Abu Huraira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abû Hurayara (mort en 58 de l'Hégire), (arabe : أبو هريرة), de son vrai nom Abd al-Rahman ibn Sakhr Ad-Dawsi (arabe : عبدالرحمن بن صخر الدوسي) est un célèbre Sahabi, ou compagnon du Messager d'Allah. Il est le principal rapporteur de ahadith (Muhaddith) cité dans l'isnad des ahadith par les musulmans. Il fréquenta le prophète moins de quatre ans, et on estime qu'il a transmis environ 3500 hadiths.

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Abu Huraira est né à Baha au Yémen dans la tribu des Banu Daws (en) originaire de la région de Tihamah sur la côte de la mer Rouge. Son père mourut alors qu'il était encore tout jeune, le laissant seul avec sa mère sans aucun autre lien de parenté. À sa naissance, il fut appelé `Abd al-Shams (le serviteur du soleil). Il avait une chatte, ce qui lui valut son surnom "Abu Huraira", littéralement « le père de la petite chatte ».

Lorsqu'il était adolescent, il travaillait pour Bushra bint Ghazwan. Il devint célèbre grâce à cette phrase avec laquelle des millions de musulmans de à travers l'histoire, depuis les premiers temps de l'islam jusqu'à maintenant, se sont familiarisés et que l'on retrouve dans de nombreux discours, conférences, sermons du vendredi, séminaires ainsi que dans de nombreux livres de hadith, de sira, de fiqh et de `ibâda :

« D'après Abû Hurayra, que Dieu soit satisfait de lui, Le Messager d'Allah, que la paix et la bénédiction de Dieu soit sur lui, a dit : ... »

Sous l'ère de Mohamed[modifier | modifier le code]

Conversion à l'islam[modifier | modifier le code]

C'est vers l'âge de trente ans qu'il arriva à Médine avec la délégation des Daws pour embrasser l'islam. Il rencontra le Prophète à Khaybar en mai-juin 628, et dès lors ne le quitta plus[1].

Médine[modifier | modifier le code]

La Mecque[modifier | modifier le code]

Sous l'ère de Abou Bakr[modifier | modifier le code]

Sous l'ère de Omar ibn al-Khattab[modifier | modifier le code]

Sous l'ère de Uthman ben Affan[modifier | modifier le code]

Sous l'ère de Ali ibn Abi Talib[modifier | modifier le code]

Sous l'ère de Mu`âwiya Ier[modifier | modifier le code]

Héritage[modifier | modifier le code]

Abu Huraira avait un grand nombre de livres qu'il avait écrit sur le Prophète dont nous est parvenue une compilation de 140 récits sur le Prophète, Sahîfah Sahîhah, qu'il avait donnée à Hammâm ibn Munabbih (mort en 101 de l'Hégire)[2].

Point de vue sunnite[modifier | modifier le code]

La majorité des savants sunnites considèrent Abu Huraira comme l'un des plus grands narrateurs de Hadith, et est digne de confiance, comme tous les compagnons du prophète Mohammed .

Point de vue chiite[modifier | modifier le code]

Pour les chiites Abu Huraira n'est pas crédible . Ils remettent en cause la majorité de ses hadiths en raison de sa réputation auprès de l'imam al-Sadiq. Et également pour les hadiths qu'il a rapporté sur les prophètes, en contradiction totale avec le Coran.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mohamed Talbi, "L'islam n'est pas voile, il est culte", Éditions cartaginoiseries, p. 266
  2. Muhammad Hamidullah, "Le Prophète de l'islam", éditions El-Najah, 1998, Tome II, p. 651