Sa'd ibn Mu'adh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sa’d ibn Mu'adh était un chef de la tribu des Banu Aws à Yathrib (future Médine).

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est dès l'arrivée à Yathrib de Mahomet que Sa’d ibn Mu'adh se convertit à l'islam. Selon Maxime Rodinson, Mahomet, éditions du Seuil, (1994), p.188, la conversion à l'islam des deux chefs principaux des Banu Aws qu'étaient Ossayd in al-Hodayr et Sa’d ibn Mu'adh fut d'une importance capitale.

Sa’d ibn Mu'adh fut ensuite l'un des principaux chefs musulmans de la Bataille de Badr. Dans la liste des trois cent quatorze musulmans ayant combattu à Badr, Ibn Ishaq cite Sa’d ibn Mu'adh en premier dans le groupe des Ansar[1].

Pendant la Bataille du fossé contre les Quraysh et les Ghatafan, il fut gravement blessé d'une flèche qui lui coupa la veine médiane du bras (voir Tribus musulmanes et juives de Yathrib). C'est à lui que s'adressa Mahomet, lui demandant de juger les juifs de la tribu des Banu Qurayza, qui venaient de se rendre. Devant les musulmans réunis, à qui Mahomet avait demandé « Levez-vous pour accueillir votre chef. », Sa’d ibn Mu'adh prononce le verdict : « Mon jugement est qu'on tue les hommes mâles, qu'on partage les biens, et qu'on mène en captivité les femmes et les enfants. »[2]. Sa’d ibn Mu'adh ne survécut pas à sa blessure et mourut peu après.

On dit[3], selon un hadith de Bukhari, que Sa'd était très ami avec Umayah ibn Khalaf. Quand il était à La Mecque, il se trouvait avec Umayah et quand Umayah était à Médine, il se trouvait avec Sa'd. Avant la Bataille de Badr, Sa'd se rendit une fois à La Mecque pour y faire son petit pèlerinage (Oumra) avec Umayah, qui n'était pas musulman. Par hasard, ils rencontrèrent Abu Jahl. Toujours selon ce hadith de Bukhari, ils eurent une discussion, le ton monta et Sa'd menaça Abu Jahl de couper la route de La Mecque vers la Syrie. Il informa Umayah que Mahomet menaçait de s'en prendre à sa vie. Abu Jahl sera tué à la Bataille de Badr.

Références et sources[modifier | modifier le code]

  1. Sira de Ibn Hicham/Ibn Ishaq, édition de Ferdinand Wüstenfeld, 1858-1859, tome 1 p.491. Édition française sous le titre Ibn Ishaq, Muhammad, éditions al Bouraq, 2001, t.1 p.586
  2. Sira de Ibn Hicham/Ibn Ishaq, édition de Ferdinand Wüstenfeld, 1858-1859, tome 1 pp.681-689. Édition française sous le titre Ibn Ishaq, Muhammad, éditions al Bouraq, 2001, t.2 pp.181-192
  3. hadith de Bukhari cité dans http://www.usc.edu