Matière sèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MS.

La matière sèche (MS) est ce que l'on obtient lorsqu'on retire l'eau d'un produit.

Le pourcentage de matière sèche est le ratio entre le poids de la matière sèche et la masse de la matière non-sèche (hydratée).

Ainsi un le pourcentage de matière sèche (% MS) est quasi nul pour les gaz, est variable pour un être vivant (environ 5 à 10 % pour un végétal, environ 45 % pour un être humain adulte), mais avec certain matériaux il frôle 100 % MS (sables…).

Mis à part ses propriétés d'hydratation, l'eau ne nourrit pas : en nutrition, il est donc très important de connaître le pourcentage de matière sèche d'un aliment lors du calcul de rations.

Taux de matières volatiles sèches (MVS)[modifier | modifier le code]

La matière sèche est constituée de matières minérales et de matières organiques qui sont appelées matières volatiles sèches. La concentration en MVS est un taux par rapport à la matière sèche totale. Le suivi de ce taux permet de connaître la stabilité d'une boue d'épuration.

On la calcule sur de l'eau filtrée en soustrayant du poids à sec après un séchage à 105 °C le poids cuit après calcination à 550 °C.

Exemple de teneur en matière sèche de différentes cultures[modifier | modifier le code]

En 2013 en France, on constatait les rendements moyens suivants pour ces grandes cultures :

  • Colza, Tournesol : environ 3 tonnes/hectare pour les graines (les plantes entières donnent environ 10 t/hectare de matière sèche)
  • Blé : 7,1 tonnes/hectare
  • Maïs grain : 9,7 tonnes/hectare dont 8,2 tonnes de matière sèche
  • Maïs fourrager : 17 tonnes/hectare de matière sèche
  • Pomme de terre : 45,4 tonnes/hectare dont 9 tonnes de matière sèche
  • Canne à sucre : 75,2 tonnes/hectare dont 10 tonnes de matière sèche
  • Chou à choucroute : 75,2 tonnes/hectare dont 7 tonnes de matière sèche
  • Betterave : 97 tonnes/hectare dont 21 tonnes de matière sèche
  • Cultures destinées spécifiquement à la production de biomasse : les plantes en C4 sont avantagées (les matières sèches indiquées sont à considérer en fonction de leur teneur plus ou moins importantes en silice et en cendre) :

Attention, pour calculer le rendement global d'une parcelle, il faut tenir compte des intrants nécessaires (engrais, eau, traitements phytosanitaires) à la culture et de l'indispensable rotation des cultures. En tenant compte de ces éléments, Miscanthus et Jonc sont les cultures les plus rentables en termes de rendement en matière sèche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Biomasses herbacées et leur utilisation énergétique. Pr. Enrico Bonari de l’Ecole Supérieure Sant’ Anne de Pisa.