Forêt de Marly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêt de Marly
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 00″ N 2° 02′ 00″ E / 48.866667, 2.03333348° 52′ 00″ Nord 2° 02′ 00″ Est / 48.866667, 2.033333  
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Géographie
Superficie 2 000 ha
Altitudes mini. 101 m — maxi. 182 m
Compléments
Protection ZNIEFF
Statut forêt domaniale
Administration Office national des forêts
Essences chataignier, chêne, charme, hêtre, bouleau

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Forêt de Marly

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Forêt de Marly

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt de Marly

La forêt de Marly, qui fut appelée « forêt de Cruye » jusqu'au XVIIIe siècle, est une forêt domaniale de 2 000 hectares située dans les Yvelines à vingt kilomètres environ à l'ouest de Paris, entre Saint-Germain-en-Laye et Versailles. Elle s'étend sur une longueur d'environ 12 kilomètres d'est en ouest sur les communes de Louveciennes, Marly-le-Roi, Saint-Nom-la-Bretèche, Feucherolles... C'est un ancien domaine de chasse des rois de France, puis des présidents de la république. Elle est entaillée, depuis 1935, dans toute sa longueur par l'autoroute de Normandie (A13).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La forêt de Marly se trouve dans le nord-est du département des Yvelines à vingt kilomètres environ à l'ouest de Paris. Son territoire, de forme allongée selon un axe est-ouest, irrégulière, très indentée surtout vers le nord, s'étend sur le territoire de onze communes : Bailly, Bougival, Chambourcy, Feucherolles, Fourqueux, L'Étang-la-Ville, Louveciennes, Marly-le-Roi, Noisy-le-Roi, Rocquencourt et Saint-Nom-la-Bretèche.

Cette forêt est enserrée par deux zones fortement urbanisées situées au nord sur le versant sud de la vallée de la Seine et au sud dans la plaine de Versailles.

Elle n'est pas très éloignée de la forêt de Saint-Germain-en-Laye située au nord et dont elle est séparée par la plaine de la Jonction. Celle-ci fut acquise par l'État sous le second Empire pour réunir les domaines de chasse des deux massifs forestiers. C'est aujourd'hui un site classé[1] constituant un corridor biologique qui a notamment permis le repeuplement de la forêt de Saint-Germain-en-Laye par des sangliers provenant de la forêt de Marly[2].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La forêt de Marly occupe le sommet d'une butte-témoin allongée, orientée selon la direction « armoricaine », sud-est - nord-ouest, qui culmine autour de 180 mètres d'altitude, et se prolonge vers l'ouest, d'Orgeval à Aubergenville par le plateau des Alluets, qui supporte dans sa partie nord la forêt des Alluets, et vers l'est, au nord du site de Versailles avec la forêt de Fausses-Reposes jusqu'au plateau de Vélizy-Villacoublay, où se trouve la forêt de Meudon, au delà de la coupure provoquée par le ru de Marivel.
Cette butte est constituée de sable et grès de Fontainebleau du Stampien (Oligocène), partiellement recouvert de meulière de Montmorency, et par endroits de limon des plateaux, dépôt éolien de lœss du Quaternaire.

Voie de communication[modifier | modifier le code]

La forêt de Marly est traversée par plusieurs axes de communication, routiers et ferroviaires, qui contribuent à fragmenter fortement le milieu naturel.

Le plus important est l'autoroute de Normandie (A13). Cette autoroute à 2 x 2 voies entre Rocquencourt et Orgeval, mise en service le 9 juin 1946, est la première autoroute construite en France. Elle traverse la forêt dans sa plus grande longueur dans le sens est-ouest. Entièrement clôturée, elle constitue un obstacle continu s'opposant aux déplacement de la faune.
Son élargissement à 2 x 3 voies est programmé. Dans cette perspective, les passages inférieurs des routes départementales D7, D161 et D98 et de la route Dauphine (route forestière) ont été élargis en 2007[3].
L'A13 est complétée par l'amorce de l'A12 et l'échangeur A13/A12, plus connu sous le nom de triangle de Rocquencourt, entièrement inclus dans l'emprise de la forêt.

Plusieurs routes départementales traversent la forêt dans le sens nord-sud. Deux la délimitent à ses extrémités est et ouest : la RD 186, axe important à chaussées séparées relie Rocquencourt à Louveciennes (axe Versailles - Saint-Germain-en-Laye) et sépare la forêt proprement dite du bois de Louveciennes à l'est, la RD 30 à l'ouest relie Feucherolles à Aigremont (axe Plaisir - Poissy).
Trois autres routes départementales franchissent la forêt en son milieu. Ce sont d'est en ouest la RD 7 (Rocquencourt - Marly-le-Roi), la RD 161 (Noisy-le-Roi - L'Étang-la-Ville) et la RD 98 (Saint-Nom-la-Bretèche - Mareil-Marly).

