Gandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gandia (Gandie)
Gandía (es)
Blason de Gandia (Gandie)
Héraldique
Drapeau de Gandia (Gandie)
Drapeau
Passeig de les Germanies de Gandie.
Passeig de les Germanies de Gandie.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Communauté valencienne Communauté valencienne
Province Province de Valence Province de Valence
Comarque Safor
District judic. Gandie
Maire
Mandat
Arturo Torró Chisvert (PP)
Depuis 2011
Code postal 46700, 46701, 46702, 46703, 46730
Démographie
Gentilé Gandien (fr)
Gandià/na (ca)
Gandiense (es)
Population 78 543 hab. (2013)
Densité 1 291 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 58′ 00″ N 0° 10′ 56″ O / 38.966667, -0.18222238° 58′ 00″ Nord 0° 10′ 56″ Ouest / 38.966667, -0.182222  
Altitude 22 m
Superficie 6 083 ha = 60,83 km2
Rivière(s) Serpis
Bordée par Méditerranée
Divers
Saint patron Premier dimanche d'août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Communauté valencienne

Voir sur la carte administrative de Communauté valencienne
City locator 14.svg
Gandia (Gandie)

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Gandia (Gandie)

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Gandia (Gandie)
Liens
Site web www.gandia.org

Gandie en français, Gandia, en valencien et officiellement[1],[2] (Gandía en castillan), est une commune d'Espagne de la province de Valence dans la Communauté valencienne. Elle est le chef-lieu de la comarque de la Safor. Elle se trouve sur les rives du Serpis, petit fleuve dont le nom ancien était riu d'Alcoi, sa source se trouvant près de cette ville. Elle est située dans la zone à prédominance linguistique valencienne[3].

Jadis berceau d'Ausiàs March, de Joanot Martorell, de Joan Roís de Corella et de la famille des Borja (Borgia en italien), Gandie est de nos jours une importante station balnéaire, grâce à son Grau (port) sur la côte méditerranéenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gandie est située au sud de la province de Valence, sur la côte méditerranéenne à 69,9 km de Valence. Le territoire communal est relativement plat dans le secteur proche du littoral, et montagneux à l'ouest, dans la partie qui pénètre dans les contreforts de la Sierra de Montdúver, alors qu'au sud-ouest on trouve la Sierra de la Falconera. Le fleuve Serpis traverse la commune de Gandie, pour aller déboucher dans la méditerranée, au sud du Grau de Gandie.

Le territoire communal de Gandie comporte également les différents noyaux de population :

  • L'Ermita
  • Barranc Blanc
  • Corral del Moliner
  • Grau y Platja
  • Marxuquera Alta
  • Marxuquera Baixa
  • Meravelles-Cova Negra
  • Mollo de La Creu
  • Monte Pino
  • Monte Sol
  • Racó dels Frares
  • Santa Marta
  • Xauxa

Quartiers[modifier | modifier le code]

Administrativement, la Mairie de Gandie a divisé le noyau urbain de manière suivante :

  1. Grau, Venecia y Rafalcaíd.
  2. Beniopa.
  3. Benipeixcar.
  4. Santa Ana (également connu sous le nom de Nazaret).
  5. Marxuquera.
  6. Corea.
  7. Raval.
  8. Centre historique.
  9. Platja (Plage)
  10. Plaza Elíptica, República Argentina.
  11. Roís de Corella, Hospital.

Quant au codes postaux, on passa en 2005 de deux codes postaux: un pour Gandie (46700) et un autre pour le Grau et la Plage (46730) à cinq codes postaux. Désormais, la ville de Gandie est divisée en trois zones (46701, 46702, 46703), le Grau et la Plage gardent le même (46730) tandis que le 46700 était réservé pour les boites postales.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Gandie est entourée par les communes suivantes, toutes faisant partie de la province de Valence :

Ador, Almoines, Barx, Bellreguard, Benirredrà, Daimús, Guardamar de la Safor, Xeraco, Xeresa, Llutxent, Miramar, Palma de Gandía, Pinet et Real de Gandía.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Origines

On a trouvé des restes remontant au Paléolithique, lors de fouilles archéologiques réalisées dans les cavernes du Parpalló (Cova del Parpalló ) de les Meravelles et le Barranc del Llop. Ces grottes seront habitées par l'homme de Cro-Magnon pendant plusieurs milliers d'années, du Gravettien au Magdalénien. Des objets ibériques ont été découverts également, et on a pu relever un processus de romanisation de la société locale de l’époque.

  • La ville médiévale

Pour ce qui est de Gandie proprement dite, on n’en a pas de trace avant 1240, si ce n’est une ancienne alqueria (ferme) arabe, année au cours de laquelle le roi Jacques Ier a conquis le château de Bairén (es : Bayren). Au début du XIVe siècle Gandie n’était qu’une petite ville médiévale florissante, avec une économie étroitement liée à l’agriculture (principalement la canne à sucre), mais aussi au commerce et à l’artisanat. Ainsi, les premières années du XIVe siècle virent la construction d’un noyau urbain protégé par des remparts, endroit idéal pour rassembler les différents groupes dispersés dans toute la campagne environnante. Le roi Jacques II légua Gandie à son fils, l’infant Pere, en 1323. À son tour, Alfons el Vell, fils de Pere, hérita de Gandie en 1359 et en fit un duché royal en 1399. Le nouveau duc, Alfons el Vell (Alphonse le Vieux), fit de Gandie sa résidence et la convertit en une cour prestigieuse, sur le modèle renaissant italien, dont sont issus les grandes figures littéraires Ausiàs March, Joanot Martorell et Roís de Corella. Le Duc construisit des édifices comme le Palais Ducal, le Monastère de Sant Jeroni de Cotalba ou la rénovation de l’église de Santa Maria la Major.

En 1485, le cardinal Roderic, (es : Rodrigo), futur pape Alexandre VI, acheta le Duché de Gandie pour son fils Pedro-Luis de Borja (es : Pedro Luis), premier duc de Gandie, la ville connut une époque de splendeur.

Après la mort prématurée de Pedro-Luis de Borja, son frère Jean (es : Juan) lui succéda . Pedro-Luis se maria avec María Enríquez et fut assassiné alors que son frère héritait et épousait sa femme Maria Enriquez, Jean fut à son tour assassiné et son fils Jean héritait mais était encore mineur. María gouverna donc le Duché pour Jean II de Gandie en tant que régente. Le quatrième duc, François Borgia (es : Francisco) de Borja lança la construction d’une seconde enceinte défensive, et d'une école qui devint très vite l’Université de Gandie. François entra alors dans la Compagnie de Jésus en 1550 et abdiqua en faveur de son fils Carles (es : Carlos) de Borja. Avec Carles et son épouse Magdalena de Centelles i Folch, sœur et héritière du comte d’Oliva, Gandie devint l’une des villes les plus florissantes et les plus puissantes de la Péninsule. C'est à partir de la dernière décennie du siècle, après que Francesc de Borja i Centelles eut succédé à son père, Carles de Borja, que l'on commence à ressentir les premiers symptômes d’une crise. Des finances malades, l’endettement de la noblesse, l’expulsion des Morisques, la décadence de la culture de la canne à sucre, due à l’arrivée du sucre américain, la peste, la criminalité et la seconde guerre des Germanies, sont autant de facteurs qui feront du XVIIe un siècle critique dans l’histoire de Gandie.

  • Le XVIIIe siècle

Ce fut un siècle marqué par la Guerre de Succession d'Espagne. Le royaume de Valence perdit ses Furs (es : Fueros, ensemble de lois spécifiques au royaume) après la bataille d’Almansa, en 1707. Les ducs de Gandia étaient depuis longtemps absents de leurs terres de la Safor, ce qui fut à l’origine d’une opposition contre la puissance seigneuriale. Au milieu du XVIIIe siècle, le onzième duc de Gandie, Lluís Ignasi (es : Luis Ignacio) de Borja, mourut à Madrid et le titre de duc de Gandie passa alors à ses parents les plus proches, d’abord aux Benavente, puis aux Osuna, qui conservèrent depuis ce titre.

  • Le XIXe siècle

Après les Cortès (assemblée législative espagnole) de Cadix, en 1812, le régime féodal fut définitivement supprimé. Ainsi, tous les lieux appartenant aux Borja s’émancipèrent petit à petit de la tutelle seigneuriale. C'est en 1881 que démarra la démolition des murailles et que le premier journal de la ville (El Litoral) vit le jour.

En 1886, le port fut inauguré, et en 1893 ce fut au tour de la ligne de train Gandia-Alcoy. La culture de l’oranger commença à se développer grâce aux nouveaux moyens de transport.

  • Le XXe siècle

Le commerce qui en découla constitua à l’époque moderne, avec des fluctuations dues au marché européen, la base de la vie économique de la ville, et malgré les différentes crises et la guerre civile, Gandie et la Safor réussirent à s'épanouir, grâce à la culture de l’orange et, à partir des années 1960, au tourisme.

Démographie[modifier | modifier le code]

Gandie comptait, en 2011, 78 704 habitants[4]. On estime à 18,04 %, le pourcentage de la population issue de l'immigration.

Évolution démographique de Gandie
1857 1887 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1981 1991 2000 2005 2011
6785 8723 10 026 11 635 12 676 14 009 19 975 20 100 20 340 36 342 48 494 52 000 59 123 71 429 78 704

Entre les recensements de 1960 et 1970, la mairie de Gandie a ajouté les communes de Beniopa et Benipeixcar, jusque là indépendantes.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires, depuis les premières élections démocratiques.

Législature Nom du Maire Parti politique
1979-1983 Juan Roman UCD
1983-1987 Salvador Moragues PSPV-PSOE
1987-1991 Salvador Moragues PSPV-PSOE
1991-1995 Pepa Frau PSPV-PSOE
1995-1999 Pepa Frau PSPV-PSOE
1999-2003 Pepa Frau PSPV-PSOE
2003-2007 José Manuel Orengo Pastor PSPV-PSOE

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, Gandie développa la culture de la soie ainsi que les fruits secs. Mais la construction de la ligne de chemin de fer entre Gandie et Alcoi, et du port charbonnier en 1893, les poussa à se tourner vers la culture des orangers, culture aujourd'hui encore prédominante.

Elle est devenue depuis plusieurs années, une destination touristique très prisée, en raison de ses plages de qualité. Ce tourisme saisonnier est issu de l'intérieur de l'Espagne, en grande partie.

Éducation[modifier | modifier le code]

On trouve à Gandie des représentations de l'Université polytechnique de Valence et de l'Université de Valence, avec l'Université d'été. L'Université Nationale d'Éducation à Distance (Universidad nacional de Educación a Distancia, UNED) a également une représentation dans la ville.

Circuits touristiques[modifier | modifier le code]

  • Entre Senill et Borró
Itinéraire des marais aux dunes

Ce parcours est long de 8,7 km, du premier au dernier arrêt. Ceux-ci sont distribués de la façon suivante : Si l'on part de Gandia, le trajet total est de 13,3 km.

  • El Racó del Duc
Ancienne voie ferrée, entre Alcoy et Gandia

El Racó del Duc (le coin du Duc), appelé aussi barranc de l’Infern (Ravin de l’Enfer), est la partie du fleuve Serpis qui coule entre les communes de Villalonga (Valence) et de l’Orxa (Alicante). Le fleuve traverse un défilé délimité par les monts de la Safor (1 013 m s.n.m.) et de la Cuta (680 m s.n.m).

  • La Drova-Barx
Route touristique de la Drova à Barx, passant par Marxuquera et l’Ermita

En suivant le Passeig de les Germanies (es : Paseo de Germanías) en direction de l’Hôpital, on trouve des pancartes indiquant la route à suivre pour aller à Barx. Ce chemin conduit à Marxuquera et l’Ermita.

Le dimanche se tient à l’Ermita une brocante.

  • Sant Jeroni
Route écolo-touristique du Monastère de Sant Jeroni de Cotalba

Accès : par la route départementale 320, en direction d’Albaida avant d’arriver à Ròtova. Le Monastère de Sant Jeroni de Cotalba date du XIVe siècle. Il est actuellement est possible de visiter la plus grande partie du monument. C’est une propriété privée, acquise par la famille Trénor pendant le désamortissement (expropriation des terrains et des biens de l'Église).

Ville ducale[modifier | modifier le code]

C’est l’un des monuments les plus emblématiques de Gandie ; il est situé dans la vieille enceinte qui entoure la ville médiévale. Il s’agit d’un bâtiment construit autour d’une grande cour centrale, d'où part un escalier en deux volées.

On remarquera surtout el Saló de Corones (le Salon des Couronnes), la Sala dels Carròs i Centelles, la Sala Daurada (La Salle Dorée), la céramique de Manises datant du XVIIIe siècle renvoyant aux quatre éléments et la cellule-oratoire de Sant Francesc de Borja.

  • L’Ancienne Université

Celui qui allait devenir Sant Francesc de Borja créa en 1549 une Université gérée par la Compagnie de Jésus. L’université comprenait : des cellules, un réfectoire, une infirmerie, des bureaux, des salles de classe, une académie et une église.

On y dispensa pendant plus de deux siècles un enseignement universitaire, jusqu'en 1767, année où l’on décréta l’expulsion des Jésuites. En 1806, les frères des écoles pieuses prirent possession de l’édifice, où ils sont restés jusqu’à aujourd’hui, assurant toujours des activités d’enseignement.

L’église de Santa Maria constitue un exemple de l’architecture gothique valencien des XIVe et XVe siècles. L’architecture est éminemment horizontale, de hauteur réduite, massive, offrant peu d'ouvertures sur l’extérieur, sobre et austère. L’unique nef, couverte par une voûte en ogives, comprend cinq travées des chapelles latérales entre les gros contreforts et un presbytère rectangulaire.

De plan rectangulaire, l’église présente à l’extérieur un volume compact. Elle a deux portes, l’une qui donne sur la Plaça de la Constitució, et l’autre dite porte des Apôtres. En 1499, le pape Alexandre VI lui concéda le titre de Col·legiata. En 1931, elle fut déclarée Monument Historique Artistique National. Incendiée pendant la guerre civile espagnole (l’on perdit, entre autres joyaux artistiques, le fameux Retable de Sant Leocadi i Forment), elle fut restaurée pendant les années 1940.

  • Mairie

Elle fut édifiée en 1778, en opposition à l’ancien lieu de pouvoir, le Palais Ducal. La façade fut pensée et construite dans le plus pur style néoclassique, correspondant au courant de l’époque. L’ensemble est terminé par une balustrade sur laquelle reposent quatre bustes en pierre, représentant les quatre vertus cardinales dont doivent faire preuve ceux qui gouvernent. Seule cette façade a été conservée lors de la reconstruction de l’édifice en 1982.

La création de l’Hôpital de Gandia (à la fin du XIVe siècle) est attribuée au duc royal, Alfons el Vell. Il a été conçu comme une institution sanitaire bénévole. Le changement le plus important eut lieu pendant la première moitié du XVIe siècle : la configuration structurale du bâtiment est fondamentalement restée la même jusqu’à aujourd’hui.

Un patio central donne accès à plusieurs dépendances situées tout autour de celui-ci. Les deux salles principales, celle des hommes et celle des femmes, sont réunies par une de leurs extrémités. On note plus particulièrement le toit et les arcs en ogive de la salle des hommes.

  • Maison de la Culture (Marquis González de Quirós)

Elle est installée dans l’ancienne maison-palais des Vallier. À la fin du XIXe siècle, la famille Vallier, originaire des Alpes françaises, participait depuis déjà un siècle à la vie de Gandia. À l’époque de leur splendeur, les frères Jean-Baptiste et Louis Vallier décidèrent de construire une maison familiale à Gandie, au moment où la ville décida d’abattre ses murailles, vers 1881, et de s’étendre vers le sud. En juin 1886, l’hebdomadaire El Litoral signale que les travaux du magnifique palais que construisent les Vallier avancent rapidement, sur l’avenue qui depuis peu s’appelle Les Germanies.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les odeurs, les saveurs et les matières premières de la cuisine de Gandie et de la Safor s’inscrivent dans les traditions culinaires du reste de la Méditerranée.

Les habitants de la Safor sont de grands consommateurs de riz : riz au bouillon, riz sec (cuit au four), riz cuisiné dans la paella. Les ingrédients peuvent être très variés et les recettes à base de riz sont très nombreuses.

La paella, ustensile, est également utilisée pour préparer la fideuà, dans laquelle le riz a été remplacé par les vermicelles (qui se cuisinent avec du poisson et des fruits de mer), et qui est considérée une spécialité de Gandie, puisqu'elle a été créée par les pêcheurs du Grau de Gandie.

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • Les Falles

Du 16 au 19 mars, en l’honneur de saint Joseph (San José), se déroulent les Falles. Les Falles sont déclarées d’intérêt touristique national.

Cette fête réunit à Gandie environ 4 000 falleros et falleras appartenant aux vingt commissions établies dans les différents quartiers de la ville et au Grau. Ces personnes travaillent toute une année pour obtenir les récompenses correspondantes, en organisant et en participant à diverses activités. Vingt sculptures monumentales de différentes catégories, chacune accompagnée de monument junior, sont dressées à Gandie et finissent en cendres dans la nuit du 19 mars avec la Cremà. La fête se déroule dans la rue et c’est pour cela que les Falles sont un authentique carnaval à la valencienne.

  • La Fira i Festes et les fêtes de quartier

Ces festivités se célèbrent à Gandie, en l’honneur de Sant Francesc de Borja, de septembre au début d'octobre. Elles commencent avec le Tio de la Porra, comparse qui critique l’équipe municipale elle-même. Les réjouissances et les activités de cette période sont programmées pour tous les habitants et les visiteurs, pour tous les goûts et les âges. La Fira est fêtée à Gandie depuis l’an 1310.

  • Setmana Santa-Corpus Dei

Immédiatement après les Falles, on célèbre la Semaine Sainte (entre mars et avril, selon les années), qui est aussi déclarée d’intérêt touristique national. Corpus (mai-juin) : procession du Saint-Sacrement, précédée par des danses issues de la tradition médiévale.

  • L’été

On célèbre des fêtes dans les différents quartiers de Gandia et dans la plupart des autres villages de la Safor. On peut voir des défilés de moros i cristians, des verbenes, des fanfares, cordades et des feux d’artifice.

  • La nit de Sant Joan (La nuit de la Saint-Jean)

Célébration ancestrale de la frange méditerranéenne. Rituel du culte du feu et de l’eau.

La nuit de la Saint-Jean, se fête le 23 juin.

La tradition consiste à se rassembler autour d’un feu et, après minuit, à se tremper les pieds dans la mer.

  • Vierge du Carmel

Du 14 au 16 juillet au Grau.

Les marins célèbrent leur Vierge le 16 juillet. Cette fête, ainsi que celle organisée à Grau pour célébrer la Mare de Déu Blanqueta constituent des journées festives dans le plus pur style méditerranéen. Un point fort est la procession en bateau de la statue de la Vierge du Carmel (Mare de Déu del Carme).

  • Noël

Plusieurs concours de crèches et de cantiques de Noël ont lieu à cette époque de l’année. Le Cant de la Sibil·la. À Noël, dans la nuit du 24 décembre, dans l’ermitage de Sainte-Anne. La Sibil·la est un rituel prophétique d’origine grecque incorporé à la tradition chrétienne, qui est toujours interprété par une voix d'enfant. Depuis la conquête des terres valenciennes par le roi Jaume Ier, la Sibil·la constitue un trait d’union propre à l’aire linguistique et culturelle initiée par ce roi.

Le moment le plus important de Noël sont toujours les Rois Mages d’Orient : après-midi et nuit du 5 janvier, avec la remise des cadeaux et des jouets pour les enfants. Dans la Safor, cette tradition résiste toujours à l’influence des autres cultures comme saint Nicolas ou le Père Noël, et l'on organise des cavalcades et de très belles activités.

Fêtes dans le canton

Piles : dernière semaine de mai. Saints Patrons : saint Philippe Néri et sainte Barbara.

Daimús : du 24 au 30 juin. Saint Patron : saint Pierre.

Palmera: du 24 au 28 juin. Saint Patron : Christ du Salut.

L'Alqueria de la Comtessa: du 28 juin au 2 juillet. Saints Patrons : saint Pierre et saint Paul.

Rafelcofer : du 8 au 11 juillet. Saints Patrons : Divine Aurore et saint Antoine

Oliva : troisième semaine juillet. Maures et Chrétiens.

Real de Gandia : du 3 au 9 août. Sainte Patronne : Vierge du Rosaire.

Xeraco : du 2 au 7 août. Saints Patrons.

Simat : du 4 au 6 août. Saints de la Pierre et Christ de la Foi.

Miramar : du 3 au 9 août. Saint Patron : saint André.

Benirredrà : du 9 au 14 août. Saint Patron : saint Laurent.

Xeresa : du 10 au 16 août. Saints Patrons : saint Raphaël et Vierge des Douleurs.

Lloc Nou : du 13 au 16 août. Saint Patron : saint Jérôme.

Guardamar: du 14 au 16 août. Sainte Patronne : Vierge du Lait.

Ador : du 15 au 20 août. Saints Patrons.

Barx : du 20 au 21 août. Saints Patrons : saint Michel et Divine Vierge.

La Font d'En Carròs : du 17 au 22 août. Saint Patron : Christ du Secours.

Palma de Gandia : du 22 au 27 août. Saint Patron : saint Michel.

Almoines : première semaine septembre. Christ et Filles de Marie

Potries : du 17 au 23 août. Saints Patrons.

Castellonet de la Conquesta : du 24 au 26 août. Saint Patron : saint Jacques Apôtre.

Almiserà : du 27 au 30 août. Sainte Patronne : sainte Ursule.

Alfauir : du 31 août au 4 septembre. Vierge du Rosaire.

Oliva : première semaine septembre. Foire et fêtes.

Tavernes de la Valldigna : du 5 au 12 septembre. Saints Patrons : Christ du Sang et Divine Aurore.

Rótova : du 7 au 11 septembre. Saint Patron : saint Bartolomé.

Beniarjó : du 18 au 20 septembre. Saints Patrons : Christ du Secours et Vierge des Douleurs.

Bellreguard : du 24 au 25 septembre. Saints Patrons : saint Michel et Christ de la Miséricorde.

Villalonga : troisième semaine octobre. Fêtes Patronales.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Gandie.
  • Erika Sanz, née à Gandie le 15 juillet 1980, actrice et danseuse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) Empar Minguet i Tomàs Comarque, Els processos de normalització lingüística en l'àmbit municipal valencià, Valence, Universitat de València,‎ 2005, 1 199 p. (ISBN 84-370-6368-X), p. 384
  2. Officiel depuis le 18 novembre 1994 (auparavant Gandía).
  3. Loi 4/1983 du 23 novembre 1983 relative à l'utilisation et l'enseignement du valencien
  4. Source:Institut national des Statistiques espagnol

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • (es) Varaciones de los municipios de España desde 1842, Ministerio de administraciones públicas,‎ octobre 2008, 364 p. (lire en ligne) [PDF]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]