Bettie Page

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bettie Page

Description de l'image  Bettie Page.jpg.
État civil
Date de naissance
Lieu de naissance Tennessee, Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de décès 11 décembre 2008
(à 85 ans)

Apparition Playboy en janvier 1955

Caractéristiques physiques
Mensurations 91 – 60 – 93
Taille 166 cm
Poids 58 kg

Bettie Mae Page est un mannequin américain, célèbre dans les années 1950 pour ses photos de pin-up mais également pour nombre de clichés fétichistes, née le à Nashville dans le Tennessee et morte le à Los Angeles. Elle fut, en janvier 1955, l’une des premières Playmates du mois du magazine Playboy.

Tombée dans l’oubli dans les années 1960, elle s’était tournée vers la religion. Dans les années 1980, ses photos (devenues vintage) connurent un regain de popularité. Devenue une icône de la sous-culture, son look a influencé de nombreux artistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance est difficile. Ses parents connaissent une situation financière précaire aggravée par la crise économique de 1929 et déménagent fréquemment, jusqu’à être mis à la porte de chez eux. Son père vole une voiture. Il se trouve que c'est celle du shérif. Il est condamné à une peine d'emprisonnement qui dure jusqu’en 1931. Durant cette incarcération, la famille est hébergée par la grand-mère paternelle. Dès 1931, ses parents divorcent. Son père a en effet mis enceinte une jeune fille de 15 ans. Sa mère tente de maintenir à flot les finances de la famille mais doit se résoudre à mettre Bettie et ses deux sœurs à l’orphelinat pendant deux ans.

En 1934, le père revient et loue une chambre dans la cave de la maison familiale mais il abuse sexuellement de Bettie. Celle-ci se réfugie dès lors dans les études. Elle obtient son diplôme le 6 juin 1940, et s’engage au College Peabody, afin de devenir enseignante. L’automne suivant, elle essaie les arts dramatiques, espérant devenir une star. Elle gagne ses premiers salaires en dactylographiant les manuscrits d’Alfred Leland Crabb. Elle obtient le BA en 1943. Elle épouse Billy Neal, compagnon de lycée, mais il la quitte pour un service actif durant la Seconde Guerre mondiale et ils finissent par divorcer en 1947.

Sans un sou, elle monte à New York où elle survit grâce à des petits boulots. En 1950, alors qu’elle marche le long du rivage de Coney Island, elle rencontre Jerry Tibbs, un officier de police, photographe amateur, avec qui elle fait son premier portfolio de pin-up[1]. Dans ce début des années 1950, depuis la fin des années 1940, des clubs tentent de s’affranchir des restrictions légales sur la photo de nu, en promouvant des « photos artistiques » à la limite de l’érotisme. Page devient rapidement un modèle populaire dans ce milieu et en 1951 apparaît dans des magazines comme Wink, Titter, Eyefull et Beauty Parade[1].

En 1952, elle rencontre le photographe Irving Klaw et devient, grâce à lui, l'étoile montante de l'érotisme underground. Elle apparaît dans des mises en scène bondage et sadomasochistes en noir et blanc. Quelques heures de pose lui font gagner plus qu'un secrétaire en un mois. Tout en restant inconnue en tant que personne, elle connait en tant qu'image une popularité immense. Tous ses photographes louent le naturel franc avec lequel elle pose et remarquent la jouissance singulière qui la transfigure quand elle se prête aux regards de leurs objectifs[2].

En 1957, à la suite d'une commission d'enquête du Sénat contre la pornographie devant laquelle elle a du comparaître, elle disparait de toute vie publique[2]. Se sentant attirée dans une église par une force irrésistible, elle se confesse et, âgée de trente quatre ans, se tourne vers la religion[2]. Elle passe un diplôme de théologie dans le but de devenir missionnaire[2]. Durant les années 1960 elle travaille pour diverses organisations religieuses mais, divorcée, les missions lui sont interdites[2]. Son délire mystique se manifeste à bas bruits durant sa participation aux cantiques par une ferveur intense et les larmes[2].

Remariée en Floride à un homme divorcé, qu'elle laisse dans l'ignorance de son passé de pinup, elle peine à construire une vie de couple[2]. Harcelée au téléphone par la mère des enfants de son mari, elle se trouve en bute aux querelles suscitées par ceux ci[2]. En 1979, elle divorce une seconde fois après avoir menacé son mari de le poignarder s'il cessait un seul instant de contempler une image du Christ[2]. Son frère organise son éloignement en Californie[2]. Dans son nouvel appartement, laissée à elle même, elle entend les messages de Dieu et du Diable sur son répondeur[2]. A cinquante-six ans, il lui est diagnostiqué une « schizophrénie paranoïde » (terminologie américaine) et elle est internée vingt mois dans un hôpital psychiatrique de San Bernardino, où la chlorpromazine la soulage des hallucinations auditives (« les voix ») dont elle se plaint[2]. Au cours d'une nouvelle altercation relative à une quittance de loyer, elle poignarde de vingt sept coups la propriétaire de son logement, qui survit. Elle est inculpée de tentative d'assassinat puis jugée irresponsable[2]. Elle est placée sous tutelle pendant huit ans. En 1992, elle sort du Patton State Hospital.

Dans les années 1980, elle fait l’objet d’un culte grandissant en tant que symbole de la libération sexuelle.

Le 2 décembre 2008, elle est victime d’une attaque cardiaque à Los Angeles à l’âge de 85 ans et est hospitalisée dans un état critique. Elle meurt le jeudi 11 décembre 2008, des suites de cette attaque cardiaque, après une semaine entre la vie et la mort[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Striporama (1953)
  • Varietease (1954)
  • Teaserama (1955)
  • Irving Klaw Bondage Classics, Volume I (London Enterprises, 1984)
  • Irving Klaw Bondage Classics, Volume II (London Enterprises, 1984)
  • Bettie Page: Pin Up Queen (Cult Epics, 2005)
  • Bettie Page: Bondage Queen (Cult Epics, 2005)
  • 100 Girls by Bunny Yeager (Cult Epics, 2005)
  • Bizarro Sex Loops, Volume 20 (Something Weird Video, 2008)

Biopics[modifier | modifier le code]

  • Bettie Page: Dark Angel, Cult Epics, 2004
  • The Notorious Bettie Page (2005)
  • Bettie Page se dévoile (Bettie Page Reveals All), documentaire prévu en 2009 par Mark Mori

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Renvois[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]