Futuropolis, 2010 (mise en bande dessinée par Jean-Philippe Peyraud)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles
  • 50 contre 1, Bernard Barrault, 1981
  • Crocodiles, Bernard Barrault, 1989
Nouvelles
  • Lorsque Lou, Gallimard/Futuropolis, 1992, illustrations de Miles Hyman
    (paru durant l'été 1992 dans Le Nouvel Observateur sous le titre Sarah et les ours, réédité en 2008)
  • Contes de Noël, Méréal, 1996
  • Bram Van Velde & Philippe Djian, Flohic, 1993 ; réédité sous le titre Il dit que c'est difficile, Flohic, 1995
  • Mise en bouche, Gallimard/Folio, 2008 (originalement supplément du magazine Inrockuptibles, 2003)
  • Mise en bouche, Gallimard/Futuropolis, 2008 (mise en bande dessinée par Jean-Philippe Peyraud)
  • La fin du monde : reloaded (préface de Marie Darrieussecq), texte illustré par des peintures de Horst Haack, Éd. Alternatives, 2010
  • Un écrivain à Shanghai, Revue Long Cours no 5, été 2013
  • La Crème de la crème, nouvelle dans la série « Fictions été 2015 », exemplaire vendu avec le magazine Grazia du 7 août 2015

Entretiens[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Parolier[modifier | modifier le code]

De Stephan Eicher[modifier | modifier le code]

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Philippe Djian est le parolier depuis 1989 de nombreuses chansons de Stephan Eicher, sur une musique composée par le chanteur, sur les albums :

  • My Place (1989) : les chansons Rien à voir - Me taire - Bon pour moi - Sois patiente avec moi
  • Engelberg (1991) : Déjeuner en paix - Pas d'ami (Comme toi) - Tu ne me dois rien - Djian's waltz
  • Carcassonne (1993) : Des hauts des bas - Ni remords ni regrets - La nuit debout - Manteau de gloire - Rivière - Baiser orageux - Durant un long moment
  • 1000 vies (1996) : Dis moi où - 1000 vies - Elle mal étreint - Traces - 71/200 - Prière du matin - Oh ironie
  • Louanges (1999) : Ce peu d'amour - Démon - Sans vouloir te commander - Si douces - Louanges - La fin du monde - Venez danser - Le même nez
  • compilation Hotel* S : Stephan Eicher's Favourites (2001) : titre bonus Elle vient me voir, en plus des titres de la compilation.
  • Taxi Europa (2003) : On nous a donné - Mon ami (Guarda & Passa) - Cendrillon après minuit - Tant & Tant - Taxi Europa - La voisine - Avec toi - Rien n'est si bon
  • Eldorado (2007) : Confettis - Voyage - Solitaires - Pas déplu - Eldorado
  • L'Envolée (2012) : Donne-moi une seconde - Dans ton dos - Tous les bars - Envolées - La Relève - Elle me dit (en duo avec Philippe Djian) - L'Exception
Participation[modifier | modifier le code]

Philippe Djian intervervient dans l'album de compilation Hotel* S : Stephan Eicher's Favourites (2001) pour une lecture de Durant un long moment (écrit pour l'album Carcassonne de 1993) et dans l'album L'Envolée (2012) pour un duo sur le titre Elle me dit.

Concerts littéraires[modifier | modifier le code]

En 2007, Philippe Djian demande à Stephan Eicher de l'accompagner sur scène pour un festival littéraire à Toulouse[14], ils réitèrent l'expérience en 2009 lors du festival littéraire « Paris en toutes lettres », puis, en septembre 2010, ils commencent tous deux une série de concerts littéraires, jusqu'en 2011. Depuis, ils montent régulièrement sur scène durant divers festivals littéraires.

Autre[modifier | modifier le code]

Parolier de la chanson Ne reviens pas pour Johnny Hallyday (sur une musique de Stephan Eicher), sur l'album À la vie, à la mort, sorti en 2002.

Préfaces[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Depuis l'anglais vers le français.

