Lucrèce Borgia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucrèce Borgia
Portrait de femme par Bartolomeo Veneto (le tableau est traditionnellement considéré comme représentant Lucrèce Borgia).
Portrait de femme par Bartolomeo Veneto (le tableau est traditionnellement considéré comme représentant Lucrèce Borgia).

Titre Seigneur de Pesaro et de Gradara, Duchesse de Bisceglie, Princesse de Salerno.
Biographie
Naissance 18 avril 1480
Subiaco, Italie
Décès 24 juin 1519 (à 39 ans)
Ferrare, Italie
Père Rodrigo Borgia (futur souverain pontife Alexandre VI)
Mère Vannozza Cattanei
Conjoint Giovanni Sforza
Alphonse d'Aragon
Alphonse Ier d'Este

Lucrèce Borgia (Lucrezia Borgia en italien), née à Subiaco le et morte à Ferrare le , est la fille naturelle du cardinal espagnol Rodrigo Borgia (futur pape Alexandre VI). Elle a marqué son époque comme protectrice des arts et des lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille naturelle du cardinal Rodrigo Borgia (futur pape Alexandre VI) et de Vannozza Cattanei, patricienne romaine, Lucrèce est la sœur de César Borgia et est célèbre pour sa beauté autant que pour ses mœurs prétendument dissolues.

Elle vit d'abord auprès de sa mère avec ses frères et ses nombreux beaux-pères. En effet, sa mère, bien que favorite officielle du cardinal Borgia, se marie quatre fois. Le dernier mari, Carlo Canale, est un humaniste qui enseigne aux enfants de sa femme le grec ancien et le latin. À l'adolescence, la jeune fille emménage dans le palais de son père, qui se fait passer auprès d'elle pour son oncle et ne lui révélera la vérité que plus tard. Borgia vit alors avec sa nouvelle maîtresse, Julia Farnèse, qui est mariée au peu plaisant Orsino Orsino. Celui-ci est le fils d'Adriana de Mila, la cousine du cardinal. C'est elle qui tient lieu de nouvelle mère à Lucrèce. La jeune fille est en effet élevée comme une véritable princesse et son éducation est soignée. Lucrèce aurait été la grande amie de Julia Farnèse, si tant est que ce mot puisse signifier quelque chose dans la sphère politique et le vivier d'intrigues dans lequel elle vivait. La série franco-allemande Borgia présente les deux femmes comme des rivales, Julia étant jalouse de la beauté et de la jeunesse de Lucrèce. Elle supporte mal en outre que son amant lui accorde autant d'attentions et de faveurs. Cette version, invérifiable, reste probable.

Même si son père et son frère, l'ambitieux César Borgia, l'aiment tendrement, Lucrèce est un outil politique à leurs yeux, comme toutes les femmes de son époque et de son rang. Elle ne commença à vivre l'existence tranquille à laquelle elle aspirait qu'après son troisième mariage :

  • 1493 : premier mariage, avec Giovanni Sforza, annulé en 1497 par son père le pape pour des raisons diplomatiques (changement d'alliance). Officiellement, l'annulation est due à la non-consommation de l'union. Sforza, vexé et humilié (il a dû déclarer devant des témoins qu'il était impuissant, ce qui est faux, car il a eu de nombreux enfants illégitimes), est le premier à faire courir le bruit de rapports incestueux entre Lucrèce Borgia, son père et son frère. Lucrèce n'aime pas ce mari, de dix ans plus vieux qu'elle, et encore moins la vie à Pesaro. Elle s'ennuie rapidement de Rome.
  • 1498 : deuxième mariage, avec Alphonse d'Aragon, assassiné en 1500 par Michelotto Corella, homme de main de son beau-frère César Borgia. Le couple ayant eu un fils, l'annulation pour non-consommation n'était plus possible. D'après le romancier Mario Puzo, ce bref mariage satisfait Lucrèce. Alphonse est jeune, séduisant, cultivé et attentionné. Toujours d'après l'auteur, elle supporte donc très mal son assassinat et se brouille avec son frère César. Elle est néanmoins contrainte par le pape de se remarier rapidement.
  • 1501 : troisième mariage, avec Alphonse Ier d'Este, futur duc de Ferrare (en 1505). Les clauses du mariage ont été négociées très âprement par les deux partis. Le père d'Alphonse, le duc Hercule Ier, considérait les Borgia comme des parvenus et Lucrèce comme une dépravée. Il lui était aussi difficile de voir son héritier épouser une bâtarde. Même si les bâtards sont légion dans l'Italie de l'époque et s'il est assez courant que les cardinaux et des papes aient des enfants qu'ils marient selon leurs intérêts politiques du moment (comme l'a fait Innocent VIII), la bâtardise reste une tare. Hercule exige donc une dot fabuleuse, ce à quoi le pape est récalcitrant, du fait de ses problèmes de trésorerie perpétuels.

À Ferrare, elle devient protectrice des arts. L'Arioste et Pietro Bembo la célèbrent. Son rôle politique est assez limité, surtout depuis la chute du clan Borgia lors de la mort du pape en 1503. Néanmoins, elle a été gouverneur de Spolète lorsque celui-ci était vivant. Elle est la seule des Borgia à survivre après le décès d'Alexandre VI et à mourir de mort naturelle.

Elle meurt à 39 ans d'une septicémie consécutive à la naissance d'une fille, qui ne survit pas non plus.

Descendance[modifier | modifier le code]

  • Du 2e mariage :
  1. Rodrigue d'Aragon (de Bisceglie) (1499-1512)
  • Du 3e mariage :
  1. Alessandro d'Este (* , † )
  2. une fille mort-née le [réf. nécessaire]
  3. Hercule II d'Este (1508-1559), duc en 1534, ∞ 1528 Renée de France (1510-1575), fille du roi de France Louis XII
  4. Hippolyte d'Este (1509-1572), cardinal de Ferrare en 1538
  5. Alessandro d'Este (* avril 1514, )[réf. nécessaire]
  6. Éléonore d'Este (née le , † ), nonne
  7. Francesco d'Este (it) (* 1er novembre 1516, † ), prince de Massa, ∞ 1540 Maria di Cardona († 1563)
  8. Isabella Maria d'Este (it) (* , † 1521)

Le mythe de Lucrèce Borgia et son influence sur les arts[modifier | modifier le code]

À partir du XXe siècle, de nombreuses biographies remettent en question les accusations d'immoralité portées contre Lucrèce Borgia (d'aucuns lui ont prêté un fils né de ses amours incestueuses avec son frère César, quelques bâtards, une activité d'empoisonneuse, etc.) et présentent le personnage comme la victime d'une époque plutôt cruelle pour les femmes. La réputation de Lucrèce Borgia a souffert des agissements de ses proches, mais les historiens s'accordent aujourd'hui à l'innocenter des multiples crimes et méfaits qui lui ont été imputés[1].

Lucrèce Borgia par Le Pinturicchio, 1492-1494.

Le personnage mythique de Lucrèce Borgia a inspiré de nombreux auteurs et artistes.

Littérature[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Neil Jordan prépare une super-production (60 millions de dollars) intitulée Lucrezia Borgia dont le rôle-titre devrait être interprété par Christina Ricci, entourée de Ewan McGregor, Jean Reno et John Malkovich.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Bande dessinée et mangas[modifier | modifier le code]

Sources biographiques (sélection)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le vrai visage des Borgia », Le Figaro Magazine du 8 octobre 2011.
  2. Sur le site morinie.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]