Kunheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kunheim
Entrée du village de Kunheim
Entrée du village de Kunheim
Blason de Kunheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Andolsheim
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Brisach
Maire
Mandat
Éric Scheer
2014-2020
Code postal 68320
Code commune 68172
Démographie
Gentilé Kunheimois, Kunheimoises
Population
municipale
1 789 hab. (2011)
Densité 152 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 37″ N 7° 32′ 06″ E / 48.0769, 7.53548° 04′ 37″ Nord 7° 32′ 06″ Est / 48.0769, 7.535  
Altitude Min. 181 m – Max. 190 m
Superficie 11,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Kunheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Kunheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kunheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kunheim

Kunheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Canal de Colmar.
Artère principale de Kunheim.

Kunheim fait partie du canton d'Andolsheim et de l'arrondissement de Colmar. Kunheim se trouve à environ 15 km de Colmar, la grande ville la plus proche. La proximité de la voie rapide A 35 à la sortie de Colmar permet d'atteindre facilement les grandes métropoles alsaciennes : Mulhouse, Colmar, Sélestat et Strasbourg.

Insolite : la situation climatique et géologique de la région Hardt Nord permet la plantation en terre du palmier Trachycarpus fortunei, lequel peut atteindre plusieurs mètres de haut. Certains sont visibles à Kunheim face à la mairie.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Canal de Colmar
  • le Rhin

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

À Kunheim, il n'y a pas de lieux-dits ou écarts.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Choneshaim, 785
  • Cuonenhaim, XIIIe siècle

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné pour la première fois en 785 dans un acte de donation de sainte Odile à l'abbaye d'Ebersmunster. La donation est confirmée en 998 par l'empereur Otton III. À partir du Xe siècle le bourg passe entre les mains des seigneurs de Horbourg. Plusieurs couvents possèdent des terres à Kunheim. C'est le cas par exemple de l'abbaye d'Erstein qui en 1023 reçoit des mains de Henri II du Saint-Empire romain germanique (9731024) des terrains dans la commune. Deux siècles plus tard, vers 1324 la famille des Horbourg vend ses terres aux comtes de Wurtemberg, qui confient la moitié du village, à leur tour en 1394 aux seigneurs de Rathsamhausen Zu Ehenweyer, puis le village entier à partir du XVIe siècle. En 1601, la Réforme est tardivement introduite dans le village. Entre Kunheim et Biesheim existait autrefois un village nommé Edenbourg (du celte aithin, coteau) qui figure sur la carte de Speckel (1576) et sur celle de Merian (1645) qui aurait été détruit en 1638. On y a découvert une figure bizarre de grès calcaire haute de onze pouces et large de neuf, qui tenait entre les dents un grand chêne dont elle mordait la capsule et dont la tige très déliée ne faisait pas corps avec le gland, des fragments de poterie semblable à celle des Étrusques, un bas relief représentant la moitié d'un athlète etc. En 1633 lors de la guerre de Trente Ans la population est assaillie par les Suédois qui se livrent aux pires exactions. La peste et la famine déclarées en 1636 anéantit le village entier. Le village est repeuplé en 1650 grâce à l'arrivée de Suisses alémaniques et des rares survivants cachés dans les environs. La peste apparaît à nouveau vers 1663 et décime une partie de la population[1]. Au XVIIIe siècle un grave incendie, puis des inondations répétées du Rhin, surtout en 1766 déplace le village de 1 km à l'est avec le concours des communes voisines appelées à l'aide. Après la réalisation du Grand canal d'Alsace et la création de zones rhénanes, la commune connaît une expansion sans limite. Évacué dès septembre 1939, Kunheim est gravement sinistré lors de l'offensive allemande de juin 1940. Une grande partie de la population se réfugie à Casteljaloux, en Lot-et-Garonne. Cet événement devint le thème du jumelage entre Kunheim et Casteljaloux, officialisé 60 ans plus tard en juin 1999. Le 16 juin 1940, le village a été très touché par les tirs d'artillerie allemande. Lors de la libération de la commune le 2 février 1945, le village est une nouvelle fois affecté par les tirs de l'artillerie allemande. L'après-guerre se révèle fertile sur le plan économique : création du port de Colmar-Neuf-Brisach qui attire des industriels à investir dans la région. En 1962, la cartonnerie de Kaysersberg s'installe dans le canton et installe une usine de carton ondulé, puis trois ans plus tard une usine de papier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Kunheim

Les armes de Kunheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à la fasce de sinople, au chevron écimé de gueules en chef. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Éric Scheer    
mars 1971 mars 2008 Raymond Gantz    
mars 1947 mars 1971 Albert Feuerbach    
mars 1945 mars 1947 Paul Sigwalt    
1941 1945 Charles Bollenbach    
1940 1941 Jacques Eckert    
1929 1939 Jacques Haemmerlin    
1919 1929 Jacques Bauer    
1908 1919 Jacques Husser    
1886 1908 Jacques Bauer    
1884 1886 Christian Sigwalt    
1875 1884 Jacques Bauer    
1859 1875 Frédéric Riess    
1848 1859 Michel Haemmerlin    
1837 1848 Philippe Hannhardt    
1831 1837 Georges Fischer    
1827 1831 David Spindler    
1823 1827 Jean Urban    
1818 1823 David Spindler    
1816 1818 Antoine Ulsass    
1815 1816 Martin Riess    
1814 1815 Georges Fischer    
1803 1814 Martin Riess    
1799 1803 Jacques Lehmann    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 789 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
261 283 394 514 622 614 666 731 724
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
666 700 735 704 707 715 687 697 685
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
654 642 600 593 557 563 536 498 548
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
600 752 1 035 1 179 1 313 1 569 1 691 1 772 1 764
2011 - - - - - - - -
1 789 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Kunheim
Mairie de Kunheim

L’église de Kunheim[modifier | modifier le code]

L'ancienne église fut détruite le 16 juin 1940.
« Notice no IA68004944 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Maison Husser-Ritzenthaler (1761)[modifier | modifier le code]

« Notice no IA68004960 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Ferme Hofert (1766)[modifier | modifier le code]

« Notice no IA68004958 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Ferme du XIXe siècle à pans de bois[modifier | modifier le code]

« Notice no IA68004959 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Mairie-école (1863)[modifier | modifier le code]

Elle abrite une poste depuis une date indéterminée.
« Notice no IA68004956 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Mémorial du vieux Kunheim (1977)[modifier | modifier le code]

La vie associative[modifier | modifier le code]

Kunheim possède un vaste tissu associatif

  • Aikido Club Kunheim
  • Association de pêche et de pisciculture (APP)
  • Badminton Loisir
  • Basket Club de Kunheim
  • Gymnastique féminine
  • Gymnastique volontaire
  • Judo Club Kunheim
  • Karate Club Kyokushinkai Kunheim (K.C.K.K.)
  • Tennis Club Kunheim (TCK)
  • Volley Club
  • Association culturelle des Vins de France « Tire-Bouchon »
  • CAAE. – Cre’Art
  • Groupe Vocal « Joie de chanter »
  • Ludothèque « Les Mickados »
  • Société d’histoire de la Hardt et du Ried (SHHR)
  • Société de Musique « Écho du Rhin »
  • ACMJE
  • Action catholique des enfants « Les Vives la Vie » (ACE)
  • AIREL : Association Intercommunale de rencontre et de loisirs du Ried
  • Amicale Jules Verne (AJV)
  • Amicale des Anciens Combattants
  • Club Rural du Ried
  • Amicale des Donneurs de Sang
  • Amicale des Sapeurs Pompiers
  • Jeunes Sapeurs-Pompiers

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Frédéric Aufschlager (1766-1833), pédagogue, historien et écrivain.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Équipements administratifs, scolaires, sportifs, culturels et associatifs[modifier | modifier le code]

  • Mairie/Poste
  • Caserne des Pompiers (CPI)
  • Salle des fêtes
  • Salle des sports
  • Salle Kegreis (salle polyvalente)
  • École Primaire Jules Verne et École Maternelle
  • Décheterie
  • Cours de Tennis
  • Parcours de santé
  • Plusieurs Médecins, (notamment dans le pôle santé rue de Casteljaloux)

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Une Brasserie (Au lion)
  • Un Café/Bar (À la vieille pompe)
  • Une Supérette (La Gourmandise)
  • Un Kebab (Chez Dino)
  • Un Coiffeur (La Boite à tifs)
  • Une Banque (Crédit Mutuel)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Textes et histoires pour Kunheim - Etude effectuée par "Maisons Paysannes d'Alsace" - Novembre 1984
  • Registres paroissiaux protestants et état civil de Kunheim de 1652 à 1908 - naissances, mariages, décès - P. HIRTZ - 2008
  • Kunheim - A la croisée des eaux - Collection Mémoire de vies - 2012


  1. On trouve encore à la place de l'ancienne église une croix et quelques vestiges permettant de localiser le vieux village
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011