Abd al-Muttalib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Chayba Ibn Hashim (v. 497 - 578), plus connu sous le nom d'Abd al-Muttalib, fils de Hashim ibn Abd al-Manaf et de Salma bint Zayd. Il eut 6 femmes dont sont issus 13 fils: Al-Harîth, Al-Zubayr, Al-Mughîra (surnommé Jahl), Quthm, Abd Al-Kaaba, Zirâr, Al-Moqawim, Al-Ghaydâq, Abd-el-Ouzza (surnommé Abû Lahab), Al-Abbas, Hamza, Abû Tâlib et Abdullah (père de Mahomet) et 6 filles: 'Atika, Umayma, Umm Hakîm (surnommée aussi al-Bayzâ'), Barra, Safiyya et Arwâ.

Avec son fils Abû Tâlib, il éleva Mahomet après la mort de sa mère Amina en 577, son père Abdallah étant mort peu avant sa naissance en 570.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le fils de Hashim et "le serviteur " d'Al-Muttalib[modifier | modifier le code]

Abd al-Muttalib est le fils de Hashim, membre influent de Quraïch.

Ce dernier mourut à Gaza, avant la naissance de son fils Chayba. L'enfant fut donc élevé par son oncle paternel Al-Muttalib. De là vient donc l'appellation « Abd al-Muttalib », signifiant littéralement « serviteur d'Al-Muttalib ».

Chayba est né à Yathrib, selon une condition fixée par Zayd avant le mariage de sa fille Salma avec Hashim : les enfants devraient naître et être élevés à Yathrib. Cependant, après la mort de Hashim, Al-Muttalib vint à Yathrib pour voir Zayd et lui demanda d'emmener Chayba avec lui à la Mecque. Il obtint la permission, et emmena donc Chayba avec lui.

Lorsque les mecquois l'interrogèrent sur l'origine du garçon, al-Muttalib répondit que c'était son esclave, d'où le nom qu'il porta le reste de sa vie : Abd al-Muttalib. L'identité réelle de Chayba fut révélée aux mecquois plusieurs années après, par al-Muttalib, qui leur révélé également la paternité du jeune homme.

Al-Muttalib mourut au Yémen, et Abd al-Muttalib prit sa succession.

Les puits de la Mecque[modifier | modifier le code]

Plus tard, Abd al-Muttalib reçut en songe l'ordre de creuser les quatre puits pour les pèlerins de la Mecque : Tayyiba, Barra, al-Madnouna et Zamzam.

Il creusa entre les deux idoles Isaf et Na'ila (Le culte de Isaf et Na'ila), situées près de la Kaaba. Cela provoqua la colère des habitants et des notables de la Mecque, qui le menacèrent de lui faire du mal s'il continuait à creuser le puits; Tout seul, sans défense et face à leur nombre, il se résigna et fit la promesse que si Dieu lui donne dix fils et qu'une fois ces derniers adultes lui apportent la protection pour réaliser son projet, il en sacrifierai un parmi tous ses fils. Puis le souhait se réalisa, et enfin Abd al-Muttalib put creuser le puits sous la protection de ses enfants. Cet emplacement avait déjà été utilisé auparavant, et au fond, Abd al-Muttalib déterra deux gazelles en or ainsi que des épées et des boucliers.

Il informa les Mecquois que l'eau du puits servirait en priorité aux pèlerins, et décida de conserver le trésor déterré, à l'exception des gazelles, qui devaient être placées de part et d'autre de l'entrée de la Kaaba, et les épées qui devaient en orner l'intérieur.

Grand-père de Mahomet[modifier | modifier le code]

Abd al-Muttalib eut effectivement dix fils, le jour fatidique arriva et les notables mecquois se chargèrent le lui rappeler l’exécution de sa promesse. Il s’exécuta pour désigner le fils à sacrifier par tirage au sort, et Abdullah le plus jeune de ses fils fut désigné à chaque fois. Réticent par amour, il décida malgré tout de respecter sa promesse, mais les Mecquois lui proposèrent une alternative : tirer au sort, cette fois-ci entre Abdullah et dix chameaux. Si le nom de Abdullah sortait, il faudrait rajouter dix chameaux supplémentaires et ainsi de suite.

Le sort le désigna neuf fois, ce qui porta à cent le nombre de chameaux nécessaires pour le racheter. Ils furent donc sacrifiés à sa place.

Plus tard, Abdullah épousa Amina. Alors que cette dernière était enceinte de Mahomet, Abdullah partit à Yathrib en visite chez la famille de son père mais mourut sur le chemin du retour.

Sept ans plus tard, en 577, Amina mourait, et son fils Mahomet fut élevé par son grand-père Abd al-Muttalib.

À la mort de ce dernier, l'enfant fut confié à son oncle Abû Tâlib.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Chayba. (شيبة ) signifie « grisonnant » en arabe. Ce nom est dû à la présence d'une mèche blanche sur les cheveux de l'enfant.

Abd al-Muttalib quant à lui signifie « esclave d'al-Muttalib ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

C.-Virgil Gheorghiu, La vie de Mahomet, Plon 1962, p. 9 - 61

Notes et références[modifier | modifier le code]