  • La Campagne de Martin Crimp, L'Arche, 2002
  • Tendre et Cruel de Martin Crimp, L'Arche, 2004
  • Le Gardien [(en) The Caretaker, 1959 ] de Harold Pinter, Gallimard, Du monde entier, 2006 - nouvelle traduction
  • Into the Little Hill, de Martin Crimp, L'Arche, 2006
  • La Ville, de Martin Crimp, L'Arche, 2008
  • Le Retour [(en) The Homecoming, 1964 ], de Harold Pinter, Gallimard, Du monde entier, 2012 - nouvelle traduction
  • La Pièce et autres morceaux, de Martin Crimp, L'Arche éditeur, 2012
  • Dans la République du bonheur, de Martin Crimp, L'Arche, 2013

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Participations événementielles[modifier | modifier le code]

Adaptations de ses romans au cinéma[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Richard, L'état des choses : études sur huit écrivains d'aujourd'hui, Gallimard, 1990
  • Mohamed Boudjedra, Philippe Djian, Éd. du Rocher, 1992
  • (de) Corinna Libal, Die Personendarstellung in den romanen von Philippe Djian : von "Bleu comme l'enfer", 1982 bis "Lent dehors", 1991, Die Blaue eule, 1999
  • Catherine Moreau, Plans rapprochés : un essai sur Philippe Djian, Flohic, 2000
  • David Desvérité, Philippe Djian - En marges, préface de Virginie Despentes, Le Castor Astral, 2014 - Biographie
  • Philippe Sebbagh et Mike Delfin, 2 ateliers d'écriture Gallimard 2014 : Philippe Djian & Ingrid Astier, Les Éditions Chapitre.com, 2014
  • Pierre-Yves Roubert, De l'importance de Philippe Djian dans la vie : étude sur l'œuvre du plus grand écrivain français vivant, Écritures, 2014

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Kate Barry, Balade avec Djian[20], de la série documentaire « Empreintes », France 5, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Philippe Djian: "Le métier d'écrivain est un travail d'artisan" », article magazine L'Express, du 9 avril 2010.
  2. a, b, c et d Entretien avec Philippe Djian par Jean-Luc Bitton, Routard.com, 08/2002, entretien retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  3. Ces trois ouvrages composent chacun un des chapitres de son récit Ardoise, publié en 2002 chez Julliard.
  4. a, b et c Entretien avec Philippe Djian par Yann Plougastel, revue Epok n°23, 02/2002, entretien retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  5. a et b Entretien avec Philippe Djian, paru dans Le Moule à Gaufres n°7, Retombées de Brautigan, Paris, Éditions Méréal, 1993, entretien retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  6. 37°2 le matin, réédition poche J'ai Lu, 1986, page 4.
  7. a, b, c, d, e et f « Philippe Djian en homme rangé », article magazine Lire du 1er juin 2003, disponible sur le site de L'Express.fr.
  8. a et b Entretien avec Philippe Djian par Éric Neuhoff, journal Le Figaro, 1993, retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  9. a, b, c, d et e Entretien avec Philippe Djian par Jean-François Duval, revue Construire no 16, 18/04/2000, retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  10. Entretien avec Lucette Destouches, par Philippe Djian, Le Magazine Littéraire no 26, février 1969, retranscrit sur le site louisferdinandceline.free.fr.
  11. a, b, c et d Entretien avec Philippe Djian, par Antoine de Caunes, magazine Les Inrockuptibles, mai/juin 1987, retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  12. Article de Marianne Payot, magazine L'Express du 08/03/2002 retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  13. Entretien avec Philippe Djian par Sophie Winteler, revue Webdo, 07/1998, retranscrit sur le site Philippedjian.free.fr.
  14. a et b Article, sur le site officiel de Stephan Eicher.
  15. « Philippe Djian, artiste multiple », article du magazine L'Express, du 06 juin 2011.
  16. Article du journal Les Echos, du 7 novembre 2014.
  17. a et b Page de présentation de l'exposition, site officiel du Musée du Louvre.
  18. a, b et c Jean-Baptiste Harang, « En terminant, avec  Sainte-Bob , la trilogie entamée avec  Assassins , Philippe Djian réussit en virtuose un emboîtement sans gratuité. », sur Libération,‎ (consulté le 22 juillet 2016)
  19. a et b « Prix Jean-Freustié » (consulté le 5 juin 2009)
  20. « Djian se raconte », article du journal Sud-Ouest, du 9 mars 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :