Hindisheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hindisheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Hindisheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Erstein
Intercommunalité C.C. du Pays d'Erstein
Maire
Mandat
Pascal Nothisen
2014-2020
Code postal 67150
Code commune 67197
Démographie
Population
municipale
1 398 hab. (2011)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 11″ N 7° 38′ 23″ E / 48.4697, 7.6397 ()48° 28′ 11″ Nord 7° 38′ 23″ Est / 48.4697, 7.6397 ()  
Altitude Min. 148 m – Max. 154 m
Superficie 11,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Hindisheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Hindisheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hindisheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hindisheim

Hindisheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

À une vingtaine de kilomètres au sud-est de Strasbourg et non loin de la ligne SNCF Strasbourg-Bâle, Hindisheim, village de plaine, a le privilège de s'étendre dans un cadre rural idéal.

Hindisheim est un village situé sur la route départementale 207, légèrement à l'écart de la RD 1083.

Le village est localisé dans le Bruch de l'Andlau. Il convient de ne pas confondre le Bruch (sans « e ») qui désigne des plaines inondables avec la rivière éponyme (la Bruche) qui longe d'ailleurs la face ouest d'Hindisheim. On peut toutefois noter que l'étymologie des deux est liées.

La commune est rattachée au canton d'Erstein.

Le ban communal de 1 183 ha, traversé dans sa longueur par l'Andlau, compte 880 ha de prés et champs et 303 ha de forêts ; le village, à lui seul, occupe une superficie de 52 ha.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village remonte à la période gallo-romaine, mais les premières mentions écrites de son existence datent du haut Moyen Âge. Il a traversé les siècles comme nombre de communes alsaciennes en subissant les grands épisodes de l'histoire : les procès en sorcellerie (11 victimes ont été condamnées à Hindisheim pour sorcellerie), la guerre de Trente Ans, le rattachement au Royaume de France, la Révolution, les trois conflits entre la France et l'Allemagne.

Le village comportait initialement deux châteaux. Détruits vers la moitié du XIXe siècle (la date exacte est inconnue), ils ne furent jamais reconstruits.

À noter qu'une des origines plausibles du nom du village est Huno Villis, soit la demeure du Hun, une des légende sur la création du village étant qu'un guerrier hun d'Attila se serait fixé sur ce site, au cours d'une des invasions que la région a subie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Hindisheim

Les armes d'Hindisheim se blasonnent ainsi :
« D'azur à la clef d'or accostée de deux étoiles du même. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Pascal NOTHISEN [2] SE  
mars 2008 mars 2014 Jean-Michel GALEA [3] SE  
mars 2001 mars 2008 Jean-Michel GALEA SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 398 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
936 915 1 088 1 073 1 172 1 255 1 244 1 288 1 276
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 249 1 261 1 301 1 312 1 291 1 269 1 209 1 162 1 182
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 174 1 141 1 143 1 077 1 084 1 070 1 077 1 092 1 042
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 063 1 064 1 068 1 158 1 204 1 369 1 363 1 362 1 398
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Éducation[modifier | modifier le code]

Le village compte deux écoles :

  • une école maternelle ;
  • une école primaire (située dans le même bâtiment que la mairie).

Économie[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre et Saint-Paul
La chapelle de la Vierge

Le village compte plusieurs commerces de proximité (boucherie, boulangerie, épicerie).
Une zone artisanale se trouve au sud du village, avec notamment la société SOLEIL DES ILES, un des leaders français des produits solaires au Monoï de Tahiti.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Hindisheim est particulièrement connu pour ses nombreux corps de ferme et maisons à colombages. On en dénombre plus de 150, dont une soixantaine est datée sur la facade, la plupart étant très bien entretenue et en excellente conservation. La plus ancienne date de 1596.
  • Chapelle de la Vierge datée de 1553.

La chapelle de Hindisheim est dédiée à la sainte Vierge et aux 14 saints auxiliaires. Les premières traces de cette chapelle remontent au XIVe siècle. Il n'en reste aujourd'hui que les murs. La chapelle a été reconstruite au XVIe siècle comme en atteste la mention au-dessus de la porte de la date 1553. Elle n’a jamais fait fonction d’église paroissiale sauf pendant la période de construction de celle-ci (1889). Elle a la particularité de posséder l'un des deux seuls clochers à colombages d'Alsace. C’est sinon une construction simple. La nef mesure 11 m sur 5,5 m. Les fenêtres sont toutes de forme et de dimensions différentes. Elle fut vendue pendant la Révolution comme bien national, puis rouverte en 1813. On y trouve également les statues de 14 saints auxiliaires : Catherine, Georges, Blaise, Denis, Marguerite, Pantaléon, Ackarius, Gilles, Eustache, Cyriak, Wite, Erasme, Christophe et Barbe

  • Église Saints-Pierre-et-Paul, XIXe siècle, orgue Rinckenbach (1922).
  • Colonne de l'an 2000 qui recense tous les anciens noms du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Associations locales[modifier | modifier le code]

  • Union sportive Hindisheim[7]
  • Cercle Saint-Étienne

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Soirées harengs (les 2 premiers samedis du mois de mars)
  • Marché aux Puces (3e ou 4e dimanche d'avril)
  • Feu de la Saint-Jean et Balade Alsacienne (un samedi mi-juin)
  • Fête des récoltes d'antan (1er week-end de septembre)
  • Loto (premier samedi du mois de novembre)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :