Payra-sur-l'Hers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Payra-sur-l'Hers
Image illustrative de l'article Payra-sur-l'Hers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Salles-sur-l'Hers
Intercommunalité Communauté de communes de Castelnaudary Lauragais Audois
Maire
Mandat
Jean-Jacques Flourié
2008-2014
Code postal 11410
Code commune 11275
Démographie
Population
municipale
178 hab. (2011)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 02″ N 1° 51′ 21″ E / 43.2672, 1.8558 ()43° 16′ 02″ Nord 1° 51′ 21″ Est / 43.2672, 1.8558 ()  
Altitude Min. 237 m – Max. 362 m
Superficie 24,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Payra-sur-l'Hers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Payra-sur-l'Hers

Payra-sur-l'Hers est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Payranais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Lauragais sur l'Hers-Mort

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme « Payra », d’origine gallo-romaine, proviendrait du nom « Patrius » et du suffixe « -anum ». Le premier témoignage textuel de la localité intervient en 1119 sous la forme « Pairano ».

En 1272, la communauté, déjà gérée par quatre consuls, dépendait de la baillie de Laurac. Elle fut ultérieurement rattachée à la bailie du Mas-Saintes-Puelles. La seigneurie appartenait en toute justice au roi (Henri IV) qui l’aliéna à Jacques de Marion, gouverneur de Castres, au milieu de XVIe siècle (La famille de Marion ayant rendu de grands services au Béarnais au cours des guerres de religion, Henri IV fut le bienfaiteur de cette famille).

Les seigneurs de Payra prirent une grande part aux guerres de Religion, qui n’épargnèrent pas la localité : le village, occupé par les protestants depuis 1568, fut en outre, traversé par l’armée de Coligny en 1570. En 1580, les troupes catholiques le détruisirent partiellement et, l’année suivante, revinrent l’incendier et investir le château. Sarah de Marion apporta Payra en mariage à Odet de Capriol-Mandoul, seigneur de Capriol, en 1592. La seigneurie demeura alors aux mains de cette vieille famille chevaleresque jusqu’en 1839. Trois autres co-seigneurs se partageaient ce domaine : l’hôpital de Villasavary, la confrérie de Laurac et le chapitre d’Alet. Enfin, la commune, qui prit en 1933 le nom de Payra-sur-l’Hers, culmina à 585 habitants en 1851. Aujourd’hui on ne décompte que 177 payranais.

Le Pech Donnadieu : En 1910, M. Fages, dans une communication à la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude (tome XXI), a signalé qu’il existait à 500 mètres du village, sur le pech Donnadieu, une motte carrée ancienne, sorte de camp retranché, surélevée de 2 mètres sur le terrain, ayant 16 mètres de côté et entourée d’un fossé de 13 mètres de largeur, à la partie supérieure. Ce fossé, de forme carrée, mesurerait 42 mètres de côté. Sa profondeur serait de 5 mètres côté motte, et de 3 mètres à l’extérieur. A 300 mètres, se trouverait un souterrain-refuge, orienté nord-sud, donnant accès à plusieurs salles creusées dans la molasse, à une profondeur d’un ou deux mètres. Un escalier donnerait accès à la première salle. L’ensemble est aujourd’hui obturé. Des objets préhistoriques y auraient été trouvés.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Payra-sur-l'Hers
Blason de Payra-sur-l'Hers Blason Parti : au 1) d’azur au cerf saillant d’or, au 2) d’hermine plain.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marcel Melet    
mars 2008   Jean-Jacques Flourié    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 178 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
404 418 521 502 538 585 575 558 585
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
574 536 528 447 477 418 364 386 391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
410 375 349 324 313 316 347 296 282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
241 206 192 184 158 177 157 154 178
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :