Jacques Sernas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Sernas

alt=Description de l'image Jacques Sernas 1955 cropped.jpg.
Nom de naissance Jacques Bernard Sernas
Naissance 30 juillet 1925 (89 ans)
Kaunas, Lituanie
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession Acteur

Jacques Sernas, né le 30 juillet 1925 à Kaunas (Lituanie), est un acteur français ayant fait une carrière internationale, notamment en Italie. Il a joué dans plusieurs péplums.

Biographie[modifier | modifier le code]

Si le cinéma compte plusieurs Hélène de Sparte ou Hélène de Troie marquantes (Hedy Lamarr, Elizabeth Taylor...), Jacques Sernas fut le seul Paris digne de ce nom : en d'autres temps, sa beauté lisse eut appelé le ciseau de Phidias ou Praxitèle. Mais ce jeune premier français d'origine lituanienne débuta sous le double patronage de Jean Gabin au creux de la vague et de Martine Carol à l'orée du vedettariat, et se révéla sous la direction de Marcel L'Herbier et Pietro Germi.

Si Sernas effectua presque toute sa carrière en Italie, avec une nette prédilection pour le péplum, il travailla aussi en France avec Christian-Jaque, Edmond T. Gréville et Jacqueline Audry, et entama même une carrière hollywoodienne qui tourna court rapidement, sans que la faute lui en incombe.

Une certaine perfection[modifier | modifier le code]

De père lituanien et de mère russe, Jacques Sernas s'installe en France avec sa mère alors qu'il a un an, après le décès de son père Jokūbas Šernas (qui fut ministre de la justice dans son pays), et son cosmopolitisme s'exprime dès l'adolescence puisqu'il pratique au moins quatre langues.

Pendant la guerre, encore lycéen, il devient résistant. Arrêté par les Allemands, il doit attendre la libération dans le camp de Buchenwald. Il entame ensuite des études de médecine à Paris tout en gagnant sa vie et celle de sa mère comme veilleur de nuit, serveur au Café de la Paix, moniteur de ski à Chamonix... et en couvrant le procès de Nuremberg pour le journal Combat !

Remarqué alors qu'il s'entraîne à la boxe, il obtient une figuration dans un premier film, tout en poursuivant ses études.

C'est tout naturellement qu'il passe de la société de production française Lux à son équivalente italienne, recruté sur photos pour le film Jeunesse perdue - le contrat est même signé par courrier postal...

Exilé volontaire[modifier | modifier le code]

Jacques Sernas s'installe en Italie fin 1947 et ne quittera pratiquement plus la patrie de Rossellini, Vittorio De Sica et Visconti. Cependant ses directeurs d'élection s'appelleront Sergio Grieco et Sergio Corbucci...

Malgré Pietro Germi et Alberto Lattuada, et plus tard Alberto Cavalcanti et Dino Risi, Sernas s'oriente rapidement vers un cinéma d'aventures : Les Mousquetaires de la mer, Le Faucon rouge...

Dans un premier temps, il continue d'apparaître dans des films français (Jean de la lune, Barbe-Bleue, C'est la faute d'Adam) mais entre Yves Montand, Danielle Darrieux, François Périer, Pierre Brasseur, Erich von Stroheim, Dany Robin d'un côté, et Carla Del Poggio, Silvana Mangano, Vittorio Gassman, Antonella Lualdi, Anna Magnani, Gino Cervi de l'autre, son cœur ne balance pas longtemps, d'autant que le beau Jacques a épousé une journaliste romaine en 1955. Par ailleurs, en cette époque glorieuse du cinéma italien, le Français n'est pas dépaysé car il croise fréquemment des compatriotes sur les plateaux de Cinecitta : Charles Vanel, Serge Reggiani, Alain Cuny, Maurice Chevalier - que des pointures !

Marbre antique[modifier | modifier le code]

Après le succès de Hélène de Troie (avec Brigitte Bardot dans une quasi figuration, elle qui eût fait une Hélène idéale, moins fade que Rossana Podesta) et de L'Enfer de Diên Biên Phu, deux productions américaines, Sernas gagne Hollywood mais, déçu par l'expérience qui dure deux ans (il apparaît seulement dans une poignée de séries), il revient en Italie.

Il entame alors un cycle de péplums, genre en pleine expansion depuis le triomphe de Quo Vadis ? et Les Travaux d'Hercule. Il enchaîne Aphrodite avec Belinda Lee, Sous le signe de Rome avec Anita Ekberg, Salammbô avec Jeanne Valérie, La Reine des Barbares avec la danseuse cubaine Chelo Alonso, Les Horaces et les Curiaces avec l'américain Alan Ladd, Maciste contre le fantôme avec Gordon Scott et Gianna Maria Canale, La Bataille de Corinthe avec Geneviève Grad et John Drew Barrymore, Romulus et Rémus avec Steve Reeves et Virna Lisi, Le Fils de Spartacus...

De 1957 à 1961, l'acteur s'évade peu des reconstitutions pseudo-antiques où son physique de beau gosse athlétique fait merveille, sinon comme partenaire de Michèle Mercier dans Les Nuits de Lucrèce Borgia et de Dalida dans Parlez-moi d'amour ; il participe également à La dolce vita de Fellini.

Sa notoriété et son assimilation sont telles que, lorsque Georges Marchal vient donner la réplique à son compatriote dans Sous le signe de Rome, les autochtones le surnomment le "Jacques Sernas français" !

La Fin d'une époque[modifier | modifier le code]

Lorsque le filon du péplum s'épuise et tombe en décadence, Sernas s'essaie de nouveau aux productions internationales (Les 55 Jours de Pékin, Guerre secrète) puis retrouve le film de guerre (Le Jour le plus court avec Jean-Paul Belmondo et Annie Girardot) et s'essaie au policier parodique (Barbouze chérie avec Mireille Darc) et au western spaghetti (Trois Cavaliers pour Fort Yuma avec Giuliano Gemma et Sophie Daumier).

À partir de 1970, l'acteur entre en semi-retraite. On relève encore dans sa filmographie L'Assaut des jeunes loups avec Rock Hudson en vedette, La Peau de Liliana Cavani d'après Malaparte, L'Avare de Tonino Cervi d'après Molière, L'Africaine de Margarethe von Trotta. Mais son apparition dans L'Addition de Denis Amar passe inaperçue.

Oublié en France, Jacques Sernas se contente désormais de jouer dans des films et des téléfilms italiens qui ne passent plus la frontière de l'hexagone.

Source[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lorella De Luca et Jacques Sernas dans le film Sous le signe de Rome (1959) de Guido Brignone

Théâtre[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]