Mézidon-Canon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mézidon-Canon
La grange aux dîmes de l'ancienne abbaye Sainte-Barbe.
La grange aux dîmes de l'ancienne abbaye Sainte-Barbe.
Blason de Mézidon-Canon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Mézidon-Canon (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Auge
Maire
Mandat
François Aubey
2014-2020
Code postal 14270
Code commune 14431
Démographie
Gentilé Mézidonnais et Canonais
Population
municipale
4 972 hab. (2011)
Densité 455 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 25″ N 0° 04′ 12″ O / 49.073611, -0.07 ()49° 04′ 25″ Nord 0° 04′ 12″ Ouest / 49.073611, -0.07 ()  
Altitude Min. 9 m – Max. 72 m
Superficie 10,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Mézidon-Canon

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Mézidon-Canon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mézidon-Canon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mézidon-Canon

Mézidon-Canon est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 4 972 habitants[Note 1]. Elle est le chef-lieu du canton de Mézidon-Canon (les Mézidonnais et les Canonais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La localité est implantée sur la rive gauche de la Dives, à égale distance de Cabourg (au nord), de Caen (au nord-ouest), de Falaise (au sud) et de Lisieux (au nord-est). Elle fait partie du pays d'Auge.

Communes limitrophes de Mézidon-Canon[1]
Ouézy Magny-le-Freule Biéville-Quétiéville
Ouézy Mézidon-Canon[1] Le Mesnil-Mauger (comm. ass. d'Écajeul)
Vieux-Fumé,
Magny-la-Campagne
Percy-en-Auge Percy-en-Auge

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité de Mézidon est attesté sous les formes Mesodon vers 1040[2] et Mansus Adonis en 1137[3]. Il est issu du latin mansus, participe passé de maneō, « demeurer »[4], par l'ancien français mes, « habitation rurale, ferme »[3], et de l'anthroponyme germanique Odon[3].

Le nom de Canon est attesté sous les formes Chanon en 1155[2] et Kanon en 1198[2]. Il pourrait être issu de l'anthroponyme latin Canus ou germanique Cano[2].

Le français breuil, toponyme de l'ancienne commune absorbée en 1848, désigne un « bois entouré de haies  ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La commune est issue de la fusion, au fil du temps, de plusieurs communes. Le Breuil (265 habitants au recensement de 1846) est absorbé par Mézidon en 1848[5]. Dans le cadre du plan Raymond Marcellin visant à réduire le nombre de communes, Canon (1 039 habitants au recensement de 1968[6]) est rattachée à Mézidon (3 388 habitants au même recensement[7]) le 1er septembre 1972 ; la commune prend alors son nom actuel[8].

Canon, commune gérée par des prêtres, est l'un des points d'appui utilisés par Odon Stigand pour construire une forteresse stratégique au bord de la Dives, à la demande en 1050 du duc de Normandie, Guillaume le Bâtard. Odon met en place autour de cette forteresse une baronnie, et il devient le premier baron de Mézodon. Vers 1050, de retour d'une croisade, il fonde Mézidon. Très marqué par la mystique chrétienne, il construit le prieuré Sainte-Barbe à la suite de la guérison miraculeuse de l'un de ses fils. Celui-ci, deuxième baron de Mézidon après la mort en 1066 de son père, continue à donner un fort caractère religieux à la contrée. Collégiales, prieurés, églises se développent, et toute la Normandie accourt dans cette région de miracles. Canon est surtout connu pour son château et son église. Édifié au XVIIe siècle, le premier château a été détruit puis reconstruit au XVIIIe siècle par Jean-Baptiste-Jacques Élie de Beaumont et présente un mélange de styles, classique et anglais.

La commune de Mézidon a reçu la croix de guerre 1939-1945 pour faits de résistance. Elle a été rajoutée sur les armoiries de la commune.

Les 1er et 2 mai 1999 y est organisée la Coupe du monde de marche.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Mézidon-Canon

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules aux sept pals d’argent, aux neuf étoiles d’or brochant ordonnées 3.3.3.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1983 Henry Delisle PS Député
1983 1989 Roger Achard DVG  
1989 1995 Roger Bonnaud DVD  
1995 en cours François Aubey[9] SE, puis PRG, puis PS Conseiller général

Le conseil municipal est composé de vingt-sept membres dont le maire et quatre adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 972 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
489 528 553 483 490 455 473 622 905
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 029 1 144 1 202 1 179 1 133 1 103 1 127 1 109 1 177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 234 1 265 1 425 1 703 1 897 2 285 2 654 2 448 2 918
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 335 3 388 4 123 4 571 4 622 4 713 4 688 4 679 4 972
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Mézidon avait à une époque une grande foire internationale renommée.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Mézidon-Canon a accueilli la coupe du monde de marche 1999.

L'Union sportive des cheminots de Mézidon Football fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et une autre en division de district[17].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste-Jacques Élie de Beaumont (1732-1786), avocat, acquit le château de Canon en 1768.
  • Jean-Baptiste Armand Louis Léonce Élie de Beaumont (1798 à Mézidon-Canon - 1874 à Mézidon-Canon), géologue.
  • Georg K. Glaser (1910-1995), militant antinazi allemand et auteur de Secret et violence. Chronique des années rouge et brun (1920-1945), séjourna quelque temps à Canon dans les années 1938-39, où il travailla aux ateliers du chemin de fer comme traceur. Dans son ouvrage, George K. Glaser évoque d'ailleurs ses semaines passées à Canon, qui lui firent oublier la précarité de son quotidien d'éternel exilé[18].
  • Jacques Louis abbé de Viquesney né le 19 février 1724 à Mézidon. Devient directeur de la bibliothèque et du cabinet des médailles du prince Charles Alexandre de Lorraine en 1762. À sa « retraite » il revient à Mézidon où il y meurt le 31 octobre 1796 (10 brumaire an 5)[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a, b, c et d Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  3. a, b et c Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 1667
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253-247-9), p. 134
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Breuil », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 19 juillet 2012)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Canon », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 19 juillet 2012)
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Insee : toutes les modifications de commune pour le département du Calvados (14) de 1930 à 2012
  9. a et b Réélection 2014 : « Mézidon-Canon (14270) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 mai 2014)
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  11. « Château de Canon », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. a et b « Œuvres mobilières à Mézidon-Canon », base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Église du Breuil », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Ancienne abbaye Sainte-Barbe », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « ouest-france.fr - A Mézidon-Canon, la salle de spectacles « environnementale » inaugurée le 25 avril » (consulté le 24 avril 2009)
  16. « Groupe scolaire Jean-Jaurès et mairie annexe de Canon », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – USC Mézidon Football » (consulté le 6 février 2014)
  18. « Atheles.org - Georg K. Glaser - Secret et violence. Chronique des années rouge et brun (1920-1945) » (consulté le 6 avril 2013)
  19. http://mezidonhistoire.canalblog.com/archives/2009/08/19/14786725.html