Lucrezia Borgia (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucrezia Borgia
Image décrite ci-après
Thérèse Tietjens dans le rôle-titre

Genre Opéra
Nbre d'actes 2
Musique Gaetano Donizetti
Livret Felice Romani
Langue
originale
italien
Sources
littéraires
Lucrèce Borgia (1833)
drame en 3 actes de Victor Hugo
Dates de
composition
1833
Création 26 décembre 1833
La Scala, Milan
Création
française
31 octobre 1840
Théâtre italien de Paris
Personnages
  • Alfonso d'Este, duc de Ferrare (baryton)
  • Lucrezia Borgia (soprano)
  • Maffio Orsini (contralto)
  • Gennaro, jeune gentilhomme au service de Venise (ténor)
  • Liverotto, jeune gentilhomme au service de Venise (ténor)
  • Vitellozzo, jeune gentilhomme au service de Venise (basse)
  • Gazello (basse)
  • Rustighello, au service de Don Alfonso (ténor)
  • Gubetta, au service de Lucrezia (basse)
  • Astolfo, au service de Lucrezia (ténor)
  • Gens d'armes, officiers, et nobles de la République de Venise courtisans de Don Alfonso ; dames de compagnie, moines capucins, etc.
Airs
  • « Come'è bello ! Quale incanto » (Lucrezia) – Prologue
  • « Vieni, la mia vendetta » (Alfonso) – Acte I
  • « Il segreto per esser felici  » (Orsini) – Acte II
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucrèce Borgia (homonymie).

Lucrezia Borgia est un opéra en un prologue et 2 actes de Gaetano Donizetti sur un livret de Felice Romani d'après Victor Hugo, créé à la Scala de Milan le 26 décembre 1833.

Historique[modifier | modifier le code]

La pièce de Victor Hugo Lucrèce Borgia avait été créée à Paris le 2 février 1833 et remporta un succès si considérable que Donizetti songea aussitôt à en tirer un opéra. L'ouvrage fut composé dans un délai exceptionnellement bref puisqu'il fut créé à la Scala de Milan dès le 26 décembre 1833 avec Henriette Méric-Lalande dans le rôle-titre.

L'ouvrage est créé à Londres en 1839 au Her Majesty's Theatre avec Giulia Grisi dans le rôle-titre et le célèbre ténor Mario. Le 31 octobre 1840, l'opéra est créé à Paris au Théâtre des Italiens mais Victor Hugo obtient une ordonnance de justice qui le fait interdire pour contrefaçon. Avec un nouveau livret intitulé La Rinegata et les personnages italiens devenus turcs, les représentations purent toutefois reprendre et l'ouvrage fut joué à Paris dans cette version jusqu'en 1845.

La première production en langue anglaise eut lieu à Londres le 30 décembre 1843. Le ténor anglais Sims Reeves s'illustra dans le rôle de Gennaro.

Lucrezia Borgia fut ensuite montée à New York (Astor Place Opera House) en 1847 et repris en 1854 avec Giulia Grisi et en 1876 avec Thérèse Tietjens et le ténor Pasquale Brignoli. Thérèse Tietjens, qui avait chanté le rôle pour la première fois à Hambourg en 1849, le chanta fréquemment et en fut, au XIXe siècle, la plus célèbre interprète. Elle l'interpréta pour la dernière fois à Londres (Her Majesty's Theatre) en 1877 et, à cette occasion, elle s'effondra sur la scène tant elle était devenue obèse. Elle devait mourir peu après.

L'ouvrage fut produit à l'Academy of Music en 1882, et au Metropolitan Opera en 1902 avec Enrico Caruso en Gennaro. Il continua d'être régulièrement représenté jusqu'à faire son entrée définitive au répertoire avec la représentation du 24 avril 1933 à l'occasion du Mai musical de Florence.

Montserrat Caballe fit ses débuts aux États-Unis à Carnegie Hall en 1965 dans le rôle de Lucrezia. Cette représentation mémorable fut rapidement suivie d'un enregistrement historique avec Montserrat Caballe, Shirley Verrett, Alfredo Kraus et Ezio Flagello sous la baguette de Jonel Perlea, qui fit beaucoup pour populariser l'ouvrage aux États-Unis.

