Ramaria botrytis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Clavaire chou-fleur, Ramaire chou-fleur, Clavaire à pointes roses

Ramaria botrytis, en français la Clavaire chou-fleur, est une espèce de champignons comestibles de la famille des Gomphaceae. C'est l'espèce type du genre Ramaria. La partie aérienne, pouvant mesurer 15 cm de diamètre et 20 cm de hauteur, ressemble à du corail. Son pied massif porte des branches denses, divisées au sommet en plusieurs petits rameaux, d'abord blanchâtres, mais devenant chamois ou bruns en vieillissant, avec des pointes roses à rougeâtres. La chair est épaisse et blanche. Les spores, jaunâtres, montrent des stries longitudinales caractéristiques. De forme elliptique, elles mesurent environ 13,8 sur 4,7 micromètres.

L'espèce a été décrite pour la première fois en 1797 par le mycologue Christiaan Hendrik Persoon sous le nom Clavaria botrytis. Son nom actuel lui a été donné par Adalbert Ricken en 1918.

La Ramaire chou-fleur est cosmopolite, puisqu'elle est présente en Amérique du Nord, en Afrique du Nord, en Europe centrale et orientale, en Australie et en Asie. Elle vit en symbiose mycorhizienne avec des arbres feuillus. Deux variétés montrent une répartition restreinte et une écologie différente.

Il existe plusieurs espèces de champignons coralloïdes similaires. La comparaison de l'habitat ou des caractéristiques comme la couleur ou la forme des ramules est souvent suffisante pour l'identification. Parfois la microscopie est nécessaire pour les distinguer avec certitude.

Ramaria botrytis est une espèce comestible, les jeunes spécimens ont même un léger goût fruité. Certains auteurs mettent en garde les individus sensibles contre des effets laxatifs. Ce champignon contient plusieurs composés chimiques ayant une activité biologique in vitro. Il présente également une activité antimicrobienne contre plusieurs espèces et souches de bactéries pathogènes, résistantes aux médicaments.

Taxinomie et classification[modifier | modifier le code]

Christiaan Hendrik Persoon est le premier mycologue ayant donné à cette espèce un nom, Clavaria botrytis[1]. En 1821, Elias Magnus Fries étudie le genre Clavaria et considère Ramaria comme une section du genre Clavaria[2]. En 1883, Gotthold Hahn propose le genre Corallium et parmi les six espèces, Corallium botrytis[3]. Mais Corallium est un nom illégitime[4],[n 1]. En 1918, Adalbert Ricken divise les Clavariaceae en isolant les Clavaria aux sporophores simples et cylindriques des autres champignons en forme de corail, parmi lesquels les Ramaria aux branches arrondies, éventuellement élargies et comprimées. Ce faisant, il donne à la Clavaire chou-fleur son nom scientifique actuel[5]. Parmi les synonymes figurent également la variété Clavaria botrytis var. alba définie par Arthur Anselm Pearson[6], mais aujourd'hui regroupée à l'espèce. Currie Marr et Daniel Stuntz ont décrit la variété Ramaria botrytis var. aurantiiramosa en 1973 dans l'État de Washington[7] ; Edwin Schild et Gabriele Ricci sont les auteurs de la variété Ramaria botrytis var. compactospora[n 2] en Italie en 1998[8]. La variété Ramaria botrytis var. holorubella proposée par Edred John Henry Corner en 1950[9] est aujourd'hui de nouveau élevé au rang d'espèce Ramaria holorubella[10],[n 3],[11].

Ramaria botrytis est l'espèce type du genre Ramaria désignée en 1933 par Marinus Anton Donk[12]. Des études de phylogénie moléculaire montrent que Ramaria est un assemblage polyphylétique d'espèces ayant un sporophore clavaroïde[13],[14]. Selon la classification infragénérique proposée par Marr et Stuntz, ce champignon est inclus dans le sous-genre Ramaria, qui comprend toutes les espèces ayant des spores rainurées, des hyphes septées, c'est-à-dire cloisonnées, et des sporophores en forme de chou-fleur[7]. L'analyse phylogénétique montre que l’espèce Ramaria botrytis est étroitement apparentée aux Ramaria rubripermanens et Ramaria rubrievanescens et qu'elles forment ensemble le groupe frère du genre Gautieria[13].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom générique ramaria vient du latin rāmus signifiant rameau, branche[15]. L'épithète spécifique botrytis est dérivée du grec ancien βότρυς (botrus), grappe de raisin[16].

Ses noms vernaculaires sont la Ramaire chou-fleur[n 4], la Clavaire chou-fleur et la Clavaire à pointes roses[17].

Description[modifier | modifier le code]

Gros-plan montrant de nombreuses ramifications blanchâtres avec des pointes rougeâtres
Les ramules sont blanchâtres à chamois avec des ramuscules rougeâtres.

Le sporophore mesure 7 à 15 cm de large et 6 à 20 cm de haut[9]. Il est constitué d'un pied central solide, se divisant en quelques ramules se divisant elles-mêmes densément en ramuscules, le tout ressemblant à un chou-fleur. Le pied est court et épais, entre 1,5 et 6 cm de diamètre et il se rétrécit vers le bas. Initialement blancs, le pied et les ramules passent du jaune pâle au chamois puis au fauve[18]. En vieillissant, ils deviennent presque blancs[19] ou ocre à la suite de la libération des spores[20]. La ramification est irrégulière, avec quelques ramules primaires épaisses de 2 à 3 cm et des terminales minces 2 à 3 mm[18] portant de cinq à sept ramuscules[7], de couleur rose à rouge vineux. La chair est ferme et blanche et possède une odeur décrite diversement comme légèrement fruitée[17] ou indistincte[21]. Une goutte de réactif de Melzer appliquée sur la chair du pied révèle une coloration amyloïde faible exigeant souvent plus de 30 minutes pour se développer. Cette réaction peut être utilisée pour aider à distinguer Ramaria botrytis d'autres champignons similaires[7].

Les spores cylindriques ou en forme de S portent des stries longitudinales caractéristiques.
Spores de Ramaria botrytis.

Les spores sont produites par des basides sur la surface extérieure des ramules. La sporée est jaune pâle. Au microscope, les spores montrent des stries longitudinales ou obliques fines qui fusionnent souvent pour former un réseau. Leur forme est sensiblement cylindrique ou courbe comme la lettre « S » et leurs dimensions sont 12 à 16 μm par 4 à 5 μm[22],[23]. Les basides possèdent quatre spores (parfois deux) et mesurent 59 à 82 μm par 8 à 11 μm. Les stérigmates (pointes au sommet de la baside portant chacune une spore) sont longues de 4 à 8 μm. L'hyménium et le subhyménium (la couche de tissu immédiatement sous l'hyménium) ont ensemble une épaisseur d'environ 80 µm. Les hyphes entrelacées formant le subhyménium, de 2,5 à 4,5 μm de diamètre, possèdent une paroi mince et sont septées, c'est-à-dire cloisonnées[7].

La variété aurantiiramosa se différencie de la variété principale par la couleur orange des ramuscules[24]. La variété compactospora possède quant à elle des ramuscules d'un rouge plus soutenu et des spores plus petites mesurant 9,2 à 12,8 μm par 4 à 5,4 μm[8].

Plusieurs espèces ressemblent à Ramaria botrytis. L'excellente[25] Ramaria rubripermanens diffère par ses spores plus petites[7]. Ramaria formosa, souvent notée comme toxique, possède des ramules plus roses et des ramuscules jaunes. Celles de Ramaria caulifloriformis, comestible[25], découverte dans la région des Grands Lacs (Amérique du Nord), deviennent plus sombres en vieillissant. Ramaria strasseri porte des ramules de couleur jaune à brun. La couleur rose de Ramaria rubrievanescens, excellent champignon[26], disparaît après la cueillette ou sur les vieux sporophores. Ramaria botrytoides possède des spores lisses[27]. L'espèce européenne Ramaria rielii, souvent confondue avec Ramaria botrytis au point d'être parfois considérée comme synonyme, s'en distingue par ses hyphes non septées et ses spores verruqueuses, plus longues et plus larges[28]. L'espèce nord-américaine comestible[26] Ramaria araiospora, qui pousse sous les Tsugas, possède des ramules rougeâtres à magenta et des ramuscules orange à jaunâtres ; elle est dépourvue d'odeur ; ses spores verruqueuses sont plus ou moins cylindriques et mesurent en moyenne 9,9 μm ; enfin le pied ne présente pas de tissus amyloïdes[7]. De couleur rose brillant à rougeâtre, Ramaria subbotrytis possède des spores mesurant 7 à 9 μm par 3 à 3,5 μm[29].

Habitat, distribution et statut[modifier | modifier le code]

Ramaria botrytis forme des symbioses ectomycorhiziennes avec des feuillus, particulièrement les hêtres. Il est aussi très compétitif pour coloniser les racines d'Eucalyptus pellita et absorber les macronutriments[30]. Les données indiquant la présence de Ramaria botrytis sous des conifères sont probablement liées à la confusion avec des espèces proches[20]. Ce champignon pousse parmi les feuilles sur le sol, individuellement de manière dispersée, en petits groupes[22] ou en rond de sorcière[31]. Il apparaît au printemps à proximité des bancs de neige résiduels[18]. En Corée, il est répandu dans les sites où pousse également l'excellent Matsutake (Tricholoma matsutake)[32].

La Ramaire chou-fleur est présente en Afrique du Nord[33], en Australie[34], en Asie (Inde[35], Japon[36], Corée[32], Pakistan[37], Russie[38], Chine, Népal[39] et Turquie[40]), en Europe (Pays-Bas[41], Belgique[42], France[43], Bulgarie[39], Portugal[44], Grèce[45], Italie[46], Espagne[47] et Suisse[48]) et en Amérique centrale (Guatemala et Mexique[39]). Largement distribuée en Amérique du Nord[27], elle est plus fréquente dans le Sud-Est et le long de la côte de l'océan Pacifique[31]. La variété aurantiiramosa, dont la distribution est limitée au comté de Lewis (Washington), est associée à Pseudotsuga menziesii et à Tsuga heterophylla[24]. La variété compactospora est connue en Sardaigne, où elle pousse sur les sols sableux des forêts à Arbousier (Arbutus unedo), Bruyère arborescente (Erica arborea) et Chêne vert (Quercus ilex)[8].

Tout en étant commercialisable, la Ramaire chou-fleur est inscrite comme vulnérable sur la liste rouge suisse[48]. En France, elle est également vulnérable en Franche-Comté[49] et en danger critique d'extinction en Lorraine[50].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Ramaria botrytis est un champignon comestible considéré par certains comme un aliment de choix[18],[51]. Son goût, léger ou fruité[21], a été comparé à de la choucroute, des arachides vertes (arachides récoltées fraîches non déshydratées) ou à des cosses de petits pois[19]. Les fructifications plus âgées développent une saveur acidulée[31]. Elle est vendue sur les marchés au Japon comme ホウキタケ (Nedzumi-take)[36] et récoltée à l'état sauvage dans de nombreux pays[39]. La base épaisse et les ramules principales nécessitent une cuisson plus longue que les plus fines ramuscules[31]. Dans le Garfagnana, région de l'Italie centrale, le champignon est cuit à l'étouffée ou mariné dans l'huile[46],[52]. Les sporophores peuvent être conservés après tranchage fin et séchage[53]. Il faut prêter attention à ne pas le confondre avec le toxique Ramaria formosa[n 5],[54]. Des effets laxatifs sont possibles[18]. La prudence est recommandée lors de la collecte des champignons près de zones polluées, car l'espèce est connue pour sa bioaccumulation de toxiques comme l'arsenic[55].

La valeur énergétique de Ramaria botrytis est de 154 kilojoules par 100 grammes de champignon frais[56], ce qui est comparable aux 120 à 150 kJ des champignons de culture commercialisés. Les protéines, les lipides et les glucides représentent respectivement 39 %, 1,4 % et 50,8 % de la matière sèche. Les lipides se répartissent en acide oléique (43,9 %), acide linoléique (38,3 %) et acide palmitique (9,9 %)[57].

formule développée de la nicotianamine
Nicotianamine

Des extraits du sporophore de Ramaria botrytis agissent favorablement sur le maintien de la forme et du développement de cultures in vitro de la lignée cellulaire HeLa[58], indiquant ainsi une absence d'effet cytotoxique apparent. Ce champignon contient de la nicotianamine, un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA, ou ACE en anglais)[59]. La nicotianamine est un chélateur, un composé essentiel dans le métabolisme du fer et son utilisation par les plantes[60]. Plusieurs stérols ont également été isolés des sporophores[36]. Des études en laboratoire montrent également que le sporophore possède une activité antimicrobienne contre différentes bactéries pathogènes antibiorésistantes[61],[62]. Parmi seize champignons portugais comestibles, Ramaria botrytis possède la plus forte concentration en acide phénolique ; il possède l'activité la plus antioxydante. Les composés phénoliques qu'il contient permettraient de réduire le risque de maladies chroniques et dégénératives[44].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alan E. Bessette, Arleen R. Bessette et David W. Fischer, Mushrooms of Northeastern North America, Syracuse, New York, Syracuse University Press,‎ 1997, 582 p. (ISBN 978-0-8156-0388-7, lire en ligne), p. 421-422
    Description complète, possède une clé de détermination.
  • (en) Kent. H. McKnight et Vera B. McKnight, A Field Guide to Mushrooms, North America, Boston, Massachusetts, Houghton Mifflin,‎ 1987, 448 p. (ISBN 0-395-91090-0, lire en ligne), p. 75
    Description complète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hahn peut avoir cité le type de Persoon ou le nom Clavaria botrytis comme synonyme.
  2. La Référence NCBI : Ramaria botrytis (en) (consulté le 14 octobre 2013) ne reconnaît que deux variétés : Ramaria botrytis var. aurantiiramosa et Ramaria botrytis var. botrytis.
  3. En 1908, George Francis Atkinson avait publié l'espèce Clavaria holorubella en ne décrivant que des spécimens adultes et en pointant la coloration rouge comme déterminante. Pourtant, ce caractère est plus ou moins prononcé selon les spécimens. Qui plus est, il lui manquait un élément important : la couleur violacée des jeunes ramuscules. Face à ces imprécisions, plusieurs possibilités s'offrent aux chercheurs. Corner en avait fait une variété de botrytis, McAfee et Grund en 1982 ont traité Ramaria holorubella comme un synonyme de Ramaria botrytis. Aujourd'hui, Ramaria holorubella est un nom valide (Petersen 1986, p. 1789).
  4. Le chou-fleur est également le nom vernaculaire français du Sparassis crépu (Sparassis crispa), une espèce de champignons cérébriformes.
  5. Plusieurs guides, comme McKnight et McKnight 1987, p. 75, indiquent cette espèce comme toxique. Le spécialiste des Ramaria, Currie Marr, pense qu'ils la confondent avec une autre espèce. Le principe de précaution s'impose néanmoins (Ammirati 1985, p. 307).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Christiaan Hendrik Persoon, Commentatio de Fungis Clavaeformibus, Leipzig, Allemagne, Petrum Phillippum Wolf,‎ 1797, 124 p. (lire en ligne), p. 42
  2. (la) Elias Magnus Fries, Systema Mycologicum, vol. 1, Lund, Suède, Ex Officina Berlingiana,‎ 1821, 520 p. (lire en ligne), p. 466
  3. (de) Gotthold Hahn, Der Pilzsammler, Gera, Allemagne, Kanitz,‎ 1883, 72 p.
  4. Référence MycoBank : Corallium G. Hahn Non Valide (en) (consulté le 8 novembre 2013)
  5. (de) Adalbert Ricken, Vademecum für Pilzfreunde, Leipzig, Allemagne, Quelle & Meyer,‎ 1918, 334 p. (lire en ligne), p. 253
  6. (en) Arthur Anselm Pearson, « New records and observations. III », Transactions of the British Mycological Society, vol. 29, no 4,‎ 1946, p. 191–210 (lien DOI?, lire en ligne)
  7. a, b, c, d, e, f et g (en) Currie D. Marr et Daniel Elliot Stuntz, Ramaria of Western Washington, vol. 38, Lehre, Allemagne, Von J. Cramer,‎ 1973, 232 p. (ISBN 978-3-7682-0902-1), p. 38-39;55-56
  8. a, b et c (it) Edwin Schild, « Il genere Ramaria: cinque nuovi taxa dall'Italia mediterranea », Rivista di Micologia, vol. 41, no 2,‎ 1998, p. 119–40
  9. a et b (en) Edred John Henry Corner, « A Monograph of Clavaria and Allied Genera », Annals of Botany Memoirs, London, Royaume-Uni, Oxford University Press, vol. 1,‎ 1950, p. 1-740 (lien OCLC?)
  10. Fungorum 2013
  11. (en) Ronald H. Petersen, « Some Ramaria taxa from Nova Scotia », Canadian Journal of Botany, vol. 64, no 8,‎ 1986, p. 1786-1811 (lien DOI?, lire en ligne)
  12. (en) Ronald H. Petersen, « Ramaria (Holmskjold) S. F. Gray versus Ramaria (Fries) Bonorden », Taxon, vol. 17, no 3,‎ 1968, p. 279–280 (liens DOI? et JSTOR?)
  13. a et b (en) A.J. Humpert, E.L. Muench, A.J. Giachini et M.A. Castellano, « Molecular phylogenetics of Ramaria and related genera: Evidence from nuclear large subunit and mitochondrial small subunit rDNA sequences », Mycologia, vol. 93, no 3,‎ 2001, p. 465–77 (liens DOI? et JSTOR?, lire en ligne)
  14. (en) K. Hosaka, S.T. Bates, R.E. Beever, M.A. Castellano, W. Colgan, L.S. Domínguez, E.R. Nouhra, J. Geml, A.J. Giachin, S.R. Kenny, N.B. Simpson, J.W. Spatafora et J.M. Trappe, « Molecular phylogenetics of the gomphoid-phalloid fungi with an establishment of the new subclass Phallomycetidae and two new orders », Mycologia, vol. 98, no 6,‎ 2006, p. 949–59 (liens PubMed? et DOI?)
  15. (la+fr) Félix Gaffiot, Dictionnaire Latin-Français, Paris, Hachette,‎ 1934, 1701 p. (lire en ligne)
  16. (grc+fr) Anatole Bailly, Abrégé du dictionnaire Grec Français, Librairie Hachette,‎ 1901 (lire en ligne)
  17. a et b Jean-Yves Bernoux, « Ramaria botrytis », sur Le site aux mille champignons,‎ 2013 (consulté le 11 octobre 2013)
  18. a, b, c, d et e (en) David Arora, Mushrooms Demystified: A Comprehensive Guide to the Fleshy Fungi, Berkeley, Californie, Ten Speed Press,‎ 1986, 1056 p. (ISBN 978-0-89815-169-5, lire en ligne)
  19. a et b (en) William Chambers Coker, The Clavarias of the United States and Canada, Chapel Hill, Caroline du Nord, The University of North Carolina Press,‎ 1923, 209 p. (liens OCLC?, LCCN? et DOI? ; lire en ligne)
  20. a et b (en) Peter Roberts et Shelley Evans, The Book of Fungi, Chicago, Illinois, University of Chicago Press,‎ 2011, 656 p. (ISBN 978-0-226-72117-0)
  21. a et b (en) Michael Jordan, The Encyclopedia of Fungi of Britain and Europe, London, UK, Pan Macmillan Limited,‎ 1er septembre 2004, 384 p. (ISBN 0-7112-2378-5, lire en ligne)
  22. a et b (en) E.A. Burt, « The North American species of Clavaria with illustrations of the type specimens », Annals of the Missouri Botanical Garden, vol. 9, no 1,‎ 1922, p. 1–78 (lien DOI?, lire en ligne)
  23. (en) Martin Beazor Ellis et J.Pamela Ellis, Fungi Without Gills (Hymenomycetes and Gasteromycetes): An Identification Handbook, London, Chapman and Hall,‎ 1990, 329 p. (ISBN 0-412-36970-2, lire en ligne), p. 167
  24. a et b (en) M.A. Castellano, J.E. Smith, T. O'Dell, E. Cázares et S. Nugent, Handbook to Strategy 1: Fungal Species in the Northwest Forest Plan, United States Department of Agriculture, Pacific Northest Research Station,‎ 1999 (lire en ligne)
  25. a et b (en) Ronald Henry Petersen et C. Scates, « Vernally fruiting taxa of Ramaria from the Pacific Northwest », Mycotaxon, vol. 33,‎ 1988, p. 101-144 (lire en ligne)
  26. a et b (en) Kit Scates Barnhart et Michael Beug, « Trial Field Key to species of Ramaria in the Pacific Northwest », Pacific Northwest Key Council
  27. a et b (en) Kent. H. McKnight et Vera B. McKnight, A Field Guide to Mushrooms, North America, Boston, Massachusetts, Houghton Mifflin,‎ 1987, 448 p. (ISBN 0-395-91090-0, lire en ligne), p. 75
  28. (en) P.P. Daniëls et M.T. Tellería, Notes on Gomphales: Ramaria rielii, vol. 70,‎ 2000, 423–7 p. (lire en ligne)
  29. (en) Orson K. Miller et Hope Miller, North American Mushrooms: A Field Guide to Edible and Inedible Fungi, Guilford, Connecticut, Falcon Guide,‎ 2006, 583 p. (ISBN 0-7627-3109-5, lire en ligne)
  30. (en) N.S. Aggangan, H.K. Moon et S.H. Han, « Growth and nutrient accumulation ofEucalyptus pellita F. Muell. in response to inoculation with edible ectomycorrhizal mushrooms », Asia Life Sciences, vol. 22, no 1,‎ 2013, p. 95–112 (résumé)
  31. a, b, c et d (en) Colin Dickinson et John Lucas, VNR Color Dictionary of Mushrooms, New York, New York, Van Nostrand Reinhold,‎ septembre 1982, 160 p. (ISBN 978-0-442-21998-7)
  32. a et b (en) J.S. Na et J. Ryu, « Survey on the flora and main wild mushroom inTricholoma matsutake producing sites », Korean Journal of Mycology, vol. 20, no 2,‎ 1992, p. 144–148 (ISSN 0253-651X)
  33. René Maire et R.G. Werner, « Fungi Maroccani. Catalogue raisonné des Champignons connus jusqu'ici au Maroc », Mémoires de la Société des sciences naturelles du Maroc, vol. XLV,‎ 1937, p. 1-147 (lire en ligne)
