Moustache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moustache (homonymie).
Le philosophe Friedrich Nietzsche portant une moustache assez distinctive.
Le dessin de moustache est une forme de moquerie.

Une moustache est une pousse de poils qui se trouve sur la lèvre supérieure des hommes (sauf rares exceptions chez quelques femmes).

Peu de pathologies affectent la moustache à proprement parler, sinon le développement gênant, voire douloureux (rougeurs, démangeaisons), de pilosités sous-cutanées consécutif au rasage. Il peut être généralement évité par un gommage préventif de la peau avant le rasage, ou, en cas de développement avéré, par une simple friction de la moustache à l’aide d’un gant de crin.

Certains moustachus omettent volontairement de se raser les poils du nez afin de donner à leur moustache plus de volume[réf. nécessaire].

L’apparition de la moustache chez la femme peut provenir d’un déséquilibre de la balance hormonale - non provoqué par l’absorption de substances androgéniques exogènes s’entend - en particulier d’un excès de libération de testostérone et de delta-4 androstènedione par les ovaires. La moustache chez la femme peut trahir un dysfonctionnement ovarien d’origine kystique ou tumoral.

Histoire[modifier | modifier le code]

« Moustaches à la chinoise » de Charles II le Chauve.

Chez les Carolingiens, les moustaches augmentent d’épaisseur et de longueur[1].

La moustache était fort appréciée avant la Première Guerre mondiale et les Allemandes disaient alors « Ein Kuss ohne Schnurrbart ist wie Suppe ohne Salz[2] ». Le proverbe se retrouve par exemple dans Une famille d'Europe : Récit historique de Jean-Robert Pitte. Mais déjà La Pratique de l’allemand de la méthode Assimil, qui date d’entre les deux guerres, citait encore l’expression mais en parlait comme d’une opinion d’autrefois.

Autres aspects[modifier | modifier le code]

Chez l’animal, la moustache désigne un ensemble de poils raides, organe tactile servant notamment à la situation dans l’espace des félins ou de certains rongeurs, et que les scientifiques appellent vibrisses.

Dessiner des moustaches sur un portrait, une photographie, etc., est une plaisanterie simple et fréquente ; quand il s’agit de celle d’Hitler notamment, elle est communément peu appréciée.

Ossip Mandelstam, dans son épigramme contre Staline écrit : « Quand sa moustache rit, on dirait des cafards »[3].

La moustache a également un aspect culturel et communautaire visible, puisqu'on recense par exemple des concours de la plus belle moustache ou des groupes de jeu se référant à cette forme de pilosité. Longtemps ringardisée, la moustache semble revenir en grâce dans les courants avant-gardistes new-yorkais depuis le milieu des années 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume François Roger Molé, Histoire des modes françaises, Costard,‎ 1773 (lire en ligne), p. 155
  2. Un baiser sans moustache est comme une soupe sans sel.
  3. Patrick Boman,Bruno Fuligni,Stéphane Mahieu et Pascal Varejka, Le Guide suprême: Petit dictionnaire des dictateurs, Ginkgo Editeur, 2008, p. 195.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]