L'opéra comprend de nombreux airs célèbres en particulier le brindisi d'Orsini, rôle masculin interprété par un contralto, Il segreto per esser felici (Le secret du bonheur), qu'Ernestine Schumann-Heink a notamment particulièrement illustré. Sont également bien connus l'air de Lucrezia Com'è bello, l'air du ténor Di pescator ignobile, l'air de basse Vieni, la mia vendetta !, etc.

Vers la fin de 1840, Donizetti apporta quelques modifications à la partition, introduisant de nouveaux airs pour les ténors Nikolaï Ivanov et Mario. Il composa également deux finale : l'un avec l'aria du ténor Madre se ognor lontano et l'autre avec la cabalette de Lucrezia Era desso il figlio mio.

Dans le rôle de Gennaro, le ténor Mario a introduit, pour remplacer une scène du second acte, un récitatif et aria de Giuseppe Lillo Com'è soave quest' ora di silenzio (Qu'elle est douce cette heure de silence), et cette variante est occasionnellement retenue.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Type de voix Interprètes lors de la première le 26 décembre 1833
(Chef d'orchestre : Eugenio Cavallini)
Interprètes lors de la création française
le 31 octobre 1840
Alfonso d'Este, Duc de Ferrare baryton Luciano Mariani Antonio Tamburini
Lucrezia Borgia soprano Henriette Méric-Lalande Giulia Grisi
Maffio Orsini contralto Marietta Brambilla Luigia Bianchi
Gennaro, jeune gentilhomme
au service de la République de Venise
ténor Francesco Pedrazzi Mario
Liverotto, jeune gentilhomme
au service de la République de Venise
ténor Napoleone Marconi
Vitellozzo, jeune gentilhomme
au service de la République de Venise
basse Giuseppe Vaschetti
Gazello basse Giuseppe Visanetti
Rustighello, au service de Don Alfonso ténor Ranieri Pochini
Gubetta, au service de Lucrezia basse Domenico Spiaggi
Astolfo, au service de Lucrezia ténor Francesco Petrazzoli
Gens d'armes, officiers, et nobles de la République de Venise; courtisans de Don Alfonso ; dames de compagnie, moines capucins, etc.

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se déroule à Venise et à Ferrare au XVIe siècle.

Prologue[modifier | modifier le code]

Une fête nocturne se déroule au Palais Grimani à Venise. Sur la terrasse, Gennaro, fatigué, s'endort sur un banc de pierre. Lucrèce, masquée, apparaît et le contemple avec tendresse : Come'è bello ! Quale incanto (Ô bel enfant de la nature). Gennaro s'éveille et raconte qu'il a été élevé par un pauvre pêcheur : Di pescatore ignobile (D'un misérable pêcheur).

Ses amis entrent. Maffio Orsini arrache le masque de Lucrèce et Gennaro, frappé par la beauté de la jeune femme, ne réalise pas qu'elle est l'épouvantable Lucrèce Borgia. Dans un ensemble dramatique, ses amis lui rappellent comment, à cause d'elle, chacun d'eux a perdu qui un frère, qui un autre parent : Maffio Orsini, signora, son' io cui svenaste il dormente fratello (Madame, je suis Maffio Orsini dont vous avez assassiné le frère endormi). Gennaro, plein de haine, se détourne alors d'elle cependant que Lucrèce perd connaissance.

Acte I[modifier | modifier le code]

Sur une place publique de Ferrare, le duc Alfonso, quatrième mari de Lucrèce – les autres étant morts empoisonnés ou assassinés – est jaloux de Gennaro. Il ignore, comme Gennaro et ses amis, que le jeune homme est en réalité le fils de Lucrèce. Il chante un grand air : Vieni, la mia vendetta (Hâtons la vengeance) et sa cabalette : Qualunque sia l'evento (J'engage mon destin).

Gennaro et ses amis arrivent et voient le nom BORGIA inscrit en lettres majuscules au fronton du palais. Gennaro gravit les degrés et fait sauter la première lettre avec la pointe de son épée. Le duc ordonne alors de le faire arrêter.

Lucrèce, ignorant qui est l'auteur de l'outrage, exige de son mari que le coupable soit condamné à mort. Alfonso accepte avec empressement et fait entrer Gennaro. Lucrèce le supplie alors de l'épargner mais le duc reste inflexible, même devant les menaces de sa femme. Il condamne Gennaro à mourir empoisonné. Un trio magnifique réunit les trois protagonistes. Alfonse verse pour lui-même et pour Lucrèce le vin contenu dans un flacon d'argent tandis que, pour Gennaro, il verse le « vin des Borgia », un breuvage empoisonné contenu dans un flacon d'or. Mais Lucrèce possède l'antidote et, dès que son mari l'a laissée seule avec Gennaro, elle le lui administre et lui ordonne de fuir Ferrare.

Acte II[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Il segreto per esser felici (info)
Le brindisi d'Orsini interprété (en allemand) par Ernestine Schumann-Heink

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Lors d'un banquet à Ferrare au palais Negroni, Orsini chante son célèbre brindisi : Il segreto per esser felici (Le secret du bonheur). Soudain, un chant funèbre se fait entendre dans la pièce voisine et des moines capucins entrent en chantant tandis que les lumières baissent puis s'éteignent l'une après l'autre. Lucrèce fait alors son entrée : elle a empoisonné le vin que tous ses ennemis, réunis à l'occasion de ce banquet, viennent de boire à l'invitation d'Orsini et leurs cinq cercueils sont prêts à recevoir leurs cadavres. C'est alors qu'elle s'aperçoit que son fils illégitime, Gennaro, se trouve parmi eux. Elle lui tend un contre-poison qu'il refuse, ne voulant pas être sauvé si ses amis doivent mourir. Il la menace d'une dague et elle lui avoue qu'elle est sa mère, mais il la repousse. Lucrèce désespérée boit la coupe empoisonnée et s'effondre mourante sur le corps de son fils.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Année Distribution
(Lucrezia, Gennaro, Orsini, Alfonso)
Chef d'orchestre,
Opéra et Orchestre
Label
1965 Montserrat Caballe,
Alain Vanzo,
Jane Berbié,
Kostas Paskalis
Ionel Perlea,
Orchestre et chœur du New York City Opera
CD Audio : Opera D'Oro
Cat: 1030815
1966 Montserrat Caballe,
Alfredo Kraus,
Shirley Verrett,
Ezio Flagello
Ionel Perlea,
Chœur et Orchestre de la RCA Opera Italiana
CD Audio : RCA
Cat: RCAG 66422RG
1972 Joan Sutherland,
John Alexander,
Huguette Tourangeau,
Louis Quilico
Richard Bonynge,
Orchestre et chœur de l'opéra de Vancouver
CD Audio :
Cat:
1973 Leyla Gencer,
José Carreras,
Tatiana Troyanos,
Matteo Manuguerra
Nicola Rescigno,
Orchestre et chœur du Dallas Civic Opera
CD Audio : Melodram
Cat: 270109
1977 Joan Sutherland,
Giacomo Aragall,
Marilyn Horne,
Ingvar Wixell
Richard Bonynge,
National Philharmonic Orchestra et London Opera Chorus
CD Audio : Decca
Cat: 421497
1979 Leyla Gencer,
Alfredo Kraus,
Elena Zilio,
Bonaldo Giaiotti
Gabriele Ferro,
Orchestre et chœur du Teatro Comunale di Firenze
CD Audio : Living Stage
Cat: LS1096
1980 Joan Sutherland,
Alfredo Kraus,
Anne Howells,
Stafford Dean
John Copley,
Orchestre et chœur du Royal Opera House (Covent Garden)
DVD : Kultur
Cat:
1989 Joan Sutherland,
Alfredo Kraus,
Martine Dupuy,
Michele Pertusi
Richard Bonynge CD Audio : EMI Classics
Cat:D232361
2002 Mariella Devia,
Marcelo Alvarez,
Daniela Barcellona,
Michele Pertusi
Renato Palumbo
Orchestre et chœur de la Scala (Teatro Arcimboldi)
DVD : EMI Classics
Cat:D232361

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gustav Kobbé, Tout l'opéra, édition établie et révisée par le comte de Harewood, traduit de l'anglais par Marie-Caroline Aubert et Denis Collins, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1980.