Pokémon Noir et Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pokémon version noire
Pokémon version blanche
image

Éditeur The Pokemon Company
Développeur Game Freak

Date de sortie Icons-flag-jp.png 18 septembre 2010
Icons-flag-us.png 6 mars 2011
Icons-flag-eu.png 4 mars 2011
Licence Nintendo
Genre Jeu de rôle
Mode de jeu Un joueur, multijoueur en ligne, multijoueur hors ligne
Plate-forme Nintendo DS
Média Carte DS
Langue Français
Contrôle Boutons et écran tactile de la Nintendo DS

Pokémon version Noire (ポケットモンスター ブラック, Poketto Monsutā Burakku?) et Pokémon version Blanche (ポケットモンスター ホワイト, Poketto Monsutā Howaito?), couramment appelés Pokémon Noir et Pokémon Blanc, sont deux éditions du jeu vidéo de rôle de la série Pokémon développé par Game Freak. Elles sont éditées par The Pokémon Company et Nintendo sur la console portable Nintendo DS au Japon en 2010, en Europe et en Amérique du Nord en 2011.

Tout comme les quatre générations auparavant, le joueur contrôle le jeune protagoniste via une vue aérienne et le dirige dans l'ensemble de la région fictive d'Unys. Son but est de capturer, d'entraîner et de faire combattre des créatures fictives appelées « Pokémon » afin d'obtenir le titre de « Maître Pokémon ». Il doit également déjouer les plans de l'organisation criminelle, appelée Team Plasma. L'objectif ultime est de compléter le Pokédex par l'obtention des 156 nouveaux Pokémon de la région. Contrairement aux jeux précédents, aucun Pokémon des générations antérieures n'est disponible. Les versions noires et blanches sont quasiment identiques, avec approximativement la même histoire, seuls certains Pokémon sont exclusifs à une cartouche.

Les jeux reçurent de bonnes critiques. Ils se vendirent très rapidement, battant le record du nombre de ventes lors des deux premiers jours.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cosplay du personnage féminin et d'un Pokémon.
Cosplay de Ludvina (à gauche) et de Phyllali.

L'histoire prend place dans la région fictive d'Unys, inspirée sur la ville de New York aux États-Unis[1]. Elle comporte un total de dix villes reliées entre elles par des routes[2]. Certaines zones ne sont accessibles que quand le joueur apprend une capacité spéciale à son Pokémon.

En fonction du sexe choisi, le protagoniste de Pokémon Noir et Blanc est soit un jeune garçon appelé Ludwig, soit une jeune fille du nom de Ludvina, vivant à Renouet. Le protagoniste reçoit dans sa chambre avec ses amis d'enfance Bianca et Tcheren de la part du professeur Keteleeria, un paquet cadeau contenant trois « Pokémon de départ ». Le joueur peut choisir parmi Vipélierre, Gruikui et Moustillon (Snivy, Tepig et Oshawott[N 1])[3]. Les deux partenaires, et non plus un rival[4], du joueur choisissent les Pokémon restant. Après avoir décidé de leur Pokémon, les deux partenaires décident de défier le joueur l'un après l'autre[3] ; ils continueront à le défier et à l'aider tout au long de l'aventure.

Le joueur entame alors une quête à travers Unys, capturant les Pokémon sauvages, les entraînant et combattant avec ceux des autres dresseurs Pokémon, avec pour but de d'obtenir le titre de « Maître Pokémon ». Pour cela, il rencontrera dans certaines villes des établissements spéciaux appelées « arènes », à l'intérieur desquelles demeure un champion que le joueur devra battre dans un combat Pokémon pour obtenir un badge. Une fois les huit badges acquis, le joueur sera autorisé à combattre la Ligue Pokémon, qui se compose des meilleurs dresseurs de Pokémon de la région.

Tout au long de l'aventure, le joueur devra déjouer les plans de la Team Plasma, un organisation secrète militant pour la libération des Pokémon envers leur dresseur[4]. La quête principale se termine avec la chute de N et de son père Ghetis qui souhaitaient dominer le monde[5].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système de jeu de Pokémon.

Solo[modifier | modifier le code]

Le système de jeu est une version améliorée de celui développé dans la quatrième génération, les commandes lors des combats sont identiques, le jeu introduit une 3D beaucoup plus visible, celle-ci donne l'effet circulaire à la ville de Volucité. Des changements ont été apportés aux Pokémon eux-mêmes, qui bougent désormais en permanence lors des combats. Le plus gros changement vient cependant de la disparition des statistiques introduites dans la troisième génération (beauté...) ce qui a obligé les développeurs à introduire une nouvelle méthode d'évolution pour le Pokémon Barpau. L'innovation la plus importante vient des saisons qui font leur apparition, elles durent un mois en temps réel, et ont des conséquences sur le paysage, les espèces de Pokémon, certains événements, le cycle été-hiver.

Connectivité[modifier | modifier le code]

Les jeux Pokémon Noir et Blanc permettent aux joueurs d'échanger des Pokémon entre deux cartouches de jeu grâce à quatre connexions différentes[6] : l'infrarouge du C-Gear, la connexion sans fil, la connexion Wi-Fi, et le Global Trade Station.

Les joueurs peuvent accéder au C Gear, une sorte de nouvelle Pokémontre (quatrième génération), qui permet aussi de synchroniser votre partie avec le site, c'est-à-dire y envoyer vos coordonnées et votre sauvegarde. Inversement, vous pourrez également importer des données du Pokémon Global Link vers votre cartouche. Un nouveau système, appelé « Vokit », permet de faire des conversations vidéo (DSi, DSi XL et 3DS).

L'échange est également disponible avec la quatrième génération de jeux Pokémon, Pokémon Diamant, Perle, Platine, Or HeartGold et Argent SoulSilver[7].

Développement[modifier | modifier le code]

Peluches de Moustillon (en bleu), Vipélierre (en vert) et Gruikui (en orange) avec des boîtes de jeux Pokémon Noir et Pokémon Blanc (en anglais).

Le 4 août 2010, le directeur de la société Game Freak, M. Junichi Masuda, annonce sur son blog qu'à la différence des autres jeux, le joueur de Pokémon Noir et Blanc ne rencontrera aucun Pokémon des précédentes régions jusqu'à l'obtention du Pokédex national et ce afin de permettre aux joueurs de ressentir une expérience analogue aux versions rouge et bleu. Ce choix est également à l'origine de la remise à zéro de la numérotation des routes et de l'emplacement plus éloigné de la nouvelle région. Ces versions introduisent la cinquième génération de Pokémon, dont les premiers à être révélés ont été Zorua et Zoroark.

Les jeux sont dévoilés le 9 avril 2010 par le site officiel du jeu[8].

Un de leur objectif était de rendre les jeux accessibles pour les nouveaux joueurs, mais également de conserver les nouveaux avec des contenus inédits[9].

Du fait qu'il s'agissait de la même console que pour Pokémon Diamant et Perle, Junichi Masuda avait peur que Pokémon Noir et Blanc soit perçu comme une copie du précédent[10].

Pokémon Noir et Blanc sont sortis le 18 septembre 2010 au Japon, le 4 mars 2011 en Europe et le 6 mars 2011 en Amérique du Nord sur Nintendo DS[11] avec respectivement pour mascotte les Pokémon légendaires Reshiram et Zekrom[12]. Un pack collector comprenant un jeu et une console Nintendo DSi de la couleur de la version est sorti le 20 novembre 2010 au Japon[13].

Pour la cinquième génération de jeux, Game Freak et Nintendo changent de cœur de cible. Ainsi, ils agrandissent leur audience visant aussi bien les enfants, comme c'était le cas pour les anciens jeux, mais également les joueurs de longue date devenus des adolescents, voire des adultes[14]. Ainsi, en France, les chanteurs Joyce Jonathan et Jean-Baptiste Maunier vantent dans les publicités les mérites des jeux Pokémon Noir et Blanc[15] ; au Royaume-Uni, c'est le groupe One Direction[16]. Toutes ces personnes ont la vingtaine lors du tournage de leur publicité.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Famitsu (JP) 40/40[17]
Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 9/10[18]
IGN (US) 9/10[19]
Jeuxvideo.com (FR) 17/20[20]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 87 %[21]

GameRankings donne à Pokémon Noir et Blanc, la moyenne de 87 %[21],[N 2]. Le magazine japonais de jeux vidéo Famitsu a donné au jeu un score de 40/40[17]. Gamekult et IGN notent les jeux à 9/10[18],[19] et jeuxvideo.com lui attribue 17/20[20].

Sortie le 18 septembre 2010 au Japon, ces deux opus se sont vendus à 2 557 779 exemplaires en deux jours[22]. Le 12 janvier 2011, les ventes au Japon atteignent plus de 7 millions d'unités[23]. En juin 2012, le jeu s'est vendu à 19 878 000 exemplaires dans le monde[24].

Grâce à leur publicité composées de célébrités d'une vingtaine d'année, les jeux se sont aussi bien vendus chez un public jeune que chez les joueurs plus âgés[14].

Postérité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pokémon Noir 2 et Blanc 2.

Tandis qu'une version grise était attendue par les fans[25], une suite en deux éditions nommée Pokémon Noir 2 et Pokémon Blanche 2 a été annoncée dans l'émission Pokémon Smash! et est sortie en juin 2012 sur Nintendo DS au Japon[26], le 7 octobre et le 12 octobre 2012 aux États-Unis, puis en Europe[27]. La série animée Pokémon ouvre le quatrième cycle. Elle suit toujours les aventures du dresseur Sacha avec son premier Pokémon, Pikachu[28]. Dans le jeu musical Rhythm Hunter: HarmoKnight, également développé par Game Freak, un bonus consiste à obtenir la musique de combat contre un dresseur Pokémon de Pokémon Noir et Blanc[29].

Les jeux font apparaître la Team Plasma qui souhaite la libération des Pokémon, rappelant l'association People for the Ethical Treatment of Animals[9]. Cette dernière lance une campagne ayant pour thème les Pokémon, le 8 octobre 2012, le jour de la sortie aux États-Unis de Pokémon Noir 2 et Blanc 2[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les noms entre parenthèses sont les noms anglais, également utilisés au Québec.
  2. Pokémon Noir obtient une moyenne de 86,01 % en se basant sur 44 notes ; Pokémon Blanc obtient une moyenne de 87,24 % en se basant sur 43 notes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Iwata, « A Brand New Pokémon World », Nintendo (consulté le 9 mars 2013)
  2. « Pokémon Noir et Blanc - Une nouvelle région > Unys », Pokébip (consulté le 20 mars 2013)
  3. a et b « Pokémon Noir et Blanc - La soluce complète : De Renouet jusqu'au premier badge », Pokébip (consulté le 20 mars 2013)
  4. a et b Damien Leloup, « Pokémon noir et blanc, une autre forme de manichéisme », Le Monde,‎ 2011 (consulté le 20 mars 2013)
  5. « Pokémon Noir et Blanc - La soluce complète : Le Château de N », Pokébip (consulté le 20 mars 2013)
  6. « Pokémon Noir et Blanc - Les échanges », Pokébip (consulté le 10 mars 2013)
  7. « Pokémon Noir et Blanc - Le Poké Fret », Pokébip (consulté le 10 mars 2013)
  8. « Annonce de la sortie en France de Pokémon Version Noire et Blanche », Nintendo
  9. a et b (en) Winda Benedetti, « 'Pokemon Black & White' aim to catch new and old players », NBC News (consulté le 27 octobre 2012)
  10. (en) Iwata, « Making a Completely New Sequel for the Nintendo DS », Nintendo (consulté le 9 mars 2013)
  11. (en) « Pokémon Black / White Version », VGChartz (consulté le 13 mars 2013)
  12. « Les légendaires de Pokémon Black & White ! », Eternia (consulté le 13 mars 2013)
  13. Xavier, « DSi : une Edition Collector Pokémon Black/White », Puissance Nintendo,‎ 2010 (consulté le 24 mars 2013)
  14. a et b Oscar Lemaire, « Pokémon : l’audience change », sur gamescharts.fr,‎ 2010 (consulté le 4 novembre 2012)
  15. Joachim Ohnona, « Joyce Jonathan et Jean-Baptiste Maunier : Prêts à attraper tous les Pokémon ! », Pure People,‎ 2011 (consulté le 4 novembre 2012)
  16. Matthew Blundon, « Nintendo UK Partners with One Direction to Promote Pokémon Black and Pokémon White », Nintendo Wolrd Report,‎ 2011 (consulté le 4 novembre 2012)
  17. a et b (en) Water Pokémon Master, « ‘Famitsu Magazine’ Reviews B2W2 »,‎ 2012 (consulté le 26 octobre 2012)
  18. a et b Greg, « Test de Pokémon Version Noire », Gamekult,‎ 2011 (consulté le 13 mars 2013)
  19. a et b (en) Jack DeVries, « Pokemon White Review », IGN,‎ 2011 (consulté le 13 mars 2013)
  20. a et b Dharn, « Test de Pokémon Noir », sur jeuxvideo.com,‎ 2011 (consulté le 13 mars 2013)
  21. a et b Pokemon Black Version et Pokemon White Version, sur GameRankings. Consultés le 22 mars 2013.
  22. « Des ventes records pour Pokémon Versions Noire et Blanche », sur jeuxvideo.com,‎ 2010 (consulté le 13 mars 2013)
  23. « 5 millions de Pokémon Version Noire/Blanche », sur jeuxvideo.com,‎ 2011 (consulté le 13 mars 2013)
  24. « Financial Results for the Three-Month Period Ended June 2011 », Nintendo,‎ 29 juin 2011 (consulté le 16 août 2011)
  25. Gweadus, « Pokémon Gris », Pokémon Trash (consulté le 10 mars 2013)
  26. « La suite de Pokémon Noir et Blanc annoncée ! », sur nintendo-master.com,‎ 2012 (consulté le 13 mars 2013)
  27. Puyo, « Pokémon Blanc 2 / Noir 2 en images », Gamekult,‎ 2012 (consulté le 13 mars 2013)
  28. Lucas M. Thomas, « The Pokemon TV Retrospective », IGN,‎ 2011 (consulté le 14 avril 2013), p. 2
  29. « Musiques tirées du jeu Pokémon », Jeuxvideo.com (consulté le 28 septembre 2012)
  30. linkart, « La nouvelle campagne de la Peta s'en prend à Pokémon », Nintendo Town,‎ 2012 (consulté le 10 octobre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]