Pin-up

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pin-up moderne inspirée de stéréotypes des années 1950.

Une pin-up est une femme dont on accroche la représentation photographique ou artistique dans une pose attirante ou « sexy », d'où l'expression anglaise de « pin-up girl » qui pourrait se traduire en français par « jeune fille épinglée au mur ». Depuis leur apparition au début du XXe siècle, les pin-up sont restées un symbole du charme et d'érotisme régulièrement remis au goût du jour.

Historique[modifier | modifier le code]

Gibson Girl par Charles Gibson (1897)

À la suite de l'apparition des premières photographies en France dans les années 1830, les premières images érotiques font leur apparition. Il s'agit alors de travaux dits académiques ou de photographies vendues à un prix très élevé au marché noir. Avec le perfectionnement des techniques de tirage des photos, la production de clichés érotiques augmente rapidement et leur prix diminue, mais ce commerce reste illégal et l'État condamne les photographes, les modèles et les distributeurs dès le milieu du XIXe siècle. Malgré cela, la quantité de photographies érotiques et pornographiques continue d'augmenter et une partie de la production est même envoyée dans des pays comme l'Angleterre et les États-Unis.

Avec l'arrivée de l'impression par point de trame en 1880, la reproduction de photos est grandement facilitée et les magazines érotiques font rapidement leur apparition. Les premières pin-up font leur apparition sous le nom de Gibson Girl et de Christy girl (du nom de leur créateur Charles Dana Gibson et Howard Chandler Christy). Le grand public, aussi bien masculin que féminin, accueille très bien ce nouvel « art » qui est la représentation de la femme libérée, à la fois sophistiquée et attirante.

Dans les années 1930, les pin-up sont de plus en plus représentées et sont très régulièrement utilisées dans les pulps et les comics (Dirty comics). De nombreuses variantes apparaissent alors, notamment les « Vargas Girl » peintes à l'aérographe par Alberto Vargas pour le magazine Esquire, ainsi que les premiers « pin-up boys » créés par les dessinatrices Joyce Ballantyne, Pearl Frush ou encore Zoë Mozert. Mais c'est seulement au début des années 1940 que le mot pin-up est utilisé afin de décrire ces représentations accrochées aux murs.

Nose art d'une pin-up sur le Memphis Belle, un bombardier B-17 de l'armée américaine.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les pin-up connaissent un très large succès, non seulement auprès de la population, mais surtout chez les militaires, notamment chez les G.I. Des représentations de pin-up étaient fréquentes dans leur paquetage et certains pilotes faisaient même peindre l'avant de leur avion à leur effigie, il s'agit alors de nose art. Un grand nombre de ces dessins et photos proviennent du magazine hebdomadaire Yank, the Army Weekly. Leur succès continue d'augmenter et durant les années 1950, commence l'âge d'or des pin-up, principalement aux États-Unis. On peut notamment citer Gil Elvgren, illustrateur emblématique de cette période. À cette époque, elles apparaissent sur des magazines, journaux, posters, calendriers ou des « cartes d'arts », petites vignettes à collectionner qui ont participé à leur popularisation. Les pin-up sont également appréciées des camionneurs qui apposent leur images en tôle découpée sur la calandre de leurs véhicules. Plusieurs de ces représentations sont d'ailleurs actuellement recherchées par les collectionneurs.

Le succès des pin-up continue jusque dans les années 1970, où elles sont mêmes utilisées dans la publicité, et même Coca-Cola les utilise pour faire la promotion de leur boisson[1]. Mais suite à l'apparition des magazines érotiques et pornographiques comme Playboy ou Penthouse, la mode des pin-up disparaît progressivement au profit de photo de femmes nues de plus grande qualité.

On assiste depuis quelque temps à un regain d'intérêt pour ces égéries des années 1950 avec l'arrivée de modèles célébrant cette époque. La mode, les magazines, les artistes remettent le style pin-up au goût du jour. Certaines modèles comme Dita von Teese font d'ailleurs de ce courant leur marque de fabrique.

Description[modifier | modifier le code]

Femme fatale, poupée, sexe-symbole, provocante sans être vulgaire, la pin-up est représentée par ses créateurs comme la femme idéale[2].

Quelques dessinateurs[modifier | modifier le code]

Pin-up par Patrick Hitte


1850 à 1920[modifier | modifier le code]

1920 à 1970[modifier | modifier le code]

Depuis 1970[modifier | modifier le code]

Quelques pin-up[modifier | modifier le code]

Pin-up de fiction
Actrices et/ou chanteuses
Effeuilleuses

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coca-Cola : L'histoire de la publicité », sur secure.coca-cola.ch,‎ 28 août 2010 (consulté en 1er décembre 2011)
  2. (en) Maria Elena Buszek, Pin-up grrrls : feminism, sexuality, popular culture, p. 312
    À ce sujet, voir l'illustration de l'anatomie type de la pin-up.
  3. (en) David Saunders, « Pulp Artists - Allen Anderson », sur www.pulpartists.com,‎ 9 mars 2009 (consulté en 3 décembre 2011)
  4. (en) « American Art Archive - Al Moore », sur www.americanartarchives.com,‎ 26 avril 2006 (consulté en 3 décembre 2011)
  5. dans Bois Willys et Zybline et Bettie
  6. dans Pink planet (recueil d'illustrations)
  7. BD Pin-up 1 à 9, Éditions Dargaud

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Fy et Bernard Joubert, Les pin-up, Paris, Éditions Alternatives, coll. « Collector's »,‎ 1995, 96 p. (ISBN 9782841461219, OCLC 406559437)
  • Louis K. Meisel et Charles G. Martignette, L'âge d'or de la pin-up américaine, Köln, Taschen,‎ 1996, 380 p. (ISBN 9783822883419, OCLC 36345279)
  • (en) Maria Elena Buszek, Pin-up grrrls : feminism, sexuality, popular culture, Durham, Duke University Press,‎ 2006, 444 p. (ISBN 9780822337461, OCLC 62281839)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :