Les 55 Jours de Pékin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les 55 Jours de Pekin

Description de l'image  55-Days-Peking.jpg.
Titre original 55 Days at Peking
Réalisation Nicholas Ray
Scénario Philip Yodan
Bernard Gordon
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film dramatique
Sortie 1963
Durée 154 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les 55 Jours de Pékin (55 Days at Peking) est un film réalisé par Nicholas Ray

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pékin, 1900. La révolte des Boxers prend de l'ampleur et les autorités chinoises sont divisées : le général Jung-Lu presse l'impératrice Tzu-Hsi d'arrêter les fanatiques, tandis que le prince Tuan lui conseille de les aider à chasser les étrangers. Face à la menace de conflit, les délégations étrangères regroupées au sein du Quartier des légations, organisent leur défense. Le major Matt Lewis arrive à Pékin à la tête d'un détachement chargé de protéger l'ambassade américaine. Il y rencontre la baronne Natacha Ivanoff et l'ambassadeur britannique, Sir Arthur Robertson. Le 20 juin, le siège du quartier des ambassades commence. Il durera 55 jours…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Charlton Heston a déclaré que sa relation avec Ava Gardner était très mauvaise, celle-ci s’étant comportée de manière non professionnelle au cours du tournage. Mais il a aussi déclaré avoir beaucoup aimé travailler avec David Niven.

Tournage[modifier | modifier le code]

La ville de Pékin fut reconstituée sur plus de 100 hectares à Las Rozas de Madrid, dans les environs de Madrid. De nombreux Chinois d'Espagne et d'Europe furent engagés comme figurants.

Le plan-séquence d'ouverture survole les concessions de tous les pays occidentaux, pendant la montée des couleurs au son de l'hymne national. La mise en scène des protagonistes chinois souffre d'incongruités historiques dans les costumes, les étendards, et les situations. La plus connue place l'audience de l'impératrice Tseu-Hi dans la pagode du Temple du ciel.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • « La réalisation est constamment grandiose, mêlant habilement les actions violentes avec une figuration énorme, réalisées à la perfection, et les scènes plus calmes... »
    Cinématographie française, 1er juin 1963
  • « Sur un canevas historique dont on s'étonne d'ailleurs qu'il n'avait pas encore inspiré le cinéma, Nicholas Ray a brodé une histoire d'amour et d’héroïsme susceptible de plaire à tous les spectateurs »
    Le soir de Bruxelles, 4 juin 1963
  • « Le plus grand (et le premier) western chinois. On pense souvent à Alamo, mais dans un décor très différent... L'ampleur des moyens mis en œuvre est saisissante. Un film où l'on en a plein la vue. »
    Candide, 6 juin 1963
  • « Une superproduction qui croule sous le luxe et la beauté... Pendant deux heures trente, on plonge avec délices et frissons au cœur de la Cité Interdite. »
    Pascal Mathieu, VSD, 2 juin 1963

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]