Nambsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nambsheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Nambsheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Neuf-Brisach
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Brisach
Maire
Mandat
Jean-Paul Schmitt
2014-2020
Code postal 68740
Code commune 68230
Démographie
Population
municipale
608 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 07″ N 7° 33′ 50″ E / 47.9352777778, 7.5638888888947° 56′ 07″ Nord 7° 33′ 50″ Est / 47.9352777778, 7.56388888889  
Altitude Min. 197 m – Max. 208 m
Superficie 10,036 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Nambsheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Nambsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nambsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nambsheim
Liens
Site web site officiel Nambsheim

Nambsheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Nambsheim se situe le long du Rhin et du canal d'Alsace. Des digues ont été érigées pour minimiser les risques d'inondation, celles-ci sont surveillées depuis le XVIIIe siècle. Les inondations ont cessé lorsque vers 1890 l'ingénieur badois Tulla a corrigé la trajectoire du fleuve.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nambsheim est situé sur une ancienne voie romaine. Le bourg s'appelait Namesheim au XIIIe siècle et appartenait aux Habsbourg, qui y ont instauré un péage sur le commerce rhénan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Nambsheim

Les armes de Nambsheim se blasonnent ainsi :
« D'azur à trois lions d'or, deux et un. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Paul Schmitt    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 608 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
366 362 472 535 548 629 673 728 722
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
701 672 564 573 549 573 504 428 368
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365 357 355 346 333 331 326 280 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
263 261 343 346 345 406 537 574 608
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les monuments sont :

  • l'église Saint-Étienne ;
  • l'ancien moulin situé en dehors du village qui abrite actuellement les locaux de DuPont ;
  • la ferme seigneuriale située rue du Château ;
  • le banc reposoir datant du Second Empire.
Saint-Étienne, côté ouest.
Saint-Étienne, côté nord-est.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Patrice Schmitt : compagnon du Tour de France puis diplomate (vice-consul) à Francfort de 1999 à 2004, il est aujourd'hui directeur général de sociétés à Paris. Il est né le 18 juillet 1956, fils de Antoine, Édouard Schmitt (né le 22 avril 1922 à Nambsheim) et d'Anne Kleindienst (née à Heiteren).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :