Saint-Paul-et-Valmalle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Paul-et-Valmalle
Saint-Paul-et-Valmalle contourné par l'autoroute A750.
Saint-Paul-et-Valmalle contourné par l'autoroute A750.
Blason de Saint-Paul-et-Valmalle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Aniane
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Hérault
Maire
Mandat
Jean-Pierre Bertolini
2014-2020
Code postal 34570
Code commune 34282
Démographie
Gentilé Saint-Paulais
Population
municipale
1 044 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 38″ N 3° 40′ 32″ E / 43.6272222222, 3.6755555555643° 37′ 38″ Nord 3° 40′ 32″ Est / 43.6272222222, 3.67555555556  
Altitude Min. 110[1] m – Max. 319[2] m
Superficie 12,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Paul-et-Valmalle

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Paul-et-Valmalle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-et-Valmalle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-et-Valmalle
Liens
Site web www.stpauletvalmalle.fr/

Saint-Paul-et-Valmalle est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Saint-Paulais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Géologie:

Le territoire de la commune est partagé selon une faille Est-Ouest départageant deux époques:

-Des terrains du Tertiaire au nord

-Des terrains du Jurassique au sud

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Paul-le-Montagnard[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Paul-et-Valmalle Blason D'azur à saint Paul d'or tenant dans sa senestre un livre d'argent et s'appuyant de la dextre sur une épée du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Pierre Bertolini SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 044 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176 159 197 266 276 296 302 298 284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
252 301 322 304 302 284 285 272 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326 313 318 322 318 315 302 289 233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
267 272 315 385 593 754 807 831 1 020
2011 - - - - - - - -
1 044 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chez Tonton !

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raymond Canaguier né le 9 août 1941 à Saint-Paul-et-Valmalle. Finaliste du championnat de France de rugby à XV en 1974 avec Narbonne . A joué à Pézénas, A.S.P.T.T Paris et Narbonne. Pilier (1 m 71 88 kg).
  • Thomas Pardos, né le 14 janvier 1912 à Saint-Paul-et-Valmalle, Issue d'une famille d'émigré espagnole, champion régional de pétanque et grande figure dans la vie de la commune et spéléologue à ces heures, il a découvert avec Maxime Corbin une grotte datée de 15 000 ans av. J.-C., nommé par les deux amis Tokima.
  • Maxime Corbin, connu sous le nom de Kimanoux (occitan) né le 23 mars 1910 à Saint-Paul-et-Valmalle, escroc notoire de la commune et tragiquement connu pour avoir volé toutes les poules des fermes alentour en l'espace d'une nuit. Restant néanmoins bien plus connu pour la découverte de la grotte Tokima. Sur la fin de sa vie il ouvrit un bar-tabac au centre du village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chronique de la vie à Saint-Paul et Valmalle de 1840 à 1990 / Pierre Lassalvy / Saint-Paul : Lassalvy, 1993 ; consultable sur place à la médiathèque Émile-Zola de Montpellier.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Altitude des rives du Coulazou au sud à la limite avec Cournonterral d'après les courbes de niveaux sur la carte topographique n°2643E, titrée Clermont-l'Hérault, au 1/25 000e, Institut géographique national, 5e édition, 2004.
  2. Au sud-ouest de la commune, 319 mètres est l'altitude indiquée de la Serre Longue, sur la carte topographique n°2643E, titrée Clermont-l'Hérault, au 1/25 000e, Institut géographique national, 5e édition, 2004.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011