Rubrique-à-brac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rubrique-à-brac est une série de bande dessinée créée par Gotlib en 1968 qui eut un très grand succès. Elle fait suite aux Dingodossiers dont Gotlib était le dessinateur et René Goscinny, le scénariste.

Elle est facilement reconnaissable par son humour intellectuel et très caustique, ses gags fouillis, ainsi qu'un très grand nombre de personnages secondaires.

Style[modifier | modifier le code]

La « RAB » présente une collection de récits disparates : relecture anachronique de contes de fées, études fantaisistes du monde animal, comme le cochon, le pélican ou le zèbre (généralement avec l'aide du professeur Burp), pensées philosophiques sur la vie, « comment reconnaître un mutant à sa façon de plier une carte routière », sans oublier les aventures des policiers Bougret et Charolles, ou encore le développement imaginé à partir de la formule E pericoloso sporgersi (« Il est dangereux de se pencher » [par la fenêtre]) autrefois visible dans de nombreux trains circulant en France, à côté de l'avertissement analogue en français, allemand et anglais…

Un nouvel opus de cette saga artistique est sorti en 1997 : la Rubrique-à-brac Gallery. Gotlib y revisite à sa manière les plus grandes œuvres picturales de notre ère (le David de Michel-Ange, La Naissance de Vénus de Cabanel, La Joconde de Léonard de Vinci, Le Sacre de Napoléon de David, L'Autoportrait de Van Gogh). L'humour de Gotlib, qui s'exprime sous la forme de dessins et parodies de tableaux, est assorti d'un commentaire documenté des œuvres originales, écrit par Marie-Ange Guillaume.

En hommage à la fameuse Rubrique, un recueil paraît en 2008 : la Rubrique Abracadabra (sous-titrée par tous les caïds de la BD (sauf Gotlib)) réunit ainsi les contributions de Bilal, Binet, Tronchet, Édika, Benacquista et Barral, Pierre Christin et Mézières, Goossens, Margerin, Ferri et Larcenet, Arleston et Mourier, Léandri et Solé, Maëster, Dal et Jannin, Mandryka, Dupuy et Berbérian, Lefred-Thouron et Chauzy, Tardi, Lindingre et Julien/CDM, Ptiluc, Zep, Belkrouf et Boucq, Blutch, de Caunes et Guarnido.

Personnages récurrents[modifier | modifier le code]

Cinq héros récurrents, Isaac Newton, la coccinelle, le professeur Burp, le commissaire Bougret et son fidèle adjoint Charolles interviennent à tout propos.

Isaac Newton, en recevant, selon la légende, une pomme sur la tête, en a déduit la loi de l’attraction universelle, ce qui fait de lui le personnage qui recevra tout objet en chute libre de la série (un bouton, un petit-suisse — non, un petit Suisse —, un kangourou, un arbre, un pélican, une citrouille…) afin de réinventer chaque fois l'histoire.

La coccinelle, d’abord introduite de manière sporadique et d’un graphisme assez sommaire, s'embellit au fil des apparitions et finit par installer sa présence, tout en donnant son avis sur tout, comme un minuscule chœur antique, et parlant régulièrement de ses brocolis. Elle permet également à Gotlib de s'exprimer à travers elle. La coccinelle est initialement apparue pour remplir les cases qui, sans décor, paraissaient vides. D'abord muette, « après elle s'est mise à parler, elle a eu un rôle à part entière, qui faisait que les gens lisaient deux fois chaque case. Certains étaient agacés, parce que ça parasitait »[1].

Le professeur Burp fait régulièrement des exposés sur les bêtes et la vie animale.

Bougret et Charolles, caricatures respectives de Gébé et Gotlib, deux policiers menant des enquêtes absurdes impliquant chaque fois deux suspects : Aristidès Othon Frédéric Wilfrid, caricature de Fred et Blondeaux Georges Jacques Babylas, caricature de Goscinny, ce dernier se trouvant toujours être le coupable. Cette série de planches apparaît dans le troisième tome. De nombreuses variantes existent. Mentionnons Sherlock Bougrès tout en franglais (« aille demande qu'à vous croire, beut canne iou prouve it ? ») ou encore la première enquête de nos héros, encore au cours préparatoire. Cette série est en fait une caricature des Cinq Dernières Minutes, reprenant même la phrase fétiche « Bon sang mais c'est bien sûr ! ».

Les publications[modifier | modifier le code]

Aux éditions Dargaud :

  • Rubrique-à-brac (6 volumes)
  • Rubrique-à-brac Gallery
  • Rubrique-à-brac L'INTÉGRALE
  • Rubrique Abracadabra, sous-titrée par tous les caïds de la Bédé (sauf Gotlib)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Gotlib, Gilles Verlant, Ma vie-en-vrac, éd. Flammarion, 2006 (ISBN 208069071X).

J'existe je me suis rencontré (autobiographie-Gotlib)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]