  34. (en) T.W. May, J. Milne, S. Shingles et R.H. Jones, Fungi of Australia, vol. 2B, Melbourne, CSIRO Publishing,‎ 2003, 452 p. (ISBN 978-0-643-06907-7, lire en ligne)
  35. (en) K.S. Thind et R.M. Sharda, « The genus Ramaria in the eastern Himalayas–subgenera Ramaria, Echinoramaria and Lentoramaria », Proceedings of the Indian Academy of Sciences—Plant Sciences, vol. 95, no 1,‎ 1985, p. 51–64 (ISSN 0370-0097)
  36. a, b et c (en) Y. Yaoita, Y. Satoh et M. Kikuchi, « A new ceramide from Ramaria botrytis(Pers.) Ricken », Journal of Natural Medicine, vol. 61, no 2,‎ 2007, p. 205–207 (lien DOI?)
  37. (en) S.R.A. Gardezi et N. Ayub, « Mushrooms of Kashmir – II », Sarhad Journal of Agriculture, vol. 18, no 4,‎ 2002, p. 427–437 (ISSN 1016-4383)
  38. (ru) O.K. Govorova, « Species of the genus Ramaria (subgenus Ramaria) in the Russian Far East », Mikologiya I Fitopatologiya, vol. 37, no 2,‎ 2003, p. 8–12 (ISSN 0026-3648)
  39. a, b, c et d Éric R. Boa, Champignons comestibles sauvages : Vue d'ensemble sur leurs utilisations et leur importance pour les populations, Rome, FAO, coll. « Produits forestiers non ligneux » (no 17),‎ 2006, 157 p. (ISBN 92-5-205157-0, lire en ligne)
  40. (en) Ertugrul Sesli, « Preliminary checklist of the macromycetes of the East and Middle Black Sea Regions of Turkey. », Mycotaxon, vol. 99,‎ 2007, p. 71–74 (lire en ligne)
  41. (nl) B. Tolsma, « A quartet of rarities in Zeist », Coolia, vol. 42, no 1,‎ 1999, p. 36–38 (ISSN 0929-7839)
  42. Natagora, « Ramaria botrytis (Pers.) Ricken », Natagora,‎ 2013 (consulté le 30 octobre 2013)
  43. INPN, « Ramaria botrytis (Pers.) Ricken », Museum National d'Histoire Naturelle,‎ 2013 (consulté le 13 octobre 2013)
  44. a et b L. Barros, M. Duenas, I.C.F.R. Ferreira, P. Baptista et C. Santos-Buelga, « Phenolic acids determination by HPLC-DAD-ESI/MS in sixteen different Portuguese wild mushrooms species », Food and Chemical Toxicology, vol. 47, no 6,‎ 2009, p. 1076–1079 (liens PubMed? et DOI?)
  45. (en) Elias Polemis, Dimitris M. Dimou, Leonidas Pountzas, Dimitris Tzanoudakis et Georgios I. Zervakis, « Mycodiversity studies in selected ecosystems of Greece: 5. Basidiomycetes from woods dominated by Castanea sativa (Nafpactia Mts., central Greece) », Mycotaxon, vol. 105,‎ 2011, p. 535 (lire en ligne)
  46. a et b (en) A. Pieroni, « Gathered wild food plants in the upper valley of the Serchio River (Garfagnana), central Italy », Economic Botany, vol. 53, no 3,‎ 1999, p. 327–341 (liens DOI? et JSTOR?)
  47. D. Rivera, C. Obón, C. Inocencio, M. Heinrich, A. Verde, J. Fajardo et J.A. Palazón, « Gathered food plants in the mountains of Castilla–La Mancha (Spain): Ethnobotany and multivariate analysis », Economic Botany, vol. 61, no 3,‎ 2007, p. 269–289 (ISSN 0013-0001, lien [269:GFPITM2.0.CO;2 DOI]?, lire en ligne)
  48. a et b Béatrice Senn-Irlet, Guido Bieri et Simon Egli, Liste rouge des champignons supérieurs menacés en Suisse., Berne, Office fédéral de l’environnement, coll. « L’environnement pratique » (no 0718),‎ 2007, 94 p. (lire en ligne)
