Lachau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lachau
Image illustrative de l'article Lachau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Séderon
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Ribiers Val de Méouge
Maire
Mandat
Philippe Magnus
2014-2020
Code postal 26560
Code commune 26154
Démographie
Population
municipale
219 hab. (2011)
Densité 8,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 13′ 59″ N 5° 38′ 19″ E / 44.2330555556, 5.6386111111144° 13′ 59″ Nord 5° 38′ 19″ Est / 44.2330555556, 5.63861111111  
Altitude Min. 676 m – Max. 1 538 m
Superficie 25,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Lachau

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Lachau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lachau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lachau

Lachau est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au Sud de la Drôme au milieu de prairies arrosées par la Méouge et la Lozance, entourée de collines parmi lesquelles on remarque celle du château (La montagne de Riable), couverte de ruines médiévales et celle de Pied de Mulet qui renferme une grotte.

Lachau est situé à 9 km de Séderon. Les communes les plus proches sont Ballons, Eygalayes, Izon-la-Bruisse et Montfroc. La commune est desservie par le ligne de bus no 43 (Laragne - Mévouillon)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine de Lachau remonte à la plus haute antiquité. Les Romains s’y établirent et sa seigneurie fut, pendant le Moyen Âge, l’une des plus importantes de la région.

  • 1209 : Le seigneur se nomme Reybaud de Lachau et prit part à des croisades contre les albigeois pour le comte de Toulouse sous le nom de Reimbaud de la Calma. La communauté se voit concéder un consulat.
  • 1230 : André Comte de Vienne et d'Alvon cède ses droits sur Lachau à Raymond de Mevouillon. Les propriétaires sont alors Galburge mariée à Guillaume de Baux prince d'Orange et Galburge mariée à Lambert Adhémar seigneur de Montélimar.
  • Entre 1230 et 1430, aucun document n'a été retrouvé, c'est la nuit totale sur la bourgade de Lachau.
  • 1450 : Pierre de Lachau, époux d'Eleonore d'Adhémar, reconnaît comme suzerain le Roi Dauphin.
  • 1582 : Le 18 octobre, Antoine II, gouverneur du Dauphiné vend ses parts de Lachau à René de la Tour Gouvernet
  • 1616 : René de la Tour de Gouvernet achète les parts d'Adhémar sur Lachau.
Notes tirées du livre de paroisse, du livre des comptes et du registre du conseil et de fabrique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 René Tremori PS  
mars 2008 2014 Philippe Magnus    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 219 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670 680 754 590 645 737 727 875 888
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
907 648 709 714 700 624 568 556 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
502 460 459 367 328 295 288 282 247
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
217 217 225 234 190 225 206 219 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique
Code commune Nom de la commune Année d'enquête Population provisoire à l'année d'enquête Population au recensement de 1999 Évolution annuelle moyenne /1999
26154 Lachau 2006 206 225 En % : -1,3 % • En valeur : -3

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coteaux-des-baronnies.

Emploi[modifier | modifier le code]

Population active[4] 84
Nombre de chômeurs 10
Taux de chômage 11,3 %

Immobilier[modifier | modifier le code]

Prix au m² (vente)[4] NC
Prix au m² (location) NC
Taux de propriétaires 66,7 %

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour de Riable.
  • L'église Notre-Dame de Calma : construite au XIIIe siècle en style roman, les transformations qu’elle subit plus tard y introduisirent l’ogival. Son architecture extérieure est d’une régularité parfaite. Sa nef en berceau, haute de 13,50 mètres, son transept, son abside et ses absidioles, tout s’accorde, tout s’harmonise pour en faire un monument admirable. Elle est classée comme monument historique.
  • L'abbaye de Cluny fut fondée en 910 à Mâcon. En 930, elle est soumise à la règle réformée de saint Benoît. Jusqu'à la fin du XIIe siècle le cartulaire de Cluny ne mentionne ni Lagrand ni Lachau. Donc le prieuré ne fut fondé qu'après 1190. L'église est donc du XIIIe siècle. Ce ne fut jamais un monastère, il y eut tout ou plus deux ou trois moines. En 1791 les biens du prieuré furent vendus à Nave Michel qui les revendit à plus de 100 habitants de Lachau.
  • Le château flanqué aux angles de tours rondes.
  • La tour de Riable : ruines d'un donjon médiéval quadrangulaire en cours de restauration[5].

Festivités[modifier | modifier le code]

La fête votive a lieu tous les étés autour du 15 août (le village de Lachau fête sainte Marie). Parmi les acteurs de cette fête, on trouve l'association du Luminaïre qui organise des expositions photographiques et des rencontres artisanales, le comité des fêtes qui couvre toutes sortes d'animations ainsi que l'association de la boule de Calma qui encadre les (nombreux) concours de pétanque dans le village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Bertrand (1847-1929) ancien député de la Drôme, décédé à Lachau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sur les libertés municipales de Lachau au Moyen Âge, voir : A. Gouron, « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux XIIe et XIIIe siècles », La science du droit dans le Midi de la France au Moyen Âge, Londres, 1984, p. 49.
  • La charte de consulat se trouve dans: P. Vaillant, Les libertés des communautés dauphinoises, des origines au 5 janvier 1355, Grenoble, 1951.
  • Voir également les ouvrages de Georges de Manteyer.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :