Abdullah ibn Salam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abdullah ibn Salam (arabe : عبدالله بن سلام) était un compagnon du prophète de l'islam Mahomet et était un rabbin très connu avant sa conversion à l'islam[1]. Son nom exact est Abdullah ibn Salam ibn al-Harith mais son vrai nom avant sa conversion à l'islam était Al-Husayn ibn Salam et il appartenait à la tribu des Banu Qaynuqa[2]. Il était très respecté et honoré par le peuple de la ville, même par ceux qui n'étaient pas juifs. Avant de se convertir, il passait chaque jour un temps pour l'adoration, un temps pour l'enseignement à la synagogue et un temps pour l'apprentissage et la méditation de la Tawrat (Torah). La tradition rapporte à son propos[réf. nécessaire] qu'il aurait vu dans certains versets de la Torah l'annonce de la venue d'un prophète qui complèterait le message des prophètes venus avant lui. Il est crédité d'un vaste corpus de traditions judaïques[3] (Isra'iliyat)[4], dont beaucoup se trouvent dans les commentaires du Coran de Tabari (839-923).

Un récit raconte l'histoire où Mahomet interroge les juifs de Médine à propos de Ibn Salam. Lorsqu'il se rendirent compte qu'il était devenu musulman, ils le renièrent[5]. Sa`d ibn Abi Waqqas ajoute à cette histoire que le verset 10 de la sourate Al-Ahqaf fait référence à cette réaction : « Dis : “Que direz-vous si [cette révélation s’avère] venir d’Allah et vous n’y croyez pas, qu’un témoin parmi les fils d’Israël en atteste la conformité [au Pentateuque] et y croit pendant que vous, vous le repoussez avec orgueil... En vérité Allah ne guide pas les gens injustes ! »[6]

Connaissant la Torah, Abdullah ibn Salam renseigna Abdullah ibn Abbas lorsque celui-ci l'interrogea sur le prophète Uzayr dont parle le Coran au verset 30 de la sourate 9 (At-Tawbah)[7] et lui dit qu'il s'agissait d'Esdras. Celui-ci était considéré comme fils de Dieu par certains mouvements juifs, principalement ceux qui résidaient à Médine au temps de Mahomet. Selon Ibn Salam, Allah l'aurait fait mourir 100 ans, puis l'aurait ressuscité[8]. Il lui raconta aussi comment il récrivit pour eux la Torah qu'il connaissait par cœur. Les Israélites dirent : « Moussa (Moïse) ne put nous apporter la Tawrat que dans un livre, mais Uzayr nous l’apporta sans livre », et ainsi quelques Israélites prétendirent qu’il était le fils d’Allah.

Abdullah participa aux conquêtes de Syrie et de Palestine[1] et mourut à Médine en 663[2]. Il eut deux fils Mohammed et Yûsûf[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b E12, I. 52 (Joseph Horovitz, Muhammeds Himmelfahrt, Der Islam 9 (1919); Ibn Hajar Asqalani, Isaba fi Tamyiizi al-Sahaba (en), II. 312-3
  2. a, b et c (en) Biographie de Abdullah ibn Salam par Hartwig Hirschfeld
  3. (en) ::: 'ULUM AL-QUR'AN #3 - THE HISTORY OF TAFSIR :::
  4. Dans ce qu'on appel la « science du hadith », les récits d'origines judéo-chrétiens sont appelés « Isra'iliyat » (arabe : اسرائیلیات).
  5. Hadith rapporté par Al-Boukhari n° 3621.
  6. Coran, Sourate 46 : Al-Ahqaf verset 10.
  7. Coran 9:30 : « Les Juifs disent : “Uzayr est fils d’Allah” et les Chrétiens disent : “Le Christ est fils d’Allah”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? ».
  8. Rapporté par Ibn Asakir qui raconte la fois où Abdullah ibn Abbas interrogea Abdullah ibn Salam au sujet du verset 30 de la sourate 9 (Le Repentir)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Récits israélites et controuvés dans les livres d’exégèse (Al-Isra’iliyyat wa al-Mawdu`at fi Kutub at-Tafsir) Dr. Mohammad Abu Shahbah, professeur en sciences coranique et du hadith à l’université al-Azhar et à celle d’Umm al-Qura (en)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]