Sur le plan ferroviaire, deux lignes à double voie électrifiées se croisent à la gare de Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt de Marly. Il s'agit de la Ligne Saint-Cloud - Saint-Nom-la-Bretèche, ligne radiale du réseau Saint-Lazare, et de la ligne de Grande Ceinture, dont une portion, entre Noisy-le-Roi et Saint-Germain-en-Laye a été rouverte au service voyageurs en décembre 2004 sous le nom de Grande ceinture Ouest (GCO).

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la forêt de Marly au XVIIIe siècle (extrait de la carte Cassini).

En 1995, sous la présidence de Jacques Chirac, les chasses présidentielles ont été supprimées dans la forêt de Marly et remplacées par des battues administratives de régulation[4].

Protection[modifier | modifier le code]

La forêt de Marly est entièrement couverte par une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 qui permet une bonne connaissance des richesses naturelles de la forêt. Cette ZNIEFF, validée en 1997 au niveau national, concerne une superficie de 2 395 hectares sur dix communes Aigremont, Bailly, Chambourcy, L'Étang-la-Ville, Feucherolles, Fourqueux, Louveciennes, Marly-le-Roi, Noisy-le-Roi, Saint-Nom-la-Bretèche)[5].

Plusieurs sites situés dans la forêt ou à ses abords immédiats ont également été classés en ZNIEFF de type 1 en 1997. Il s'agit des suivants :

  • ZNIEFF 110001362 - Mare à l'ouest des vestiges, 1 hectare, eaux douces stagnantes (Feucherolles)[6] ;
  • ZNIEFF 110001363 - Petit marais près de la gare de l'Étang-la-Ville, 3 hectares, tourbières et marais (L'Étang-la-Ville)[7] ;
  • ZNIEFF 110001364 - Aulnaie du Val de Cruye, 7 hectares, forêt (Marly-le-Roi)[8] ;
  • ZNIEFF 110001365 - Réservoir du parc de Marly, 20 hectares, eaux douces stagnantes (Marly-le-Roi)[9] ;
  • ZNIEFF 110001366 - Réservoirs de Louveciennes, 27 hectares, eaux douces stagnantes (Louveciennes et Marly-le-Roi)[10] ;
  • ZNIEFF 110001367 - Zone bocagère de Retz, 169 hectares, bocage (Chambourcy)[11] ;

La « plaine du Trou d'Enfer », secteur déboisé situé dans la partie sud-est de la forêt où se trouve le fort du même nom, est un site classé[1].

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

La « porte des Gondi », ancienne porterie du château des seigneurs de Noisy, détruit au XVIIIe siècle
La « porte des Gondi », ancienne porterie du château des seigneurs de Noisy, détruit au XVIIIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Coralie Moulin, « La protection des sites des Yvelines », Direction régionale de l'environnement Île-de-France,‎ 26 août 2008 (consulté le 26 juin 2011).
  2. « Prolongement de la Francilienne de Cergy-Pontoise à Poissy-Orgeval - Étude de faisabilité « milieux naturels » », Direction régionale de l'Équipement Île-de-France (consulté le 26 juin 2011).
  3. « Élargissement de 4 passages inférieurs de l'autoroute A13 entre Rocquencourt et Orgeval », sur Direction régionale de l'Équuipement Île-de-France (consulté le 26 juin 2011).
  4. « Question n° : 98463 de M. Mariani Thierry (Union pour un Mouvement Populaire - Vaucluse) », sur Assemblée nationale,‎ 11 juillet 2006 (consulté le 25 juin 2011).
  5. « ZNIEFF 110001361 - Forêt de Marly », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 juin 2011)
  6. « ZNIEFF 110001362 - Mare à l'ouest des vestiges », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juin 2011)
  7. « ZNIEFF 110001363 - Petit marais près de la gare de l'Étang-la-Ville », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juin 2011)
  8. « ZNIEFF 110001364 - Aulnaie du Val de Cruye », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juin 2011)
  9. « ZNIEFF 110001365 - Réservoir du parc de Marly », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juin 2011)
  10. « ZNIEFF 110001366 - Réservoirs de Louveciennes », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juin 2011)
  11. « ZNIEFF 110001367 - Zone bocagère de Retz », sur INPN - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 juin 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Madeleine Baltus, « Toponymie du pays de Cruye et du Val de Galie », Revue de l'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, Académie de Versailles, des Yvelines et de l'Île-de-France,‎ 1938, p. 1-98 (lire en ligne).
  • Henri Lemoine, « Notes historiques sur la forêt de Cruye et ses environs avant Louis XIV », Revue de l'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, Académie de Versailles, des Yvelines et de l'Île-de-France,‎ 1932, p. 153-162 (lire en ligne).
  • Roger Berthon, La Forêt de Marly, CIDAP, coll. « Les Forêts de France »,‎ 1958, 122 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]