  49. Daniel Sugny, Les champignons rares ou menacés de Franche-Comté, Fédération mycologique de l'Est,‎ 2004, 44 p. (lire en ligne)
  50. Jonathan Laurent-Dargent, La Liste Rouge des Champignons (macromycètes) rares ou menacés de Lorraine, Nancy, Université Henry Poincaré - Nancy I (thèse),‎ 2009, 116 p. (lire en ligne)
  51. (en) Alan E. Bessette, Arleen R. Bessette et David W. Fischer, Mushrooms of Northeastern North America, Syracuse, New York, Syracuse University Press,‎ 1997, 582 p. (ISBN 978-0-8156-0388-7, lire en ligne)
  52. (en) Clifford A. Wright, Mediterranean Vegetables: A Cook's ABC of Vegetables and their Preparation, Boston, Massachusetts, Harvard Common Press,‎ 2001, 388 p. (ISBN 978-1-55832-196-0, lire en ligne)
  53. (en) I. Burrows, Food from the Wild, London, New Holland Publishers,‎ 2005, 144 p. (ISBN 978-1-84330-891-1, lire en ligne)
  54. (en) Joseph F. Ammirati, Poisonous Mushrooms of the Northern United States and Canada, University of Minnesota Press,‎ 1985, 386 p. (ISBN 978-0-8166-1407-3, lien OCLC?, lire en ligne)
  55. (en) M. Slekovec et K.J. Irgolic, « Uptake of arsenic by mushrooms from soil », Chemical Speciation and Bioavailability, vol. 8, no 3–4,‎ 1996, p. 67–73 (ISSN 0954-2299, lire en ligne)
  56. (en) L. Barros, B.A. Venturini, P. Baptista, L.M. Estevinho et I.C.F.R. Ferreira, « Chemical composition and biological properties of Portuguese wild mushrooms: A comprehensive study », Journal of Agricultural and Food Chemistry, vol. 56, no 10,‎ 2008, p. 3856–3862 (liens PubMed? et DOI?)
  57. Kalač P., « Chemical composition and nutritional value of European species of wild growing mushrooms: A review », Food Chemistry, vol. 113, no 1,‎ 2009, p. 9–16 (lien DOI?)
  58. (en) K.S. Chung, « The effects of mushroom components on the proliferation of HeLa cell line in vitro », Archives of Pharmacal Research (Seoul), vol. 2, no 1,‎ 1979, p. 25–34 (ISSN 0253-6269, lien DOI?)
  59. (ja) H. Izawa et Y. Aoyagi, « キノコのアンジオテンシンI変換酵素(ACE)阻害活性 Inhibition of angiotensin converting enzyme by mushroom », Journal of the Japanese Society for Food Science and Technology-Nippon Shokuhin Kagaku Kogaku Kaishi, vol. 53, no 9,‎ 2006, p. 459–465 (ISSN 1341-027X, lien DOI?, lire en ligne)
  60. (en) J.F. Briat, C. Curie et F. Gaymard, « Iron utilization and metabolism in plants », Current Opinion in Plant Biology, vol. 10, no 3,‎ 2007, p. 276–82 (liens PubMed? et DOI?)
  61. (en) M.J. Alves, I.C.F.R. Ferreira, A. Martins et M. Pintado, « Antimicrobial activity of wild mushroom extracts against clinical isolates resistant to different antibiotics », 2, vol. 113,‎ 2012, p. 466–475 (liens PubMed? et DOI?)
  62. (en) S. Giri, G. Biswas, P. Pradhan, S.C. Mandal et K. Acharya, « Antimicrobial activities of basidiocarps of wild edible mushrooms of West Bengal, India », 4, vol. 4,‎ 2012, p. 1554–1560 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 9 décembre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.