Saint-Bauzille-de-la-Sylve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Bauzille-de-la-Sylve
Porte du village
Porte du village
Blason de Saint-Bauzille-de-la-Sylve
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Gignac
Intercommunalité Communauté de communes Vallée de l'Hérault
Maire
Mandat
Grégory Bro
2014-2020
Code postal 34230
Code commune 34241
Démographie
Population
municipale
832 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 05″ N 3° 32′ 49″ E / 43.6181, 3.5469 ()43° 37′ 05″ Nord 3° 32′ 49″ Est / 43.6181, 3.5469 ()  
Altitude Min. 68 m – Max. 247 m
Superficie 8,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bauzille-de-la-Sylve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bauzille-de-la-Sylve

Saint-Bauzille-de-la-Sylve est une commune française, située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les "Saint-Bauzillois".

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

830 habitants, 863 hectares, 68 à 247 m d'altitude, 33 km à l’ouest de Montpellier, à égale distance de la mer et de la montagne, ce village coquet et tranquille, situé dans le canton de Gignac, non loin des rives de l’Hérault, se prélasse au pied des garrigues dominées à l’est par la masse imposante des ruines du château d’Aumelas. Un sentier rocailleux traverse le bois de pins de Saint Antoine, et atteint un plateau, au milieu duquel se dresse une ancienne tour du télégraphe Chappe, prochainement restaurée par la communauté de communes de la Vallée de l’Hérault. De là, on peut admirer un panorama s’étendant sur les nombreux villages de la moyenne vallée de l’Hérault et les contreforts du Causse du Larzac.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 avril 1996 Bernard Resseguier SE  
avril 1996 2009 Jean-Louis Touret SE  
2009 2014 Michel Coustol SE  
2014 2020 Grégory Bro    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 832 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
444 445 568 551 580 558 537 524 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
577 543 541 601 614 472 460 479 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524 512 546 564 591 550 586 576 612
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
618 605 529 527 602 720 799 808 830
2011 - - - - - - - -
832 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle de Saint Antoine
  • Colline Saint Antoine
  • Notre Dame du Dimanche
  • Tour Chappe, sur la colline Saint Antoine au lieu-dit "pied cocut".

Personnalités liées à la communes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Constant Blaquier, Histoire de Notre-Dame du dimanche de Saint-Bauzille de la Sylve. (1937) (3ème éd. 1941, 4ème éd. 1943, 5ème éd. 1950);

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :